lienlien
PredefKarnevalForum RP FR
Click



 

Partagez|


On va chasser les pou-poufs? [Allen et Aleister]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Grell Sutcliff
avatar

❝ Tu n'as pas de rang ❞



Messages : 211
Date d'inscription : 12/11/2012

Message Sujet: On va chasser les pou-poufs? [Allen et Aleister] Mer 24 Juin 2015 - 20:21

Il pleuvait aujourd’hui et Grell était de mauvaise humeur. D’abord il n’avait eu aucune réflexion de la part de son Willy-chu. Alors qu’il avait mis le paquet, mini-jupe moulante et petit haut qui lui arrivait juste au dessus du nombril, dévoilant juste ce qu’il fallait pour laisser imaginer la suite. Il était certain que son supérieur allait bondir de sa chaise, l’injectiver voire même le punir d’un coup de sécateur dans la tête…Il s’en faisait une joie. Mais non, rien ! Pas même un haussement de sourcil.
Donnez-vous du mal, je vous jure. Ces hommes ils ne se rendent pas compte de tout ce qu’on endure pour eux.

Et puis, ce n’était pas fini, il avait fallu qu’il aille travailler dans le monde des humains. Une dizaine d’âmes à vérifier alors qu’il avait beaucoup mieux à faire en ce moment. Et en plus on lui avait collé un autre shinigami dans les pâtes. Il travaillait solo, ou avec Willy mais c’est tout. Ils n’avaient pas encore compris cela à la dispatch ?


Jetant un coup d’œil à son comparse il se rendit compte qu’il ne savait même pas son prénom. Faut dire qu’il ne l’avait que croisé dans les couloirs et comme il n’était pas son type et bah…il ne lui avait pas accordé d’attention. (Oui Grell ne saute pas sur tout les mâles, surprenant n’est-ce pas ? ) Du coup il ne savait rien sur l’autre et c’est difficile d’embarrasser quelqu’un quand on ne sait pas ce qui le gêne. Il avait une certaine classe..mais à part ça il semblait d’un banal à pleurer. Et notre faucheuse rouge en aurait presque versé quelques larmes. Mais voilà, on lui avait donné un collègue, une liste d’âme et en ce moment il devait faire profil bas. Alors il allait faire ce qu’on lui demandait avec le sourire s’il vous plaît.

« Bon, il nous reste une grognasse et un petit blanchisseur. Faudrait qu’on s’active un peu sinon je n’aurai pas le temps de jouer ».

Il prit quand même le temps de s’adosser à un mur et de se masser les chevilles. Ses chaussures commençaient à être trop étroites pour lui et cela faisait un mal de chien. Mais bon il faut souffrir pour être belle, même si les autres ne le voient pas.
Après cinq minutes où il continuait de fixer l’autre comme un poisson rouge regarde une mouche qu’il va gober, Grell se remit en route. La nuit était en train de tomber, et les filles de la rue sortaient le bout de leur nez. Ce qui rendit hystérique notre rouquin qui décidément aurait du rester couché.

« Non mais regarde moi ça.  Ce ne sont même pas des vraies femmes ! On devrait faire un peu de nettoyage, la vermine se propage par ici. Tu viens ou tu termines le boulot ? »


Il observa le shinigami, attendant une réponse. 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kuroshitsuji.superforum.fr/
Invité
avatar

❝ Invité ❞




Message Sujet: Re: On va chasser les pou-poufs? [Allen et Aleister] Lun 29 Juin 2015 - 21:17

« Allons chasser d'la pou-pouf ! »
Grell S. & Aleister C. × Allen H.

