lienlien
PredefKarnevalForum RP FR
Click



 

Partagez|


Abigail L. Walker

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
avatar

❝ Invité ❞




Message Sujet: Abigail L. Walker Jeu 5 Sep 2013 - 1:11

[Merci d'avance TT-TT Pardonnez-moi pour mon talent qui est celui de ne pas pouvoir maintenir le code. ]
Edit Rocky: Pas de problème~♪

« Une citation »
Walker Abigail L.
« Beatrice © Umineko no Naku Koro ni


Nom : Walker

Prénom: Abigail L.

Date de naissance: xx.xx.1869

Age: 20 ans

Lieu de naissance: Londres

Sexe: Féminin

Race: Humain

Rôle: Domestique

Sexualité: Hétérosexuelle


“ Le Caractère



Abigail, qui est-elle ? Oh, ca rime~

C'était une nuit enneigée lorsque je l'ai croisée. Je m'étais absentée de ce banquet, il y avait trop de gens dans cette salle et j'avais perdu ma fleur décorative sur le chemin. Je m'en rappelle comme si c'était hier . J'ai beaucoup de cheveux, s'ils ne sont pas attachés, mon visage est encadré et il semble encore plus petit qu'il ne l'est déjà. J'avais honte. Mon fiancé allait apparaître et la barrette qu'il m'avait offerte ne se trouvait pas là où elle devait être fixée. J'ai donc quitté les lieux pour prendre de l'air frais, réfléchir à la facon d'arranger ma coiffure et j'ai apercu cette jeune femme, elle avait l'air tellement seule. Il me semblait plutôt qu'elle était seulement physiquement présente, qu'elle attendait quelqu'un dans ce froid glacial, légèrement vêtue de sa cape marron. Je l'ai approchée et lui ai posé cette question : N'aimez vous pas ce genre de réunion entre nobles ? Elle ne m'a pas donné de réponse précise, elle disait juste qu'elle ne trouvait personne avec qui parler de ses passions, Abigail était vraiment différente des autres femmes qui passaient leurs temps à parler de leurs futures rencontres dans leurs petits jardins secrets. Du thé qu'elles allaient boire et des gourmandises qu'elles allaient déguster. Des discussions trop ennuyeuses à notre goût, des phrases pour se flatter. Le problème étant que nous n'avons pas le droit de penser ainsi et qu'il faut participer contre notre plein gré. C'est l'image qui compte à notre époque. Mais revenons à Abigail, je m'égare en repensant à cette première rencontre. Elle avait l'air tellement distante, je n'avais aucune idée de ce qui lui manquait, elle m'a regardée avec ce regard vide, mais chaleureux en même temps. J'avais l'impression qu'il ne fallait même pas lui parler, nous nous comprenions parfaitement sans échanges de mots. Abigail demanda la permission avant de toucher mes cheveux, elle fit quelques tresses avant de couvrir les barettes qui rassemblaient les quatres petites nattes par une fleur rouge qu'elle avait trouvée dans la neige. Abby avait trouvé le cadeau que je chérissais tellement. Et je vous assure qu'aucune autre femme n'aurait osé faire cela. Je vous l'ai dit n'est-ce pas, que ce qui était important était l'image que chacun donnait de soi. Abigail m'a empêchée de ridiculiser mon fiancé devant bon nombre de personnes. Elle est généreuse et me semble être une personne qui se soucie beaucoup des gens qui lui sont proches. Mais ce que j'ai vu fait certainement partie de cette fassade qu'elle montre à tout le monde, ou peut-être seulement aux nobles qui lui ont l'air simpathiques. Comme moi par exemple. Ce n'est que plus tard que j'ai découvert qu'elle était une domestique qui attendait le retour de sa maîtresse.



Sous un masque se trouve peut-être un autre, ou pas ?~

Il n'est pas rare pour des jeunes de noblesses d'avoir des professeurs privés. Certains parents croivent qu'un cours individuel est plus effectif. Je vous laisse le choix de décider et de me faire part de notre opinion. Mais cela dépend bien des gens que nous enseignons. Mais il ne m'est jamais arrivé de donner des cours à l'enfant d'une domestique.

