lienlien
PredefKarnevalForum RP FR
Click



 

Partagez|


Allen, un employé incompétent.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
avatar

❝ Invité ❞




Message Sujet: Allen, un employé incompétent. Mar 11 Mar 2014 - 20:49

« Allen, l'employé incompétent. »
Allen Hadkins
« Prussia © Alix Powers : Hetalia»


Nom : Hadkins

Prénom: Allen

Date de naissance: C'était il y a très très très très très très très [...] très très longtemps.

Age: Une trentaine d'apparence.

Lieu de naissance: Angleterre

Sexe: Homme

Race: Dieu de la Mort

Rôle: Faucheur d'âmes

Sexualité: Chromophile Quelle question indiscrète !


“ Le Caractère



Tout le monde se demande ce qu’il fout là. Dans ce bureau désordonné, au milieu d’une tonne de papiers mal rangés, trainant parfois depuis un mois alors qu’ils devraient être rendus depuis un bail. Allen est l’exemple même qui annule tous les clichés circulants au sujet des Dieux de la Mort. Non, sérieux, un Shinigami, vous l’imaginez comment, vous ? Quelqu’un de sérieux, ponctuel, obéissant, qui ne râle pas même lorsque le patron lui demande pour la vingtième fois consécutive de faire des heures supplémentaires… Et bien, Allen –avec peut-être son collègue Ronald, qui lui aussi est un vrai boulet- n’est pas du tout ce genre d’employé.

Il faut savoir qu’Allen n’est pas très apprécié à la Dispatch. En effet, étant loin d’être l’employé modèle, il n’est pas le chouchou du grand patron. C’est pourquoi il se voit souvent remis les tâches ingrates. Heureusement que « Récurer les chiottes » ne fait pas partie du travail de Shinigami, car sinon, croyez moi, Allen passerait sa vie aux toilettes. Hadkins, c’est un peu comme le stagiaire, chez les humains. Vous savez, celui qu’est là pour pas longtemps, le sous-fifre du patron. Celui qui n’est bon qu’à préparer le café, et encore. Et bien, Allen, il est un peu vu comme ça, à la Dispatch. Le boulet absolument inutile, qui n’est bon qu’à toujours être là au mauvais endroit, au mauvais moment. Car, croyez-le où non, mais la Chance, elle s’est aussi dit que ce mec était trop un boulet pour qu’elle soit de son côté. C’est pourquoi, toutes les merdes qui peut arriver à n’importe quel individu du monde entier, ça arrivera forcément à Allen. L’imprimante qui bouffe les feuilles qu’il est entrain de scanner, ou qui tombe en panne, pile au moment où il a décidé de travailler ; le sol glissant qui vient d’être nettoyé et sur lequel personne n’a marché avant lui ; les seules lunettes dont la mise au point n’est pas parfaite ; le pigeon qui a envie de se soulager sur quelqu’un… Tout ça, c’est pour qui ? C’est pour Hadkiiins ! Mais Allen, il s’en fiche d’être mal vu par ses collègues et ses supérieurs. Si eux ne savent pas profiter de leur vie, Allen, lui, ne va pas se priver. Il se fiche totalement de ce que peuvent bien dire les gens dans son dos, et se revendique même comme étant le « boulet de la bande ».


Non vraiment, y a des choses qui font qu’on se demande si Allen n’a pas la poisse. Mais bon, il est relax, il est cool, il se prend pas la tête pour ce genre de choses. En fait, pour tout vous avouer, il ne se prend jamais la tête. Allen, il prend les choses comme elles viennent, et tant pis si elles ne vont pas toujours dans son sens. Il est bien placé pour dire que la vie vaut la peine d’être vécue, et c’est pour ça qu’il a mieux à faire que de rester toute la journée enfermé dans un bureau. Allen, il aime être sur le terrain. Sur Terre, au milieu des mortels. Il aime les observer, les étudier, se fondre dans la population et faire croire que lui aussi, possède son propre passé, ses propres souvenirs. La vérité, c’est qu’Allen n’a aucune idée de ce qu’il était, avant de devenir un Dieu de la Mort. Mais encore une fois, ce n’est pas ça qui va lui saper le moral. Le shinigami est trop posé pour se soucier de son passé. Il vit au jour le jour, sans penser au futur, ni au passé.

