lienlien
PredefKarnevalForum RP FR
Click



 

Partagez|


Night stroll [Christopher]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Joah Andersen
avatar

❝ Watch me burn ❞



Messages : 108
Date d'inscription : 15/06/2016
Age : 18
Localisation : En vadrouille

Message Sujet: Night stroll [Christopher] Dim 8 Jan 2017 - 22:36

La journée avait bien commencé, pourtant.
Joah s’était levée de bon matin, commençant par finir l’un des livres trainant dans un coin du canapé. Sa lecture encore fraiche en tête, la jeune femme s’était alors attelée à travailler sur les récentes commandes qu’elle avait reçue, pleine d’une énergie qui la rendait propice à créer. Lorsqu’elle peignait, le temps ne semblait plus avoir d’impact sur elle, et elle aurait été bien incapable de se rendre compte des heures qui filaient sans la montre dans sa poche. Réalisant alors que l’après-midi était bien entamé, la danoise avait rassemblé ses affaires, un épais carnet de croquis, quelques tubes de peinture, et ses éternels crayons et fusains, rangeant soigneusement le tout dans une sacoche de cuir usée. Chaussant ses bottes hautes, un manteau bleu venant couvrir ses épaules, elle s’était élancée à la conquête de tout ce que la belle Londres avait à lui offrir, s’amusant du regard tantôt outré ou simplement curieux des passants sur sa tenue habituelle. Son pantalon moulait ses formes de manière avantageuse, et elle portait une lourde ceinture à sa taille, dont l’emplacement destiné à recueillir un fourreau était encombré de pinceaux. La plupart des gens dans son quartier commençaient à s’accoutumer à la jeune femme, qui, souriante, semblait vouer une admiration sans borne pour le petit peuple au milieu duquel elle vivait.

Décidant de pousser son exploration plus loin, elle s’était volontairement perdue dans les rues animées de la capitale, s’arrêtant de temps à autre pour reproduire un détail particulier d’un bâtiment ou individu qui l’interpellait. Mordant avidement dans une pomme qu’elle avait achetée sur l’un des petits marchés, Joah s’était enfoncée dans des rues de plus en plus calmes, guidée seulement par son insatiable curiosité, et sans vraiment se soucier, à vrai dire, ni de l’heure, ni de la distance qu’elle parcourait, ou du quartier qu’elle atteignait. Après tout, la jeune femme s’était toujours parfaitement débrouillée seule, parfois sans même connaître la langue du pays dans lequel elle se trouvait ; hors, son anglais était parfait, alors elle ne se faisait aucun soucis.

C’est ainsi que la jeune artiste franchit les frontières de l’East End, un quartier dont la réputation n’était pas le fruit de légendes sans fondements, et décrit, à juste titre, comme le plus dangereux de la ville anglaise. Si Joah connaissait bien toutes ces histoires, elle ne réalisait pas que ses pas l’y conduisait, le sens de l’orientation de la jeune danoise n’étant pas parfait, et étant trop distraite pour y prêter attention. L’artiste ne se posa la question fatidique que lorsqu’elle remarqua la lumière changer, alors que le ciel s’assombrissait lentement ; un coup d’œil à sa montre lui indiqua qu’elle était dehors depuis plus de trois heures. Il était peut-être temps de rentrer, mais comment retrouver son chemin dans un quartier inconnu et lorsque notre esprit était tout ailleurs ?

« Bonsoir. »

La voix derrière elle la fit sursauter légèrement ; elle était tellement plongée dans ses pensées que le monde autour elle semblait avoir cessé d’exister, pendant un instant. Joah hésita à demander son chemin à l’inconnu, se retournant brièvement vers lui, avant de soudainement continuer son chemin, accélérant le pas.

Merde. Elle connaissait trop bien ce genre d’attitude. Le londonien qui l’avait interpellée n’était pas seul, deux de ses comparses la fixant également. Leur regard n’aurait pas inspiré confiance au plus naïf des enfants. Levant brièvement les yeux vers un nom de rue, Joah réfléchit à toute vitesse, cherchant une allée plus animée où elle pourrait retrouver un vague sentiment de sécurité. Où était-elle ? Les bâtiments étaient crasseux, la plupart des portes délabrées. East End. Juste ma chance. Les pas derrière elle se faisaient plus pressants, et elle retînt son envie de courir encore un moment, avant d’être sûre qu’elle était véritablement suivie et de s’élancer. Une main large agrippa son bras, et en un instant, la jeune artiste se retrouva plaquée contre le mur humide.

« Puis-je vous aider ? »

Elle avait peur, évidement. Mais sa voix était calme, et son expression masquait la panique qui menaçait de s’emparer d’elle.

« Tu te fous de nous ? Qu’est-ce que tu fais ici, Miss ? »

Elle ne répondit pas, soutenant seulement le regard de l’homme devant elle. Un ouvrier ou vagabond, la quarantaine, et de toute évidence, il ne posait pas cette question par bienveillance. Le regard des trois hommes s’attarda sur la tenue singulière de la peintre, la mettant mal à l’aise. Quelle idiote. Elle était pourtant la première à savoir qu’il fallait à tout prix éviter ce genre de situations.

« Lâchez-moi s’il vous plait. »

L’assaillant resserra sa prise sur son poignet, si fortement qu’il lui sembla qu’il était sur le point de le briser, tandis que son autre main se posait presque naturellement sur sa taille. Frissonnant au contact de l’homme, Joah secoua la tête, son sourire fanant aux coins de ses lèvres, et maudissant ses mains pour le tremblement dont elles étaient prises.

« Voilà, je préfère ça. Heureusement que tu es tombée sur nous ce soir, hein ? »

Ne leur montre pas que tu as peur. La peintre voulut rétorquer, les mots restant coincés au fond de sa gorge. Elle eut un regard défiant, loin de son amabilité habituelle. Une douleur aigue lui traversa la joue, alors que son visage était violement tourné vers le coin de la rue, la gifle lui ayant coupé la respiration.

« Ne me regarde pas comme ça ! »

Et voilà, tu l’as énervé.
Il avait hurlé, lui perçant les tympans. Joah tenta de se dégager, pour être stoppée par un coup dans l’abdomen, la faisant suffoquer.
Elle savait pourtant parfaitement qu’il fallait éviter ce genre de situations. Le regard appuyé des hommes entre eux lui indiquait parfaitement ce qu’ils comptaient faire ; elle tenta de se débattre, seulement pour être stoppée par l’un des hommes, alors qu’ils riaient entre eux. La danoise poussa un cri, dans le vague espoir d’alerter quiconque à proximité. Mais dans l’East End, cet appel à l’aide semblait vain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christopher R. Atkinson
avatar

❝ Tu n'as pas de rang ❞



Messages : 51
Date d'inscription : 26/12/2016
Age : 23
Localisation : Londres pour le moment

Message Sujet: Re: Night stroll [Christopher] Lun 9 Jan 2017 - 0:53

 
Night stroll  





 Les jours passant, Rafiel commençait à trouver certaines habitudes : chercher le pain en rentrant pour la vieille propriétaire, faire ses courses régulièrement sans négliger son entraînement. Sortant de son travail, enfin en repos pour deux jours, après avoir donné le pain et quelques emplettes à la vieille dame il se rendait dans son petit appartement pour y déposer ses affaires et se changer, revêtant une chemise d'une blancheur éclatante possédant deux rayures noires aux épaules, faisant légèrement penser à un habit de prêtre. Son regard se tournait vers les murs vides.

