lienlien
PredefKarnevalForum RP FR
Click



 

Partagez|


Observer les modèles [Damon] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Joah Andersen
avatar

❝ Watch me burn ❞



Messages : 96
Date d'inscription : 15/06/2016
Age : 18
Localisation : En vadrouille

Message Sujet: Observer les modèles [Damon] [Terminé] Dim 16 Oct 2016 - 13:11


Une forme atypique était posée en retrait sur la place bruyante.
Un sourire confiant graciait ses lèvres rouges, et, ainsi posée sur le rebord d’un muret, Joah profitait des quelques rayons de soleil qui parvenaient à percer les nuages pâles. Promenant son regard amusé autour d’elle, la danoise prenait note de chaque détail, chaque ombre ou visage susceptible d’attiser son imagination fertile. Souvent, les passants s’arrêtaient pour la fixer un instant, intrigués par cette figure féminine moulée dans un vêtement d’homme ; et cette tenue, bien qu’originale pour une femme dans ce pays où les traditions primaient, lui seyait. Son allure fière, presque noble au vue de ses vêtements, offrait un bien étrange contraste avec son attitude décontractée et les sourires simples qu’elle offrait aux enfants. Ses mèches rousses encadraient son visage calme, et retombaient sur ses épaules sans aucun artifice, sans être coiffés selon une mode quelconque. Elle s’était enveloppée dans son long manteau bleu, bien que le vent froid ne la dérange pas plus que cela.
Devant elle, sa main munie d’un crayon s’agitait inlassablement, comme si elle avait été dans une transe ; elle dessinait.

Et son regard observateur détaillait les badauds et les nobles venus profiter des quelques rayons perçant le ciel habituellement gris de Londres, son poignet bougeant au rythme de leurs pas et traçant les contours de leur silhouette flegmatique. Puis, les yeux clairs de notre peintre s’étaient arrêtés sur deux hommes, et elle avait alors abandonné sa décision de ne s’arrêter sur aucun modèle en particulier, pour entièrement s’adonner à eux, tracer leur corps de la pointe de sa mine, détailler leur visage, leurs vêtements singuliers. Ces deux personnes ne semblaient, au premier coup d’œil, ne rien avoir en commun, elles ne semblaient pas vraiment se connaître d’ailleurs. Cependant il y avait, en ces deux passants, l’éclat atypique que recherchait Joah, car aucun d’entre eux ne semblait vraiment appartenir entièrement au monde dans lequel ils évoluaient, de par leur tenue, sûrement, mais aussi leur attitude et la manière dont ils semblaient regarder le monde autour d’eux.

La jeune danoise gardait donc ses yeux rivés sur eux, les regardant fixement, d’une manière peut-être trop insistante, d’ailleurs. Son regard semblait mettre à nu ses modèles, et en cela, beaucoup étaient importunés par lui, bien que peu de personnes ne prennent la peine d’aller se quereller avec l’artiste. Elle le savait, de toute manière, que la manière dont elle observait les passants ne rentrait pas dans les normes habituelles, que cela pouvait être qualifié d’impoli, de provocateur. Cette simple pensée avait pour seul effet de la faire sourire, la ligne de ses lèvres traçant une expression douce et moqueuse. Un éclat narquois brilla dans ses prunelles alors qu’elle se prenait à se demander qui du puissant blond ou de l’original à la peau blafarde croiserait en premier son regard. Comme impatiente de dessiner l’expression de leur visage à ce moment précis, Joah ne se souciait pas vraiment du ressenti de ceux qui étaient devenu ses modèles malgré eux. Passant de l’un à l’autre en remplissant les feuilles de son carnet, il se dégageait d’elle un grand calme et une sérénité presque étrange au vue de son regard fixe et amusé.


Dernière édition par Joah Andersen le Mer 19 Juil 2017 - 13:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Damon Griffin
avatar

❝ Ceci n'est pas un rang ❞



Messages : 42
Date d'inscription : 13/07/2016
Localisation : cacahuète DTC

Message Sujet: Re: Observer les modèles [Damon] [Terminé] Jeu 20 Oct 2016 - 11:53

Studying Models. #Damon #JoahL'étude des modèles. L'observation intrinsèque de cette activité délicieuse. Le temps passé à fixer des corps parfaits et à en adapter le plus fidèlement possible les contours et les formes. La mine d'un crayon, ou les poils d'un pinceau, glissant sur le papier vierge. La main s'agitant. La fièvre de ... eh oh, on se connait pas. Tu te crois où là, à lire sans ma permission ce que je dis ? Tu crois que je t'ai pas vu avec tes petits yeux pervers ? C'est même pas la peine d'y penser : je vais pas me mettre à poil pour de l'art. Niet! Dans tes rêves Michelangelo!~

J'ai pas le temps. Je vous jure j'ai pas le temps. Depuis ce matin, c'est le turbin. Et vas-y que je meurs, vous pouvez pas vous retenir un jour de le faire? Non, une fois ? Qu'on puisses prendre des vacances nous ? Vous savez, c'est pas une tâche facile que d'être shinigami. Côtoyer la mort, c'est pas le plus compliqué : c'est les congés ! Tous le monde vous le dira, on a vraiment besoin de vacances... et moi ça doit faire une éternité que j'en ai pas eu. Spears à beau nous pousser, un jour, ça va craquer : et là, révolte ! Moi je veux bien entamer une grève, mais les collègues veulent même pas essayer. Peur des représailles, tout ça tout ça... Mauviettes. Même Grell qui s'est fait retirer sa faux pour mauvaise conduite, il ne fait rien. Vous imaginez un peu le truc ? Cette grande gueule rouge se taire, moi ça me dégoûte. M'enfin ... c'est l'heure de ma pause. Et j'ai la dalle.

Acheter à manger ... retourner bosser ... faucher … NON MAIS QUAND EST-CE QUE TU VAS ARRETER DE ME REGARDER TOI LA-BAS ?? !! Tu crois que je t'ai pas vu ?! Avec ton petite sourire en coin ! Moi qui pensait être tranquille pour une petite heure, rien que le temps de ma pause! Je me suis encore bien gouré de jour ! Je te jure, je peux pas faire un mètre sans que toutes les gonzesses se tournent vers moi. Non mais là, c'est pas que ça me plait pas, mais ça devient hyper lourdingue. En plus, c'est juste pour quoi ?? pour me faire mon portrait ? Non mais la société victorienne de nos jours, plus aucun respect pour les dieux...  

Dans mon costume noir, c'est vrai que j'ai l'air fringuant, bourré de fric (alors que c'est faux), et je suis belle gueule. Mais attention, c'est pas parce que j'ai décidé d'être visible par tout le monde pendant ma pause qu'on doit forcément m'agresser du regard comme ça ?! Voilà une minute que j'essaye de faire comme si de rien n'étais, je te jure que j'ai essayé. Mais là, j'en peux plus. Même si t'alterne à regarder un autre badaud là, avec des écailles de poisson ou je sais pas trop quoi, rien à faire!

Bon, okay, je m'avance rapidement. J'vais pas te louper. Je te jure c'est pas parce que t'es une femme que tu vas y échapper, ma petite.