Abigail est une élève enthousiaste. Son centre d'intérêt ? Je n'en ai absolument aucune idée. Elle semble être très flexible et trouve une passion à chaque thème proposé. Pour être franc, je n'attends rien d'autre d'une personne qui demande mon aide. Or, comparé à son frère, son rôle de domestique lui va sans doute mieux. Le génie qu'est son frère est un jeune homme à l'avenir prometteur. Je ne dis en aucun cas qu'Abigail est une personne sans talent, au contraire, elle apprend rapidement les choses. Elle ne prend pas ses études et ce qu'on lui apprend à la légère. Je me rappelles de notre septième lecon. Je lui avait dit qu'il ne fallait pas retenir le paragraphe qu'elle avait interprêté, elle m'a répondu comme suit : „Peu importe si cela est important ou pas, je peux le garder dans un coin de mon cerveau, peut-être que cette information me servira un autre moment si ce n'est celui-ci.“ Bien sûr, comme son frère, elle retient plus facilement les choses qui l'intéressent plus que d'autres, mais mais se donne du mal pour assimiler le reste.


Une seule personne ne sait jamais tout~

Vous auriez dû lui demander directement de se décrire. Non, en fait, c'est vraiment mieux de demander ce que les autres pensent de ma grande soeur. Nous avons un an de différence, mais il me semble que nous avons le même âge. Abby s'adapte à la personne à qui elle parle. De ce fait, elle s'entend avec son entourage. Elle peut très bien paraître adulte que enfantine. Parfois j'ai l'impression que son caractère reflète son humeur. Au sein de la famille, lorsque nous passons notre temps libre ensemble, Abigail est souvent joyeuse sauf lorsque je fais des mauvaises blagues. Je ne dis pas qu'elle est cruelle, mais son masque de domestique tombe dès que nous sommes seuls. Elle ne se gêne pas de me dire ce qu'elle pense de mes actes, ma chère grande soeur semble être stricte, mais ce n'est que par amour envers les êtres qu'elle aime par-dessus tout. Vous savez ce qui m'amuse ? De la taquiner. Une personne inconnue la verra comme une personne qui contrôle ses actes et sentiments, mais en réalité, il est tellement facile de la faire sortir de ses gonds ! Ce n'est pas un conseil, détrompez-vous. La première fois que j'ai fais cela, elle m'a tiré par l'oreille et m'a dit qu'il fallait savoir parler aux aînés et avoir un minimum de respect. Nous nous étions même disputés parce qu'elle ne m'avait pas respecté. Mes parents en rient encore aujourd'hui. Elle n'a pas vraiment changé, si ce n'est qu'elle ne prend plus la peine de me tirer par les oreilles. Abby me lance plutôt un regard qui veut dire ce qu'elle pense. Je ne pense que vous me comprenez, même si nous ne sommes pas frère et soeur de sang, nous nous comprenons sans échanger de longues phrases. Ce n'est qu'avec notre famille qu'elle parle sans cacher quoique ce soit, c'est une petite timide devant les invités. De plus, à cause de son rôle de domestique, elle n'a pas le droit de prendre la parole quand elle le désire. Par-contre, je ne nierai pas le fait qu'elle est directe et qu'elle ose lever la voix lorsqu'on dit du mal de nous. À mon avis, c'est un détail qu'elle doit cacher, il y a des choses qu'il faut garder pour soi. J'apprécie son rôle protecteur envers sa famille adoptive, mais c'est mal vu. Or, ce que j'apprécie aussi fortement est aussi le fait qu'elle respecte ses ennemi(e)s. Par „ennemis“ je veux dire ces femmes qui passent souvent leurs temps à boire du thé et à se moquer des semblables. La justice en personne ? Loin de là, loin de là.[…] Ah oui ? Vous pensez ? C'est peut-être vrai. Après tout, elle s'est occupée de nous depuis son plus jeune âge. Abby est avant tout une domestique fidèle à ses devoirs, qui est bonne en celle qu'elle sait faire... Le respect et la satisfaction de son maître sont les premiers points sur sa liste.


Moi, je suis avant tout une domestiqueet je sais me débrouiller si je n'ai plus personne.

Ce que je ferai de mon avenir ? Je ne sais pas. Ce que je n'ignore pas : Cette famille me traite comme sa propre fille, grâce à j'ai eu accès à une meilleure éducation et je les remercie en leur offrant le meilleur service possible.


