lienlien
PredefKarnevalForum RP FR
Click



 

Partagez|


Quand la drogue s'y met ... [Pv Eric Slingby]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
avatar

❝ Invité ❞




Message Sujet: Quand la drogue s'y met ... [Pv Eric Slingby] Lun 22 Juil 2013 - 8:57

La jeune héritière fut réveillée par les rayons du soleil qui passaient au travers de ses tentures. Un gémissement quitta ses lèvres. C'était déjà le matin ! Quelques minutes après s'être réveillée complètement, on frappa à la porte. La jeune femme l'autorisa à entrée et ce fut sa gouvernante qui est apparue dans l'ouverture du passage. Cette dernière venait pour faire son discours quotidien, ouvrir les rideaux, préparer ses affaires et lui servir son thé avec sa collation.

La jeune femme s'assit sur le bord de son lit deux personnes, attendant que sa gouvernante, Maria, lui servit son thé, the Ceylon Tea, dans une tasse aux motifs blancs et noirs. Après avoir bu quelques gorgées de ce liquide chaud à l'odeur envoûtante, Maria dicta le programme de la journée à sa maîtresse. Un sourire sadique s'afficha sur le visage de Katharina, ce qui n'annonçait rien de bon. La domestique sortit du dessous du lit un gros sac noir en cuir et le déposa à la droite de la jeune femme. Celle-ci avait fini de déguster son petit déjeuner, elle déposa sa tasse sur la desserte et Maria quitta la chambre pour laisser la lady se préparer.

Lorsqu'on entendit le bruit de la porte se fermer, Katharina se leva finalement de son lit et se dirigea vers sa salle de bain, situé dans la pièce d'à coté. Ces deux compartiments étaient reliés entre eux par une simple porte de bois en marbre. Quand elle fut devant son évier, tout ce qu'elle avait besoin pour sa toilette se trouvait devant elle et aligner dans l'ordre d'utilisation. Mademoiselle Rayes portait une robe noire et blanches à manches trois/quarts. Cette tenue était plus courte vers l'avant mais aucune partie de ses jambes n'était visible, la dame portait des bas noirs et ses bottes lacées noires montaient suffisamment haut ! Lorsqu'elle eut finit de s'habiller, de se maquiller, de se parfumer, la femme fit retentir une petite clochette. A peine une minute se fut écoulé qu'on entendit toquer à la porte de la salle de bain. C'était évidemment Maria qui venait coiffer Madame.

Une calèche avait été avancée pour quand Katharina serait prête. La gouvernante donna les dernières informations à sa maîtresse en lui disant de redoublé de prudence. Tout ce qu'elle trouva pour lui répondre était un : "N'oubliez pas qui je suis, vous devriez tenir ce genre de discours aux personnes se trouvant au Docks ! Sur ce, je vous confie le manoir, Maria !" Sur ces quelques mots, la jeune femme monta dans la voiturette avec comme seul bagage le gros sac en cuir noir et pour seule compagnie elle même ! Elle dit au cocher de la conduire dans le East London direction les quartiers des docks.

Pendant le trajet, Katharina regardait ce qui avait dans le sac et un sourire, dont elle a le secret, apparu sur son visage. "Maria a vraiment tout prévu !" Dans le milieu de la sacoche se trouvait un dossier avec quelques feuilles, en les parcourant en diagonale. Elle comprit que c'était son contact en Europe, un ami de son père, qui lui envoyait. Un léger sourire victorieux se dessina sur ses lèvres rosées. Le carrosse de Madame finit par s'arrêter et une sale odeur régnait dans ses lieux. Elle rangea tout dans sa besace avant que le cocher ne vienne lui ouvrir la porte. Il l'aida à descendre les deux marches en lui tenant la main comme le veux le protocole. Ils se trouvèrent devant une vieille baraque toute délabrée. Officiellement, cette demeure appartenait à l'état mais dans l'ombre, c'était une maison appartenant aux Rayes. C'était dans ces lieux que Katharina préparait ses coups en douce. Il n'y avait aucun moyen de savoir qui lui appartenait tout se faisait par voix orale et ça se réglait en liquide ... Aucune trace ... Ni vu ni connu !