Cela faisait à présent environ une semaine qu'il avait passé commande auprès de cette jeune et sympathique peintre.  Il avait hâte de pouvoir admirer ces beaux tableaux et d'avoir Pareis en visuel au matin. Il pourrait peut-être un petit peu rentrer, l'espace d'une journée ? Cela serait une idée. Mais bon, cela ne faisait qu'une semaine. Rafiel n'était pas si impatient normalement, mais il fallait dire que sa mission n'avait aucun impératif de temps et donc cela pouvait se compter en mois ou en années, les autres, en général il suffisait de quelques mois grand maximum. Les personnes qu'il avait aidées étaient déjà toutes décédées alors les attaches qu'il avait, c'était celles du Paradis et surtout Haniel.

Il serra la croix dans sa main, là ou était gravé le nom de son mentor. Éternellement reconnaissant et respectueux envers cette personne qui lui avait permis de devenir quelqu'un au sein du Paradis. Cela le fit repenser aux autres tableaux et notamment celui de l'ancien Est End de Londres. Il n'y avait pas encore fait un tour observateur depuis qu'il était arrivé sur Terre… Il sourit : c'était décidé, il allait s'y rendre aujourd'hui.

Prenant clefs et autres affaires, enfilant sa veste brune, la principauté se décida de rejoindre l'Est End tout en prenant quelques petites rues qu'il connaissait bien. Levant la tête vers le haut, il put voir que le ciel s'était déjà un peu assombris. Il n'était cependant pas inquiet. Il savait parfaitement se défendre. Regardant les alentours il pouvait voir que l'endroit avait changé, toujours plus sale, plus de gens, plus de pauvre. C'était presque indécent à ses yeux alors que dans les autres quartiers les gens jetaient l'argent par les fenêtres. Jamais il n'avait regretté le fait d'être sans le sous, cependant ce n'était pas le cas de tout le monde, certains mouraient de faim ou de soif et il comprenait aisément qu'ils puissent en vouloir quitte à mettre des personnes « responsables » dans un panier et à les haïr.

Ses lèvres s'ornèrent d'un sourire, jusqu'à qu'il entende un cri. Plusieurs, de la part d'une même personne, d'une ruelle. Instinctivement, il s'y dirigeait. Personne n'aidait jamais quelqu'un en danger dans l'Est End. Ses yeux dorés, une fois arrivé sur place, eurent vite fait de remarquer qu'il s'agissait de la peintre à qui il avait pensé toute à l'heure. Celle-ci semblait être en difficulté face à trois hommes qui n'avaient pas l'air d'avoir de douces intentions envers elle… Ni une ni deux, il choppa le bras de celui qui l'avait agrippée pour lui décrocher un direct du droit -n'utilisant pas trop sa force non plus- le faisant reculer violemment si ce n'est, tituber, alors qu'il mettait la jeune femme derrière lui.

Il lui chuchota : «  Restez derrière moi.  » Puis parla d'une voix plus forte «  Je vous conseille de partir d'ici et vite, sinon, vous serez tous les trois au tapis !  »

Ses yeux fixèrent ceux des trois autres. Il était assuré, ne tremblait pas, n'avait pas peur. Il savait qu'il gérerait.  
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ismadd.forumactif.com/
Joah Andersen
avatar

❝ Watch me burn ❞



Messages : 108
Date d'inscription : 15/06/2016
Age : 18
Localisation : En vadrouille

Message Sujet: Re: Night stroll [Christopher] Dim 15 Jan 2017 - 15:42

Le rythme cardiaque de la jeune peintre s’accélérait, alors qu’elle sentait la douleur qui se diffusait dans son abdomen criblé de coups, et la peur lorsque les mains de son agresseur l’empoignaient de plus belle. La danoise ne s’était jamais considéré comme une personne sans défense ; de constitution plutôt robuste, elle n’avait pas eu à se soucier à faire face à une telle situation récemment, cependant. Autrefois, cela ne serait pas arrivé. Elle aurait eu le réflexe de se travestir, ou d’emmener un revolver, et rien de tel ne lui serait arrivé. Elle aurait été sur ses gardes. Bon sang, elle avait été si négligente…

Secouant la tête, elle continua de crier, avant d’apercevoir quelque chose de luisant, du coin de l’œil. Un frisson la parcourut, alors qu’elle fixait l’objet qui reposait dans la main d’un de ses agresseurs, priant seulement pour que son appel soit entendu par quelqu’un, n’importe qui. Même si cette personne s’avérait être malintentionnée, au moins donnerait-elle à la jeune femme quelques précieuses secondes pour pouvoir s’enfuir. Mais là, elle se berçait certainement d’illusions. Personne ne viendrait car personne ne se souciait de ce qui pouvait advenir dans ces rues abandonnées. Secouant la tête, elle ferma les yeux, non pas par résignation mais pour ne plus voir la lame qui la menaçait. Ce faisant, l’artiste continuait de se débattre.

« Bon sang ! Tu vas pas te laisser faire ?! »

La voix de l’homme s’étrangla subitement, et il sembla à Joah qu’un poids s’était ôté d’elle, avant de ne se sentir, brusquement, tirée sur le côté. Elle heurta la silhouette en reprenant son équilibre, ouvrant grand ses yeux gris dont la pupille était dilatée par la peur. La jeune femme allait le repousser, s’éloigner de lui, avant qu’elle ne reconnaisse une voix familière. S’arrêtant, elle fixa l’homme, reconnaissant vite les traits du client qui l’avait tant intriguée. Que faisait l’inspecteur dans ce secteur, à une heure aussi tardive ? La question n’avait pas vraiment d’importance, après tout. Pour le moment, il semblait à Joah qu’une figure angélique était venue la sortir de sa détresse ; ironique, au vue de sa situation.
Reprenant son souffle, elle acquiesça simplement, suivant son conseil et restant derrière lui. Il était évident que, seule, elle ne pourrait tenir tête à trois hommes de toute manière. Sa voix s’étrangla un peu dans sa gorge alors qu’elle toussait doucement, articulant ensuite ;

« Tak… »

Un remerciement, dans sa langue natale. Elle jeta un regard noir au groupe qui, loin de fuir, s’était légèrement rapproché d’eux. L’homme au centre essuyait un filet de sang coulant de sa lèvre, le coup l’ayant, au-delà de l’assommer, rendu fou de rage.

« Ne fais pas la fière parce que quelqu’un est venu ! Si tu ne voulais pas avoir d’ennuis, tu ne serais pas venue ici ! »

Cette remarque fit se serrer les poings de la jeune femme, en colère. Alors, c’était de sa faute maintenant ? Quelle bande d’imbéciles. Elle s’apprêta à lancer une remarque, avant d’être coupée par le second homme, qui fixait Christopher d’un air mauvais.

