lienlien
PredefKarnevalForum RP FR
Click



 

Partagez|


Il était une autre fois...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Chrome
avatar

❝ Dégage pour voir ? ❞



Messages : 333
Date d'inscription : 25/06/2012
Age : 19
Localisation : Jamais très loin ~

Vous
Niveau:
100/100  (100/100)
Exp:
1700/1700  (1700/1700)
Enquêtes:
200/200  (200/200)

Message Sujet: Il était une autre fois... Sam 25 Aoû 2012 - 22:14

« Une victoire de plus n'est qu'une défaite de moins »
Melinda Stanley
« Hatsune Miku © Vocaloid»


Nom : Stanley

Prénom: Melinda

Date de naissance: 13 Juillet 1681

Age: 208 ans

Lieu de naissance: Paris

Sexe: Feminin

Race: Shinigami

Rôle: Récupérer les lanternes cinématique

Sexualité: Hétérosexuelle


“ Le Caractère


D’un naturel sérieux, Melinda pourrait paraître calme et posée, cependant quand ses amis jouent avec ses nerfs, elle peut très vite devenir une jeune fille au sang chaud. Même si elle peut paraître froide et distante au premier abord, ce n’est pourtant pas le cas. Sous ses critiques et son ton glacial se cache une demoiselle pleine de vie attachée aux gens qu’elle aime et qu’elle apprécie. Son défaut premier est d’avoir mauvaise foi, en effet elle assume difficilement ses faiblesses étant un tantinet orgueilleuse, n’acceptera jamais le fait d’avoir tort et acceptera encore moins de dire ce qu’elle ressent. Les personnes proches qui la côtoient, savent parfaitement ce qu’il en est et ils ne se gênent pas pour souligner le fait qu’elle paraît très enfantine, à son plus grand agacement. Si elle arrive à le cacher aux yeux des autres, il ne fait cependant aucun doute sur les sentiments qu’elle porte à Matthew, un jeune homme qu’elle rencontrera après sa mutation en Angleterre. Même si il l’agace au plus au point et que ses mots peuvent paraître blessants, ils ne sont que mensonge car elle préférerait mourir plutôt que de lui avouer ses sentiments. Elle à cependant une très grande affection pour Alicia, son amie d’enfance qui est aussi sa confidente, elle lui porte une attention toute particulière, même si leurs points de vue sont totalement différents et qu’elles non rien en commun. Même si elle ne le montre pas, elle peut être très stressée et intimidée, le fait aussi qu’elle soit une des rares femmes à la Dispatch joue beaucoup là-dessus car la discrimination est quasi-constante avec ses collègues. Mais elle sait, que quoi qu’il arrive, elle pourra toujours compter sur ses amis.

“ Le Physique




Melinda est jeune fille mesurant dans les un mètre soixante-deux pour cinquante-trois kilos. D’une faible constitution, elle paraît frêle et fragile mais elle est plus robuste qu’on le croirait. Sa longue chevelure turquoise est souvent attachée en deux longues couettes disposées sur chaque côté de sa tête. Il n’est cependant pas rare de la voir avec les cheveux détachés ou tout simplement ramenés en arrière. Son visage de porcelaine renforce son air de petite poupée et, pour cause, ses grands yeux verts amande aux reflets or sont affublés de grosse lunette rouge, ses traits sont fins et doux, elle possède de belles petites pommettes et dispose de lèvres pulpeuses d’un rose presque translucide.
Si Melinda ne le montre pas, il faut savoir qu’elle complexe énormément sur son physique, tel que ses cheveux roux qu’elle a ensuite teints, les talons qu’elle porte pour ne pas paraître trop petite et malgré ses vains efforts, elle ne peut rien faire pour les courbes de son corps. Trop plate, trop fine avec cette impression de planche à pain, elle envie les femmes à la Dispatch aux poitrines généreuse, aux longs cheveux blonds et aux charmes naturel. Mais bien entendue, elle ne deviendrais jamais superficielle pour avoir ce qu’elle veut, elle porte une grande estime à l’originalité qui est quasi-absente au travail. Les vêtements, la mode et le maquillage n’intéresse pas la jeune fille, au plus grand désarrois de son amie Alicia, il lui arrive cependant de mettre sur elle des affaires personnel au quel elle tiens.
Quand à son style vestimentaire, elle n’à d’autre choix que de porter l’uniforme des Shinigamis, c’est à dire un costard cravate et un pantalon, tout l’ensemble noir. Même si elle porte très peu d'objet personnel, la jeune fille cache sous sa manche droite un simple bracelet orné d’un cœur en argent qu’elle garde secret précieusement.