- "Vous pouvez me laisser. Retournez au manoir, j'enverrai une missive quand j'aurai besoin de vos services" dit-elle gentiment et avec le sourire à son conducteur.

Sans attendre sa réponse, elle jeta un coup d’œil a travers la calèche pour voir si elle n'avait rien n'oublié, tourna les talons et entra dans la maison délabrée ... En passant ce qui devait être des portes à une autre époque, la jeune femme arriva dans une pièce avec un miroir poussiéreux. Elle le nettoya en passant un mouchoir propre dessus. De là, la demoiselle déposa son sac délicatement sur un meuble en bois décrépis. Une dizaine de minutes plus tard, elle était entièrement changée, enfin presque. Elle avait attaché ses cheveux en queue haute, prononcé d'avantage son maquillage, elle portait un haut moulant décolté noir avec des décorations de couleur blanches. Pour le bas, elle avait une jupe souple noir lui arrivant à la mi-cuisse, ses chaussures étaient les mêmes sauf que les lacets n'étaient plus noirs mais blancs. C'était devenue LA femme fatale par excellence. Si quelqu'un la voyait accoutrer comme cela, elle pourrait mettre la clé sous la porte et cela salirai le nom de la famille Rayes.Quand elle eut terminée, elle rangea son sac avec toutes ses affaires dans un coffre fort donc le mot de passe d'ouverture est la date de naissance de son chien d'enfance et, vu qu'il vient du continent, il est impossible de le connaître.

La jeune femme marcha dans les rues délabrées des Docks suivant son instinct de joueuse mais aussi elle avançait en fonction des informations qu'elle avait entre ses mains. En prenant une rues, qui donnait en partie sur port, l'odeur avait changé. Il était lourd, une émanation de sang flottait à la surface de la route. Cependant un autre arôme capta son attention, Katharina ne sut pas ce que c'était mais une tâche blanche à ses pieds attira sa vigilance. Elle s'accroupit doucement et passa le bout de ses doigts, cela avait la même substance que la poussière. Elle porta sa main à son nez ...

-"Par tous les diables" laissa échapper la demoiselle.

Elle n'eut pas le temps de se concentrer davantage sur ça, des bruits de pas raisonnèrent dans son dos. Les yeux de la jeune femme ressemblaient, à présent, à des balle de bowling. Et si il la voyait comment ça ? Que va t-il se passer ? Que va devenir la société ? Qu'est ce qu'elle allait faire !? Katharina souffla doucement. Ça ne servait à rien de paniquée comme une débutante. Si elle courrait cela allait lui mettre la puce à l'oreille que quelque chose clochait. La demoiselle préféra se mettre de la terre poussiéreuse sur le corps et les habits, elle s'assit sur les petites marche des maisons en regardant le sol sans vraiment le voir. Elle espérait que la personne passe son chemin ainsi elle pourra continuer sa petite enquête qui n'annonçait rien de bon ...


Dernière édition par Katharina Rayes le Mer 24 Juil 2013 - 11:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

❝ Invité ❞




Message Sujet: Re: Quand la drogue s'y met ... [Pv Eric Slingby] Mar 23 Juil 2013 - 18:46

Gwahahahrgzg. J’ai l’impression de bouger au ralentit, et y a un putain de bruit continu qui sort de je sais pas où. Et le premier qui me sort « de tes fesses » je sais pas ce que je lui fais. Parce que c’est moi qui fais ce genre de calembours vaseux et je m’auto-attribue le droit de frapper les personnes qui en font aussi usage. Parce que j’ai décidé que c’était ma signature. Et que je ferais peut-être bien de voir d’où sort ce bruit. Parce que j’ai la légère impression que s’il continue, ma tête va exploser. Faudrait que je pense à ouvrir les yeux. Gwaaaa, pas la foiii de le faaaaaire. J’ai juste envie de me mettre un oreiller sur la tête et de continuer de pieuter. C’t’un bon plan ça. Sauf que j’avais pas vraiment prévu que le bruit s’fasse de plus en plus fort. Ni à ce qu’on se mette à gueuler mon nom.