« Et toi ? Tu ne peux pas te mêler de tes affaires ? Il y en a plein d’autres des filles ici, alors dégage ! »

Il fit tourner la lame entre ses doigts, décidé, apparemment, à ne pas suivre le conseil de l’inspecteur. Joah remarqua que l’autre venait de sortir un petit objet de sa poche, et le pointait vers eux, défaisant le cran de sécurité. Un revolver. Bordel, les choses ne pouvaient aller qu’en empirant ? L’assurance de Christopher la rassurait et l’inquiétait à la fois. Avait-il conscience de leur situation ? S’approcha légèrement de lui, avec précautions, elle murmura :

« Ils sont armés. Faites attention… »

Un coup de feu retentit dans la rue. Les yeux écarquillés, elle observa le groupe s'avancer, armé de ce revolver qui les menaçait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christopher R. Atkinson
avatar

❝ Tu n'as pas de rang ❞



Messages : 51
Date d'inscription : 26/12/2016
Age : 23
Localisation : Londres pour le moment

Message Sujet: Re: Night stroll [Christopher] Dim 15 Jan 2017 - 18:47

 
Night stroll  






Inquiet pour la jeune femme, sans se poser plus de questions, Rafiel avait accouru pour donner un coup de poing dans le visage de celui qui la tenait le plus, faisant ainsi lâcher les autres avant de mettre un bras pour la protéger et l'attirer derrière lui pour qu'elle soit plus en sécurité et que ces hommes aient à s'en prendre à l'ange pour blesser Joah. De toute évidence les trois hommes n'étaient pas contents et accusèrent même la jeune femme d'être la cause de son malheur en venant se promener ici.

Lui aussi s'apprêtait à répliquer mais un deuxième homme ne lui en laissait pas le temps en lui demandant de se mêler de ses affaires. Dans l'Est End c'était chacun pour soit, parfaitement normal qu'il ne comprenne pas pourquoi il voulait protéger quelqu'un qui aurait pu être une inconnue. Il haussa un sourcil lorsqu'il disait qu'il y avait d'autres filles… Sous entendant qu'il n'avait qu'à… trouver la sienne, c'est à dire une autre fille de joie ? Ô Seigneur quel blasphème ! Par chance l'humain ne savait pas qu'il s'adressait à un ange.

«  Si vous vous octroyez le droit de brutaliser une femme alors je prends aussi celui de pouvoir la défendre.  »

Il était inutile de dire qu'il était inspecteur à Scotland Yard : ils n'en avaient certainement rien à faire et dans le pire des cas cela agrandirait leur rage : ils pourraient avoir quelqu'un des forces de l'ordre, quelle aubaine. Il lui chuchota en voyant l'homme jouer avec son couteau puis l'arme.

«  Restez derrière moi quoi qu'il arrive d'accord ? N'ayez pas peur. Il ne vous arrivera rien.  »

Rafiel lui accorda un de ses sourires rassurants. Oui ils étaient armés mais Rafiel était un être du ciel, il n'avait pas à avoir peur de ces armes, elles ne le tueraient pas. Tout ce qu'il fallait c'était qu'elle ne tente pas de le protéger et qu'elle lui obéisse. L'inquiétude était visible dans les yeux de Joah et n'importe qui aurait certainement été terrifié.

Le coup ne tarda pas à partir, il ne pouvait être humainement assez rapide pour les pousser tous les deux – alors qu'en réalité cela aurait été possible mais cela ne faisait quelques semaines qu'il était sur terre- il choisit donc de se prendre délibérément le coup pour la protéger, la plaquant contre le mur et la surplombant de son corps pour qu'elle ne soit pas blessée.

La balle transperça la partie liant le bas de sa gorge et la clavicule, plus grand que l'humaine elle allait se loger dans le mur sans la toucher. La balle toucha le collier argenté qui retenait sa croix laissant celle-ci retomber sur le sol dans un bruit métallique tandis que Rafiel touchait instinctivement sa blessure. Ce n'était rien.

Sans crier gare il se contenta de foncer contre le tireur, prenant son poignet, le lui tordant avant de balancer un coup de pied directement dans son visage, l'envoyant directement au tapis. Dans son mouvement expert il avait prit l'arme et l'avait gardée. Il recula de quelques pas pour se repositionner plus devant Joah.

«  Maintenant, partez.  »

Ce n'était pas l'inspecteur en chef mais bien la principauté qui parlait. Le ton était autoritaire, le regard droit , certain, assuré malgré la blessure, comme lorsqu'il menait des hommes à la bataille. Il ne proposait pas une négociation, c'était un ordre.
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ismadd.forumactif.com/
Joah Andersen
avatar

❝ Watch me burn ❞



Messages : 108
Date d'inscription : 15/06/2016
Age : 18
Localisation : En vadrouille

Message Sujet: Re: Night stroll [Christopher] Dim 15 Jan 2017 - 21:24

Le coup partit ; il sembla à Joah que son cœur s’était arrêté, alors. Pétrifiée, la jeune femme sentit seulement l’homme devant elle la plaquer contre le mur, la couvrant de son corps dans une attitude défensive. Un double bruit métallique, celui de la balle tombant à terre après avoir fini son chemin dans le mur, et celui plus prononcé, de la croix argentée de Christopher, résonna dans la rue. Ecarquillant ses yeux qu’elle avait clos, une odeur caractéristique atteint ses narines, alors qu’elle sentait quelques éclaboussures de quelque chose de chaud sur sa joue. C’est en voyant l’inspecteur porter une main à son cou qu’elle comprit. Il avait été touché, pour la protéger. Une ligne rouge barrait la jonction entre son cou et sa clavicule, mais il ne semblait pas concerné par cela, ni même prêter attention à la douleur.

Joah le regarda foncer sans hésiter vers le tireur, se demandant un instant s’il avait seulement conscience du danger. Sachant qu’elle le gênerait, l’artiste était restée adossée au mur, le voyant, comme il l’avait promis, envoyer au tapis en un instant l’agresseur. Quelque chose l’intriguait dans son attitude. Jamais elle n’avait vu de personnes, même faisant partie de la police, réagir aussi promptement et avec une telle habilité. Il ressemblait plus à un militaire qu’à un simple policier. Se baissant légèrement, Joah ramassa la croix tombée à terre, le contact de l’objet froid la faisant se demander comment un homme dont la vocation était de devenir prêtre en était venu à être capable de se battre ainsi.

Le ton de sa voix la fit frissonner. Il s’en dégageait une grande autorité, différente de celle qu’il semblait imposer habituellement, et qui était directement liée à son calme et à sa bienveillance. Non, ici, c’était celle, froide, d’un général habitué à être obéit, et n’admettant aucune discussion ou compromis. Joah avait du mal avec les gens comme ça, mais elle avait déjà vu Christopher sous un autre jour, alors, elle lui faisait confiance malgré tout. Et c’était certainement la seule attitude susceptible de faire fuir les trois hommes, de toute manière.

Eux, d’ailleurs, étaient tout aussi secoués qu’elle par l’aura froide qui se dégageait de l’homme dont ils pensaient pouvoir vite se débarrasser. Le premier membre de leur groupe avait une bouche en sang, le second, lui, peinait à se relever de sa mauvaise chute. Ils n’avaient pas eu le temps de réagir lorsqu’il s’était élancé vers eux, et maintenant qu’il tenait dans son poing leur arme la plus persuasive, reprendre l’avantage semblait peine perdue. Reculant légèrement, soutenant leur camarade, ils fusillèrent l’homme du regard, hors d’eux, et fixant un instant la jeune femme dissimulée derrière lui. S’ils la retrouvaient après ça… l’un d’entre eux crachat par terre, a voix tremblant légèrement de rage.