Histoire



Il y a fort longtemps de cela, dans la capitale de France en 1681, vivait une modeste famille constituée de deux parents et d’une petite fille qui ne devait pas avoir plus d’un an. Leur mode de vie était banal, tout ce qu’on attendait d’une famille à cette époque. La mère travaillais au logis, nourrissais son enfant, préparais à manger pour qu’au retour de son mari, la maison soit propre et impeccable. Ce dernier travaillait dans une ferronnerie et ne rentrais que tard le soir, ayant peu de jours de repos. Quand à la petite fille, elle se nommait Melinda, Melinda Stanley, elle avait déjà une petite touffe de cheveux roux qui ornait son front. Les années passèrent et petit à petit, la vie changea. Treize ans plus tard, la jeune Melinda avait déjà bien grandis et mûrie, elle devenait de jour en jour une belle demoiselle mais ses cheveux roux et sa petite taille commençaient à la complexer. Cependant, les Stanley était heureux et avais le confort nécessaire pour leurs besoins. Mais alors que leur petite bulle de Paradis se formait, elle se brisa soudainement. C’était un soir pluvieux, voir orageux, le ciel était remplis de nuages gris et l’air se faisait lourd. Dans le logis, les fenêtres claquaient quelque peu sous la force du vent, mais le brouhaha n’était pas dû à cela, non, une dispute éclatait belle et bien. Mr Stanley avait avoué à sa femme qu’il avait perdu son travail le matin même. Furieuse, son épouse voulait plus d’ample explication, car sans travail, ils étaient perdus. La jeune fille qui était cachée dans le hall d’escalier, écoutait en silence les cris de ses parents, baissant la tête, sans dire un mot, elle regagnait sa chambre en silence, s’enfermant à l’intérieure. Les oiseaux piaillaient sous les faibles rayons de l’aube, annonçant le petit matin, un chat tigrés les regardaient avec avidité, trop tenté, il grimpait jusqu’au haut du bâtiment, mais malheureusement pour lui, il glissait et tombait à terre, enlevant quelques tuiles au passage, sous le regards moqueurs des mésanges. Melinda se réveillait sous le bruit de la chute, ses yeux s’habituèrent peu à peu à la lumière et elle vit qu’elle s’était endormie habillée sur son lit, elle sentait encore les traces des larmes sur ses joues. Se lavant, se recoiffant et se rhabillant prestement, la jeune fille descendit au rez-de-chaussée inhabituellement calme. Elle y découvrit alors sa mère en larme, assise, emmitouflée dans une couverture. Un soudain sentiment de culpabilité indéchiffrable lui transperçait le cœur, ressentant aussi un petit peu de pitié, sans vraiment savoir pourquoi. Melinda s’approcha doucement de sa mère puis s’arrêta net. Cette dernière n’avait même l’air d’avoir conscience que sa fille la regardait, elle paraissait morte, morte avec des yeux morts et un visage mort. La jeune fille se retourna, chaussa ses chaussures à talons et sortie de la maison sans être retenue. Le ciel était clair, contrairement à la vieille, l’air était doux et il faisait bon. Elle savait ce qui avait dû se passer. Son père les avait abandonnés lâchement, les laissant à leurs misères. La petite rousse avait si mal, son cœur saignait mais ses larmes avaient arrêtés de couler.Melinda était une fille qu’on aurait pu dire comme les autres. Sa petite carrure et ses cheveux roux la gênait profondément, elle qui aurait voulue être grande avec de longs cheveux blond. Elle n’avait rien de particulier qu’elle pouvait mettre en valeur mais elle aimait beaucoup la particularité de ses yeux : Ils étaient vert amande avec des reflets or. La jeune fille n’aspirait qu’a être une parfaite épouse, elle n’avait pas d’autre but dans la vie, elle aurait voulue avoir des parents riches pour pouvoir vivre dans un cadre d’orée, elle aurait voulue être grande et blonde, mais elle n’avait rien de cela, elle avait beaucoup plus, mais elle ne le savait pas encore.Trois ans plus tard…Des bruits de pas martelant le planché se faisaient entendre dans la maisonnée, des voix s’élevaient dans la douceur du matin, faisant un boucan pas possible. Melinda avait maintenant dix-sept ans, elle était devenue une belle jeune femme, toujours aussi petite, toujours avec ses longs cheveux roux mais avec un caractère bien plus affirmé. Elle portait aussi des lunettes ayant une vue épouvantable. Maintenant, c’est elle qui devait s’occuper des tâches ménagères et de tout ce qui se trouvait dans la maison, sa mère ayant des problèmes de dos, c’était donc sur elle que tout reposais. De ce fait, sa détermination et sa joie de vivre étaient quasi constantes même si ce n’était qu’une façade qu’elle montrait à sa mère. Aujourd’hui, c’était son anniversaire mais la jeune femme avait l’air de l’avoir oublié, elle courait dans la bâtisse. Energique, elle faisait toujours tout à vive allure. C’est alors qu’elle alla chercher le pain, embrassant sa mère, se chaussant, elle partie bien vite pour s’arrêter instantanément sur la pallier de la porte. Baissant la tête, ses lèvres se firent tremblante mais ses yeux étaient secs et éteins quand elle les releva. Elle marchait droit devant elle, habituée au chemin qu’elle prenait, elle ne fit pas attention et rentra la tête la première contre quelqu’un. Il faisait clair et beau, personne n’était dehors, il était bien trop tôt, c’est pour cela qu’elle fut surprise de voir son amie, Alicia. Cette dernière était de même taille que la jeune rousse, elle était mince et avait des cheveux châtain court. Melinda l’avait toujours enviée, elle était très mignonne et féminine. Cependant, à cet instant, elle paraissait paniquée. Et en effet, quand Melinda lui adressa la parole, elle lui prit violemment le poignet et elles coururent à toute jambes. Paniquée, la jeune fille essaya de raisonner son amie, mais rien à faire, elle ne la lâchait pas, continuant leur course folle jusqu'à en avoir des crampes. Puis tout aussi soudainement, elles prirent un tournant et se cachèrent dans une ruelle sombre. « Mais que se passe-t-il ? » demanda Melinda, mais la main de son amie se plaqua instantanément sur sa bouche, l’empêchant de poursuivre. Jetant des regards de gauche à droite, celle-ci lui murmura à l’oreille : « Il y a quelqu’un qui me suit ». Surprise, elle lui lança un regard interrogateur mais à ce moment même, Alicia se crispa, fixant avec terreur quelque chose qui se trouvait droit devant elle. Melinda, toujours aussi confuse, regarda dans sa direction et c’est là, qu’elle le vit.Un homme de grande taille avec des cheveux blonds, des lunettes noir, portant des habits bien étranges. Mais ce qui interpella la jeune rousse, ce n’était pas son air sérieux, sa faucille ou même les dossiers qu’ils portaient dans la main gauche…Non, c’était ses yeux. Ils étaient pareils à ceux d’Alicia et en réfléchissant bien, ils étaient tout aussi pareils que les siens : Vert amande avec des reflets or. C’est peut être pour ça qu’elle ne fit pas un geste. C’est peut être pour ça qu’elle le vit s’avancer sans appréhension. C’est peut être à cause de cette soudaine confiance qu’elle ne vit pas le coup arriver et qu’elle regarda sans brancher, son amie se faire immobiliser contre le mur de pierre. C’est alors qu’elle repris ses esprits et qu’elle se mit en tête d’aider son amie en criant à plein poumons : « Lâchez-là ! » Mais rien n’y fit, le jeune blond était bien trop fort. Ce dernier, exaspéré, plaqua la jeune Melinda, comme il l’avait fait pour son amie, et c’est avec ce même air blasé qu’il lui demanda : « Mesdemoiselles, je vous prierez de bien vouloir m’écouter, je ne veux pas vous faire de mal ». Mais elles n’en crurent pas un traite mot et continuèrent à se débattre de plus belle. Alors l’homme pris les choses en main et lui coupèrent la respiration avec un coup bien placé et il repris : « Si vous voulez bien m’écouter maintenant. Je suis venu pour vous chercher et vous ramener dans notre monde. Il se trouve que vous avez les aptitudes requises pour entrer dans nos rangs. Alors… - Il jeta un œil à ses dossiers - …Mademoiselle Stanley et Mademoiselle Evans, je vous prierai de bien me suivre sans opposer la moindre résistance » puis il murmura quelque chose comme quoi les heures supplémentaires n’était pas permises.Cependant, plus il lui déblatérais son discours, moins Melinda comprenais. Venir nous chercher ? Aptitudes ? Rangs ? Notre monde ? Comment connaissait-il leurs noms ? Toute ses questions se bousculaient dans sa tête mais tout ses efforts ne servirent à rien, elle ne comprenait rien et à la vue de son amie, elle compris qu’elle n’était pas la seule. « Que…Je ne…comprend pas… » murmura cette dernière. L’homme poussa un soupir, lassé et lui répondit le plus normalement possible: « Vous êtes des Shinigamis ».Des Shinigamis ? Ces êtres qui prenaient la vie des personnes mourante ? Si elles n’avaient pas l’air choquées, leurs têtes devaient faire six pieds de long et il du le remarquer, car il continua : « Je me nomme Armand Anderson. Je suis un Shinigami en mission, recherchant Mlle Stanley et Mlle Evans pour vous emmener dans notre monde où votre formation débutera. Vous ne pourrez revenir sur Terre qu’après l’acquisition de vos diplômes. Bien, si tout est clair, notre discutions se poursuivra dans mon bureau ». Ni une, ni deux, il déposa chacune de ses mains sur l’épaules des jeunes filles et ils disparurent dans une volute de fumé. Dix ans plus tard…Des pas résonnaient, égales, droit, distinct. Nous nous trouvions dans un endroit bien étrange, sortis d’un autre temps. Les murs étaient blancs, les fenêtres étaient en bais vitrées et les couloirs étaient parcourut par d’étranges personnes en smoking noir. Dans tout cela, se trouvait une jeune femme, une unique jeune femme aux longs cheveux turquoise qui regardais ses congénères masculins avec dédains. Elle était petite avec des lunettes grises, standar, son uniforme était parfait, lisse et soigné, ses cheveux, eux, étaient mi-long, lui tombant en cascade sur le dos.Son prénom ? Melinda, Melinda Stanley.Après leurs admission chez les Shinigamis, Monsieur Anderson leurs avaient expliquées qu’elles avaient été choisies pour être sujet d’un test, un test pour savoir si les jeunes femmes de la Dispatch Shinigamis Society pouvaient accomplir le travail de terrain, réservé jusqu’à présent, aux hommes plus qualifiés, d’après des études. Leur but était de montrer si, après plusieurs années d’entrainement intensif, les femmes étaient tout aussi aptes à ce travail. Obligées et résolues de montrer de quoi elles étaient capables, elles avaient acceptés. Puis leurs discutions s’était orientée vers une autre direction. Melinda avaient demandée quand elles pourraient toute deux revenir sur Terre pour retrouver leurs familles. La réponse avait été un choc : elles ne pourraient revenir sur Terre qu’après leurs formation qui pouvait bien durée un siècle.Puis le temps a passé et elles se sont trouvées une raison pour accomplir leurs taches avec brio, mais au fond d’elle, Melinda voulait revoir sa mère. Après son mari, voilà sa fille qui disparaît, elle devait être morte d’inquiétude, es-ce qu’elle croyait que Melinda l’avait abandonné ? Comme son père ? Que fera-t-elle ? Pourrat-elle s’occuper seule de la maison ? La reverra-t-elle seulement un jour ?Toutes ces questions avaient turlupinés la jeune fille pendant des mois, mais elle avait compris bien vite que le fait de se lamenter dans son coin ne servait à rien, elle devait faire ce qu’elle avait à faire le plus vite possible, pour pouvoir rentrer chez elle à temps ! Mais voilà…Tout ne se passait pas comme prévue et elle vit qu’elle était très loin d’arriver à un résultat, elle cumulait retard sur retard, ne rendais pas le travail à temps et était bien loin du niveau pour pouvoir arriver à manier convenablement une faux. Mais jamais, au grand jamais, elle n’abandonnerait. Aucune femme n’avait pu travailler sur Terre et elle voulait bien être la première. C’était là, les deux buts qu’elle s’était mise en tête de réaliser Le plus dure ce n’était pas le travail, loin de là, c’était la discrimination constante qu’elle devait subir et cela depuis dix longues années. Mais elle n’était pas seule, Alicia aussi peinait dans son travail et recevait quotidiennement des sarcasmes de ses congénères. C’est pour quoi, Melinda c’était créé une bulle de protection, devenant froide, distante et orgueilleuse. Jamais elle ne se laisserait marcher sur les pieds…Du moins, elle l’espère.Les années passèrent et petit à petit, la situation changea…Trente ans plus tard…Nous voilà en 1734, la jeune Melinda commence à faire ses preuves petit à petit, elle n’était plus en retard aux réunions, remplissait comme il se devait les dossiers et s’améliorait dans maniement de son outil de travail. Il en est de même pour Alicia, qui devient même plus performante que sa partenaire. Cependant, maintenant que autant de temps était passé, la jeune fille savait parfaitement qu’elle ne reverrait jamais sa mère, elle ne devait plus être de ce monde à l’heure qu’il était. Mais au lieu de la démoraliser, au contraire, cela la motivait encore plus ! Elle avait échoué une fois, elle devait maintenant rattraper le coup et montrer qu’elle était capable de satisfaire les gens autour d’elle.C’est alors qu’un jour, un jour comme les autres, un jour d’hiver 1746, Melinda devait se rendre dans le bureau de son mentor, elle fut surprise quand elle vit qu’il n’était pas seul, un jeune homme aussi se tenait dans la pièce. Un grand brun au visage fermé. Quand elle entra, ils stoppèrent leur conversation et ils abordèrent le sujet qui les amenait là…« L’EXAMEN ?! »

