lienlien
PredefKarnevalForum RP FR
Click



 

Partagez|


Clara Engelwald "Le petit chaperon écarlate"... en êtes-vous bien sûr ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
avatar

❝ Invité ❞




Message Sujet: Clara Engelwald "Le petit chaperon écarlate"... en êtes-vous bien sûr ? Dim 25 Aoû 2013 - 12:30

« Je suis le loup de l'histoire... »
Clara ENGELWALD
« Ruby © RWBY»


Nom : Un nom... oui elle a eu un nom, un nom aux connotations rudes. Allemandes, pour être exact. Engelwald.

Prénom: Elle s'appelle Clara, mais on la surnomme "Le petit chaperon écarlate"

Date de naissance: Elle est née un 13 Décembre, à vous de faire le calcul de l'année...

Age: Pas très vieille, elle n'a accédé à l'éternité que depuis peu de temps. 60 ans.

Lieu de naissance: Elle est née à Berlin, en Allemagne.

Sexe: Il vous faut des lunettes ?... C'est une fille, bien évidemment !

Race: C'est un démon.

Rôle: Une question bien complexe... quel est son rôle ? Elle en a sûrement un. A moins qu'elle soit condamnée à errer sans but ?

Sexualité: Elle n'aime pas et ne cherche pas à se faire aimer, mais si l'occasion se présentait, elle toucherait à tout. Bisexuelle.


“ L'éternité change les gens. „




Avant elle voulait aider. Maintenant, elle aime à détruire.

Clara est d’une humeur très changeante. Elle peut commencer à détruire tout le paysage autour d’elle en s’esclaffant puis, la seconde d’après faire sa timide et prendre ses beaux airs d’enfant.
Tout d’abord, elle aime casser. Casser les objets ou même des gens, elle ne fait pas la différence. C’est pour elle quelque chose d’extrêmement divertissant. Ce qu’elle préfère, c’est casser les hommes et les femmes d’abord intérieurement, puis une fois qu’ils sont au bout, massacrer tranquillement leur corps. C’est ce qui lui donne l’impression d’être heureuse. Car, après tant d’années passées à vouloir réparer à tout prix les hommes, sans jamais obtenir aucun remerciement, aucune gratitude, et lorsque la fin s’est approchée, elle n’a plus voulu aider quiconque. Et après tout, on pourrait presque la comprendre, comprendre cette envie de tout détruire autour d’elle ? Que tout ce qui l’entoure ressemble à son paysage intérieur, un paysage désolé ?
Elle aime le rouge. Elle aime le désordre. Elle aime le chaos. Elle aime danser, couverte de sang, au beau milieu de ruines encore fumantes. Elle aime le feu et la neige, la pleine lune qui éclaire un paysage ravagé par les flammes, teinté d’écarlate. Elle aime le bruit du désespoir, elle aime cette folie qui la ronge et la consume, elle adule la mort et ce qui la précède. C’est d’ailleurs ce qui lui a valu le surnom de "Petit chaperon écarlate". Sauf que, comme elle aime à le dire, dans cette histoire, elle n’est pas l’enfant naïve qui manque de se faire bouffer par le loup affamé. Elle est le prédateur, elle est le canidé aux crocs acérés.
Le chaperon a une sainte horreur de la religion et de tout ce qui va avec. C’est quelque chose qu’elle ne comprend pas et méprise plus que tout.
Si on enlève ses obsessions morbides et ses délires étranges, on pourrait dire qu’elle aime jouer ; qu’elle est resté, en quelques sortes, une enfant. Mais une enfant capricieuse et cruelle. Et pourtant, même si son apparence pourrait y tromper, même si aucune trace de carmin ne vient souiller ses vêtements, il y aura toujours sa voix, sa voix rauque et cassée pour rappeler qu’elle est bien loin de son enfance. Et que son innocence a déjà été bien souillée.
Elle n’aime pas que l’on lui parle de son passé, c’est une époque qu’elle est bien pressé d’oublier, même si il lui reste encore cette fascination morbide pour l’anormal, bien qu’elle en fasse sûrement parti. Mais est-ce à nous de juger ?

“ Le rouge lui va si bien... „








Tu la croise au détour d’un chemin… elle te rappelle l’enfance.