Damon : Toi là bas ! Tu veux ma photo ! Arrêtes moi ça tout de suite !

Pas besoin de rajouter que je grimace, et que je pointe mon doigt ganté vers toi.

Okay, c'est assez théâtrale comme rentrée en scène. Mais c'est tout moi.  Après tout, vous n'avez rien à y redire. Je suis sûr que vous aimez ça. Vous allez en redemander, vous allez voir. Vous avez bien fait de m'inviter dans vos petites affaires, c'est moi qui vous l'dis.
© 2981 12289 0


••••••••••



Dernière édition par Damon Griffin le Mar 18 Juil 2017 - 13:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joah Andersen
avatar

❝ Watch me burn ❞



Messages : 96
Date d'inscription : 15/06/2016
Age : 18
Localisation : En vadrouille

Message Sujet: Re: Observer les modèles [Damon] [Terminé] Sam 4 Fév 2017 - 18:27


La voix était forte. Agressive, elle portait loin, pleine d’un agacement palpable dans chacune des syllabes prononcées par l’inconnu. Ce ton autoritaire, furieux, ne semblait pourtant pas l’ébranler. Au contraire, entre le moment où l’homme avait commencé à s’avancer vers elle, et celui où il avait élevé la voix, la main ne Joah n’avait tressailli un seul instant. En ces quelques secondes, seule une moue déçue eut le temps de trouver sa place sur son visage, car l’homme à la singulière peau était partit. La pointe de la mine fini alors de tracer une ligne élégante, flegmatique, donnant son sens à la courbe du dos de l’étranger. Quelques résidus de graphite furent doucement soufflés par la jeune femme, qui semblait ne pas tenir compte du regard interloqué des passants autour d’eux.

Car cette petite scène interpelait. D’un côté, il y avait cet homme, outré et furieux, pointant la jeune artiste qui semblait être son exact opposé. Une grimace déformait les traits harmonieux du blond ; un sourire doux graciait celui de la danoise. S’il était sanguin, elle était, en ce moment, d’un calme extrême. Mais après tout, peut-être avait-elle déjà l’habitude de ce genre de situations.

L’artiste ne s’offusquait pas de cette agression verbale. Du moins, pas en apparence. Qu’est-ce que cela pouvait bien lui faire ? Elle n’était pas allée l’importuner, lui parler, pour lui faire perdre un peu de son précieux temps. Non, seul son regard l’avait suivi, mais cela, apparemment, tout le monde ne pouvait pas le supporter. Il y avait des quartiers dans lesquels la jeune femme était bien mieux accueillie que cela. Où les gens étaient plus curieux qu’agacés. Enfin, au moins il n’avait aucune délicatesse à son égard, et la traitait comme son égal, et pas une petite chose fragile qui semblait avoir perdu le sens des réalités. Ce fait lui rendait ce sanguin individu un peu plus sympathique. La danoise préférait de loin une vive interpellation qu’un regard hautain.

Et que dire, à présent ? Car elle avait seulement levé les yeux vers lui, calmement, haussant légèrement un sourcil pour toute manifestation de surprise. Son crayon était resté en suspension au-dessus de sa feuille, et le regard gris de Joah semblait un peu ailleurs, encore à moitié dans cette transe particulière qui la prenait lorsqu’elle dessinait.

« Oh. Bonjour, monsieur. »

C’était peut-être un peu surréaliste comme réponse à un étranger que l’on venait de faire sortir de ses gonds. La voix douce de Joah était empreinte d’un accent étranger, et l’on aurait pu croire qu’elle n’avait pas compris ce que le blond venait de dire. D’accord, de hurler.

Pendant un bref instant, elle le détailla du regard, par habitude, suivant la ligne de son manteau jusqu’à son visage, qui, même masqué par ces étranges lunettes, était beau. Oui, il y avait bien quelque chose de particulier dans cet anglais. Lui non plus ne semblait pas s’être soucié du fait qu’ils attiraient l’attention, désormais. Dans une société où les apparences et la discrétion étaient élevées à un rang divin, cela était notable. Son sourire s’élargit subtilement. Bien sûr, cela ne plaisait pas à Joah d’être ainsi interrompue, elle n’était pas non plus masochiste. Mais au moins pouvait-elle profiter, de façon assez pragmatique, d’une vue un peu plus rapprochée d’un passant qui lui avait plu.

« Quelque chose ne va pas ? »

Bon, d’accord, c’était assez culotté comme question. Et son sourire insolent était peut-être de trop. Car elle savait exactement ce qui le dérangeait. Mais que dire ? Elle n’allait pas s’excuser pour ça. C’était idiot. Ce n’est pas parce qu’il était beau ou grande gueule que Joah allait s’écraser devant lui, de toute manière. Ni lui, ni personne d’autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Damon Griffin
avatar

❝ Ceci n'est pas un rang ❞



Messages : 42
Date d'inscription : 13/07/2016
Localisation : cacahuète DTC

Message Sujet: Re: Observer les modèles [Damon] [Terminé] Lun 13 Fév 2017 - 15:11

Studying Models. #Damon #JoahPlus je m'approche, plus je me rends compte que... tu n'en as rien à faire du tout du tout. Mais réellement. Je ne comprends pas trop pourquoi tu ne t'en vas pas en courant. N'importe qui de sensé se serait taillé avant même que je l'approche. Je crois même un instant que tu ne me regarde pas. T'en as rien à faire sans doute. C'est pas étonnant pour une artiste de rue de bas étage. T'es calme. Tranquille. Poseeeey comme dirait les jeunes.

Non, mais c'est une blague? J'ai oublié d'être visible ? Bah non, tout le monde me regarde comme un ahuri qu'à piqué sa crise tout seul. Je suis pas fou ? C'est elle qui me refait le portrait comme une innocente alors qu'elle est surement entrain de me massacrer. Je continue ma route, rien à faire. J'aurais le fin de l'histoire, pour sûr ma petite dame.

Je m'arrête à même pas un mètre de toi. Faut dire que je suis beaucoup plus grand, et que j'en impose. Et je me grandit encore bien et croise les bras pour me faire encore plus fort. Tu vas voir ce que tu vas voir. Tu vas encore oser me dessiner de près là ? Hein oses si tu veux, tu verras ce que ça fait.

??? : Oh. Bonjour, monsieur. 

Ouais salut ouais. C'est tout ce que t'as à me dire ? T'as beau être jolie mais l'innocence, ça j'y crois un peu moins. Fais pas ta maligne.

??? : Quelque chose ne va pas ? 

Qazeazeczarguoi ? non là je m'étrangle.  Pardon. QUOI ? "kékechozkivapa?" Tu te fous pas un peu de ma gueule là ? Je le vois ton petit sourire.

Damon : Je sais pas moi, t'as pas l'impression que tu me voles mon image un petit peu là ?  Sérieux t'abuses grave, tu peux pas tirer le portrait de ce mec là plutôt.

Bon d'accord, le mec en question c'est un vieux papy avec des dents en moins qui passe tranquille et qui n'a rien demandé. Mais bon, ça veut pas dire qu'il est pas plus moche qu'un autre. La mocheté c'est peut être aussi de la beauté. Enfin, bref, je me comprends! Cherche pas, je suis juste sur les nerfs.