Derrière le masque



Enfaite, c'est quoi ton p'tit surnom ? Appelle moi "Déesse" darling *-* /SBAF/ "Mel" suffira alors ._.

Je vois et tu as quel âge ? J'ai 14 ans *-*...La jeunotte entourée de vieux, quoi .w. /SBAF/

Okay et c'est quoi ton niveau en RP ? Bah...Quand je métrise bien mon perso, je prend plaisir à écrire, donc pas trop mal, mais sinon, bof-bof ._. Ca fait 1 an que j'en fait *-*

Tu aurais pas un double compte, toi ? Ouiiiiiii ~ Devinez qui...? 8D

Sinon, tu fais quoi dans ta vie ? Dans ma vie ? Oh bah j'fais plein truc hein *-* Je mange, je dors, je me lave et je vais au toilette déjà *-* /BUS/ Sinon je joue aux jeux vidéos, je regarde des dramas, je code au feeling, je lis des mangas et des romans, j'écrit et je parle sur internet, je fais mes devoirs vous devez y croire, je bave sur les images de Sebby, je me fais des trips toute seule sous ma douche, j'imagine mon mariage avec un acteur que j'aime bien, je dessine autant que possible, je regarde mes émissions à la télé, je joue avec mon chat, j'essaie d'arrêter de grignoter mais j'y arrive pas, je vais sur mon face de bouque, je graph' un ch'tit chouillia puis..puis...Bah vouala *-* *MUR*

Tu as trouvé le code du règlement ? Mieux, je l'ai écrit 8D

Mais au faite, comment es-tu atterries là ? Je l'ai sorti de mon chapeau '-'

Elle gères les Staffieuse, hein ? Piiire ! Elles gères la fougère, les arbres et même les buissons *-*

D'ailleurs, t'en pense quoi du forum ? Et vous, vous en pensez quoi ? x)

Tes derniers mots mon chou ? Je vais me faire tuer à coup de cuillère en argent *-*


©Cette fiche a été conçu par Melinda pour le forum Black Deal. Tout plagiat est interdit.