« E-eh, si tu y tiens vraiment, alors garde-la, la fille ! Mais si on te retrouve ici, on te plante ! »

Les voyant s’éloigner, Joah prit une grande inspiration. Elle n’avait pas remarqué qu’elle avait retenu sa respiration durant tout ce temps. Un instant silencieuse, suffoquant encore légèrement, la jeune danoise finit par lever son regard gris vers l’homme, attrapant la manche de son habit dans sa main tremblante, et tirant, un peu brusquement peut-être, dessus.

« Christopher. »

Se plaçant devant lui, l’expression de la peintre était masquée par ses mèches en bataille, car elle avait le menton légèrement baissé. Relevant alors la tête, elle le fusilla du regard, agrippant avec précautions son col pour observer la trace rouge qui demeurait sur son cou.

« Vous auriez pu être touché à un bien pire endroit ! Aviez-vous seulement conscience du danger ? Leur foncer dessus, comme ça ! Ils étaient armés bon sang ! Vous êtes un inconscient ! »

Elle secoua la tête, se calmant légèrement. Sa voix était cassée, mais elle avait un peu crié, et sa gorge endolorie l’avait rappelée à la raison. Il n’était pas compliqué de percevoir le tremblement des mains de la jeune femme, dû à cette peur qui lui avait fait perdre, à l’instant, son habituelle attitude contrôlée. Elle avait eu peur, pour elle, et ensuite pour l’inspecteur qui avait été blessé. Et la vue de son sang ne l’aidait pas réellement à se calmer. Empoignant toujours le bord de sa chemise, elle cherchait certainement le mot « merci », mais celui-ci se refusait à franchir ses lèvres. La peintre se contentait de le fixer, se remettant du choc, certainement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christopher R. Atkinson
avatar

❝ Tu n'as pas de rang ❞



Messages : 51
Date d'inscription : 26/12/2016
Age : 23
Localisation : Londres pour le moment

Message Sujet: Re: Night stroll [Christopher] Lun 16 Jan 2017 - 1:13

Night stroll






S'il avait fait attention à sa vitesse pour ne pas passer sous l'oeil du visible purement humain, Rafiel n'avait pas vraiment été attentif concernant la précision de ses coups, après tout il n'avait pas vraiment l'habitude de se tenir en ce sens. Il savait se battre et ne pouvait le nier. En revanche il contrôlait tout de même sa force se contentant de mettre deux individus presque au K.O. avant de leur ordonner de s'en aller. L'ambiance avait changé, c'était certain. Il montrait qu'il était sûr de lui et ne laissait pas le choix, à personne, l'arme à la main. Rafiel soutint leur regard sans aucune peur et leurs menaces ne l’atteignirent pas le moins du monde.

Il soupira une fois qu'ils étaient parti. Décidément . Une fois qu'ils n'étaient plus là, il se tournait vers la jeune femme qui l'appela de son prénom, il eut un sourire en coin mais qu'il perdit vite à la tête qu'elle faisait. Elle tremblait un peu, ses cheveux cachaient un peu son visage, elle s'était arraché un bout de tissus de ses habits pour couvrir sa blessure. Clairement Joah ne semblait pas contente. Il pouvait le comprendre elle avait du avoir peur autant pour lui que pour elle.

Le sang avait coulé sur le bord de sa chemise blanche et il appuya un petit peu. Cette chemise était fichue. Joah avait encore l'air d'avoir un peu peur, sa voix n'était pas tout à fait normale. Doucement il posa sa main non ensanglanté – après avoir mis le revolver dans sa poche- sur la sienne.

«  Ne vous en faites pas, je vais bien. Je savais que j'étais en mesure de me défendre. Ce n'est qu'une égratignure. Et vous ? Vous n'avez rien de cassé ? C'était tout ce qui m'importait.  »

Doucement il lui prit les mains pour découvrir un petit peu ses poignets. Il voulait voir si elle n'avait pas de bleu. Il remarqua qu'elle tenait sa croix entre ses mains, posant les mains dans les siennes, il effleurait ses doigts et sa croix. Il y avait un peu de sang sur la chaîne de la croix, elle aurait besoin d'un petit nettoyage.

«  Puis-je récupérer ma croix ?  »

On voyait que cette petite chose métallique lui importait. Il ne la quittait jamais, à vrai dire cela l'avait même étonné qu'elle soit tombée d'un coup à cause de cette balle. Cette croix était le symbole de sa foi et son arme, il dormait avec. Elle était celle qui représentait Haniel, sans doute l'objet le plus important de toute sa vie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ismadd.forumactif.com/
Joah Andersen
avatar

❝ Watch me burn ❞



Messages : 108
Date d'inscription : 15/06/2016
Age : 18
Localisation : En vadrouille

Message Sujet: Re: Night stroll [Christopher] Lun 16 Jan 2017 - 20:10

Le morceau de tissu que Joah avait apposé sur la blessure de l’homme s’était rapidement teinté de rouge, et elle le jeta à terre, soupirant lorsqu’il fut totalement imbibé. Sursautant légèrement au contact d’une main sur la sienne, elle le laissa cependant faire, ce contact n’étant pas pour la blesser ou la faire taire comme les précédents qu’elle avait reçu, jusqu’alors. A vrai dire, le choc lui avait fait perdre conscience de la douleur, et l’artiste n’était pas réellement consciente de sa joue rouge ou des marques d’ongles sur son poignet. Trop obnubilée par la blessure de Christopher qu’elle fixait avec inquiétude, elle entendit ses paroles sans vraiment procéder leur sens, un peu étrangère à ce qui l’entourait, pour le moment. Elle secoua un peu la tête en l’entendant dire que tout irait bien pour lui, et que ce n’était pas grave ; pourquoi cela saignait-il tellement, alors ?

Il saisit doucement ses poignets, et elle réalisa à ce moment qu’elle tenait toujours la croix de l’inspecteur entre ses doigts tremblants, qui semblaient ne pas vouloir la lâcher, ses phalanges blanches. Lorsqu’il découvrit ses poignets, cherchant un quelconque hématome, elle prit doucement conscience des marques rouges qui ornaient son avant-bras droit, et de la sensation brûlante sur sa pommette. Comme rappelée à l’ordre, la douleur dans son abdomen se manifesta à nouveau. Elle allait avoir mal longtemps à cet endroit, qui avait été le plus malmené.

« Une égratignure ?... je n’en ai pas souvent vu qui saignaient autant. Il faut vous soigner. » grimaçant légèrement en le sentant effleurer le bord d’une des marques, elle secoua la tête, forçant un sourire : « Je vais bien… même s’ils n’y sont pas allés de main morte, je vais avoir un peu mal au ventre les prochains jours, ahah. »

Sans trop de conviction, la peintre essayait de le rassurer. Elle pouvait bien endurer quelques hématomes après tout. Et ils n’avaient pas endolori sa main de travail ; c’était le plus important. Sa voix était un peu distante, comme si elle ne réalisait pas complètement la situation, après son bref accès de colère. Le regardant poser ses mains dans les siennes, le contact des doigts de Christopher la rassura un peu, lui signifiant que tout était fini. Entendant vaguement sa requête, elle resta immobile quelques instants avant de réaliser, desserrant sa prise autour de l’objet pour le laisser glisser entre les mains de l’homme. Les coins de sa paume où les bords de la croix avaient été appuyés étaient rouges, et elle resserra presque aussitôt le poing, comme si cela l’aidait à contenir le tremblement de ses mains, la raccrochant à quelque chose.