Wait. Pourquoi on pourrait m’appeler ? Essayons de mettre deux neurones en connexion. Ou en je sais pas quoi j’m’en contre-fiche tant que j’arrive à aligner deux pensées correctes. Alan. Crise. Okay c’deux mots mais ça suffit. …QUOI ? Si Alan a fait une crise, et que je glande comme je sais pas quoi depuis au moins une heure dans mon lit sans rien faire c’est…c’est la fin du monde. J’bondis de mon lit, balançant ma couverture trois mètres plus loin – elle ira rejoindre les chaussettes hein- et m’étale lamentablement à terre. Avec autant de grâce qu’un hippopotame en chaleur qu’on aurait enfermé durant trois mois s’il vous plait. Geeeeh. J’aurais dû m’en tenir à un seul verre hier soir. Mais en même temps, la seule et unique raison pour laquelle je me suis plus concentré à boire qu’autre chose, c’était pour ne pas faire attention aux…Hrm poumons extrêmement bien développés de la secrétaire du bureau 58.

Et j’ai réussi d’ailleurs. Miracle. J’ai un vague souvenir de la voir partir frustrée après que je l’ai traitée de…Eh…je sais pas. J’ai un vague souvenir d’elle partant en me lançant je sais pas quoi dans la gueule quoi en gros. Le contenu de son verre sans doute. Grâce à ça, j’suis revenu sain et sauf chez moi –nouveau miracle- et seul. Hors de question de faire une connerie alors que je viens de me mettre avec Ala…Bordel. Qu’est-ce que. Je. Fais. ENCORE. Au sol ? Bouge-toi les fesses sales blond décoloré et va retrouver le brun. Tout de suite. Mais plus lentement que lors de ma première tentative peut-être. Parce que je sais pas trop ce que j’ai foutu dans ma chambre hier, mais c’est le chaos. Sans doute que j’ai du chercher un pyjama. Et que j’ai tout retourné pour en trouver un. Ce qui expliquerait la présence de l’espèce de mouchoir pourrave à motifs de nounours dans mon lit.

Bref, alors que l’autre imbécile dont je ne connais même pas encore le nom continue de tambouriner à la porte – C’est qu’il est patient et persistant-, je m’avance plus ou moins prudemment jusque-là. En me tenant aux murs parce que j’ai pas envie de me rétamer une deuxième fois. Et après quelques instants, je tiens enfin la poignée. J’ouvre la porte. Et j’aperçois la lumière divine du…Du putain de néon qui fait mal aux yeux. Et puis y a l’autre là…Dont je sais même plus le nom, parce qu’il est pas intéressant, qui est devant ma porte. C’qui veuuuut ? Certainement pas me prévenir que mon ancien apprenti est à l’infirmerie. Non. Simplement me dire qu’on m’a assignée une putain de mission à je sais pas quelle heure du matin. Aha. Il a cru que c’était Noël ? Casse-toi je vais me rendormir. Et oui putain est à la limite comme une ponctuation pour moi parce que voilà. Bref. J’referme la porte au nez de l’autre et…Et ne fait rien parce que y a de nouveau un bruit chelou.