“ Le Physique





La domestique, comme il se doit~

W a encore grandi. Il est plus jeune qu'elle, mais il semble tellement plus adulte. Est-ce seulement sa taille ? Je dirais un mètre quatre vingt, si c'est ainsi, Abigail doit faire un mètre soixante-dix. Elle ne grandira plus non ? La plupart des femmes ne croissent plus l'âge de dix-huit ans atteint. Je ne trouve cela pas dommage du tout, Abby est une jeune femme dont la taille est parfaite, sans oublier son poids qui est certainement idéal ( cinquante-cinq kilogrammes ). Cette jeune femme a un corps fin, élancé. Ses proportions s'accordent avec sa taille et son poids. Je ne peux pas non plus nier qu'elle est une beauté. Ses longs cheveux d'un blond qui se rapproche de la couleur du gingembre sont naturellement ondulés. Il est dommage qu'elle a toujours la même coiffure lorsqu'elle travaille dans notre résidence. Si je me rappelle bien, ses cheveux lui vont jusqu'aux hanches et chaque matin elle en fait une grande tresse qu'elle enroule pour obtenir un chignon à la fin. D'un autre côté, les deux mèches qu'elle laisse encadrer son visage mettent en valeur ses yeux bleus. Ses cheveux et ses yeux sont d'une couleur tellement claire, sa peau ne fait pas exception. Je dirais même que Abigail est pâle, mais ce n'est rien de négatif.

J'ai essayé de la convaincre plusieurs fois de jeter sa tenue vestimentaire de domestique, mais elle refuse. Je cites : „Si je suis une domestique, je m'habilles comme tel.“
Parfois je ne la comprends pas, quelle est la différence entre le travail dans une robe de dernière mode et celle d'une domestique ? L'une a un style plus simpliste que l'autre, la seconde est plus courte que la première ce qui facilite les besognes dont elle s'occupe chaque jours. Il faut que j'avoue. Cette jeune femme a raison. Si je me rappelles bien, vous avez aussi essayé de la convaincre de choisir une autre couleur plus claire, n'est-ce pas ? Cela fait des années, non depuis le début de son service qu'elle porte ces robes dont la couleur varie entre le bleu ciel et le bleu marine aux boutons noirs. Par-dessus, elle n'oublie jamais de mettre son tablier blanc qu'elle lave soigneusement le jour-même. Si elle y trouve une tâche pendant ses heures de service, elle n'hésite pas à disparaître durant un moment d'inattention et à remplacer le tissu par un autre qui est propre. Si vous regardez bien, sa tenue de travail est toujours repassée et ne présente aucun pli. Les bas blancs qu'elles tirent jusqu'au point le plus haut de ses cuisses sont partiellement recouvertes par ses bottes noires et pour couronner le tout : un ruban, blanc de préférence, noué en forme de noeud autour de son chignon.


La femme, comme elle se doit~

Je me demande si vous avez déjà vu ma soeur lors des heures d'enseignement. Elle n'est en aucun habillée comme une bonne, mais presque comme nous. Mes parents souhaitent qu'elle se vête plus noblement. Vous voyez ce à quoi je fais allusion ? Ces robes au grand décolleté, trainant par terre et parsemées de noeuds qui font office de décoration ? „Chichi“, c'est la facon dont Abby a décrit ces vêtements. Trop de décorations par-ci, par-là et aucun comfort. Elle n'a pas grandement protesté et porte ces tenues en révélant une poitrine de taille qu'aucun homme ne peut négliger. Détrompez-vous, c'est ma soeur, mais vous vouliez une description que personne d'autre ne peut vous donner. Je n'ai pas vraiment le choix... Autre petit détail qui souligne la taille de son torse est ce noeud presque hyperdimensionnel que l'on retrouve sur toutes les robes que ces femmes nobles portent. Je me suis toujours dit que c'était pour attirer l'attention des hommes, mais en réalité, la partie du corps que les femmes ne sont pas censée montrer à tous sont les cuisses, non ? J'ai donc ma réponse. Inutile de préciser qu'elle ne porte pas ses bottes „de travail“. Ma mère lui a offert une paire d'escarpins noires à petits talons qu'elle ne porte que lors des cours privés. Officiellement, elle est une domestique apès tout.


Histoire




Introduction


Son père, un noble âgé de 18 ans. Sa mère une domestique qui commencait sa dix-septième année de vie. La famille du côté maternel travaille pour cette lignée de nobles depuis plusieurs générations. À chaque noble son majordome ou sa domestique, parfois les deux. Le personnel de cette famille a recu l'une des meilleures éducations ce qui fait d'eux une équipe parfaite. La domestique L., principalement occupée par les besognes que lui donne la gente féminine de la famille, s'occupait des différentes tâches ménagères et participait aux travaux dans la cuisine en compagnie du chef cuisinier, dont les repas sont exquises, ainsi que du majordome, principalement responsable du bien-être de son maître M.