Comment pouvait-il être si calme ? Elle n’arrivait pas à l’être, la jeune femme s’étant habituée à un certain confort et une relative sécurité. Sans cependant se bercer l’illusion, elle n’avait pas pris conscience que sa situation, stable désormais, ne la protégeait pas de ce genre de situations. Quelle idiote…

« Imbécile. Je le savais, pourtant, ce n’est pas comme si ça n’était jamais arrivé… »

Elle avait murmuré ça plus pour elle-même. Certes, elle s’était déjà retrouvé dans ce genre de situation mais avait toujours eu de la chance, et cela n’avait jamais risqué d’aller aussi loin. Sans Christopher les choses auraient dégénérées, et la situation aurait été tragique pour elle. Une main toujours posée dans la sienne, elle serra un peu ses doigts, inconsciemment, reprenant le contrôle de sa propre respiration.

« Merci. Si vous n’aviez pas été là… »

Elle toussa un peu, sa gorge la lançant après qu’elle ait autant crié. Un soupir, sa voix s’étranglant un peu.


HEY, OLD MAN
    « WATCH ME BURN. »

Let me burn brightly and light the sky, let me set the world on fire and pour ashes down my path -let me be this woman I dreamed to be, 'cause you're the one who told me all this world needs is a little anarchy.
   


Jeg taler ind #9999cc
Aesthetic
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christopher R. Atkinson
avatar

❝ Tu n'as pas de rang ❞



Messages : 51
Date d'inscription : 26/12/2016
Age : 23
Localisation : Londres pour le moment

Message Sujet: Re: Night stroll [Christopher] Mar 17 Jan 2017 - 3:06

 
Night stroll  






Rafiel ne pouvait que comprendre son inquiétude. S'il avait été humain. Mais il était un ange. Une telle blessure n'était rien. Malgré la gravité moyenne de celle-ci, il devait lui faire croire qu'il s'agissait juste d'une égratignure. Le pire était le sang qui coulait et non la blessure en elle-même, elle avait été assez superficielle pour décrocher son collier et donc pas assez profonde pour lui faire trop mal. Le bout de tissu qui lui avait été posé sur son cou était déjà imbibé de sang. Il était difficile de bien tenir une pression ici.

Venant de prendre ses mains pour l'examiner un peu, Rafiel remarquait aussi la trace rouge sur son bras et surtout celle sur sa joue. La pauvre jeune femme avait certainement été frappée parce qu'elle ne coopérait pas. Doucement, il y glissa ses doigts. S'il le pouvait, il l'aurait guérie, apaisée sa douleur. Ses pouvoirs de soin n'étaient pas très développé mais il pouvait faire ça. Cela serait cependant se trahir et se vouer à un certain rejet de sa personne.

«  Les zones proches de la tête saignent souvent beaucoup, il y a plus de veines, détendez vous.  »

Elle n'avait pas l'air d'apprécier un peu son toucher, grimaçant, normal, cela devait être douloureux. Elle lui indiqua qu'elle allait certainement avoir mal au ventre. Christopher se sentait désolé pour elle. Il avait totalement abandonné son ton autoritaire pour redevenir ce que l'on pourrait appeler « normal ». Être si autoritaire ne lui ressemblait pas cependant il savait très bien l'être, il l'avait appris à ses dépends.

Ayant réclamé sa croix, au final, il ne l'attendait pas de suite. Celle-ci semblait la rassurer, était-ce car elle était celle d'un ange ? Joah la tenait avec une certaine ferveur, il allait la lui laisser pour le moment. Cela ne pouvait cependant être éternel. Bientôt, elle tenta de se mettre la faute sur elle,  l'inspecteur ne pouvait laisser passer cela. Doucement, il souleva un peu son menton pour qu'elle regarde un peu plus ses yeux sincères.

«  Ce n'est pas votre faute, Joah. Ne pensez jamais cela. Ce n'est pas parce que vous êtes dans ce quartier que forcément, ils doivent vous faire du mal.  »

Rafiel ne la lâchait pas, il sentait qu'elle en avait besoin. Enfin, il fut remercié. Il ne les attendait même pas alors il en eut un sourire. La regardant tousser, doucement, il l'attirant à lui, gardant la main dans la sienne, mettant l'autre dans son dos pour la rassurer, caressant doucement son dos.

«  C'est fini ne vous en faites pas. Venez, je vous emmène chez moi si vous voulez, pour vous soigner un petit peu.  »

Il n'était pas totalement sûr que la proposition allait lui plaire mais il pouvait toujours essayer.  
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ismadd.forumactif.com/
Joah Andersen
avatar

❝ Watch me burn ❞



Messages : 108
Date d'inscription : 15/06/2016
Age : 18
Localisation : En vadrouille

Message Sujet: Re: Night stroll [Christopher] Mar 17 Jan 2017 - 21:54

Voyant que Christopher ne semblait pas vouloir récupérer sa croix de suite, Joah insista un peu, posant résolument l’objet dans la paume de sa main. Il pensait certainement que la symbolique de l’objet la rassurait, et c’était tout à son honneur de la laisser garder, pour le moment, un objet qui semblait avoir pour lui tant de valeur. Cependant, c’était seulement le contact tangible de quelque chose de solide qui rassurait la jeune femme, et non pas la spiritualité qui pouvait se dégager de l’insigne religieux ; la peintre n’était pas chrétienne, à peine croyante, presque par tradition ou fierté pour son patrimoine. Et si elle acceptait l’idée que de nombreuses choses étaient et resteraient inexpliquées par l’être humain –quel était le but de l’Art, dans le cas contraire ?, c’aurait été mentir que d’affirmer qu’elle avait la foi. Ceci était la raison pour laquelle elle mit un peu plus d’insistance à la lui rendre.

Son bref reproche adressé à elle-même soupiré, la jeune artiste écarquilla un peu les yeux en sentant les doigts de l’homme relever doucement son menton, pour que son regard gris et le sien se croisent. Il semblait sincère, disant cela. A bien y penser, il paraissait toujours sincère ; bien que, comme il l’avait lui-même dit, beaucoup de détails dans le récit qu’il avait tenu lors de leur rencontre avaient étés omis, la jeune femme avait la sensation qu’il avait toujours tenté d’être le plus franc possible. La brève surprise qui avait marqué son visage était liée au fait que Joah ne se laissait toucher de la sorte que rarement par ses connaissances ; souvent la première à initier le contact, la réciproque était le plus souvent interdite à ses clients et connaissances, l’artiste ne s’autorisait quelques écarts qu’avec ceux en qui elle portait une réelle confiance. Ceux-ci devaient se compter sur les doigts de la main ; quelques amis, son capitaine, son mécène, et la liste s’arrêtait là. Se raidissant un peu, elle le laissa toutefois faire. Les circonstances de la rue et de l’atelier n’étaient pas les mêmes, et réagir par un brusque rejet serait ingrat.

Joah se raidit un peu en se voyant attirée un peu plus vers lui, alors que Christopher plaçait une main rassurante dans son dos. Cela pouvait paraître étrange pour certaines personnes, mais vivant seule et n’ayant plus eu de contact avec sa famille depuis son départ, la dernière étreinte de Joah remontait à longtemps déjà. Elle avait perdu l’habitude de la sensation de réconfort qui pouvait se dégager de quelque chose d’aussi futile, se détendant un peu au bout d’un instant, soupirant doucement. C’était contraire à ses habitudes, mais au vu des circonstances, elle avait décidé de lui accorder un peu de confiance. Sa proposition la prit de court. Le regardant d’un air qui laissait entrevoir sa surprise, la peintre semblait hésitante, ne sachant comment réagir à ça.