En fait, ce qui m'inquiète surtout, c'est d'avoir une trace de moi quelque part. Faut dire que si jamais un shinigami tombe sur moi par hasard dans la rue, c'est clair qu'il va se foutre de moi, sans compter que faut pas trop qu'on se montre sur terre vis à vis de nos supérieurs, faut se faire discret. Du moins c'est dans le règlement. PAS DE PHOTOS NI DE PEINTURES NIET ! Abusé.

Je me permet de piquer ton papier, et de le froisser même. De l'envoyer sur le pavé. Pas de trace j'ai dit. Toujours remonté, je recroise les bras. Nah mais oh. Dans quel monde on vit ? C'est le moyen âge ici.

Damon : Et t'avises pas de recommencer. Reste mignonne tu veux ? Ça serait idiot que ce soit moi qui te refasse le portrait. C'est pas parce que t'es une femme que ça me dérange. 
© 2981 12289 0


••••••••••



Dernière édition par Damon Griffin le Mar 18 Juil 2017 - 13:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joah Andersen
avatar

❝ Watch me burn ❞



Messages : 96
Date d'inscription : 15/06/2016
Age : 18
Localisation : En vadrouille

Message Sujet: Re: Observer les modèles [Damon] [Terminé] Mar 14 Fév 2017 - 20:42


En voyant la réaction, ou plutôt, la non-réaction de Joah lorsque l’homme s’était approché d’elle, on aurait légitimement pu se demander si la demoiselle était suicidaire. Cette question pouvant bien sûr être renouvelée avec la question assez crâne qu’elle lui posa. Ah, il était encore plus furieux maintenant. C’était compréhensible, et la peintre s’attendait assez à ce coup de sang.

Et maintenant ? Il s’était arrêté, et la toisait de toute sa hauteur. C’était quelque chose que Joah appréciait beaucoup moins, en revanche. Elle n’aimait pas être dominée par un individu. Qu’on la prenne de haut. Alors, bien sûr que sa seule réaction était de soutenir crânement le regard que l’individu lui lançait, à travers ses lunettes teintées. Qu’est-ce qu’il pensait ? Qu’elle allait se dérober, s’excuser et partir la queue entre les jambes ? Jamais. Elle ne céderait pas un seul bout de terrain, la danoise était bien trop fière pour cela.

« Londres est une ville culturelle et l’art en fait partie intégrante. Ne me dites pas que jamais vous n’avez été confronté à un artiste dans la rue, monsieur ? »

Elle ne comprenait pas vraiment. Qu’est-ce que ça pouvait bien lui faire, après tout ? D’avoir sa silhouette représentée sur un bout de papier… d’autant plus que ses traits étaient cachés par la monture originale de ses lunettes, alors, franchement. Il ne pouvait pas faire un effort, prendre un peu sur lui ? Non, c’était bien trop dur apparemment hein ? Joah continua de le fixer, sans ciller un seul instant. Son sourire moqueur s’était quelques peu figé, alors qu’elle disait cela. Non, elle ne s’énerverait pas comme il était en train de le faire, les manifestations de colère de la peintre étaient le plus souvent froides, pas explosives. Quoique. Quelque chose en elle semblait s’agiter un peu, la flamme que son mécène avait longtemps essayé de dompter pour la faire s’adapter à la société mondaine. Le véritable caractère de la danoise n’était pas aussi affable que ce qu’on pourrait être tenté de croire.

Joah ne réagit pas lorsqu’il lui prit son papier. Son regard était parfaitement indifférent lorsqu’il le froissa pour le jeter à terre. La peintre n’allait pas s’abaisser à le ramasser. Mais ces actions irrespectueuses la faisaient bouillir intérieurement de rage.

Reste mignonne tu veux ?

Quoi. QUOI ? Non mais. Pour qui… pour qui il se prenait ? Ses paroles la révoltaient. Il pensait qu’elle avait peur ? Ce n’était pas parce qu’elle avait encore quelques traces de sa dernière entrevue avec un groupe d’homme –sauvée, de justesse, par l’inspecteur Atkinson, que la peintre allait se mettre à trembler de peur devant lui. Elle n’était pas préparée et ils étaient trois. Alors que là, elle lui faisait face, ils étaient entourés de regards curieux, alors, que comptait-il faire ? Joah n’avait pas peur d’être blessée. Torturée et tuée, oui, comme la plupart des gens, mais les hématomes lui importaient peu. Surtout si c’était pour défendre sa fierté. Sa fierté. Celle-là même qu’il venait de jeter à terre comme ce bout de papier.

Reste mignonne…

Non. Aucune chance. Posant ses affaires sur la dalle à côté d’elle, la rousse se leva doucement, devant lever un peu le menton pour fixer le visage du blond. Il était vraiment grand. Se penchant un peu, une main posée sur sa hanche, elle toucha du doigt la poitrine de l’homme, dans un geste un peu théâtral peut-être, mais aussi pour attirer son attention.

« Et ce n’est pas parce que vous êtes un homme que vous m’intimidez, mon grand. »

Le sourire qu’elle affichait était froid. Si son expression restait relativement neutre, les yeux de la peintre, eux, bouillaient de colère. Ça fusait en tous sens, dans ces orbes gris. Un peu comme sur les incendies qu’elle aimait à peindre.  
Il n’était pas rare d’agacer la peintre, mais difficile d’obtenir d’elle une réaction. Si elle restait mesurée, la jeune femme devait faire un effort immense pour ne pas lâcher quelques propos qui seraient plus disgracieux et désagréables. Pas qu’elle s’en soucie vraiment face à lui, mais des gens regardaient et elle avait une réputation à tenir. Et puis, hors de question de laisser au gaillard la satisfaction de l’avoir faite sortir de ses gonds. Elle enfonça un peu plus son doigt dans la poitrine de ce dernier.

« Me refaire le portrait ? C’est censé m’intimider ? Ah, m’amuser peut-être ? » Elle sourit un peu plus, dévoilant ses dents blanches « J’aurai été ravie de faire le vôtre, mais vous êtes peut-être trop timide pour cela ? Ah, c’est peut-être pour ça que vous n’avez pas supporté. »

Bon, d’accord, c’était carrément de la provocation à ce stade-là. Mais il allait vite apprendre qu’elle ne savait pas rester mignonne. Cela faisait trop longtemps que Joah devait se contenir devant ses clients les plus agaçants. Un sourire par ci, un mot poli par là… elle en avait assez. S’il s’attendait à trouver une jeune femme timide, le blond allait vite redescendre sur terre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Damon Griffin
avatar

❝ Ceci n'est pas un rang ❞



Messages : 42
Date d'inscription : 13/07/2016
Localisation : cacahuète DTC

Message Sujet: Re: Observer les modèles [Damon] [Terminé] Mar 21 Fév 2017 - 20:14

Studying Models. #Damon #JoahMais tu va baisser tes yeux ouais ? T'as toujours pas compris à qui tu avais à faire ? J'ai l'impression que plus je m'égosille à te faire comprendre qu'il faut arrêter là, t'es de plus en plus persuadée que c'est le jeu de qui regarderait l'autre le plus longtemps dans le blanc des yeux. Mais t'es sérieuse. 