…Okay. Il essaye de faire passer le papier disant qu’on m’a assigné une mission sous la porte. Et y se remets à tambourriner. …On lui a payé combien pour passer sa journée à me faire chier exactement ? Certainement beaucoup parce qu’il a l’air déterminé. Okay. J’ai compris. Je m’habille encore plus mal que d’habitude et sors de ma chambre en faisant « malencontreusement » tomber ma Death Scythe juste à côté des pieds de l’autre. Je ne suis pas de mauvaise foi, qui vous a dit ça ? Tenez, pour faire preuve de bonne volonté – surtout pour pas que je sais pas qui aille dire à Alan que j’ai rien foutu aujourd’hui- j’vais sur le terrain faire ma mission. Sauf que dans l’état où je suis c’pas vraiment la joie. Ehehehe. J’arrive à peine à lire le nom de la victime. En même temps y est bizarre. Qui a pour idée de s’appeler Cee…Cy…Ctruc. Hein ?

« -Ton nom y puuuue d’abooord crétin ! »

Je propose de m’auto-féliciter pour ne pas l’avoir traité d’autre chose. Et ouais je le dit tout haut parce que comme ça, vu que je le trouve pas, il pourrait à la limite se reconnaître. Sauf que j’ai pas dit son nom. …Prrrt. Il se reconnaîtra quand même c’est le seul qui a un nom qui pue ici, j’l’ai décidé. Faudrait peut-être que je le cherche plus sérieusement aussi. Peut-être. Quoique, si j’fais rien ça leur apprendra à m’envoyer sur le terrain le matin en sachant parfaitement que je me lève d’habitude vers 14h. Et que je fais déjà d’énooormes efforts en arrivant dans mon bureau vers 10h. Je sais que ça commence à 8h, mais j’m’en contre-balance, j’fais déjà des efforts, c’est tout ce qui compte non ?

Breeef. J’ai cas aller le chercher près d’où on m’a dit que je le trouverais. Si cette phrase est compréhensible. Et si c’est utile c’que je dis d’abord. Oh. Y a une silhouette là-bas. Sur des marches. Et même qu’elle a pas l’air de ressembler à celle d’un homme. PFEU. J’espérais que ce soit Cmachin. Si c’est comme ça, j’vais aller bouder. Sauf que à force de regarder la silhouette, je me suis automatiquement dirigé vers elle. Et je manque de peu de me rétamer dans les escaliers. Ouais, j’ai réussi à retrouver mon équilibre à temps. Allez pas chercher comment. J’ai réussi c’tout, et c’est le principal. Et même que c’est drôle. Du coup j’me marre. Ouais parce que je me marre pas sans raison hein. Et fier de ma victoire contre les marches, je me retourne pour leur dire ô combien je leur suis supérieur et…Et oh tiens c’est vrai y a quelqu’un.

« -Teeeeeh. Z’êtes bien matinale ! Comment vous arrivez à vous l’vez si tôt ? C’t’inhumain ! »

…Inhumain. AHAHA. Vasy que je me remarre une nouvelle fois parce que je suis trop fier de mon jeu de mot. Justement, ça doit être humain de s’lever tôt vu que c’est impossible pour moi de le faire. Et puis…Oh et puis ma gueule trente secondes. Ca ne me fera pas de mal.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

❝ Invité ❞




Message Sujet: Re: Quand la drogue s'y met ... [Pv Eric Slingby] Ven 2 Aoû 2013 - 1:35

Katharina se trouvait en tenue des plus provocante dans l'un des quartiers les plus dangereux et misérables de la capitale anglaise : Les Docks d'East London. Elle se trouvait ici pour une mission. Elle avait eu la grande chance de la recevoir de Scotland Yard. Au moins, cela pourrait la changer un peu de son quotidien ennuyeux et sans intérêt. Évidemment, elle ne prenait pas du tout cela au sérieux et elle comptait bien s'amuser un peu comme à son habitude. On ne pourra rien lui dire car le travail sera fait, qu'importe le moyen ! Cependant, un obstacle venait de se dresser sur son chemin, la jeune fille comptait bien l'envoyer balader d'un revers de main mais l'ennui, c'est qu'il est venu lui parler. Du coin de l’œil, elle l'avait bien regardé arriver. Il s'agissait d'un homme, la trentaine peut-être, fatigué et il a une démarche assez particulière. Katharina ne l'avait jamais vu dans le coin, on peut dire aussi qu'il n'est pas vraiment habillé à la mode anglaise. Elle avait une drôle d'impression comme si elle savait qu'il n'ira pas trahir son secret. Sachant qu'elle possédait un très bon instinct, elle se dit qu'elle pourrait envisager de 'se montrer' à lui dans cette tenue.