« Je ne suis pas si mal en point… »

Réfléchissant un peu, elle réalisa qu’elle avait dû parcourir une grande partie de l’East End, et devait se trouver loin de son appartement, désormais. Y retourner prendrait du temps, et il ne la laisserait jamais repartir seule. Pas qu’elle veuille s’aventurer à nouveau en solitaire dans ces rues, d’ailleurs. Hors, la blessure de Christopher devait être traitée quoi qu’il en dise, et elle ne pouvait ignorer la douleur qui enflammait son abdomen, qui rendrait le trajet d’autant plus long. Et s’il proposait cela, c’était certainement que son logement était plus proche, non ? Soupirant, elle prit la décision de faire un second écart, acquiesçant doucement, son regard plus calme désormais.

« D’accord. »

Elle semblait un peu gênée, sachant bien qu’elle se blâmerait plus tard pour avoir fait un écart à sa règle, et, comme pour se justifier auprès d’elle-même :

« Il faut vous soigner le plus vite possible, de toute manière. »

Certes, sa blessure était loin d’être mortelle mais elle inquiétait toujours Joah. Forçant un mince sourire, la jeune femme semblait s’être légèrement calmée, la peur dans son regard ayant laissé place à une vague inquiétude. Ce lieu n’avait rien pour mettre quiconque à l’aise, après tout.


HEY, OLD MAN
    « WATCH ME BURN. »

Let me burn brightly and light the sky, let me set the world on fire and pour ashes down my path -let me be this woman I dreamed to be, 'cause you're the one who told me all this world needs is a little anarchy.
   


Jeg taler ind #9999cc
Aesthetic
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christopher R. Atkinson
avatar

❝ Tu n'as pas de rang ❞



Messages : 51
Date d'inscription : 26/12/2016
Age : 23
Localisation : Londres pour le moment

Message Sujet: Re: Night stroll [Christopher] Mer 18 Jan 2017 - 0:05

Night stroll






Peut-être que Rafiel était allé trop loin ? Il se sentait tellement mal pour elle qui avait encore l'air choquée et qui tremblait qu'il avait eut envie de la prendre contre lui pour la rassurer. Il pensait que cela était une bonne idée. Elle semblait surprise et mis du temps à accepter son étreinte. Elle lui avait même fini par lui rendre sa croix. Il serrait celle-ci dans sa main. Cela faisait du bien de l'avoir, même s'il lui aurait laissé un peu, la retrouver était comme un soulagement, comme si, il s'inquiétait plus pour elle que pour lui. Il savait bien évidemment qu'elle était en sécurité avec Joah, ce n'était pas le problème, juste le fait d'en être éloigné.

Quoi qu'il en soit, il fini par accepter son étreinte, par se détendre et doucement soupirer. Pas si mal en point ? A vrai dire, plus que physiquement c'était psychologiquement qu'il s'inquiète pour elle. Elle lui paraissait soudainement plutôt sans défense. De toute évidence il s'agissait d'une dame qui n'avait pas de notion d'auto défense et cela se comprenait, ce n'était pas enseigné aux femmes en général.

Il finissait par la lâcher non sans un sourire agréable. Elle paraissait plus calme. Regardant sa croix, la remontant vers ses yeux il vit que le collier était cassé. Il devrait réparer cela ou en trouver un de rechange. Le temps de le faire, il la mise dans sa poche après y avoir déposé un baiser. Habitude. Rafiel n'y fit pas attention. Il pourrait certainement obtenir d'autres tours de cou cela dit ne pas la porter autour de son cou, proche de sa poitrine, lui manquait déjà.

Contre toute attente, la jeune femme acceptait sa proposition de l'emmener chez lui. D'un, il était plus proche, de deux, il possédait quelques nécessaires de soin des plus basiques, mais il doutait que la jeune femme en ait en sa possession. Non pas qu'il se blessait souvent mais sa propriétaire s'inquiétait souvent à cause de son métier et lui apportait parfois des bandes, un petit peu de pommade ou autre. Bien évidemment il n'en avait aucune réelle utilité. Maintenant oui, pour aider Joah mais aussi donner l'impression auprès de la jeune femme qu'il en avait besoin.

«  Ne vous en faites pas, je vais le faire. Venez, suivez moi, nous ne sommes pas si loin.  »

Lui habitant dans le nord de Londres il était un peu plu proche que Joah même si lorsqu'on voyait le quartier, l'on ne dirait pas vraiment. East End était vraiment à part. Durant le voyage, il resta plutôt proche d'elle bien qu'à une distance toute à fait raisonnable tout de même, appuyant un peu sur sa blessure. Il ne voulait pas qu'elle continue à couler ni qu'ils soient à nouveau pris pour cible. Possédant une certaine prestance, il était moins embêté que la jeune femme.

Il fallait peut-être en 5 et 10 minutes pour arriver rapidement à son appartement, franchissant la porte de l'immeuble, il la dirigea, montant au deuxième étage, saluant la vieille femme au passage, il lui ouvrit la porte de sa demeure temporaire.

«  Venez, entrez, mettez vous à l'aise sur le canapé, je vais chercher de quoi nous soigner.  »

L'endroit était plutôt accueillant bien que le style décoratif de la principauté était assez vide. Déjà, il attendait trois tableaux. L'appartement était divisé en un salon-salle à manger, une salle de bain ainsi qu'une chambre et d'une cuisine ouverte avec une fenêtre. Il avait prit soin de réparer ce qui pouvait sembler un peu vétuste pour donner une nouvelle couleur. Contre toute attente aucun signe religieux n'était mis sur les murs, sa croix autour du cou lui suffisait. Il posait d'ailleurs celle-ci sur sa commode avant de se rendre à la salle de bain pour chercher le nécessaire. Enlevant sa chemise il s'occupa de nettoyer la plaie. La blessure allait vite se résorber, mais il devait au moins faire genre pendant quelques jours. Il pris le soin de la désinfecter légèrement avant d'y déposer un bandage et de se rendre dans le salon là ou Joah s'était peut-être posée. Il lui tendait de la pommade.

«  Tenez, mettez ça sur vos coups, ça ira mieux.  »

Rafiel n'avait pas tout à fait réalisé qu'il était encore torse-nu. A la place de les deviner à présent, l'on voyait parfaitement les courbures de son corps et s'il n'était pas un body-builder il était plutôt très bien constitué, bien évidemment ce n'était pas inné, il avait acquis ce corps bien athlétique durant son entraînement.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ismadd.forumactif.com/
Joah Andersen
avatar

❝ Watch me burn ❞



Messages : 108
Date d'inscription : 15/06/2016
Age : 18
Localisation : En vadrouille

Message Sujet: Re: Night stroll [Christopher] Mer 18 Jan 2017 - 17:57

Christopher finit par la lâcher, esquissant un sourire. Le regardant fixer sa croix dont la chaine avait été abimée par la balle, Joah eu un mince sourire en le voyant embrasser l’objet religieux. Cette croix devait avoir beaucoup d’importance à ses yeux. Acquiesçant alors qu’il proposait de les mener jusqu’à chez lui, la jeune femme alla récupérer la sacoche qui était tombée lorsque l’agresseur l’avait empoignée, plus tôt. Laissant reposer la sangle sur son épaule, l’artiste eut un bref regard vers l’objet en cuir pour vérifier que rien ne manquait et qu’il n’était pas abîmé, caressant doucement sa surface un peu rugueuse par endroits du bout des doigts. C’était une vieille sacoche, de toute évidence, et qui avait beaucoup vécu. C’était également l’un des seuls objets qui l’accompagnait depuis Copenhague.