Vous vous souvenez de ce conte que l’on vous lisait sans cesse, alors que vous étiez enfant ? Le petit chaperon rouge… c’est assez amusant de voir que cette fille correspond grandement à la description, bien qu’elle soit plus âgée.
Elle est plutôt petite et très fine, bien proportionnée. Sa silhouette est élancée. Ses jambes qui semblent frêles sont en vérité bien plus rapides qu’il n’y parait. Son buste est étroit, sa poitrine est d’une taille moyenne. Elle a de belles mains impeccables aux ongles soignés. Ses paumes sont parcourues de fines veines bleutées à peine apparentes. Elle a la peau très pâle et sans tâches. Pas un seul grain de beauté ne vient adoucir ses traits.
Son visage a quelque chose de sévère, mais parfois il prend une expression candide absolument ravissante. Elle a de beaux cheveux noirs soyeux, coupés court, en un dégradé qui met en valeur ses yeux tantôt gris, bleus, ou ambre. Sa bouche rose s’étire rarement pour former un sourire. Lorsque cela arrive, il n’a rien d’amical.
Elle porte une robe noire et rouge. Sur son buste, le corset écarlate ressort, des lacets sombres entrelacés le maintiennent en place. Elle porte une ceinture avec une croix en argent, des collants noirs et de grosses bottes noires et rouges. Une cape carmin est posée sur ses épaules, avec une capuche qu’elle aime à mettre. Elle a toujours avec elle une sorte de faux à l’apparence futuriste. Faux qui ne sert à rien, même pas à éplucher les légumes.
Enfin… ça, c’est ce qu’elle laisse voir.

Sa véritable forme n’a en effet rien d’humain. C’est celle d’un loup noir comme la nuit, aux deux iris flamboyants. Des crocs acérés ressortent dans une gueule semblable à un brasier. Il est énorme, son pelage ébène rappelle les cheveux de la jeune fille de par leur couleur et leur aspect soyeux. C’est un animal calme, puissant et magnifique. Inquiétant, tout de même ?



“ Il y a eu des délires sans fin. Du rouge, une robe teinté de sang. Et l'éternité. „






Il y en a qui ne souviennent plus de ce qu’ils étaient avant de venir ici… moi, je m’en souviens très bien. Je me rappelle ce que j’étais, de ce dont je rêvais et de ce que je faisais. Je me rappelle très bien pourquoi je suis devenu comme ça.
Il y a encore quelques années, j’étais mariée à un psychiatre !

C’est un métier assez ingrat, vous savez. La majorité des personnes dont vous vous occupez ne vous sont au final pas du tout reconnaissant. Pire, tournez leur ne serais-ce qu’une fois le dos, elles vous y planteront une lame. Pourtant, ce métier était ce qui m’intéressait le plus. C’était ce que j’aurais choisi, si la vie me l’avais permis.
Je ne vais pas vous conter ma vie depuis mes premières couches jusqu’à ma mort, cela n’a absolument aucun intérêt. Je me contenterais donc de vous la retracer dans les grandes lignes :
Je suis née lors d’un froid hiver, en Allemagne. Mes parents étaient gentils, mais débordés. Je ne me souviens plus avec exactitude de leurs métiers. J’ai grandi seule, entouré d’adultes. … Passons.
J’ai voulu faire des études de médecine. Si si, je vous jure ! Mais avec la pression familiale qui refusait en plus de me les financer, j’ai finalement dû abandonner. La seule victoire que la vie a pu m’accorder, ç’a été de me marier avec une personne qui exerçait cette profession qui me faisait tant rêver : Heinrich Engelwald. Ce n’était pas un mariage d’amour, je pense d’ailleurs que je ne l’ai jamais vraiment aimé. Juste un moyen de toucher du bout des doigts ce rêve.
Quitte à s’en brûler les ailes ?
Tout d’abord, il a manqué de se faire crever les yeux par un schizophrène. Ensuite, il y a eu cet enfant dont je ne me rappelle plus le nom qui lui a balancé un vase en cristal dessus. Des insultes, des personnes au regard fou ou vague qui lui crachait dessus, alors que tout ce qu’il voulait, c’était les aider. Servir à quelque chose, essayer de les guérir !
J’avais enfin compris qu’il y avait un large fossé entre rêve et réalité. Que ce à quoi j’aspirais, ce n’était finalement pas ce qui me correspondait le mieux, et si j’avais pu devenir psychiatre, je ne serais certainement plus de ce monde… Et pourtant, je me suis mise à haïr mon mari, le haïr pour le simple fait qu’il soit si faible, qu’il ne puisse réaliser mon rêve. Car ce but que je m’étais fixé, je l’avais en quelques sortes délégué à Heinrich. Il ne devait pas échouer ! Et pourtant…
Après dix ans d’efforts constants pour tenter d’aider mon mari à tenir le coup, j’ai finalement changé radicalement de bord. Au lieu d’éloigner la folie de leur esprit, je la faisais s’incruster, s’accrocher de plus en plus à leur raison malade. Puis le plaisir de les voir totalement anéantis est venu. Celui aussi de voir cet homme à qui je m’étais lié se démener comme un fou pour tenter de les ramener à la raison. Et j’ai continué pendant bien longtemps à massacrer leur inconscient ; c’était comme qui dirait une sorte de revanche, non ?
Puis je me suis lassée. Lassée de mon existence morne, briser les hommes et les femmes, avec les seules moyens que je possédais me semblait soudain une occupation comme une autre. Les portes du paradis m’étaient fermées. Alors, à quoi bon tenter de partir tragiquement, comme un martyr ? Je ne voulais pas que mes proches aient un corps sur lequel se lamenter. C’est pourquoi j’ai commencé à préparer mon suicide dans les moindres détails. Ce serait la dernière œuvre de ma courte existence, la plus aboutie.
Je me souviens… il y avait l’alcool qui imbibait le plancher de mon appartement, et un cercle propre qui n’était pas souillé de liquide. J’étais assise, les jambes croisées, sur une chaise, au beau milieu de ce cercle. Je fumais, en repensant à Heinrich. Qu’allait-il faire après ma mort ? Sûrement pas se suicider, il était bien trop croyant et peureux pour cela. Une dague était posée sur ma robe blanche. J’avais jeté ma cigarette par terre et j’avais jeté une allumette en train de se consumer sur l’alcool. Le feu avait très vite pris. La chaleur était de plus en plus forte. Alors j’ai pris la dague et je l’ai enfoncée de toutes mes forces dans ma poitrine. Sans penser un seul instant à l’après.