Allen, c’est le genre de personne qui prend tout avec le sourire. Il se moque éperdument du regard que les autres portent sur lui, de leurs regards en biais et de leurs messes basses sur son passage. Allen est au dessus de ça. Il vit sa vie, et merde, si les gens ne sont pas content, qu’ils aillent se faire foutre. Il n’est pas du genre à chercher les ennuis, de toute façon. Mais s’ils viennent à lui, Allen ne va pas non plus se défiler comme une gonzesse. Ah non, hein. Et puis, il faut aussi avouer que le shinigami ne manie pas vraiment l’art du langage. Il ne connaît pas le dicton qui dit que la meilleure arme que l’homme possède, c’est les mots. Lui, il règle les problèmes avec ses poings, quitte à finir avec un œil au beurre noir. Mais, comme je vous l’ai dit, ce genre de situations où Allen est obligé d’user de sa force surdimensionnée –ou pas- n’arrive que très rarement, parce qu’il n’est pas du genre à aller chercher les problèmes. Mais bon, comme Allen porte la poisse, les problèmes aiment bien venir à lui. Quand il peut, il les évite. Sinon, ben, ça finit dans le sang et les larmes, quoi.

Sinon, vous l’aurez surement compris, mais Allen n’est pas un bourreau de travail. Il aime prendre son temps lorsqu’il fait quelque chose, et a tendance à tout faire au dernier moment. C’est pas bien, surtout quand on est Dieu de la Mort, et que le patron aime bien multiplier les dossiers à rendre. Bon, maintenant, il doit être habitué au cas Hadkins et doit savoir que le jeune homme se débrouille toujours pour rendre ses dossiers en retard. Ca fait partie du métier, quand on est un flémard professionnel, et qu’on a une vie à côté du boulot. Mais être un boulet incapable n’a jamais dérangé Allen. Au contraire, même, il en est fier. Au milieu de ces employés modèles, toujours à l’heure et bien fringués, Allen se démarque, vous voyez ?

Bon, Allen est un flémard, mais c’est pas pour autant qu’il est con, que ce soit clair. Allen est loin d’être idiot. Il peut même s’avérer être rusé et est maître dans l’art de concocter des plans machiavéliques. On a du mal à le reconnaître, car il n’use pas beaucoup de ses talents, mais il faut savoir qu’il en a dans la caboche, le garçon. Et puis, s’il était idiot et si incapable que ça, il ne serait pas présent à la Dispatch, mh ? En fait, le secret d’Allen, c’est d’osciller entre l’employé acceptable et l’employé absolument médiocre. Il rend, certes, ses rapports en retard, comme le ferait un employé incompétent, mais ceux-ci sont toujours remplis à la perfection, soignés et détaillés, comme ceux d’un employé model et compétant.

Quant à la vie relationnelle du shinigami, elle est aussi vide que la liste d’amis de son patron. Ce qui empêche Allen de créer des liens, c’est son métier. Eh oui. Ses collègues ne veulent pas d’un ami nul comme lui, et Allen ne peut pas se permettre de se lier d’amitié avec un mortel, au risque de devoir prendre son âme. Ce serait trop triste, putain. C’est pourquoi Allen est un homme solitaire. Il aime la compagnie éphémère, les amours d’un soir, les rencontres hasardeuses dans la rue. Allen aime le contact avec l’autre. Même s’il est plutôt maladroit avec les mots et qu’il manque cruellement de tact, Allen reste quelqu’un avec qui il est facile et agréable de discuter. C’est un véritable gentleman et un homme qui aime séduire. Il a tendance à user abusivement du sarcasme, et la pitié est un terme exclu de son vocabulaire. Il est totalement insensible à la douleur d’autrui, mentalement parlant. Lui qui s’est construit un mur face aux sentiments, dans le but de ne plus souffrir, il a oublié la plus part des émotions. L’amour, la tristesse, le manque, la jalousie… ce sont des sentiments dont Allen ignore tout. Et qu’il n’a, d’ailleurs, pas envie de rencontrer.