??? : Londres est une ville culturelle et l’art en fait partie intégrante. Ne me dites pas que jamais vous n’avez été confronté à un artiste dans la rue, monsieur ? 

Londres cest une ville culture et d'art et blabla mais j'en ai rien à faire, on pourrait être en pleine campagne ça serait exactement le même problème. Ton artiste de rue à deux pennies tu peux te la garder pour toi. La vie des gens, c'est pas un truc que tu peux peindre comme tu en as envie sans leur demander quoi en retour. Je suis pas ton modèle, alors remballe tes affaires. 

Et le pire, c'est que tu me regardes encore. Comme si tu ne comprenais pas trop la situation. Ou alors tu la comprends très bien justement. Te fais pas plus bête que tu ne l'es, je sais très bien à ton petit air que t'es une maligne, alors tu cherches à faire quoi là ?

Je croise mes bras à nouveau, apparement tu n'en avais rien a faire non plus de ta feuille. Tant pis pour toi. Tu réagis enfin, à la bonne heure. Mais pas comme je le penses. Tu restes zen, calme, enfin, polie. Je dois avouer que je m'attendais à ce que tu t'enfuisses, je suis un peu impressionné. Dans le bon sens du terme. Tu te penches vers moi, me montrant du doigt, me touchant. Purée mais cest quoi ce petit bout de femme ? T'es une sacrée toi hein. T'as vraiment pas froid aux yeux. 

??? : Et ce n’est pas parce que vous êtes un homme que vous m’intimidez, mon grand. 

Tu souris, comme si ce que j'ai dit avait totalement l'impact inverse de ce que je voulais. Et c'est le cas. Je suis juste dégouté. Mais étonné. C'est que tu veux en découdre, jusqu'au bout, mêem si profonane des menaces qui pourrait potentiellement être vraies. T'es pas un peu suicidaire non des fois ? Je sais pas ce que t'as vécu pour ça, mais clairement t'as l'air de bien t'ennuyer dans ta vie pour risquer une chose pareil.

T'as l'air sur le point d'exploser pourtant, mais tu ne le fais pas. Faut dire j'ai mis le paquet. J'ai même frôlé la mysogynie. Je sais pas trop pourquoi j'ai lancé ça comme ça, comme si j'avais déjà entendu ça quelque part ... dans une autre vie. Moi aussi ça m'aurait touché après tout. Enfin, je suppose. 

??? : Me refaire le portrait ? C’est censé m’intimider ? Ah, m’amuser peut-être ? J’aurai été ravie de faire le vôtre, mais vous êtes peut-être trop timide pour cela ? Ah, c’est peut-être pour ça que vous n’avez pas supporté. 

Mais hey, c'est que t'as de la répartie en plus. T'as du répondant. Faut l'avouer, je suis assez étonné. Enfin une nana qui se laisse pas marcher dessus, après tout. C'est tellement dur à trouver ici. Enfin, doit y en avoir 1 sur 500 quoi. Les plus intéressantes à vrai dire. Moi je préfère que les gens ait du caractère, même si cest pas toujours compatible avec moi. Dans un sens, c'est mieux. Il en faut. 

Damon : C'est bon c'est bon j'ai compris, t'es pas obligé d'attirer les regards des passants.

Oui, je suis de mauvaise foie. Et alors ?

Damon : Écoutes moi bien, si tu me dessines, des tas de gens vont me reconnaître, je sais pas ce que tu vas e faire de tes croquis moi, je peux pas me permettre de prendre ce risque de laisser des traces de moi quelque part.

Ouais, parfois la franchise ça a du bon, même si je suis quasi sur que tu ne comprennes pas la moitié de la raison que je te donne. Normal.
© 2981 12289 0


••••••••••



Dernière édition par Damon Griffin le Mar 18 Juil 2017 - 13:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joah Andersen
avatar

❝ Watch me burn ❞



Messages : 96
Date d'inscription : 15/06/2016
Age : 18
Localisation : En vadrouille

Message Sujet: Re: Observer les modèles [Damon] [Terminé] Jeu 2 Mar 2017 - 19:08

Son attitude avait clairement étonné son interlocuteur. Peut-être n’avait-il pas l’habitude que l’on lui tienne tête ; il faut dire que l’homme était grand, imposant aussi, de par sa voix forte, assurée, et son physique. Clairement, il aurait pu la briser en deux sans trop d’efforts. Mais malgré cette éventualité, que Joah semblait avoir écarté, la jeune femme ne tremblait pas, du moins, pas de frayeur. Si personne ne s’opposait à ceux qui pensaient être tout-puissant, pensait-elle, le monde allait continuer de tourner de cette injuste et affreuse façon. Alors, hors de question de s’abaisser.

La réponse du blond sonnait comme une victoire. Il avait cessé de se faire menaçant. Beaucoup de mots, peu d’actes. Où était passée son envie de lui refaire le portrait, comme il le disait si bien ? Sans le savoir, certainement, cet anglais avait réveillé la flamme belliqueuse qui sommeillait en la jeune femme. Elle bouillonnait encore. Retirant doucement son doigt de la poitrine de l’inconnu, Joah croisa les bras. Le dos droit, le menton relevé, de toute évidence, elle ne comptait pas en finir aussi facilement.

« Comment ça ? Je suis vraiment obligée de vous rappeler que c’est vous qui êtes à l’origine de tout ça ? A quoi vous vous attendiez, sincèrement, en me parlant de la sorte ? »

Elle avait haussé un sourcil, se demandant s’il pensait sérieusement pouvoir s’en sortir avec une énormité pareille. C’était bien sa réaction qui avait tout déclenché, à la base. C’était donc possible, de pousser la mauvaise foi à ce stade ?

« Oh, mais c’est que monsieur est célèbre. »

Si un de ses clients était passé à ce moment précis, il n’aurait pas reconnu la placide et malicieuse artiste. Bien qu’elle ne perde pas son calme, le ton et les paroles de Joah n’étaient pas habituelles. On pouvait sentir quelque chose de moins mesuré, presque un esprit revanchard dans ces mots. Cependant, la colère n’avait pas grillé les neurones de la danoise, qui accompagna bien vite ses paroles d’un soupir, se mordant discrètement la lèvre inférieure. L’idée fit vite son tour dans son esprit, attisant quelque chose d’autre, qui pouvait peut-être s’avérer dangereux dans certains cas. Sa curiosité.

La déclaration de l’homme ne laissait aucun doute, bien qu’il ne l’ait pas explicité, ses activités devaient exiger une certaine discrétion. Quel genre de travail effectuait-il ? Oh, il n’aurait jamais dû dire ça, maintenant elle était intriguée… et ne comptait pas le laisser partir de sitôt. Déjà, parce qu’elle voulait savoir ce qui se cachait sous cette grande gueule. Et puis, il fallait bien que quelqu’un le remette à sa place, non ? Bon, d’accord, c’était assez culotté venant d’elle, mais l’artiste n’allait pas le laisser s’en sortir comme ça.