Histoire


Alicia et Melinda se trouvaient dans la bibliothèque des Dieux de la Mort où elles feuilletaient sans conviction des registres, leurs véritables raison de leurs venues ici, étaient que Melinda avait voulue confier en toute discrétion ce qu’on attendait d’elle. Discrétion qui venait tout juste de partir en fumé. « Chut ! Pas si fort ! » avait répliquée la jeune fille au bord de la crise de nerf, tellement elle était stressée par ce qui l’attendait. Ensuite, elle lui raconta en détails ce qui c’était passé, ce qu’elle devait faire, quand cela aurait lieu…« Donc si je récapitule… Tu seras en duo avec un homme, vous devrez aller sur Terre pour rendre le jugement à un humain proche de la mort ? Mais… ». L’intéressée acquiesça et continua à sa place : « Exactement ! Pourquoi moi ? Tu es bien plus apte que moi pour passer l’examen ! J’ai encore à apprendre, je suis loin du niveau de mon partenaire et puis…et puis… ». Alicia lui posa un doigt sur les lèvres et secoua la tête de gauche à droite. « Moi, si je suis arrivée à ce résultat, c’est seulement parce que tu m’as montrer la marche à suivre. La force que tu déployais, tes convictions et ton envie inépuisable de réussir, m’a pris conscience de certaine chose. Je possède peut être plus de faculté pour le maniement d’arme, je suis peut être plus exemplaire sur certain terrain…Mais tu as indéniablement quelque chose que je n’ai pas. L’espoir…Le courage… ». Cette fois-ci, se fut Melinda qui arrêta sa tirade : « Ce n’est pas comme ça que j’arriverais à remporter l’examen ! Le courage, l’espoir, ce ne sont que des artifices ! »Alicia avait rit de bon cœur et lui avait soufflé : « Ta faiblesse, c’est ton manque de confiance en toi. »L’examen était prévu l’année prochaine et bien qu’Alicia était certaine de ses qualités qu’elle savait ne pas posséder, elle lui avait montrée qu’elle n’était pas sans valeur. Oui, son atout était l’espoir qu’elle tenait depuis toutes ses années. L’espoir qu’elle avait vainement fondée pour revoir sa mère à temps, l’espoir qu’elle déployait de toutes ses forces pour réussir le test…Le test…Et si en plus de l’examen, il l’évaluait aussi pour le test ? De nouveau elle paniqua. Plus les jours passaient, plus Melinda avait l’air pâle et fatiguée, mais c’était de bonne cause, résolue à réussir haut là main le test et l’examen, elle s’était mise en tête de s’entrainer durement pour pouvoir développer ses capacités. Mais ce n’est que sept mois plus tard que son dur labeur porta enfin ses fruits. Elle ce sentait enfin prête à affronter la suite des événements. C’est comme ceci que le 22 janvier, Melinda parti vers le bureau avec l’impression de monter sur l’échafaud, quand elle entra, le même jeune homme qu’elle avait rencontré un an au paravent était posté en plein milieu de la pièce avec ce même air fermé. Quand elle le rejoignit, elle remarqua qu’ils n’étaient pas seuls, devant eux se tenaient deux jeunes hommes derrière un bureau, le premier était Mr Anderson, l’autre était un jeune homme qui lui était totalement inconnu. Ce dernier pris la parole : « Bien, tout le monde est là. Tout d’abord, je m’appelle Christian Smith. Cette année j’ai été désigné pour former les nouvelles recrues à l’examen final. » Il remettait ses lunettes et continuait. « C’est donc moi qui vous guiderais pendant votre période de stage. Si vous avez des questions, vous pouvez venir me les poser. Bien, pour commencer…Oui ? » Le jeune homme au visage fermé avait levé la main. « Monsieur Smith, j’ai entendu dire que certain humain ne méritaient pas de mourir ? » « Bien entendus. Ceux qui sont utile à la société, ceux grâce à qui le monde change en profondeur peuvent être retiré de la liste des morts. Mais de tel cas sont rarissime, nous nous bornons à vérifier qu’on n’est pas face à une exception. Nous appliquons les instructions sans émotion, sereinement. Bien, vous serez évalués en fonction de vos compétences pratiques, vos compétences théoriques et vos valeurs morales. A là fin de votre stage, vous passerez l’examen final. » C’est donc trois mois plus tard qu’ils se retrouvèrent tout les quatre dans la même pièce, tendus. Melinda était sûr d’avoir réussis la pratique mais elle avait des doutes quand au résultat de la théorie.Monsieur Smith se leva et pris la feuille qui était posé sur le bureau. « Nous allons vous donner le sujet de votre épreuve pratique.Melinda Stanley. Compétences pratique : A. Compétence théorique : B. Valeur morale : Triple A. Moyenne : A.Edward Maud: Compétence pratique : Triple A. Compétence théorique : A. Valeur morale : B. Moyenne : A. » C’est comme si la tension avait laissé place au soulagement, Melinda respira un grand coup, elle avait réussis cette étape, la suite avait l’air plus accessible à présent. Monsieur Smith repris alors : « La mort est prévue dans un mois. Durant cet intervalle, vous devrez déterminer si oui ou non, cet humain mérite la mort. Vous pouvez rendre vos conclusions avant la fin de ce délai. » Alexandre déposa un dossier sur la table. « Voici les documents concernant l’individu. Bonne chance ! »Cette fois-ci, nous nous trouvions sur Terre le 3 avril, toujours en 1735, plus précisément en plein nord de Paris. Melinda et Edward se trouvaient sur un des toits, dans la pénombre du crépuscule, le jeune homme tenait dans sa main les dossiers que leur avait donnés Monsieur Anderson. La jeune fille regardait la ville dans son immensité, un sentiment de nostalgie la submergea, mais encore une fois, aucune larme ne se faisait paraître.