Un amour entre un noble et une domestique était impensable à cette époque, ce pourquoi ce genre de relation fut couvert par des mensonges. M. avait une fiancée du nom d'Anabelle Richardson, dont le père est le dirigeant d'une entreprise qui construit et vend des carrosses, cette femme destinée à être son épouse n'ignorait pas qu'il avait une maîtresse, mais le laissa faire. Pourtant, elle était amoureuse de lui et souffrait à chaque fois qu'elle le voyait regarder celle qu'il avait choisie. Sa domestique privée : Lisa qui l'a élevée depuis qu'elle se trouvait dans la berceuse et qui lui porte un amour maternel très fort.



Londres, xx.xx.1867



M. et moi nous sommes promenés dans le parc. Lui est un noble et moi une domestique. Nous n'avons pas le droit de nous montrer en public et M. n'a pas non plus beaucoup de temps à cause de son entreprise. Son père est décédé il y a quelques semaines et le fardeau qu'il doit porter est lourd. J'ai tellement envie de l'aider, mais je n'ai aucune connaissance. Tout ce que je peux faire est mon travail. Je veux qu'il soit heureux. Depuis peu, la résidence connaît notre secret. Cela fait maintenant presque six ans que nous nous fréquentons. Je n'ose rien lui dire, il ne me rend plus visite dans ma chambre depuis plus de deux semaines déjà. Il est triste et occupé. Je sais que c'est une pensée égoiste, mais je le désire près de moi, même si je l'arrache ainsi à sa fiancée pour qui il n'éprouve aucun sentiment amoureux. J'ai mal pour elle. Il ne veut pas l'épouser, mais la famille a déjà fixé une date.



Londres, xx.xx.1868

Le mariage d'M est dans quelques jours. Les heures passent vite et nous avons peur. Sa famille veut nous séparer, mais il a défendu notre relation. Je suis tellement heureuse, la famille nous autorise à garder ce lien, or, il ne doit en aucun cas devenir public. Cela ruinerait l'image de l'homme parfait qu'est mon amour.
Il y a une chose que je ne lui ai jamais révélée. J'ai comme le sentiment que quelqu'un me poursuit et essaie de se débarasser de moi. Ce n'est pas par maladresse que je suis tombée des escaliers la semaine passée. J'ai peur.


Londres, xx.xx.1869


Le printemps annonce sa venue et j'ai une bonne nouvelle. En quelque sorte. Mais c'est une nouvelle qui nous comble de joie. Il y a quelques semaines, j'ai eu des malaises et me sentait fiévreuse assez souvent. Vinrent ensuite les jours où j'ai régulièrement vidé le contenu de mon estomac dans un sceau en métal lorsqu'il se trouvait à ma portée. Je ne sais quoi écrire pour définir le mieux ce bonheur. Bientôt, nous allons être une véritable famille. J'attends impatiemment la naissance de notre enfant. M me consacre tout le temps libre qu'il a même s'il est épuisé. Il dit vouloir profiter ce cet évèment le temps qu'il le pouvait. Je ne comprends pas ce qu'il veut dire, mais nous sommes heureux, c'est ce qui compte. Mais je ne peux m'empêcher d'être naive, je me sens petite-fille... J'ai presque oublié que les tentatives de meurtres qui me visent se font de plus en plus fréquentes, M le sait à présent et il se fait du soucis, Ces cernes deviennent de plus en plus sombre, il a perdu un petit de poids et je suis la seule à pouvoir le remarquer. Ses habits dissimulent sa carrure actuelle.



Londres, xx.xx.1869

Nous avons décidé. Si c'est une fille, elle portera le nom Abigail, M désire lui donner un second nom qui est le mien L. Si c'est un garcon, il portera bien entendu le prénom de son père en seconde position et nous l'appelerons principalement Alexander. Abigail L ou Alexander M, je suis tellement pressée de voir mon petit bout de chou, À chaque fois que je pose ma mère sur mon ventre qui est maintenant énorme, je sens presque chaque mouvement de cet être que je porte depuis presque neuf mois. Ce petit enfant est très sage quand je dors, il ne veut pas réveiller sa mère dans son sommeil, n'est-ce pas ? Mais durant la journée quand papa et maman discutent avec lui, il bouge sans arrêt et papa sent ses coups de pieds lorsqu'il pose sa tête sur mon ventre.