Lorsque j’ai ouvert les yeux, j’étais consternée. Consternée du fait, tout simplement, que je puisse encore ouvrir mes paupières. J’étais morte, oui ou merde ? Hm… les deux, non ? Au début, tout était flou autour de moi. Puis je me suis enfin levée, vêtue d’une tenue qui me semblait bien étrange ; la capuche que je touchais du bout des doigts ne m’était guère familière… et mon corps, ses courbes étaient plus fines que celles que je possédais avant, plus jeunes aussi… Où étais-je ? Je ne connaissais guère la réponse. Alors je me suis mise à marcher. Et plus je marchais, plus j’aimais ce paysage désolé et cet endroit si particulier. Je jouais du bout des doigts avec l’objet qui se trouvait à mes côtés lors de mon éveil ; une faux, ou du moins en avait-il vaguement la forme. Il semblait bien lourd ; pourtant, lorsque je le portais, il ne pesait pas plus qu’une plume.
Je m’étais arrêté. J’observais avec ravissement les lignes cassées du paysage, lorsque je sentis un souffle brûlant dans le creux de ma gorge. Un rire rauque, et une main qui se posait sur mon épaule. Des dents qui commençaient à entailler doucement ma peau pâle. Un sourire a étiré ma bouche, et je me suis vivement retournée face à l’immondice que je trouvais un peu trop entreprenante. Devant l’aspect de la créature, mon premier réflexe a été un mouvement de recul. Puis j’ai brandis ma faux et je l’ai abattue sur le démon. Rien. Aucun effet. A quoi pouvait-elle bien servir, merde ? A décorer ? J’ai balancé la faux sur le côté, vu qu’elle ne me servait à rien. Et alors que je sentais de nouveau l’abomination sur ma gorge, celle-ci s’est brusquement couverte de poils. Puis tout mon corps ; ma bouche s’est agrandie. Et là, cette forme m’a semblé bien plus dissuasive qu’une simple faux qui ne coupe même pas. Celle d’un gros loup qui semblait sortit tout droit d’un chenil infernal.
Oui, car où pouvais-je bien être si ce n’est en Enfer ?

Les années sont passées, même si la notion de temps n’est pas forcement la même en Enfer que sur terre. Enfin, c’est ce qu’il me semble. Je suis retournée sur terre.
Il y a eu des flammes, des cris et du sang. Un rire hystérique, toujours le même. Le mien. Des corps brisés et des deuils, une capuche rouge qui masquait toujours mon visage. Puis un nom, un nom qui tout d’abord m’agaça puis que j’appris à porter. Puis un jour, j’ai foulé le sol anglais. Sans chercher à plus m’attarder sur les paysages si familiers, j’ai couru jusqu’à Londres. C’était comme si elle m’attendait, comme si elle m’accueillait.
Et là, debout sur un toit alors que la nuit tombe, je cherche du regard le cimetière où ma pierre tombale devrait se trouver.