Suivant alors l’inspecteur, sans le coller mais assez près tout de même pour qu’il paraisse évident qu’ils marchaient ensemble et n’étaient pas deux inconnus –ce qui, dans cette partie de Londres, aurait pu amener à d’autres soucis-, la jeune femme se surprit à être un peu distraite par instants, se reprenant alors avec un sermon intérieur. Ne pas faire attention lui avait déjà causé des soucis, alors ce n’était pas le moment d’être dans la lune. Cependant, elle ne pouvait s’empêcher de trouver un certain charme dans l’hostilité du quartier, quelque chose qui l’inquiétait et excitait à la fois son esprit. Ce quelque chose était certainement la raison qui l’avait inconsciemment conduite jusqu’ici, et la scandinave savait qu’elle finirait par relater son ressenti sur une toile, un jour où l’autre.

Ils arrivèrent assez vite jusqu’à l’appartement de Christopher, le trajet ayant duré dix minutes tout au plus. Le voyant saluer une vieille dame en bas de l’immeuble dans lequel il la dirigeait, elle fit de même, esquissant un sourire poli et assuré presque machinalement, par habitude. Joah ne se souciait pas vraiment de ce qu’allait penser cette dame, ou sa voisine dans son propre quartier qui ne l’entendrait pas rentrer. Si elle remarquait son absence à une telle heure, sûrement penserait-elle que l’artiste s’était rendue à l’une de ces soirées mondaines qui faisaient jaser les jeunes femmes du quartier, et soupirer la jeune étrangère.

Montant jusqu’à son appartement, au deuxième étage, elle le remercia alors qu’il l’invitait à rentrer et s’installer sur le canapé, allant de son côté chercher de quoi les soigner tout deux. La demeure de Christopher était bien plus grande de la sienne, comportant plusieurs pièces, et pas une unique salle et salle de bain adjacente comme la sienne. Le style simple des lieux la changeait de son appartement encombré, et de l’extravagance des demeures de nombre de ses clients. Un lieu de vie aussi simple donnait une bonne impression à l’artiste, rassurée de voir qu’elle ne s’était pas trompée sur son ressenti lors de leur première rencontre, et qu’il n’était en effet pas un bourgeois imbus et exubérant. Pas de signes religieux sur les murs encore vides, également. S’installant comme il le lui avait proposé sur le canapé, Joah prit le temps de noter mentalement les proportions de la pièce, les comparants à celles des tableaux qu’elle avait commencé, et planifiait toujours. Ayant posé son sac à côté d’elle, appuyé contre le canapé, la jeune femme retira également son manteau, le pliant proprement avant de le poser par-dessus la sacoche.

Lorsque Christopher entra dans la pièce, quelques instants plus tard, Joah se tourna doucement vers lui, souriant légèrement. Le tremblement de ses mains avait totalement stoppé. Se levant alors, elle s’approcha de lui d’un pas vif, les sourcils légèrement froncés, alors qu’une de ses mains se posait doucement sur son épaule pour examiner la façon dont il avait traité sa blessure. Le contact des mains de l’artiste n’était pas réellement doux ; elles étaient striées de petites cicatrices, dues en partie au fait que la danoise préparait et tendait elle-même la plupart de ses toiles, et leur peau fine avait été abîmée par la térébenthine, toxique en plus de son odeur entêtante. Hochant doucement la tête, approuvant son travail, elle prit la pommade qu’il lui tendait, souriant.

« Ah, merci beaucoup. »

Le fait qu’il soit torse-nu ne semblait pas la troubler plus que cela. Ses mains étaient entrées en contact avec sa peau sans qu’elle ne rougisse, et si la jeune femme jeta un bref coup d’œil au corps sculpté de l’inspecteur, ce n’était pas par accident, mais bien par curiosité. Pour en arriver à un bon niveau de compréhension du corps, Joah avait dessiné beaucoup de nus et cela l’avait décomplexée. De plus, elle n’avait pas grandi dans une bourgeoisie pudique et avait fréquenté des milieux ou les hommes et les femmes cohabitaient avec un souci bien moins élevé de ce qui était bienséant. Au sein d’une troupe de théâtre originale ou d’un cirque, les normes n’étaient pas les mêmes.

Remontant alors sa manche dont elle avait déchiré un bout, révélant la peau pâle, presque blafarde de ses bras, Joah se fit la remarque qu’elle aurait à acquérir une nouvelle chemise, celle-ci était fichue. Elle pourrait toujours la recoudre, mais ce serait un vêtement d’atelier. Prenant un peu de pommade du bout des doigts, la jeune femme massa doucement les traces rouges sur son poignet, certaines zones commençant à bleuir légèrement. Elle marquait facilement. La trace rouge sur son visage n’avait pas réellement pali, mais Joah ne semblait plus s’en soucier, l’ignorant alors qu’elle retrouvait un peu de sa prestance habituelle. A l’aise, son expression douce et calme légèrement narquoise. Enfin, elle souleva légèrement le pan de sa chemise, découvrant une brève partie de son flanc. Aïe. La peau rouge était marquée d’hématomes et semblait ne pas avoir apprécié le traitement qui lui avait été réservé. Esquissant un sourire poli :

« Puis-je m’excuser un instant ? »

Attendant son feu vert, la jeune femme se dirigea ensuite vers la salle d’eau, où, soulevant un peu plus sa chemise, elle entreprit de masser les zones rougies et bleuies par les coups, le miroir lui permettant de mieux les voir. Si sa silhouette était vive et semblait athlétique, cela était de constitution car Joah n’avait plus l’occasion de s’entrainer. Ses jambes étaient fortes, entraînées par ses années de vagabondage, mais le reste des courbes de la jeune femme étaient douces sans présenter de musculature remarquable. N’ayant pas un appétit démesuré, elle restait fine.

Traiter son flanc lui prenait plus de temps que ce qu’elle aurait pensé, mais Joah préférait faire cela bien. Puis, elle retournerait au salon et le remercierait une fois de plus, pour son aide, et sa bienveillance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christopher R. Atkinson
avatar

❝ Tu n'as pas de rang ❞



Messages : 51
Date d'inscription : 26/12/2016
Age : 23
Localisation : Londres pour le moment

Message Sujet: Re: Night stroll [Christopher] Jeu 19 Jan 2017 - 1:58

Night stroll






Rafiel ne s'attendait pas à ce qu'elle vérifie sa blessure. Heureusement qu'il n'avait pas utilisé de sort de soin dans la salle de bain et qu'il se contentait d'attendre un peu quelques jours avant de se guérir. Il racontera à ses collègues qu'il s'agissait juste d'une coupure et rien de plus, il serait facilement cru. Il ne fit pas vraiment attention au contact lorsqu'elle le touchait, du moins, il ne lui en tenait pas rigueur. C'était ses mains et peu lui importait les quelques cicatrices. Une fois qu'elle semblait être satisfaite de ce qu'elle voyait, elle prit la pommade qu'il lui tendait.