Inutile de noter une fois de plus que la haine que me porte la femme de M n'ait pas disparu. Elle est une bonne femme, généreuse à supporter l'adultère de son mari, mais elle souffre, son regard est si triste... Elle-même n'a pas encore passé sa première nuit avec M. Il refuse de la toucher. Cela fait des jours que j'essaie de le convaincre même si cela me brise le coeur. Ils ont besoin d'un héritier et M ne peut pas se permettre de faire de notre enfant son successeur. Il perdra tout et je pourrai encore moins vivre avec ce fait, je préfère le voir partager le même lit avec une autre femme. Je ne veux pas être coupable. Mais je l'aime. Infiniment.



Chapitre I



Évènement tragique. Lisa décida de se débarasser de L définitivement et fit appel à certains hommes qui faisaient tout pour un peu d'argent. Leur ordre : Tuer cette femme et laisser paraître cet acte comme un meurtre ou bien un accident.

Le xx.xx.1869, L découvrit une personne inconnue dans le jardin de la villa. Cette personne avait l'air blessée, elle décida donc d'en prendre soin, mais lorsqu'elle lui tourna le dos pour aller chercher du matériel, il a kidnappa. C'était un coin très sombre de Londres, il l'avait baillonée et semblait attendre quelqu'un. Figée à cause de la peur, L ne pouvait rien faire à part pleurer. Elle le savait, sa dernière heure avait sonné, mais elle ne pouvait pas laisser cet être dans son ventre mourir. L'amour d'une mère est invincible. Bras et jambres attachés, elle ne pouvait que ramper et espérer rencontrer un passant à cette heure tardive où seules les lanternes de la capitale illuminaient les ruelles. Un tir. Finie la femme.



xx.xx.1869


Je ne sais pas par où commencer. Mon mari... Richard et moi avons décidé de faire un voyage en bateau sur la rivière de Thames. Mais notre séjour a été interrompu par un évènement choquant. La pagaie que tenait le majordome entra avec quelque chose de plus résistant que l'eau. Un corps de femme avait surgis de l'eau, elle était tellement pâle. Je me suis évanouie.

Plus tard, Richard me dit qu'ils avaient pêché cette jeune femme, elle était enceinte et risquait une fausse couche, car elle avait passé beaucoup de temps dans l'eau froide. De plus, elle était grièvement blessée. Notre médecin nous a dit que quelqu'un lui avait tiré dessus. Je ne suis pas à l'aise avec une inconnue dans la résidence de Richard. Nous ne savons pas qui elle est, peut-être était-ce une meurtrière. J'ai peur. Mais Richard refuse de la bannir de notre territoire. Il est un homme généreux qui ne laisse pas une personne blessée sans aide. Je suis heureuse d'avoir épousé une personne qui prend soin de son entourage. Les domestiques sont chargées de s'occuper de notre invitée jusqu'à ce qu'elle se réveille et nous raconte son histoire. Richard dit qu'il va prendre une décision en fonction de ce qu'elle a à dire. Je le trouve parfois trop naif. Et si elle mentait ?



Je dois partir. Il y a une urgence, la femme pousse des cris, je crois que le bébé arrive.




xx.xx.1869



C'est une fille. L, ainsi se nomme la femme que nous avons trouvée, vient de donner naissance à un petit bébé de peau pâle, mais très mignon. C'est une fille et L a déjà choisi son prénom : Abigail L.

Nous en avons aussi appris plus sur notre invitée. Elle était une domestique, mais refuse de nous dire pour quelle famille. Richard et moi avons discuté. L nous a dit qu'une employée de l'ancienne lui en voulait. Pourquoi, je ne sais toujours pas. Je sais que la questionner davantage est inutile. Je vais attendre encore un peu.


À présent, elle fait partie de notre personnel. J'ai voulu avoir une domestique qui jouait aussi le rôle de confidente, une amie. Une personne à qui je peux tout dire sans qu'elle me poignarde dans le dos comme ces femmes nobles qui n'attendent rien à par nous enfoncer dans le sol. L est devenue ma domestique privée. Elle a ce qu'il faut, elle fait parfaitement son travail et fait concurrence au majordome de Richard. J'ai une autre bonne nouvelle, cher journal intime, nous deux aussi, après trois ans de mariage attendons un enfant.



xx.xx.1870



L est une domestique plus fidèle que les autres. Nous sommes devenues de très bonnes amies. Je suis heureuse qu'elle se sente à l'aise dans notre maison. Il y a quelques jours, mon fils a poussé ses premiers cris. Lorsque sa mère s'occupe de moi, Abigail, un an, observe mon enfant avec un grand sourire. J'ai ce rêve, ce souhait qu'un jour, ces deux enfants s'entendent à merveille. Comme frère et soeur.