« Tu te rends compte que tu es la première femme à mettre les pieds sur Terre ? » demanda son collègue en coupant court au long cheminement des pensés de la petite. « Hein ? Quoi ? Oh…Umh… ». Melinda qui avait tant travaillée, tant bravée de chemin et d’injustice pour arriver à ce stade…Ne ressentais plus rien. « Umh ? UMH ? Ce qui débouchera du résultat de l’examen n’a donc aucune valeur à tes yeux ? Je te ferais dire quand ce moment même, le destin de plusieurs femmes et entre tes mains ! Tu les représentes ! » La jeune fille releva à la tête et demanda dans un ton vague, comme ensommeillée : « Je les représentes… ? ». Puis soudain, comme si elle sortait d’un rêve éveillée, elle lança à voix haute, paniquée : « Mais oui ! Je les représente ! Toutes ses années, c’était pour y arriver ! Je dois nous donner la victoire ! » Perplexe, le jeune homme lui demanda de quel victoire elle parlait. « Notre victoire, la victoire des femmes, pour mettre un thermes aux discriminations ! ». Elle regarda alors avec stupéfaction Edward éclater de rire et lui répondre : « Haha ! Alors tu crois vraiment que les femmes sont aptes à être sur le terrain ? Elle ne sont bonne qu’à être derrière des bureaux, elles ont trop d’émotion pour pratiquer un travail pareil et tu ne fais pas exception à la règle, tu ne peux pas savoir comment j’ai été déçus en voyant mon binômes, mais qu’importe, tant que j’ai mon diplôme, une personne aussi faible que toi ne fais pas le poids. » C’est sur ces dernier mot qu’il partis, la laissant seule.Elle marchait dans une ruelle étroite, en réfléchissant aux dires du jeune homme. Tout cela lui donnait envie de vomir, les stéréotypes et les préjugés sont si intenses. Mais qu’importe, cela lui passait au dessus de la tête. Elle regarda où ses pas l’avait emmenée et avec stupéfaction, elle reconnue la rue qu’elle prenait il y avait de sa des années, des années qui lui paraissait une éternité à cet instant, quand elle partait le matin chercher du pain. Elle longea le mur, bifurqua à gauche et avança tout droit devant elle. C’est là qu’elle la vis, pareil à ses souvenirs avec la porte en bois, la cheminée penchée, oui, la maison, là où tout avait commencé. Tremblante, elle se rapprocha mais s’arrêta net : elle entendait des bruits de conversation dans la bâtisse, des voix, des voix qu’elle ne connaissait pas. Elle recula alors. C’était donc vrai ? Sa mère n’était plus ? La maison avait été prise ? Elle était arrivée trop tard ? Qu’étaient ses derniers mots ? L’avait-elle hais ?En fin de compte, elle était persuadée que tout ceci était le cas, elle c’était faite une raison mais plus dur est la réalité quand on la voie de nos propre yeux.Alors elle se détourna, s’élança droit devant elle, s’éloignant petit à petit de ce qui était, avant, sa demeure. Les larmes aux yeux, les lèvres tremblante, la jeune fille ne s’arrêtais pas, continuant de courir sans réelle destination, elle voulais juste partir, disparaître, être quelqu’un d’autre, n’importe qui !Mais sa course folle s’arrêta quand elle entendit le bruit d’une explosion un peu plus loin. Toujours sur le coup de l’émotion, elle s’avança et ce qu’elle vit la figea de terreur.Il était grand, fort et musclés, sa peau d’ivoire tranchait avec sa combinaison de cuir, il portait des talons hauts et ses mains étaient recouvertes de cette même combinaison où on apercevait tout de même de longues griffes. Ses cheveux noirs, ses yeux rouges et ses canines le rendaient terrifiant et la noirceur qui sortait de cet être accentuait son côté monstrueux.C’était la première fois que Melinda voyait un Démon.Mais son regard se porta vers le mur, un peu plus loin, source du vacarme, il était en ruine et la personne qui se trouvait dans les débris n’était autre qu’Edward. Cependant, dans tout ce vacarme, ils n’étaient pas seuls, non, au milieu de tout ça se trouvait un jeune homme aux cheveux châtain, qui semblait être humain, la terreur se lisait sur son visage blafard. Plus elle l’examina et plus la jeune femme eu comme un semblant de déjà vue, c’est à ce moment là qu’elle le reconnu : c’était cet homme à qui ils devait récupérer la lanterne cinématique.Paralysée, elle s’élança soudain vers son collègue, quand elle se fut rapprochée elle vit qu’il avait l’air mal en point. « Que se passe-t-il ? » lui demanda la jeune fille aux cheveux turquoise. « Tu me gènes idiote, éloigne toi ! Met toi en arrière, je m’en occupe ». C’est alors qu’un bruit sec résonna : Melinda l’avait frappée de toute ses forces, au visage, l’avait fait tomber à terre, avait mis un pied sur son torse et sa faux sous son cou. « C’est toi l’imbécile. Ecoute bien ses mots : Jamais je ne me mettrais en arrière. Je vais remporter cette victoire même si je dois y passer », puis elle enleva l’arme et dis avec un sourire froid : « Maintenant tu vas me dire ce qu’il se passe ». Surpris de ce revirement de situation, Edward se releva en grinçant des dents. « Alors que je suivais notre cible, un Démon s’est soudain intéressé à lui… » La jeune femme continua à sa place : « …Et donc pour le protéger tu essaies d’exterminer cette bête ». Mais le jeune homme répondit : « Non. Qu’il meurt ou non ce soir, ce n’est pas d’une grande importance vu que ses jours sont comptés, mais je ne peux pas laisser un détritus dans la nature ». Cette tirade fut l’effet d’une douche froide pour la Shinigami. Ces mots avaient été prononcés avec tant de froideur qu’elle frissonna. Alors c’était comme ça ? Un de plus ou un de moins, qu’importe ? Elle devait laisser ses émotions de côté ? Non…Elle ne voulais pas devenir un monstre…Es-ce donc pour ça que les femmes n’avait pas accès au terrain ? Edward avait-il raison en disant que c’était à cause des émotions négatives qu’elles étaient bien trop faibles pour ce travail ? …Puis soudain, la faucheuse releva la tête avec toute la détermination qu’on pouvait lire dans son regard. Non, il fallait qu’elle fasse abstraction de cela. Elle était la représentante de la gente féminine. Cette victoire, elle l’aurait ! « Bon, je te suis, à deux nous serons bien plus efficaces ». Edward parut vouloir contester mais le regard qu’elle lui lança le fit taire tout net. « Bon, d’accord, je marche, faisant du bon travail ». Ils se mirent en position de combat et firent face au Démon qui les regardait avec un sourire sournois. « Vous avez donc fini votre scène de ménage ? Nous pouvons retourner à nos moutons ? Bien, car je trouvait ça bien lassant ~ ».Et il s’élança vers eux.Le combat commença, s’élançant, frappant, recevant, les trois adversaires étaient comme des pantins d’une scène de théâtre, beaux, complexes mais paressant si fragiles, n’étant qu’au bout d’un fil. Le Malin avait l’air si affamé qu’il était de force égal aux deux autres, quand à ces derniers, ils se battaient avec toute la rage qui les habitait. Mais malheureusement, Edward reçut un coup tel qui s’écrasa une nouvelle fois contre un mur à la vitesse d’un boulet de canon, cependant, il ne réapparaissait pas. « Ed-… » commença à crier la jeune fille qui eu le souffle soudainement coupé par la main griffus qui lui emprisonnait le cou contre un mur de pierre. « Alooooors ? On fais moins la maligne quand on n’est plus avec son chère et tendre, gamine ? » susurrais la bête. « Lâche moi, pourriture ! » contra la faucheuse au souffle court. « Huhu ! Je vois que tu as la langue bien pendue ! Je ne savais pas que les femmes Shinigamis avaient pris du service, mais vu ton comportement, je vois que c’est une erreur, hihi ! Mais qu’importe…Alors…Ca fais mal ? ». C’est un gigotant que Melinda lui répondit sur un ton froid : « Qu’es-ce qui fait mal ? ». Avec surprise elle vit la bête devant elle lui faire un sourire indulgent. « De cumuler défaite après défaite ? » « Que…? »« Ton père…Ta mère…Le gamin là-bas…Puis toi ? »C’était comme si le temps c’était arrêté, comme si la Terre avait arrêtée de tourner.