Wow, wow, wow. Attendez. Quoi ?
Aujourd’hui, le supérieur avait décidément conclu qu’Allen n’était pas toujours très motivé pour partir travailler seul sur le terrain, et que, par conséquent, le beau Shinigami aux cheveux rouges et sa superbe tronçonneuse de la morkitu seraient une bonne source de motivation pour le Dieu de la mort. Non, sérieusement ? En apprenant la nouvelle, Allen avait frôlé la crise cardiaque. Vous comprenez, le jeune homme avait déjà prévu tout un planning pour sa journée. Voir ses plans bouleversés, et ses heures de tranquillité remplacées par du travail en compagnie de la lady en talon ne plut pas tellement à Allen, qui avait tenté, sans succès, de prétexter un horrible et lancinant mal de tête. Comme on avait l’habitude de ses excuses bidons à la Dispatch, on lui avait envoyé un violent « Lol, nop » dans la gueule, avant de lui ordonner de se préparer, précisant qu’il avait une dure journée devant lui. Tu l’as dit, bouffi.

Non, mais sérieusement, c’était une blague. Dites le lui, que c’était une blague. Il PLEUVAIT, dans le monde des Humains. PILE le jour où on force Allen à aller bosser, il pleut. Franchement, c’est scandaleux. Le Dieu de la mort se voyait déjà coller un procès aux types chargés de gérer le climat sur terre, et de les découper en rondelles. L’avantage –parce que, heureusement, il y en a toujours-, c’est qu’en compagnie de Grell, la journée était passée en un clin d’œil. Ils avaient été productifs, rapides et pro, et le shinigami avait même fini par arrêter de ruminer dans son coin, se félicitant pour ses efforts. Il espérait une augmentation et des louanges de la part de Spears, lorsqu’ils seraient de retour à la Dispatch.

Bah, on peut toujours rêver.

Il faut dire que c’était compliqué de continuer à se plaindre et à faire la larve en manque de café lorsqu’on était accompagné d’une boule d’énergie, qui jetait un regard noir en direction de chaque femme qui croisait sa route et offrait un sourire carnassier aux charmants messieurs rencontrant son regard. Lorsque le Dieu de la mort à la tronçonneuse s’arrêta pour faire le compte rendu de ce qu’il leur restait comme travail à accompli, Allen sentit le parfum de la délivrance lui chatouiller les narines, et se voyait déjà le cul enfoncé dans le fauteuil moelleux de son bureau. Aah, bientôt, Allen, bientôt. Son collègue précisa qu’ils devraient se bouger, auquel cas il n’aurait pas le temps de jouer. Allen haussa un sourcil, le questionnant du regard, mais finit par hocher la tête, totalement d’accord avec lui. Plus vite ils auraient fini, plus vite il pourrait poser son divin popotin dans son fauteuil.

Visiblement fatigué par cette journée intense, le rouquin prit le temps de s’adosser au mur pour vérifier l’état de vie de ses pieds. Quelle idée aussi de venir travailler en talons. Allen se demandait comment est-ce qu’il faisait pour tenir encore debout, surtout après avoir couru dans les rues pavées de Londres. Il avait presque mal pour son collègue, et se sentit tout de suite mieux dans son sobre costume d’enterrement. S’il l’avait troqué pour des vêtements plus personnels, les deux Dieux de la mort auraient fait une putain d’équipe d’enfer, et il aurait été difficile de se fondre dans la masse. Vous me direz, déjà rien qu’avec la tronche du Shinigami et de ses cheveux rouge, c’était plutôt difficile de pas attirer l’œil. M’enfin, ça n’avait pas l’air de lui déplaire, alors tant mieux.

Cela faisait bien cinq minutes qu’Allen fixait bêtement les pauvres chevilles de son collègue, sentant son regard peser sur lui. Sans prévenir, ce dernier se remit en route, et l’albinos dut s’arracher à la contemplation de ses magnifiques jambes parfaitement épilées, attention. Malgré leur rapidité et leur efficacité, l’heure commençait à tarder. La nuit tombait lentement, et Allen sentait que ses forces et sa motivation le quittaient, rejoignaient le confort de son bureau et de son fauteuil…

C’était l’heure où les putes partaient travailler, où les malheureux se réunissaient dans le bar du coin pour picoler un peu et oublier un moment la misère du quotidien, où il valait mieux éviter de sortir si tu voulais pas te faire agresser dans un coin sombre d’une ruelle… A quelques mètres d’eux, une jeune femme, dont Allen ne distinguait rien que les formes –et ça lui suffisait amplement-, devait certainement aller travailler. Robe moulante plutôt courte, escarpins à talons aiguille, cheveux relâchés et descendant en cascade le long du dos, une vision, somme toute, plutôt attirante, mais pas au goût de tous, visiblement.