Chapitre II

Cette famille a un fils unique qui s'entend parfaitement avec une des domestiques : Abigail L. Ils ont l'air d'être frère et soeur et pourtant ils ne le sont pas. Ils jouaient ensemble il y a quelques années, mais maintenant, le fils suit des cours particuliers pour être prêt à prendre la place de son père un jour. Chaque jour, pour quelques heures, des enseignants viennent partager leur savoir et repartent pour revenir le lendemain. Durant ces quelques heures, Abigail et W apprennent en même temps. Richard et sa femme voulaient aussi une fille et ont traité Abigail comme un membre de leur famille. Ils tiennent à ce qu'elle soit éduquée comme leur fils, W. Non pour hériter, mais pour le soutenir le mieux possible. Pour le comprendre.

Personne n'ignore que l'éducation des enfants nobles débute très tôt. Depuis l'âge de sept ans, W consacre une grande partie de sa journée à l'apprentissage.



xx.xx.1877



Abigail va reprendre le flambeau une fois sa mère incapable de travailler. Elle fait les choses exactement de la même facon. Son travail est de qualité, mais elle fait encore quelques fautes que sa mère s'empresse de corriger. Elle n'a que huit ans après tout.

Sinon, elle est aussi une bonne camarade „de classe“ pour W. Abigail fait de son mieux pour nous servir. Elle participe à tous les cours inclus l'escrime. J'hésite. Enfin, Richard et moi hésitons à la faire participer activement. Je me fais beaucoup de soucis, je sais que je n'accompagnerais pas W à jamais, j'ai besoin d'une assurance... Bien sûr, notre majordome qui l'accompagne de temps en temps est aussi capable de le protéger, mais s'il n'était pas là. Je veux prévoir avant de guérir. Je vais en parler avec Richard, nous allons prendre la décision finale ce soir. […]



Je rectifie ce que j'ai écrit avant l'heure du dîner. Richard et moi avons remarqué avec quel enthousiasme cette jeune Abigail regarde les duels d'entrainement en escrime.

Citation : „Puisqu'elle est une membre de notre famille, autant la traiter ainsi !“

C'est donc définitif. Abigail, j'espère que tu vas développer cette passion.


xx.xx.1878



Cela fait maintenant quelques mois qu'Abigail suit les cours d'escrime en même temps que W. Elle a du retard, mais elle se donne du mal pour accomplir son nouveau devoir qui est aussi de veiller à la sécurité de W. Ce n'est pas son rôle, mais c'est ce qui fait d'elle une domestique différente des autres.

Ces deux se disputent pour la première fois à cause des airs protecteurs d'Abby. Elle prend son rôle de grande soeur très au sérieux. Notre W est un petit bonhomme très fier qui n'aime pas qu'on l'aide s'il est capable de régler ses comptes lui-même. Il est comme son père.



Chapitre III



Les maladies ne choisissent pas leurs cibles. Jeunes ou vieux, personne n'y échappe et c'est bien cela qui nous rend tous tristes. Âgée maintenant de quinze ans, vous vous doutez que la jeune Abigail se demande qui est son vrai père. Oui, elle a été chérie comme un membre de cette famille noble, mais non, elle ne peut pas avoir deux mères. Alors, qui est son vrai père ? Elle sait qu'il n'est pas là pour eux, elle n'en connaît pas la raison, mais elle ne le haie pas. Abby voudrait le connaître, mais sa mère ne lui donne aucune information, aucun indice. L ne veut pas blesser sa fille et décide de ne pas éclairer sa lanterne. Comment raconter cette histoire, cette tragédie qu'elle a vécue ? Comment dire qu'elle ne sait même pas si sa moitié est encore en vie, qu'il l'a peut-être même oubliée et qu'il est maintenant heureux avec sa famille ?



xx.xx.1884

Cela fait des jours que L me raconte ses soucis. Abigail devient de plus en plus curieuse et veut se mettre à la recherche de son vrai père. „Ne te plais-tu donc pas ici ?“, lui avons-nous demandé. L'adolescente avait un regard tellement triste et sa mère ne sait plus quoi lui raconter. Même moi, maintenant une amie de longue date, je ne sais rien d'elle.