« Ecoutez, je comprends bien que certaines personnes ne veulent pas être dessinées. Je ne suis pas idiote d’accord ? » Un soupir : « Mais, honnêtement, est-ce que ça vaut le coup d’agresser les gens comme ça ? Hein ? Non. Je ne pense pas. »

Les rôles s’étaient inversés, maintenant c’était à son tour de lui faire la morale. Cependant, contrairement à l’homme, Joah restait calme en disant cela, sa colère s’exprimant de manière froide et mesurée. Elle eut un sourire. Les gens autour d’eux commençaient à s’éloigner un peu, la scène durant trop longtemps pour ces Londoniens aux journées occupées. Mais oublier cette scène leur prendrait sûrement un peu de temps. Peut-être que ça allait se propager. Ce n’était pas commun, d’assister à ce genre de disputes.

« Et puis, si vous cherchiez la discrétion, c’est un peu raté. »


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Damon Griffin
avatar

❝ Ceci n'est pas un rang ❞



Messages : 42
Date d'inscription : 13/07/2016
Localisation : cacahuète DTC

Message Sujet: Re: Observer les modèles [Damon] [Terminé] Jeu 23 Mar 2017 - 9:53

Studying Models. #Damon #JoahPersonne n'aime que les choses ne se passent pas comme prévu. Tu te fais un petit plan dans ta tête, sur plusieurs plans avec plusieurs personnes, et d'un coup. BIM ! l'inconnu, l'imprévu. Qui te chamboule tout ton petit programme pour lequel tu avais bien tout préparé, et que t'avais même pris des jours de congés pour t'y plonger. T'était déjà à fond super excité. Il a suffi pourtant d'une fraction de seconde, une seule, une phrase, deux mots, pour que ça te les casse. Et que tout le château de carte s'écroule. Par deux fois, on a chamboulé mon planning, et vous croyez vraiment que je vais abandonner et me laisser abattre ? Vous vous rendez pas compte de vos actes, mais bon tant pis pour vous. Faut pas jouer avec moi les gars, vous allez perdre. La partie commence.

La conversation commençait vraiment à me chauffer. Certes, je commençais à prendre du recul, et je savais très bien que c'était moi qui m'était emporté le premier. Mais justement, s'avouer ses fautes, ça vous fou en rogne. Je me saoul à râler. Surtout que t'as l'air gentille; Mais bon puisqu'on est parti pour faire un mauvais départ toi et moi, je vois pas comment balancer la situation au positif maintenant. T'as l'air aussi remontée maintenant, alors que tu ne le montre pas; mais ça se voit bien dans tes yeux. Et quelques parts aussi dans tes paroles.

L'artiste : Comment ça ? Je suis vraiment obligée de vous rappeler que c’est vous qui êtes à l’origine de tout ça ? A quoi vous vous attendiez, sincèrement, en me parlant de la sorte ?

Mon Dieu, c'est ça vas y enfonce moi encore, je sais que je suis en faute, je l'ai cherché, c'est bon. Je me gratte l'oreille, regardant ailleurs et en grimaçant. Je me saoul je sais, je suis chiant et con, mais c'est bon là on se calme. Tranquille, zeeeen. Tout le monde nous regarde encore.

L'artiste : Oh, mais c’est que monsieur est célèbre.

Non, justement je ne le suis pas. Je suis loiiiin de l'être. Et c'est bien comme ça; Je déteste la célébrité. Ouais, peut être qu'un jour ça m'a traversé l'esprit, mais quand je vois l'effet que ça fait sur ces gens qui en souffre chaque jour. Moi je pourrais même plus me regarder dans une glace. Tellement ça me ficherait les jetons de savoir que des milliers de personnes peuvent me juger sans même me connaître réellement. Une Hoorreur! Je suis assez bien loti à la dispatch comme ça. Faut que ça reste comme ça. Je dois pas me faire connaître.

L'artiste : Ecoutez, je comprends bien que certaines personnes ne veulent pas être dessinées. Je ne suis pas idiote d’accord ? Mais, honnêtement, est-ce que ça vaut le coup d’agresser les gens comme ça ? Hein ? Non. Je ne pense pas.

Oui et non. Je vais pas m'aventurer sur ce terrain, c'est pas vraiment l'heure de revenir sur les théories à vous retourner le cerveaux. Je suis pas philosophe. Je regarde encore ailleurs, j'ai du mal, t'as un de ces regards de feu, j'ai pas envie de craquer ou quoi.

L'artiste : Et puis, si vous cherchiez la discrétion, c’est un peu raté.

Ouais j'avoue. C'est carrément raté. J'ai vraiment l'air d'un con, gros râleur. Je dodeline de la tête, avant de me tourner à nouveau vers toi, heureusement que tu vois pas mes yeux. Ca aide beaucoup plus d'avoir des verres teintés, je sais pas pourquoi… on se sent plus libre de dire ce qu'on veut.

Damon : Ouais c'est bon, je suis désolé d'accord. En plus tu dessines pas si mal que ça.

Je m'en vais ramasser la boulette que j'ai fait, avant de te la tendre pour te la rendre. J'espère au moins que les passants vont arrêter de me regarder... parce que là je vais vraiment repartir pour un tour.
© 2981 12289 0
HRP:
 


••••••••••



Dernière édition par Damon Griffin le Mar 18 Juil 2017 - 13:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joah Andersen
avatar

❝ Watch me burn ❞



Messages : 96
Date d'inscription : 15/06/2016
Age : 18
Localisation : En vadrouille

Message Sujet: Re: Observer les modèles [Damon] [Terminé] Lun 1 Mai 2017 - 22:58

Il y avait plusieurs catégories de gens, en ce monde. Oh, cela pourrait paraître manichéen, comme déclaration, alors admettons qu’il existe plusieurs catégories auxquelles la majorité des gens se conforment en ce monde. Parmi elles, les nobles et riches, pour lesquels notre artiste peinait à trouver une quelconque considération. Puis, les gens simples, ceux qu’elle aimait, adulait, et pour qui un sourire étirait toujours ses lèvres. Puis, il avait la catégorie à laquelle elle considérait appartenir, les vagabonds, artistes, ces âmes nomades qui souffraient de l’habitude et de rester statique à un endroit donné pour trop longtemps ; ceux qui se posaient des questions et imploraient le changement. Et puis, il y avait les fonctionnaires. Pas assez fortunés pour entrer dans la première catégorie, pas assez modeste pour se trouver dans la seconde, mais pas assez fantasque pour appartenir à la sienne. Ces gris, ternes hommes en costume qui chaque jour se rendaient à un travail qu’ils n’aimaient pas, pour gagner un argent dont ils n’avaient pas besoin. Joah ne savait pas si elle devait plaindre ou mépriser cette catégorie, la figure stoïque de ses membres la déconcertant toujours. Jamais la danoise n’avait réussi à mettre le doigt sur ce qui faisait avancer ces braves gens, dans la vie. Elle savait cependant d’expérience que lorsque ceux-ci semblaient réaliser l’ironie de leur condition, leurs accès de rage pouvaient être terrifiants ; comme s’ils découvraient en un instant leur faculté à éprouver quelque chose.