La lune rieuse observe
L’écarlate mélancolique
Posant un voile de deuil sur son rêve
Et chantant à mi-voix un cantique

Le son rauque s’élève
Tel un requiem, il enchante les étoiles
Un sourire rouge lève la trêve
De sa dague elle déchire la toile

Dansant et riant au milieu des masures
Les larmes dans les yeux, ses sanglots étouffés
Enlevant à ses faiblesses ce mur
Elle les ignore et les laisse se disperser

Au milieu des étoiles, l’océan bleuté
Et la lune d’argent sont seuls témoins
De la larme carmin venant de couler
Essuyée rageusement d’une main

Elle aime la nuit, le soleil et le vent
Les jours calmes enneigés et les flammes dansant
Dans les yeux d’un homme ayant tout perdu
Elle aime les certitudes, mais aussi l’inconnu.







Derrière le masque





Enfaite, c'est quoi ton p'tit surnom ? A toi de m'en donner un !

Je vois et tu as quel âge ? Quatorze piges

Okay et c'est quoi ton niveau en RP ? Je fais environ six cents mots, selon mon inspiration, et hors dialogue

Tu aurais pas un double compte, toi ? Comment ?! Moi ? Euh... oui ♥ Un certain petit ange accro aux maisons de pain d'épices...

Sinon, tu fais quoi dans ta vie ? J'essaie de la réussir...

Tu as trouvé le code du règlement ? Archivé~♪

Mais au faite, comment es-tu atterries là ? Si j'le savais... ~

Tu es en bon terme avec Bob l'Eponge ? Lui ? Ah nan, m'en parlez pas, et puis d'ailleurs, c'est quoi cette question ?

D'ailleurs, t'en pense quoi du forum ? Je le déteste tellement que je me suis fait un DC dessus.

Tes derniers mots mon chou ? Je tiens à préciser que si Clara a une faux, c'est uniquement... décoratif /pan/ Non, mais elle ne coupe pas et n'assomme même pas, alors c'est pas une faux de shini, hein :3


©Cette fiche a été conçu par Juliette pour le forum Black Deal. Tout plagiat est interdit.


Dernière édition par Clara Engelwald le Lun 28 Oct 2013 - 16:08, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

❝ Invité ❞




Message Sujet: Re: Clara Engelwald "Le petit chaperon écarlate"... en êtes-vous bien sûr ? Dim 27 Oct 2013 - 16:01

Yep, parce que je pense que c'est bon ~
J'ai modifié les points qui posaient problème dans l'histoire. Je vous laisse donc vérifier.

Merci d'avance ♪
Revenir en haut Aller en bas
Chrome
avatar

❝ Dégage pour voir ? ❞



Messages : 333
Date d'inscription : 25/06/2012
Age : 19
Localisation : Jamais très loin ~

Vous
Niveau:
100/100  (100/100)
Exp:
1700/1700  (1700/1700)
Enquêtes:
200/200  (200/200)

Message Sujet: Re: Clara Engelwald "Le petit chaperon écarlate"... en êtes-vous bien sûr ? Mar 29 Oct 2013 - 16:29

Bawouh ~ Petit chaperon ~
Alors alors, tu as tout bien remplacée, bonne idée, le mariage :3
Tu as une bonne fiche, quelque fautes, mais rien de flagrant, j'aime beaucoup ton personnage et j'ai beaucoup apprécier la lecture du physique ! Je ne vois pas pourquoi je te retiens plus longtemps...


Tu es validé !

                            Bon RP !


Au plaisir de te jouer avec toi *^*
Je déplace et color ~



Fan Club Chrome (by Jude) :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-deal.monforumgratuit.com En ligne
Contenu sponsorisé

❝ ❞




Message Sujet: Re: Clara Engelwald "Le petit chaperon écarlate"... en êtes-vous bien sûr ?

Revenir en haut Aller en bas

Clara Engelwald "Le petit chaperon écarlate"... en êtes-vous bien sûr ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Attendant son petit chaperon rouge...
» Petit tutorial pour Gimp
» un RP avec le petit chaperon rouge??
» Trou de mémoire et casquette rouge
» L'Enfer de la Mode ! [Fashion-Week Topic - Swann-Clara-Victor]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Black Butler : Black Deal RPG :: Le Pays des Merveilles... :: Kingdom Heart :: Fiches de présentations-