« …Comment es-tu…? ». Le Démon riait à gorge déployée. « Je vois que tu n’es pas très vive…Pourquoi donc ton père n’es-t-il jamais revenu ? Et puis…Quand ta mère était morte de tristesse après ta soudaine disparition…Qui à du s’occuper d’elle ? ». Devant le visage figée de stupeur, la bête ria de plus belle. « Alors qu’il allait sortir du bar, venir vous revoir pour s’excuser, j’ai du mettre fin à sa vie, j’était affamée, tu peux bien comprendre…Puis ta chère mère n’avait plus beaucoup de temps à vivre de toute façon… ». « …Pourquoi ? » était le seul mot qui réussissait à franchir ses lèvres. « Pourquoi ? Car c’est toi que je voulais ». De plus en plus abasourdie, Melinda répéta : « Pourquoi ? ». « Tu n’as que ce mot à la bouche dis-moi…Pourquoi ? Mais c’est simple…Une jeune fille qui avait un destin presque prédestiné, ça m’a intéressé, je t’ai observé et petit à petit, je t’ai trouvé appétissante. Tu sais, la vie de Diable est des plus ennuyeuse, alors je voulais te plonger dans la douleur et la souffrance pour rendre ton âme encore plus belle…Mais même avec ça, tu n’es pas tombée du piédestal, ça m’a rendu encore plus curieux…J’allais m’occuper ensuite de ta mère…Mais tu avais disparu, j’était frustrée de ne plus t’avoir sous mes yeux…Et enfin…Aujourd’hui, je sens ton odeur sur le gamin…Que crois-tu que j’allais faire ? Seulement voilà…Tu n’es plus une simple humaine et ton âme m’est inaccessible…Tout ça pour rien ? Tu me déçois…Alors pour une nouvelle fois…Tu vas gouter à la défaite ».Puis il la lâcha et s’avança dangereusement vers l’humain.Tout s’embrouillait, tout se mêlait, tout lui paraissait étrange et impossible. Melinda se laissa tomber au pied du mur, ses yeux étaient éteins, sans vie. Tout ça, tout ce qu’elle avait traversée quand elle était humaine, les fois où elle devait entendre en silence les cris de sa mère, les fois où elle devait se montrer forte pour lui redonner courage, les fois où elle-même pleurais en silence sans bruit dans sa chambre. Sa vie avait été détruite si purement et simplement. Sans gêne et sans détour. La jeune fille regarda de ses yeux vitreux la bête s’approcher vers l’humain qui tremblait de terreur, la pluie avait commencée à tomber averse. Plus la Shinigami regardait l’humain, plus elle compris que son sentiment de déjà vue n’était pas dû au fait qu’il était leur cible…Non, c’était autre chose…Mais qu’importe à ce moment là, la vie devait bien se finir un jour ou l’autre…Qu’importe…Elle en avait trop fait, elle en avait trop traversé…Elle n’en pouvait plus, elle avait perdue.« Oooh ~ Tu trembles des pieds à la tête mon chou ~ Je te fais peur ? Tes petits copains ne sont plus là pour t’aider ~ » lâchait le Démon avec un sourire carnassier.Oui…Perdue…Une défaite de plus…Le jeune homme avait des yeux qui lui étaient aussi familier…Elle était une bonne à rien…« Tu es à mon goût, sais-tu ? Il me tarde de te dévorer ~ ».Ses cheveux en broussailles avait quelque chose de semblable…Non…Elle n’était pas assez forte pour représenter qui que ce soit…« Pour te féliciter d’avoir été patient, je vais faire vite ~ » et il plongea sa main crochues vers le visage du jeune homme. Mais au lieu d’atteindre sa cible, elle fut contrée rapidement. Melinda se tenait devant l’humain, la faux bataillant avec les griffes puissante dans des crissements aigus.« Cette fois-ci, je ne perdrais pas ».Elle savait maintenant où elle avait déjà vue l’homme. Grand, châtain avec les cheveux en broussailles, les yeux bleus et la peau claire, il ressemblait étrangement à son père.« Cette fois-ci, je le protègerais ».Surpris et déstabilisé, le Mangeur d’âme recula mais il n’eu même pas le temps de toucher terre que la faucheuse l’attaquait de plus belle sans relâche. De tout côtés, le Démon était assaillit de coups, il n’avait plus le temps d’attaquer, c’était tout juste si il pouvait contrer. Puis enfin, elle le mit à terre, pointant dangereusement la faux qu’elle tenait en main.« Echec et Mat ». Puis à son tour, elle plongea son arme vers le visage du Démon.Mais une nouvelle fois, la faux n’atteignit pas sa cible.Rapide, la bête avait bloqué l’arme avec ses mains et comme un fantôme, il s’était enfui de ses champs de vision. Déstabilisée, elle s’était entendu à être attaquée par derrière mais au lieu de ça, elle vit le Démon avec un sourire diabolique, tenir la gorge de l’humain.Pendant ce temps, Edward avait refait surface, il était entre la Shinigami et le nuisible, au centre de la bataille.« Oui. Echec et Mat ».Et il lui trancha le cou. Se fut comme un déclencheur, comme la flamme qui met le feu à la poudre. Hurlant de rage, perdant la raison, Melinda s’élança vers lui mais elle fut stoppée par son collègue. « Melinda, reprend toi ! Nous devons tout faire pour récupérer la lanternes avant de… ». Mais la jeune fille ne l’écoutait pas, la pluie qui plaquait ses cheveux à sa peau, hurlant de toute la force de ses poumons, lui donnai un air fou. « Lâche moi ! Lâche moi, dégage de là ! » puis elle le repoussa, dégaina sa faux et se lança vers son adversaire. « Tu vas me le payer, tu vas crever ! » répétait-elle en boucle. « Tu t’énerve pour si peu, tu as l’esprit bien trop ailleurs pour gagner ». Il avait raison, il reprenait facilement le dessus et elle fut facilement mise à terre. « Et maintenant, tu vas assister à nouveau à une de tes défaites » puis il la laissa là et s’attaqua au Shinigami qui c’était mis en tête de récupérer la lanterne. « Pourriture ! » lui lança ce dernier. « Rooh ! Vous êtes tous bien trop sérieux ! Tu devrais… » mais il ne sut jamais ce qu’il devait faire, il eu soudainement la gorge coupé aussi sec.Surpris, le jeune homme regarda sa partenaire. Melinda tenait à deux mains la faucille, elle avait la tête baissée, ses cheveux se plaquait contre son corps, collant, ses habits était sales et quand elle releva les yeux, le sang qui avait giclé avait atteins son visage étrangement vide. A bout de force, elle tomba à terre. Edward cria son nom et se rapprocha d’elle, mais alors qu’il allait l’aider à la relever, elle le repoussa froidement, se releva, pris la faux et s’avança vers le cadavre de l’humain. Enfin, elle planta son arme dans le corps, sans bouger, elle regarda la vie de cet homme ordinaire. Elle était heureuse, tout ce qu’elle voulait à cet instant c’était d’être quelqu’un d’autre, n’importe qui, regarder la vie banal et sans soucis d’une personne était quelque chose d’apaisant, elle se disait que le monde n’était pas totalement devenue fou, qu’il y avait encore une chance. Puis quand se fut fini, elle posa le sceau rouge sur le dossier de la personne et le referma. Elle tomba à genoux, pris la faux de sa main droite, de l’autre ses cheveux et les coupèrent aussi sec.