L est heureuse pour sa fille, elle nous remercie tous les jours d'avoir pris soin d'elle durant les dernières années et d'avoir offert ce genre d'avenir à sa fille. Je suis moi-même curieuse de savoir ce qu'elle nous cache.



xx.xx.1885



L m'a donné son journal intime. Un paquet de feuille déchirées au coin et froissées. Elle m'a dit qu'elle ne l'a plus ouvert depuis plus de quinze ans. Je ne me sens pas à l'aise. Je n'ai aucune intention de me mêler de ses affaires, mais... Je ne sais comment m'exprimer. […]



J'ai commencé à lire le contenu de ce vieux bouquin. La vérité est choquante, mais je ne connais tout de même pas la véritable identité du père d'Abigail, de ce noble qui a laissé son amour souffrir ainsi. Je compatis avec L. Cette femme est très rusée, elle a pris soin de ne pas écrire le nom de famille de son bien-aimé. Il y a tellement de prénom qui commencent par la lettre M... Elle ne nous laisse aucune piste. Et je me dis qu'elle a dû prévoir ce coup depuis longtemps. Faire en sorte que l'on ne reconnaît ni l'auteur de ce journal, ni les protagonistes de sa vie.



À cause de ma passion pour l'escrime, si je peux appeler cela une passion...Plutôt un loisir que j'adore. À cause de ce loisir, je suis en quelque sorte devenue la domestique privée de W. Je fais quasiment tout pour lui sauf s'il est en compagnie de ses parents. Dans ce cas, j'aide le reste du personnel. J'étais heureuse de le faire, c'est une pensée naive, mais si je ne peux pas le soutenir, j'échoue. Mais que faire si cette personne pour laquelle vous êtes responsable tombe malade. Une maladie qui d'après le médecin est incurable ?




xx.xx.1888



Je n'en peux plus. Je ne peux plus voir mon fils souffrir de cette facon. L'année dernière, il allait mieux, mais il a fait une rechute. Le médecin ne voit plus d'espoir et n'arrive pas non plus à trouver la nature de ce mal-être. J'en pleure tous les jours. Richard et L me disent de rester forte, d'être là pour mon chéri jusqu'à la fin, car son souhait serait de voir sa famille souriante avant de partir dans un sommeil éternel. Mais je ne veux pas, je ne veux pas y croire.


Tout le monde est au courant que W est gravement malade, qu'il ne pourra plus jamais être comme avant. Je suis à ses côtés vingt-quatre heures sur vingt-quatre et je peux le dire, il ne lui reste pas beaucoup de temps. Sa respiration est faible, il a parfois des difficultés, mais il sourit comme si de rien n'était. Pour nous rassurer. Je lui souris aussi, c'est ce qu'il souhaite, mais je pleure dans tous les soirs quand je m'absente pour lui chercher à boire. Il est devenu tellement pâle et a perdu tellement de poids qu'il ne tient même plus debout.

Il est couché la plupart du temps, parfois il est assis sur une chaise dans sa chambre et regarde par la fenêtre. Chaque jour, nous nous promenons une fois, il est sur sa chaise roulante, il ne peut rien faire, ca me fait de la peine. Tout ce qu'on fait est parler et encore, cela devient difficile et je finis par le prendre dans mes bras, ce petit frère que j'aime tellement.




xx.xx.1888



La condition de W ne s'améliore guère, je dirais même que c'est le contraire. D'un côté, je veux qu'il reste près de moi, quel parent désire donc voir son enfant mourir avant lui ? Mais d'un autre, je veux qu'il nous quitte pour se débarrasser de sa souffrance. Il m'a dit „Mère, je me sens tellement faible, incapable...“ Je ne savais pas quoi répondre.


Et comme si cela ne suffisait pas, des crimes atroces sont commis au sein de Londres. Jack l'éventreur fait son apparition depuis quelques nuits déjà et les gens retrouvent des cadavres de prostituées vidées de leurs organes. Quel homme est capable de commettre ce genre d'acte ? C'est tellement cruel. Que des soucis. Je confie tout à L, mais cela ne me soulage pas. Je ne sais plus quoi faire.