En quelques mots, Allen n’est pas un mauvais bougre. Il aime profiter de sa vie et de son temps, plutôt que de passer des heures à remplir des dossiers ennuyeux. C’est un comique, il aime faire rire et le contact avec les autres. C’est un gars relax, qui n’est pas du genre à s’angoisser pour rien. Allen est un formidable Dieu de la Mort, même s’il n’est pas toujours à l’heure dans ses rapports…
 


“ Le Physique





Une clope entre les dents, un chapeau panama sur la tête, et son habituel costume sobre de travail. Allen déteste cet accoutrement. Si sombre, si… Banal. Bon, il est classe, son costume. Petite chemise blanche taillée sur mesure, surmontée d’un charmant veston noir. En bas, un pantalon droit et des chaussures noires vernies. C’est classe, mais c’est trop simple, et ça manque cruellement de couleur aux yeux du shinigami. Merde quoi, on dirait qu’il se rend à un enterrement tous les jours, dans cette tenue.

… Bon, c’est presque ça, dans un sens. Le boulot, c’est prendre les souvenirs des gens avant qu’ils ne passent de vie à trépas. C’est un peu sinistre comme boulot, je vous accorde que y a plus joyeux. Mais justement, pourquoi ne pas contraster avec un charmant costume coloré et froufrouté ? Parce que ce serait ridicule ? Mh, OK, je vous l’accorde. On a pas tous les mêmes critères de beauté qu’Allen. Et heureusement, d’ailleurs, parce que sinon, le monde ressemblerait à un carnaval géant.

Allen déambule dans les rues, de sa démarche nonchalante d’homme fatigué. S’il avait pu, il serait venu avec sa cafetière et sa grande tasse remplie du liquide de la vie. Le café, c’est ce qui permet à Allen de rester éveillé, même si ça lui donne un air de zombie. Ouais, l’anticerne, c’était pas encore à la mode à l’époque. Allen devait faire avec. Mais malgré les deux poches noires qu’il a  sous les yeux, Allen reste quelqu’un de charmant. Son regard est perçant et son œil vif. Allen est très observateur. Ses yeux verts passent d’un endroit à un autre rapidement. Alors que la fatigue est à deux doigts de l’emporter, le shinigami passe sa grande main dans ses cheveux gris cendrés.

Un soupire s’échappe de ses lèvres fines et rosées. Merde, il aurait dut dormir un peu plus cette nuit. Sa main tient fermement sa faux de la mort. Cet ustensile qui lui permet de capturer les souvenirs des êtres vivants. Cet ustensile qu’il ne doit négliger sous AUCUN PRETEXTE, et sur lequel il doit veiller comme sur la prunelle de ses yeux. Allen y est attaché, à sa faux de la mort, presque aussi grande que lui, et dont la lame trancherait n’importe quel être en deux parties distinctes, mais comme Allen se réserve de le faire, vous devrez me croire sur parole.

Son ustensile de travail se présente sous la forme d’une simple faux, d’une lame longue d’environ un mètre. Autant dire que c’est pas très discret, et que, comme Allen n’a pas l’allure d’un jardinier venu s’occuper des espaces verts de la ville, il attire quelque peu les regards sur lui. En fait, tout chez Allen est susceptible d’attirer la curiosité et le regard d’autrui. Sa grande taille, sa démarche, son allure, son physique en général. Allen, c’est pas le genre de personne qui se fond facilement dans la masse. Même dans son costume horriblement sobre, le dieu de la mort sait se démarquer et faire que les gens se retournent sur son passage. C’est ça, la classe.