«Victoire »« Félicitation. »M. Smith tamponnait le dossier avec un sceau écrit en rouge ; « completed. »« Mission accomplie » Joignant ses mains, M. Smith souriait. « Vous êtes désormais des Shinigamis à part entière. Vos lunettes et vos faux vont vous être attribués. J’ai cependant deux mots à dire à Mademoiselle Stanley, pouvait nous nous laisser ? » demanda-t-il à Edward qui ne se fit pas prier. « Bien que vous ayez laissé le sujet mourir bien plus tôt que prévue, vous avez cependant remplis dans les règles le rapport et avait détruit un être démoniaque. Comme vous le savez, vous aviez été sujet de test et je suis heureux de voir que vous avez remplis votre mission comme il se doit. Grâce à vous, une nouvelle porte peu s’ouvrir pour certaine, cependant, cela n’est qu’une pierre à l’autel, il faudra encore du temps…Bien, je ne vais pas vous accaparer plus longtemps, bonne chance Mademoiselle Stanley ».Après être allés chercher leurs lunettes où Melinda reçus de grosse lunette d’un rouge vif et Edward des lunettes d’un noir de jais, petite et carrés. Ils partirent pour le service d’équipement où une jeune femme leur donna leurs armes respectives. La jeune fille aux cheveux turquoise, avait héritée d’une faux de tailles moyenne en argent.Pendant le trajet, le jeune homme essayait de faire la conversation, mais il abandonnait très vite la partie quand il vit qu’elle l’ignorait superbement, c’est dans un silence tendu qu’ils firent un dernier chemin ensemble.Depuis son retour à la Dispatch, la faucheuse avait bien changée, autant physiquement que psychologiquement. Ses cheveux turquoise coupés court lui donnaient un air encore plus froid avec ses yeux vides et son visage pâle. Elle était devenue distante, lointaine, faisait ce qu’on demandait d’elle mais ne cherchant pas son reste, évitant les discutions trop longue. Même Alicia ne la reconnaissais plus. Quand cette dernière lui annonça un an plus tard qu’elle avait elle aussi décrocher son diplôme, elle n’eu aucune réaction. Plus rien ne l’intéressait. Oui, elle avait gagnée mais en quelque sorte, elle avait perdue.Cependant, deux ans plus tard, en 1738, Mr Anderson lui annonça une nouvelle qui ne pouvait la laisser de marbre.« Je suis mutée ?! » Ils se trouvaient tout deux dans un bureau, le soleil commençait à se couchait. « Oui, dans deux mois vous allais partir pour l’Angleterre » « Mais pourquoi ?! » « Car il en a été décidé ainsi, vous ne pouvais pas vous opposer ». Quand il l’emmena à la porte, Mr Anderson eu une attitude étrange, un sourire doux dansait sur ses lèvres quand il lui dit : « J’ai été ravie de faire votre connaissance Mademoiselle »Quand Melinda partit rejoindre son amie pour annoncer la nouvelle, elles furent surprises quand Alicia lui répondit qu’elle aussi partait pour l’Angleterre. « Mais pourquoi ? » avait demandée cette dernière, « Ils manquent peut être d’effectif…? » avait répondu Melinda.C’est comme ceci que deux mois plus tard, elles arrivèrent toute deux dans leur nouveau lieu de travail. Tout était semblable, c’était comme si elles n’avaient pas bougés. La rencontre avec son nouveau supérieur et Melinda se passa bien, il semblait pareil à Mr Anderson si ce n’est son apparence. Oui, la vie reprenait son court, lentement mais sûrement.La Shinigami commençait à être un peu plus ouvert avec les autres, moins froide, moins distante, il est vrai qu’elle souffrait toujours de discrimination mais elle avait…trouvée des amis.En plus de Alicia, elle avait fait la rencontre d’une jeune femme qui venait tout juste de passer son examen, Aurore Lagan, elle était grande et blonde, tout ce que demandait Melinda qui en était jalouse, cependant, même si elle était sympathique elle pouvais se montrer très froide, même terrifiante par moment. Elle avait aussi fait la rencontre de deux jeunes garçons, un grand aux long cheveux roux qui s’amusais d’elle et son ami, tout aussi grand avec les cheveux blanc coupés court qui pouvait paraître aux premier abord très sérieux mais qui ne l’était pas du tout à son plus grand regrées. Mais malgré cela, elles les appréciaient énormément. Puis enfin, un autre jeune homme, il se nommait Matthew et c’était rencontré pendant une mission. Après s’être un peu mieux connus, Matthew lui avoua ses sentiments pour elle, étant prise au dépourvue, elle refusa ses avances mais plus elle le côtoyait, plus elle s’en voulait car elle-même n’était pas indifférente à sa présence, elle gardait précieusement le bracelet que le Shinigami lui avait donné.Oui, petit à petit, elle reprenait vie grâce à ses amis. Son apparence lui aussi changea, ses cheveux avaient repoussés, il était maintenant si long qu’elles les attachaient en générales en deux couettes, elle reprenait des couleurs, ses yeux étaient pétillants et il lui arrivait de plus en plus fréquemment de sourire.Elle reprenait vie.Nous nous rapprochions de la fin de son histoire…Mais il y aura-t-il vraiment une fin ?Maintenant, nous étions en 1889, les choses n’avaient pas changés, à quelque chose près. Elle se trouvait seule avec Alicia, elles marchaient dans les rues de Londres, n’étant pas de service, elles en profitaient pour se reposer, soudain, Alicia pris la main de son amie et lui dit : « Tu es redevenue toi-même. Je suis heureuse ». Abasourdie, Melinda dégagea son bras et lui répondit : « Oui…Je ne pouvais pas rester à terre, il fallait que je me relève ». Puis elle sourit et lui lança en avançant droit devant elle sur la rue baignée du soleil de l’après-midi :
« Une victoire de plus n’est qu’une défaite de moins »