Je demande toujours la même chose. Je fais toujours la même chose. Tous les jours. Mère ne veut rien me dire. Qui est mon père ? Pourquoi n'est-il pas là alors qu'elle a besoin de lui ? Je n'ai aucune piste. La mort de W nous a tous frappé, ses parents se consolent, nous nous donnons tous du mal. Mais elle n'a personne. Je ne lui suffis pas, je ne peux pas guérir cette blessure que quelqu'un d'autre infligée.




xx.02.1889



Cela fait près de trois mois que W n'est plus là. C'est la première fois en une demie-année que j'ose de nouveau offrir mon journal et de nouveau inscrire quelques mots.

Tout marche bien pour l'entreprise mais rien de marche dans cette résidence. Notre famille est brisée comme un miroir. Ce qui me rappelle qu'il manque une personne ? Le nombre de domestiques, de cuisiniers... D'assistants. C'est pour cela que Richard et moi laissons le choix au personnel de partir s'il le désire. Nous ne voulons garder que notre majordome, un chef de cuisine et L ainsi qu'Abigail, sans bien sûr oublier notre jardinier. Ce n'est pas que nous ne payons plus de salaire, c'est juste que s'asseoir et se morfondre par manque de besognes n'est pas la meilleure solution.


Abigail a décidé de partir. Secret que nous gardons entre nous : Elle part à la recherche de son père. Elle ne le trouvera sans doute pas, mais je lui accorde cette liberté. Se séparer de nous est la meilleure solution pour oublier ce chagrin. J'espère que son prochain maître ne sera pas un tyran. Mais nos portes restent ouvertes et elle le sait.


Derrière le masque





Enfaite, c'est quoi ton p'tit surnom ? Bibi ? 8D

Je vois et tu as quel âge ? -

Okay et c'est quoi ton niveau en RP ? En évolution~

Tu aurais pas un double compte, toi ? Non

Sinon, tu fais quoi dans ta vie ? "A secret makes a woman, woman"~

Tu as trouvé le code du règlement ? Validé~♪

Mais au faite, comment es-tu atterries là ? Par un topsite

Tu es en bon terme avec Bob l'Eponge ? Depuis mon plus jeune âge~


D'ailleurs, t'en pense quoi du forum ? Kuroshitsuji en force !

Tes derniers mots mon chou ? I am at your service, my Lady~


©Cette fiche a été conçu par Juliette pour le forum Black Deal. Tout plagiat est interdit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

❝ Invité ❞




Message Sujet: Re: Abigail L. Walker Jeu 5 Sep 2013 - 15:19

Après de nombreux essais baclés, mon désespoir touche enfin à sa fin ! Merci Rock !
Je signale : Présentation finie~ ( et désolé du double post )
Revenir en haut Aller en bas
Rock Rider
avatar

The Trickster



Messages : 753
Date d'inscription : 28/06/2012

Message Sujet: Re: Abigail L. Walker Ven 6 Sep 2013 - 2:10


C'est à moi de m'excuser. À chaque fois je suis persuadé que le groupe des domestique n'est pas à ma charge x_x
Bref, je me rattrape!
J'ai tout lu et j'approuve tout! Il y a seulement quelques passages dans l'histoire où je ne savais pas qui était le narrateur. Sinon belle présentation!

Fiche validée ~♪


Bon rp parmi nous!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

❝ Invité ❞




Message Sujet: Re: Abigail L. Walker Ven 6 Sep 2013 - 14:01

Haha, c'est fait exprès ._.
Et Merci !
Revenir en haut Aller en bas
Chrome
avatar

❝ Dégage pour voir ? ❞



Messages : 333
Date d'inscription : 25/06/2012
Age : 19
Localisation : Jamais très loin ~

Vous
Niveau:
100/100  (100/100)
Exp:
1700/1700  (1700/1700)
Enquêtes:
200/200  (200/200)

Message Sujet: Re: Abigail L. Walker Ven 6 Sep 2013 - 20:48

Félicitation Bibi <3



Fan Club Chrome (by Jude) :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-deal.monforumgratuit.com
Invité
avatar

❝ Invité ❞




Message Sujet: Re: Abigail L. Walker Ven 6 Sep 2013 - 23:01

Merci, merci ^^
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ ❞




Message Sujet: Re: Abigail L. Walker

Revenir en haut Aller en bas

Abigail L. Walker

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Allen Walker [Attente de validation][Terminé]
» Techniques d'Allen Walker
» Tommy Walker
» Allen walker (fini)
» Présentation Allen Walker
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Black Butler : Black Deal RPG :: Le Pays des Merveilles... :: Kingdom Heart :: Fiches de présentations-