Histoire




Il fait froid. Tu fermes les yeux, ton esprit est envahi par toutes sortes de pensées. C’est dans cette chambre humide, dans la pénombre du soir, que ta vie va se terminer. Peut-être cette nuit, peut-être dans quelques jours, peut-être dans quelques mois. Cette maladie te ronge depuis bien trop longtemps, tu le sais. Il est temps que tout ça se termine. Tu tentes vainement de changer de position. Ton regard se pose sur le ciel étoilé, que tu ne reverras sans doute jamais.

Il y a quelques années, des médecins t’ont diagnostiqué la sclérose latérale amyotrophique, une maladie évolutive qui paralyse doucement chaque muscle du corps, avant d’atteindre le cœur. Tu sais que tu vas mourir. Bientôt. Pourtant, l’idée que toute forme de vie quitte ce corps incapable de bouger ne t’effraie pas. Peut-être parce que, depuis que tu te sais malade, tu as cessé de vivre ? Tu n’existais que par le biais de tes proches, qui venaient te faire la conversation de temps en temps, qui prenaient de tes nouvelles et qui s’occupaient de toi comme on s’occupe d’un enfant en bas âge. Et l’idée d’être dépendant de ton entourage t’avait toujours insupporté.

Allen Hadkins, 27 ans, incapable de tenir sa fourchette tout seul pour se nourrir, enchanté. Sérieux, ça le faisait pas. Et puis, t’avais quand même bien vécu, après tout. T’façon, t’avais jamais eu de grands rêves ambitieux, ni de projets d’avenir, ni de… Si. Un.

Cette fille. Elle s’appelait Alice. Elle avait environ 22 ans, et avait laissé tomber ses études pour se consacrer à sa pation. Cette fille, elle avait un rêve. Elle voulait devenir écrivaine. Elle voulait donner de l'espoir, de la joie, faire rire et émouvoir. Elle voulait laisser une trace de sa personne dans ce monde. Elle était ambitieuse, courageuse, forte… Tout ce que tu aimais. C’est surement pour toutes ces raisons que tu es tombé amoureux. De son sourire, du son de sa voix, de la forme de son visage, de l’éclat de son regard et de la douceur de sa peau… Ouais. Cette fille, c’était la femme de ta vie. C’était la seule personne qui donnait du sens à ta vie.

C’est pourquoi il fallut que tu t’en sépares. Sans rien lui dire, car ça l’aurait blessé. Il fallait que tu partes. C’était comme ça. Comme un voleur, tu avais quitté sa vie. Pour son bien, il fallait qu’elle te déteste, qu’elle te haïsse de l’avoir laissé, qu’elle t’oublie, qu’elle refasse sa vie. Il fallait qu’elle soit heureuse. Pour toi. Tu la regarderais de là haut, tu féliciterais ses exploits… Et tu savais qu’elle penserait à toi. Qu’avec le temps, la douleur se transformerait, que seuls les bons souvenirs resteraient.

En regardant le ciel, ce soir là, ta dernière pensée fut pour elle, avant que tu ne plonges dans un sommeil léger et truffé de cauchemars.

Il y avait un homme. Grand, brun, avec une paire de lunettes carrées. Il était en costume noir, tiré à quatre épingles. Son visage était fermé, il t’était impossible de distinguer son émotion. Il s’avançait vers ton lit. Dans sa main, il tenait un grand objet circulaire, comme un bâton… Au bout, il y avait comme une pince. Il se posta au bord de ton lit. Sa main s'approcha lentement d'Allen, comme si elle allait l'attraper, l'emprisonner à jamais, et…

Allen se réveille en sursaut. Où est-il ? Qu’est-ce qu’il fait là ? Et surtout… Pourquoi ne se souvient-il de rien ? Il regarde autour de lui d’un œil déconcerté, incapable de se souvenir de ce qu’il s’est passé la veille… Incapable… De se souvenir… De tout ce qu’il a vécu… Allen a perdu la mémoire. Il ne se souvient de rien, hormis son nom. Allen Hadkins.