Katharina leva les yeux sur l'homme qui n'a pas dû se raser depuis au moins trois jours. Elle esquissa un sourire quand il lui adressa la parole. L'héritière daigna se mettre debout, se frotta un peu partout sur le corps pour enlever la poussière qu'elle s'était mise quelques minutes plus tôt. Quand elle eut terminée de se nettoyer, elle a déposé son regard au couleur de la mer sur celui qui venait la dérangée. Sans trop le vouloir et plus par réflexe, la jeune fille plissa le nez sous l'odeur. L'inconnu empestait l'alcool à des kilomètres, c'était presque insupportable ! Il aurait pu mettre un peu de parfum avant de sortir de chez lui. Enfin, elle se trouvait dans les docks après tout, ça ne devrait pas la surprendre plus que cela. Après ce petit désagrément, la joueuse le détailla un peu plus de ses yeux observateur et remarqua sa tenue plus que lamentable. Il devait venir des bas quartiers et faire la manche pour quelques sous dans les grandes rues londoniennes. Ce n'est pas quelqu'un de son rang qui pourra la détrônée. C'était sa parole contre la sienne et ce malotru n'avait aucune chance.

- "Sachez mon brave que la journée appartient à ceux qui se lève tôt", lui fit-elle avec un charmant sourire.

Katharina passa au côté de l’alcoolique, elle ne prit pas la peine de faire une mimique du visage ou de se déhancher ou encore de mettre en valeur ses formes. Car sa tenue faisait tout le travail à la place. Il est vrai que cela ne l'intéressait pas du tout de l'avoir à ses pieds. La jeune fille préférait qu'il aille picoler ailleurs même si elle se doutait que ce serait trop facile de se débarrasser de ce type. Il faudrait vraiment détester les femmes et leurs atouts pour ne pas faire attention à elle, surtout dans cette tenue. Surtout que ces cheveux flamboyants mettant en évidence le noir de ses vêtements. Ne nous attardons pas trop sur sa tenue et poursuivons ... La jeune fille continuait son chemin pour découvrir la provenance de cette mystérieuse poudre blanche.

D'un geste fluide et gracieux, la belle alla cherche un bout de papier dans son décolleté plongeant. Après l'avoir déplié, elle relue en diagonal les quelques informations qu'il contenait. La jeune fille avait repris les quelques données qu'elle possédait et en avait fait une petite liste. On pourrait appeler ça un petit copion. Elle le replia et alla le ranger à sa place. Sans plus s'occuper de l'incident qui venait de se produire, elle continua à sa route, peut-être que cette piste va la rapprocher de ces gens qui ont tué sa famille et détruit sa vie ... Tout était prévu dans les moindre détails lorsque ce jour arrivera. Ils la supplieront de les tuer directement tant leur souffrance sera grande et pénible et, personne dans la police ni ailleurs n'osera dire quoique ce soit sur ses actes ... ! Cependant, plus elle marchait plus elle sentait cette odeur persisté ... Ne me dites pas qu'il est toujours là !?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ ❞




Message Sujet: Re: Quand la drogue s'y met ... [Pv Eric Slingby]

Revenir en haut Aller en bas

Quand la drogue s'y met ... [Pv Eric Slingby]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Eric Slingby
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Haiti en Marche: L'argent de la drogue et les élections!
» MIRLANDE MANIGAT: KANSON FÈ AK PANTALÈT FÈ PWAL FÈ LISTWA 28 NOVANM
» Drogue Corruption: Preval/Alexis a Marqué Des Points.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Black Butler : Black Deal RPG :: La ville et ses alentours... :: East London :: Docks :: Rues et Quartiers-