Transition : cet homme. Si la danoise était presque certaine qu’il appartenait à la dernière catégorie, il semblait cependant faire partie de cette infime pourcentage qui présentait quelques dissidences. A commencer, par son caractère et cette apparente facilité à s’emporter. Joah ne savait pas vraiment si cela était dû à quelque chose en particulier, ou s’il était toujours ainsi, mais de toute évidence les choses auraient été plus simples s’il n’avait été qu’un placide fonctionnaire. Ils s’étaient engueulés. Leur entêtement respectif ne faisant pas bon ménage. Maintenant… -eh, elle avait bien entendu ?

Ouais c'est bon, je suis désolé d'accord. En plus tu dessines pas si mal que ça.

Joah écarquilla un peu les yeux à ça ; elle ne s’attendait pas à ce que l’homme s’excuse. C’était bien la dernière des choses qu’elle avait prévu ; sur sa brève liste mentale, la probabilité qu’il tente de la frapper était trois fois plus importante. Enfin, c’était une bonne surprise ? Certainement. Même si quelque chose en elle était déçu, au fond, elle avait assez envie d’en découdre.

Fronçant les sourcils, son regard gris fixa toujours les verres teintés –pratique, pour déblatérer toutes les foutaises qui nous passaient par la tête- de l’inconnu. Bien que surprise par le fait qu’il soit allé jusqu’à ramasser la boule de papier qu’était devenu son croquis, son visage resta neutre. Elle ne fit aucun mouvement pour le reprendre.

« … »

Silencieuse, elle observa l’homme de bas en haut, son regard observateur détaillant chaque parcelle de son corps et de sa tenue sans aucune gêne ou pudeur apparente. Est-ce que ce regard allait le mettre mal à l’aise ? Certainement. Si la colère était toujours présente dans ses yeux gris, celle-ci se retrouvait cependant contrastée par une légère curiosité. Un intérêt non dissimulé.

« …vous n’êtes pas si laid, à bien regarder. »

Bon, d’accord, il n’était pas laid tout court. Il avait une gueule, c’était d’ailleurs ce qui avait conduit à cette situation. Mais allait-elle risquer de lui donner la moindre satisfaction ? Non. Enfin, il en certainement déjà conscient. La danoise ne mesurait pas vraiment le sens que l’on pourrait donner à ses propos ; pourtant, ce commentaire était tout à fait innocent. C’était une constatation. Rien de plus pour elle.

« ...vous pourriez presque être modèle. »

Elle y réfléchissait. Sérieusement. Quel genre d’individu lance cela à une personne qu’elle a toujours à moitié envie d’engueuler ? Bonne question. Les règles sociales ne semblaient pas tellement la retenir ; la danoise venait d’avoir une idée, elle s’y tenait. La nature du sujet de sa curiosité l’importait peu.

« Qu’en dites-vous ? »

Elle n’avait toujours pas repris le papier. Une manière de lui dire qu’elle ne lui pardonnait pas. Est-ce que c’était important, après tout, le pardon d’une personne ? Pas tellement. Juste des mots. Mais elle usait un peu parfois de ces règles qu’elle ne comprenait pas toujours. Il fallait bien s’adapter. Alors, cette proposition ? C’était imprudent. Mais elle ne s’en souciait pas tellement. Ou même, ne l’avait pas vraiment réalisé. Une façon peut-être de lui proposer un accord, pour calmer les tensions. Bien avant de penser à ça, elle avait en tête un intérêt esthétique. Ce corps pouvait servir à quelque chose. Elle pourrait le peindre. Son allure. Ses expressions, même masquées par ses lunettes. Que se cachait-il derrière, d’ailleurs ? C’était perdu. Elle était devenue curieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Damon Griffin
avatar

❝ Ceci n'est pas un rang ❞



Messages : 42
Date d'inscription : 13/07/2016
Localisation : cacahuète DTC

Message Sujet: Re: Observer les modèles [Damon] [Terminé] Jeu 4 Mai 2017 - 15:47

Studying Models. #Damon #Joah
Je sais que j'ai merdé. C'est bon okay, je sais que j'ai foutu tout ça en l'air. Je suis pas parfait, et on a le droit de faire des erreurs, même si elles ne sont que très peu tolérées et en revanche très fort jugées. J'en ai marre. Je suis vraiment pas doué. Pourtant croyez moi, j'ai travaillé là dessus. Je me suis donné à fond. Je me suis même parfois sacrifié. Mais rien n'y fait. Je me suis encore planté. La prochaine fois peut être qui sait. Ce sera la bonne.

J'attends. Je te jure j'attends. Mais tout ce que je vois, c'est toi qui n'en reviens pas. Oui je change d'attitude, et alors? Ca non plus ça ne te conviens pas ? On dirait que t'es plus attiré par la baston que par la paix. C'est quoi ce tempérament. Les jeunes de nos jours. Ou alors tu penses simplement que je bluff. Mais non, je continue à te tendre la feuille, te regardant sérieusement. THE regard sérieux. Je peux pas faire mieux pour te convaincre. Ah mais oui, on peut pas voir mes yeux. Oups, ce détail. Passons. Ma non-expression parlera à la place. (texte)

L'artiste : ...

Bah oui quoi ? J'ai mute la scène ? Allo j'entends plus rien. Huston ici la terre. Allo.

L'artiste : …vous n’êtes pas si laid, à bien regarder.

Que que quoi ? Encore que, je sais pas pourquoi ça me choque. Si tu m'as dessiné en premier lieu, c'est bien que ma sculpture était intéressante. et je suis plutôt un mec baraqué, bodybuildé. Me manque juste les UV ouais, et je serais le modèle parfait qui ferait fondre n'importe quel de ses dames. Ouais mais non, je suis pâle comme un cul. Bon, même si je savais djéà que j'étais pas laid. Mais faut avouer : je suis un peu étonné d'entendre ça de ta bouche. On accepte les excuses, bonne étape.

L'artiste : ...vous pourriez presque être modèle.

Je vais rougir, stop voyons. Quand même un modèle, je suis pas si beau que ça quand même. Ouais, j'ai mon côté beau gosse, c'est sûr, mais faut pas abuser non plus. Je suis pas Apollon. Apollon ... Huston... euh trop de coïncidences et de blagues à faire.

L'artiste : Qu’en dites-vous ?

Qu'en dis-je ? Je dis que non. Mais ... quoi c'est une proposition ?! T'es sérieuse ? Je reste comme un con avec mon papier, en venant regarder le dessin à nouveau. Bon, tu sais ben dessiner, et tu trouves que je pourrais faire un modèle. Je sais pas pourquoi, mais y a un détail à éclaircir.

Damon : Y a de l'argent à la clef ?

Je passe vraiment pour un teubé. Je suis pas avare, ni même gripsous. Mais j'y tiens à former mon petit pécule quand je travaille sur terre. Non mais, c'est vrai quoi, c'est important ce genre de chose. On ne sait jamais de quoi demain sera fait. Y a des choses dans la vie qu'on peut pas se payer avec l'amour ou la générosité, les petits cui-cui des oiseaux, etc. Non mais.
© 2981 12289 0


••••••••••



Dernière édition par Damon Griffin le Mar 18 Juil 2017 - 14:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joah Andersen
avatar

❝ Watch me burn ❞



Messages : 96
Date d'inscription : 15/06/2016
Age : 18
Localisation : En vadrouille

Message Sujet: Re: Observer les modèles [Damon] [Terminé] Ven 26 Mai 2017 - 21:27


C’était à son tour de ne pas en revenir. En même temps, la situation ne devait pas lui être habituelle ; se prendre la tête avec une femme, qu’elle ne se démonte pas, l’engueule, pour ensuite lui proposer de poser pour elle… non, clairement, ce genre de choses ne devaient pas arriver tous les jours. Et pourtant. C’était bien sa façon de fonctionner ; capricieuse.