***


Allen est affalé à son bureau, un dossier entre les mains, lisant entre les lignes le rapport qu’il doit rendre pour le lendemain. Peut-être aurait-il du s’y prendre un peu plus tôt ? Bah, ça attendra. En attendant, le dieu de la mort avait mieux à faire.

Cela faisait… Environ deux-cent ans, que Hadkins était devenu un Dieu de la mort. Il avait mis du temps à s’adapter à sa nouvelle vie. C’est surtout les lunettes qui lui avaient posé un problème. Vous trouvez pas que ça fait moche, sur lui ? Bah, lui, en tout cas, il aimait pas trop. Allen avait aussi eu du mal à assimiler le fait qu’il ne pourrait conserver aucun souvenir de sa vie d’avant, que ses supplications n’allaient rien y changer, qu’il devait s’y faire.

Allen avait oublié Alice, sa maladie, tout ce qui concernait son passé. Peut être pour le meilleur, peut-être pour le pire…



Derrière le masque





Enfaite, c'est quoi ton p'tit surnom ? Eh bien, Allen sera très bien o/

Je vois et tu as quel âge ? 15 petites étoiles mignonnes *-*

Okay et c'est quoi ton niveau en RP ? De 500 à 1500 mots, ça dépend de mon inspiration et de ce que mon partenaire m'offre xD

Tu aurais pas un double compte, toi ? Pas pour le moment, mais ça ne saurait tarder !

Sinon, tu fais quoi dans ta vie ? J'écris, j'écris, j'écris, dans l'espoir, qu'un jour, j'écrive au moins aussi bien que.. Je sais pas qui.

Tu as trouvé le code du règlement ? Code archivé~♪

Mais au faite, comment es-tu atterries là ? A bord de ma petite licorne rose à paillettes qui s'est écrasée et pouf ! Me voilà. Elle va bien vous inquiétez pas.

Tu es en bon terme avec Bob l'Eponge ? On projette de se marier

D'ailleurs, t'en pense quoi du forum ? Il est bo! ;x;

Tes derniers mots mon chou ? J'aime les cactus. ♥  ici


©Cette fiche a été conçu par Juliette pour le forum Black Deal. Tout plagiat est interdit.


Dernière édition par Allen Hadkins le Ven 15 Mai 2015 - 23:42, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rock Rider
avatar

The Trickster



Messages : 739
Date d'inscription : 28/06/2012

Message Sujet: Re: Allen, un employé incompétent. Dim 16 Mar 2014 - 1:22


Bien, bien, bien~ Ravi de voir un nouveau collègue~♪

Je m'occupe de votre fiche tout de suite!

Alors, tout me paraît correct. De plus j'aime la touche d'humour du narrateur dans l'histoire x')

Fiche validée ~♪

Bon rp parmi nous Mr. Hadkins~♫


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

❝ Invité ❞




Message Sujet: Re: Allen, un employé incompétent. Dim 16 Mar 2014 - 12:15

Horraaaaaaaay ! /o/
Merci beaucoup Rock, content que ma fiche te plaise ;x; ♪
Revenir en haut Aller en bas
Rock Rider
avatar

The Trickster



Messages : 739
Date d'inscription : 28/06/2012

Message Sujet: Re: Allen, un employé incompétent. Sam 16 Mai 2015 - 0:01

Suite à la mise à jour du personnage, je revalide la nouvelle présentation !

Bon retour parmi nous Mister Hadkins~♪


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

❝ ❞




Message Sujet: Re: Allen, un employé incompétent.

Revenir en haut Aller en bas

Allen, un employé incompétent.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» 400 employés de la mairie de Pétion ville ont été révoqués
» Recruteur cherche employés
» Allen Walker [Attente de validation][Terminé]
» Techniques d'Allen Walker
» un patron italien augmente ses employés de 200€
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Black Butler : Black Deal RPG :: Le Pays des Merveilles... :: Kingdom Heart :: Fiches de présentations-