©Cette fiche a été conçu par Rider pour le forum Black Deal. Tout plagiat est interdit.



Dernière édition par Melinda Stanley le Dim 25 Nov 2012 - 16:24, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-deal.monforumgratuit.com
Rock Rider
avatar

The Trickster



Messages : 708
Date d'inscription : 28/06/2012

Message Sujet: Re: Il était une autre fois... Jeu 30 Aoû 2012 - 19:50

Re-re-re-bienvenue dans ton propre forum! %D

Voyons cette nouvelle fiche °^°
Tout me parait correct. Tu remplis tout les critères. J'aime bien l'histoire. Je te valide donc en tant que shinigami (Grâce à moi tu ne seras plus un poulet! *^* Oui je sors '-' )

Bon Rp chez toi Wink

P-S: *récupère sa petite cuillère en argent* ~♪


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chrome
avatar

❝ Dégage pour voir ? ❞



Messages : 333
Date d'inscription : 25/06/2012
Age : 19
Localisation : Jamais très loin ~

Vous
Niveau:
100/100  (100/100)
Exp:
1700/1700  (1700/1700)
Enquêtes:
200/200  (200/200)

Message Sujet: Re: Il était une autre fois... Jeu 30 Aoû 2012 - 21:55

Mohohoho, merci ma chère *-*

(Oui, tu as bien raison...Quoique 8D ) Merci encore ~



Fan Club Chrome (by Jude) :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-deal.monforumgratuit.com
Contenu sponsorisé

❝ ❞




Message Sujet: Re: Il était une autre fois...

Revenir en haut Aller en bas

Il était une autre fois...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Je m'excuse pour l'autre fois
» C'était la dernière fois, petit frère.
» Aladin (+) Faut manger pour vivre, voler pour manger, ça j'vous l'expliquerai, mais une autre fois !
» Il était une fois... Carrefour!
» Il était une fois Sophie la girafe
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Black Butler : Black Deal RPG :: Le Pays des Merveilles... :: Kingdom Heart :: Fiches de présentations-