Le regard de l’homme se porte un moment sur le papier qu’il tenait toujours. Comme pour l’examiner, juger la qualité de son travail. Cette attitude la fit sourire, la jeune femme fixant l’inconnu d’un air presque amusé, une main sur la hanche. Elle observait sa réaction, attendait son verdict. Enfin, vint la question fatidique –l’argent. Bien sûr. Ce n’était pas étonnant, personne ne travaillait gratuitement de nos jours. Elle comprit. A part peut-être, de temps à autres, pour rendre service à ceux pour qui elle avait un semblant d’affection particulière ; la porte d’un commerçant, un tableau pour cacher une fissure trop onéreuse à réparer. Enfin, la danoise n’aimait pas considérer cela comme un travail, c’était plus un service qu’autre chose.

Un sourire étira ses lèvres, alors qu’elle y portait une main, riant doucement. Amusée. Il n’y avait pas de quoi, mais cette simple question la faisait sourire.

« Bien sûr. Tout travail mérite salaire. »

Joah jeta un coup d’œil à son papier, avant de reporter son attention sur l’homme en face d’elle, l’air un peu plus sérieux, alors.

« Après tout, ce n’est pas si facile, quoi qu’on en dise. Ce serait de l’exploitation si je ne vous payais pas. »

Elle prit vivement la feuille de sa main, l’arrachant presque, le papier froissé s’assombrissant un peu au contact de la paume maculée de graphite. La pliant grossièrement, la jeune femme mis ensuite le dessin malmené au fond de sa poche, sans trop de considérations pour le fait qu’elle l’abîmait un peu plus, ainsi. Puis, elle tendit cette même main à l’homme, dans cet éternel geste masculin, son torse bombé lui permettant de soutenir ce regard qu’elle ne voyait pas avec un peu plus de panache. D’un œil extérieur, un geste vers la réconciliation. Cependant, une brève incompréhension passa dans son regard : elle avait effectué cela sans trop y prendre garde. Rattrapée par ces foutus réflexes mondains.

« Joah. Je vous dirais bien enchantée, mais il est un peu tôt pour l’affirmer. »

Un sourire narquois étira ses lèvres. La peintre ne cherchait pas spécialement à être agréable. Il n’était ni un client, ni un bourgeois, alors elle pouvait bien se permettre d’être un peu plus franche dans ses propos. De ne pas les enjoliver pour masquer le message.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Damon Griffin
avatar

❝ Ceci n'est pas un rang ❞



Messages : 42
Date d'inscription : 13/07/2016
Localisation : cacahuète DTC

Message Sujet: Re: Observer les modèles [Damon] [Terminé] Lun 10 Juil 2017 - 17:59

Studying Models. #Damon #JoahT'as l'air enthousiaste est amusée. Même s'il n'y a pas vraiment de quoi rire. Au moins t'as l'air contente, et pas surprise ni contrariée. Donc on peut dire que c'est bien parti pour se faire payer. Au moins j'aurais pu à faire le tapin pour … non rien, oubliez ce que je viens de dire, vous n'avez absolument rien lu. DU TOUT. Je sais pas pourquoi qui vous me prenez là, mais je suis pas du tout de ce genre okay ?

L'artiste, alias "j'aitoujourspasdenom" : Bien sûr. Tout travail mérite salaire.

Une bonne nouvelle. Comment on peut être sur une si bonne longueur d'onde alors qu'on vient de bouffer le nez juste avant ? Moi je comprends pas. M'enfin, je suis pas certain d'avoir un jour compris comment marche le monde. Je réfléchis pas, c'est comme ça et puis c'est tout. Je m'en moque. C'est cool. On est cool. Donc c'est cool. Trop de coolitude quand même là, ça cache un truc. Ma bonne humeur revient.

L'artiste, alias "j'aitoujourspasdenom" : Après tout, ce n’est pas si facile, quoi qu’on en dise. Ce serait de l’exploitation si je ne vous payais pas.

Pour ce qui est de la difficulté, ça j'en sais tout un rayon, c'est pas vraiment d'être assis ou dans une position spéciale pendant des heures qui va me faire péter un câble. Bon, peut être en fait je suis pas patient … et merde. Oui mais c'est payé, alors je vais pas dire non, si c'est pour devoir me taper les boulots de merdes d'exécution à la con, nana je préfère ça quand même. Je suis pas fou. La violence est mon quotidien, mais parfois faut savoir dire stop, pas vrai ?

Euh. Je peux savoir ce qu'il t'as fait mon papier. Je pensais que j'allais pouvoir le garder, t'étais pas obligé de me le prendre comme ça en l'abimant et le balançant dans ta poche. J'suis triste. J'étais plutôt à mon avantage tu sais là-dessus …

L'artiste, alias "j'aienfinunnom" : Joah. Je vous dirais bien enchantée, mais il est un peu tôt pour l’affirmer.

Joah. C'est quoi ce nom que tu me donnes là ? On dirait un nom d'homme. Et hébreu en plus, c'est vraiment pas terr- oh mais c'est ravissant pour une femme ça vous va très très bien (c'est bon j'ai rien dit de mal calme toi).  

Damon : Ouais. Trop tôt. Appelle moi Damon.

Tiens, c'est pas comme si je balançais mon nom à tout le monde ici. C'est pas un secret. Je réajuste mes lunettes avant de te regarder à nouveau. Non mais t'es sérieuse, à toujours sourire comme ça. T'as la patate ma parole. Même si c'est vraiment vilain de sourire comme ça … au moins t'es franche, c'est sûr. Mais même c'est pas pour te mettre en val- non mais non vas-y t'es magnifique continue. (mais bordel on peut rien dire avec toi).

Damon : Par contre pour ce qui est des horaires, c'est possible que je sois pas dispo tous le temps .. J'ai du boulot ailleurs moi.

Je réajuste ma cravate, d'ailleurs. C'est clair que je peux même pas lui dire que je suis libre la nuit. C'est pas vrai. Les gens attendent souvent le crépuscule pour clamser. En fait, ça dépend toujours de mes quarts. Faudrait que je puisse venir quand ça m'arrange en dehors du boulot de shini, mais ça hein … c'est pas sûr que ça t'arrange non plus. L'impasse.
© 2981 12289 0


••••••••••



Dernière édition par Damon Griffin le Mar 18 Juil 2017 - 14:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joah Andersen
avatar

❝ Watch me burn ❞



Messages : 96
Date d'inscription : 15/06/2016
Age : 18
Localisation : En vadrouille

Message Sujet: Re: Observer les modèles [Damon] [Terminé] Mer 12 Juil 2017 - 13:59

Les choses se sont calmées ; maintenant, les deux semblent s’entendre. Etrange ? Pas tellement, lorsqu’on connait Joah. Oh, bien sûr,  elle peut-être rancunière ; l’homme n’aura pas fini d’entendre quelques piques quant à leur altercation. Mais au moins avait-il piqué sa curiosité. Son intérêt. C’était bien pour ça que leur dispute avait cessée. Les passants semblaient s’être désintéressés, désormais. Ils avaient été un peu perplexes. Finalement, rien de vraiment violent ou trépidant ne s’était passé.