Le rouquin tiqua. Il s’indigna de voir tant de vermine se propager dans les sombres ruelles de la capitale. Allen haussa les épaules, indifférent, jusqu’à ce que son collègue lui pose LA question : « Tu viens ou tu termines le boulot ? » Mais enfin, quelle question ! On voit bien qui ne s’intéresse pas à la vie de la dispatch, pour ne pas avoir connaissance de l’illustre Allen, prix nobel du plus gros flémard de l’année 1889.

« Bien sûr que je viens avec toi. » Commença le Dieu de la mort, tout sourire. « Je n’ai jamais été très ménage, mais bon, il est toujours temps d’apprendre. Et puis, j’estime qu’on est en droit de s’accorder une petite pause, après tout ce travail… Bon, et par quoi veux-tu commencer, super-girl ? » Car, même si, il est vrai, Allen se doutait de la « vermine » dont parlait son collègue, il préférait être sûr de bien penser à la même chose que ce dernier.

Revenir en haut Aller en bas
Grell Sutcliff
avatar

❝ Tu n'as pas de rang ❞



Messages : 211
Date d'inscription : 12/11/2012

Message Sujet: Re: On va chasser les pou-poufs? [Allen et Aleister] Mer 15 Juil 2015 - 19:17

La pluie ne cessait pas, ce qui faisait légèrement friser le rouquin mais malheur à celui qui lui ferait la moindre réflexion. Même si la perspective de leur prochain amusement lui remontait le moral Grell n’en restait pas moins contrarié. Pourquoi ? Bah parce que, c’était une journée sans. Une journée sans voir Sebas-chan, sans que Willy ne daigne l’appeler, sans soleil et sans événements étrange. Rien que des banalités. Et puis il avait envie d’être contrarié alors ce n’était pas le fait de tuer trois ou quatre parasites qui le ferait changer d‘avis. Et oui, c’est ça les femmes.


Il s’attendait à ce que l’autre décide de renter, où peut être même le dissuade de faire n’importe quoi. Après tout ses trois derniers collègues avaient tentés. Le dernier avait même cafté à la direction ce qui n’avait pas, mais alors pas du tout plu à notre homme à la tronçonneuse. Ce qui lui avait valu une suspension de trois mois et l’autre..et bah depuis ce jour là il rasait les murs et n’était plus du tout le même. Du coup forcément, quand Allen lui avait dit oui ça lui avait fait un choc. (Surtout que ce devait être le premier homme à lui dire oui…)
Souriant de toutes ses dents pointues, il lui fit un clin d’œil malicieux et s’arrêta dans une ruelle où l’on pouvait voir quelques femmes attendant leurs clients.


« Bon, alors pour faire le ménage il faut déjà savoir quel est le type de vermine que tu veux éliminer. Parce que si tu utilise le mauvais traitement tu n’auras pas les effets voulu. »


Taré , Grell ? Non, juste implacablement logique. Il pointa du doigt deux femmes qui discutaient en tirant mécaniquement sur une cigarette. Ce seraient elles les premières.


« Le but du jeu, celui qui rend sa vermine la plus belle gagne la manche. »

Bon..par contre peut être qu’il faudra un juge…Enfin on verra ça plus tard. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kuroshitsuji.superforum.fr/
Contenu sponsorisé

❝ ❞




Message Sujet: Re: On va chasser les pou-poufs? [Allen et Aleister]

Revenir en haut Aller en bas

On va chasser les pou-poufs? [Allen et Aleister]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Allen Walker [Attente de validation][Terminé]
» Techniques d'Allen Walker
» Je veux apprendre à chasser! [pv]
» Super grande bataille ( tous ceux qui peuvent chasser de tous Clan+ BLAIREAUX)
» Allen Matthews ~VALIDE~
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Black Butler : Black Deal RPG :: La ville et ses alentours... :: East London :: Docks :: Le port-