« Damon… c’est grec ça, non ? »

Elle l’a murmuré, un peu pour elle-même. C’est un nom peu commun, mais après tout, quelle remarque a-t-elle à faire ? Le prénom qu’elle porte n’est pas mieux ; déjà, elle est presque sûre qu’il s’agit d’un nom d’homme. Ensuite… c’est même une erreur administrative. Alors, non. Elle n’a rien à dire. Mais de toute façon, elle ne comptait pas dire quand chose. Ce nom lui plait. Il lui va bien ; il lui fait plus apprécier cet homme. Quoi ? Oh, non, pas comme ça. La Danoise est une esthète avant tout. Elle aime les belles choses, les belles personnes ; sa vie pourrait se résumer, en un sens, à satisfaire son esthétisme. A satisfaire sa curiosité. Damon –puisque c’est son nom, rempli ces deux points. Il lui plait physiquement, et il l’intrigue. Alors… elle sourit. Ce n’est pas un simple sourire de politesse. Celui-ci est plus authentique –est-elle agaçante, sa façon de toujours sourire ? Peut-être. Elle ne s’en soucie pas tellement, pour être honnête.

« Par contre pour ce qui est des horaires, c'est possible que je sois pas dispo tous le temps .. J'ai du boulot ailleurs moi. »

Elle hausse les épaules. Bien sûr, c’est normal. Elle ne s’attendait pas à autre chose. Il semblait déjà pressé lorsqu’il s’est rendu vers elle. Sa tenue a tout du businessman. Pourtant, à sa façon de se soucier de l’argent, elle suppose qu’il n’est pas aussi riche que ce qu’il peut paraître.

« Je m’en doutais. Je suis aussi souvent à droite à gauche, pour effectuer mes commandes. » Sa voix insiste un peu sur ce mot. C’est sa fierté, sûrement, qui la pousse à lui préciser qu’elle aussi a d’autres choses à faire. Qu’elle n’est pas seulement une vagabonde qui s’amuse à dessiner, pour occuper ses journées. « Mais –vous savez quoi ? Je vais vous donner mon adresse. Passez quand vous serez dans le coin. »

Elle cherche quelque chose dans ses poches, en ressort un crayon. Puis, elle ressort la feuille pliée en quatre, pleine des croquis de l’homme. Elle savait bien que ce bout de papier lui servirait. Notant une adresse et l’étage, elle le tend ensuite à Damon. Donner ainsi son adresse n’a pas l’air de la déranger. Qu’est-ce qu’elle risque ?

« La porte est toujours ouverte quand je suis là. Sinon, allez en bas, demandez Joah. La propriétaire a l’habitude. » Elle semble hésiter un moment, puis hausse les épaules : « Je ne dors pas beaucoup. Alors ne vous préoccupez pas de l’heure. »

Si c’est pour étudier un tel modèle, alors prendre quelques heures sur sa nuit ne la dérange absolument pas. Après tout, elle laisse le soin de se préoccuper des heures aux autres. C'est une chose lorsqu'on dissimule sa montre à gousset dans la poche d'un costume sombre ; pas quand nos doigts sont tachés d'encre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Damon Griffin
avatar

❝ Ceci n'est pas un rang ❞



Messages : 42
Date d'inscription : 13/07/2016
Localisation : cacahuète DTC

Message Sujet: Re: Observer les modèles [Damon] [Terminé] Mar 18 Juil 2017 - 14:21

Studying Models. #Damon #Joah
Joah : Damon… c’est grec ça, non ?

Moi je voulais m'appeler Damien, mais on a pas voulu. Aller savoir pourquoi ma mère m'a appelé autrement. Elle est capricieuse celle-là. Je suis sûr que c'était le nom de papa à la base, et qu'elle s'est pas cassé pour l'inventer celui-là. Bref je m'égare, retournons à nos Joah. Tu veux pas savoir ce que ça veut dire en plus. Et non je suis pas grec. Enfin je crois pas. C'est que ça à l'air de te faire rire ... bon je préfère que pleurer.

Joah : Je m’en doutais. Je suis aussi souvent à droite à gauche, pour effectuer mes commandes.

Ah, enfin quelqu'un qui me comprend. C'est pas évident de rester toujours en même endroit quand tout le monde nous .... attends une minute. Commandes? T'es entrain de me dire que je t'ai traité d'artiste de rue alors que c'est officiel et que t'es renommée en plus ? Je trouvais ça bizarre que tu insistes sur le mot. Non, parce qu'un artiste avec des commandes, c'est que ça doit plaire. C'est pas souvent. Les artistes sont incompris. Vivement le prochain siècle. On commence à y venir cela dit. Alors pas étonnant. C'est cool. Tiens, pourquoi ça me fait penser à cette écrivain à succès ... comment elle s'appelait déjà ?

Joah : Mais –vous savez quoi ? Je vais vous donner mon adresse. Passez quand vous serez dans le coin.

Logique. Je dirais même indispensable. On en serait venu si ça avait été mon tour de parler, mais comme tu l'as deviné avant que je le demande, c'est impeccable. Je suis tout content. En plus tu vas me donner mon papier... oh ouiiii! je suis dessus. Non je suis pas un gamin ... laissez moi kiffer. J'attends que tu finisses, avant reprendre la feuille et de la mettre dans la poche intérieur de ma veste.

Joah : La porte est toujours ouverte quand je suis là. Sinon, allez en bas, demandez Joah. La propriétaire a l’habitude.  Je ne dors pas beaucoup. Alors ne vous préoccupez pas de l’heure.

T'avais eu l'air d'hésiter un instant. De toute manière j'ai beaucoup de service la nuit aussi, donc ça sera très aléatoire. Je sais jamais trop quand je vais avoir du temps libre. Mais bon, ça au moins j'ai l'habitude : j'ai déjà quelques petites affaires qui m'attendent ici à Londres. Mercenaire un jour, mercenaire toujours.

Damon : Je passerais à la fin de mon prochain service. En espérant qu'aucun de mes collègues ne demande ce que je fais après le travail ...sur ce, la bonne journée en attendant.

Je vais rater ma prise de service. Je suis déjà assez pressé, il faut que je reprenne mon rôle de dieu de la mort. Je ne m'attends pas à ce que tu me retiennes, alors je fais demi-tour en m'éloignant, me mêlant à nouveau dans la foule, cherchant à disparaître et rejoindre la Dispatch.

© 2981 12289 0


••••••••••

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

❝ ❞




Message Sujet: Re: Observer les modèles [Damon] [Terminé]

Revenir en haut Aller en bas

Observer les modèles [Damon] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Damon Salvatore, Bad vampire ? [TERMINÉ]
» Fiche technique de Lion Damon [ Validée ]
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Black Butler : Black Deal RPG :: La ville et ses alentours... :: North London :: Camden Town :: Place du marché-