«  Je vous en prie.  »

La principauté l'observait un petit peu. Non pas par voyeurisme mais pour voir la possible étendue de ses blessures, il était inquiet pour elle. Pourquoi était-il si inquiet pour elle, d'ailleurs ? Il avait l'habitude de prendre soin des humains dont il s'occupait, mais elle, personne ne lui avait demandé, il n'était même plus ange gardien. Pourtant il voulait la surveiller, s'en occuper, faire en sorte que tout se passe bien pour elle, que son commerce prospère et qu'elle ne se fasse plus attaquer par des brutes. Rien qu'à l'idée qu'elle aurait pu être souillée s'il n'était pas arrivé ne lui était guère plaisante. D'une manière générale d'abord, mais aussi car il s'agissait d'elle et qu'il la trouvait sympathique.

Sur sa peau pale, il y avait plusieurs marques notamment aux poignets et sur son visage. S'il pouvait, il l'aurait soignée. Il ne pouvait le faire. Son flanc lui aussi semblait être blessé, elle en souleva son haut et le contact avait l'air d'être douloureux. Rafiel se voyait prendre sa main, déposer un léger baisemain sur ses blessures, les soignant par magie. Il chassa cette idée. Il ne voulait pas dire non plus qu'il s'agissait d'une « pauvre femme » mais les tremblements de son corps lui faisait comprendre que même si elle voulait avoir l'air forte son corps et son esprit n'était pas tout à fait d'accord. Mais c'était la dedans qu'il voyait le meilleur potentiel. Elle ne s'était pas laissée faire. C'était tout à son honneur. Bien évidemment il n'aurait reproché à personne d'avoir eut peur, de s'être figé et laisser faire contre son gré.

Il fut coupé dans ses pensées par la voix même de Joah qui lui demandait de l'excuser. Ha oui cette blessure là semblait un petit peu plus…. Intime ? Elle n'allait pas relever son haut devant lui alors que la principauté se promenait torse nu sans aucun problème. Cette différence entre femme et homme était édifiante.

«  Oui bien sûr, disposez de la salle de bain comme vous le souhaitez.  »

De son côté, il se contenait d'aller ouvrir ses tiroirs pour chercher quelque chose à mettre. Il n'avait pas grand-chose. Son habit d'ange attirait son œil dans son armoire et sa main se posait sur le tissu, doux, presque de la soie mais pourtant très résistant. Il opta pour la première qui passait, une chemise bleue claire, celle qu'il mettait habituellement pour le travail dont il ferma les bouton sauf les deux premiers, remettant le col correctement.

Laissant la jeune femme s'occuper de ses blessures il fouillait encore ses tiroirs. Ah ! La voilà ! La deuxième chaîne qu'il possédait. Une fois qu'il l'eut prise il se rendit d'abord à la cuisine, prenant un petit bol avec de l'eau bénite et un chiffon avant de retourner au salon, cherchant sa croix qu'il avait posé sur sa commode, y admirant l'inscription. Ha Haniel... Son mentor lui manquait déjà énormément, comme d'habitude. Déposant le petit bol sur la commode il y trempa la croix en argent, elle ne risquait donc rien. Après tout la chose précieuse était tombée par terre. Il la frotta légèrement, enlevant la chaînée brisée avant de l'enlever et de la nettoyer et de la sécher avec le chiffon. Voilà, le tour était joué. Ah il n'avait pu attendre. Une fois bien propre il la remis dans la nouvelle chaîne avant de l'accrocher à son cou. Il se sentait déjà mieux. Il l'embrassa à nouveau avant d'entendre la jeune femme revenir dans le salon. Il se retournait donc vers elle.

«  Avez-vous pu mettre de la pommade sur toutes vos blessures ? Vous souhaitez quelque chose à boire ou à manger peut-être ?  »

Rafiel était mauvais cuisinier mais les plats que confectionnaient la vieille dame étaient délicieux, eux, et son estomac ne le savait que trop bien.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ismadd.forumactif.com/
Joah Andersen
avatar

❝ Watch me burn ❞



Messages : 108
Date d'inscription : 15/06/2016
Age : 18
Localisation : En vadrouille

Message Sujet: Re: Night stroll [Christopher] Jeu 19 Jan 2017 - 21:14

Finissant d’appliquer de la pommade sur ses hématomes, Joah avait au final retiré la veste courte bleu royal qui enserrait son buste, celle-ci l’empêchant d’accéder correctement aux zones rougies. Soupirant, elle passa un peu d’eau sur son visage, détestant l’image que lui renvoyait le miroir à cet instant précis. Elle était encore bien trop tremblante, sans pouvoir s’en empêcher, et ses yeux contenaient toujours cette détresse qui la faisait se sentir faible. Quoique celle-ci était désormais voilée d’une teinte d’agacement, qui la gagnait peu à peu. Ressaisis-toi, bon sang. Elle ne voulait pas que Christopher éprouve une quelconque pitié pour elle, ou ait le sentiment qu’elle était faible en vérité. Ce n’était pas l’image que l’artiste était censée renvoyer. La vraie Joah Andersen était quelqu’un de posé, et exerçant toujours un contrôle ou une certaine autorité sur les personnes qui l’entouraient. Qu’elle perde ce précieux contrôle, cela était impensable. Et c’était pourtant ce qui lui était arrivé, plus tôt.

Soupirant, la danoise secoua la tête, ramenant ses cheveux en arrière, plantant sévèrement son regard dans celui, incertain, que lui rendait son reflet. La jeune femme retira le jabot qui reposait sur sa gorge, l’élégant détail venant rejoindre la veste. Il lui semblait suffoquer avec. Laissant les manches de sa chemise remontées pour laisser la pommade sécher sans coller, elle ne rentra pas cette dernière dans sa ceinture, laissant le vêtement tomber sur la naissance de ses cuisses librement, le tissu fluide ne touchant que peu la zone qu’elle venait de traiter. Passant une main sur sa ceinture, elle sorti un pinceau coincé contre la hanche, entremêlant ses mèches rebelles à l’arrière de son crâne, comme elle le faisait lors d’un travail. C’était futile, mais l’aidait à retrouver cette image d’elle lorsqu’elle maitrisait la situation. Un sourire décidé, alors qu’elle serrait les bords de la vasque à en blanchir ses phalanges.

Retournant dans le salon, sa courte veste sous le bras, Joah la posa aux côtés de son manteau, son expression un peu distante sûrement, alors qu’elle faisait un effort pour contrôler les traits de son visage. Christopher était bon de l’accueillir, mais en aucun cas elle ne voulait lui imposer quoi que ce soit, ni être un fardeau. De plus, c’était à la base l’un de ses clients. Ne pas se contrôler et être dans tous ses états ne serait pas professionnel, et elle avait une certaine image à garder, bien que celle-ci ait sûrement été déjà bien ébranlée. La peintre était aussi embarrassée d’avoir été vue si impuissante. Elle esquissa un mince sourire, remarquant la croix qui ornait de nouveau la poitrine de l’inspecteur. Il n’avait pas perdu de temps à la remettre, cela montrait à quel point cet objet lui était important.

« Merci pour tout ce que vous avez fait pour moi. Et pour votre bienveillance. »

Ses paroles étaient certainement beaucoup trop formelles, mais elles étaient sincères. De la bienveillance authentique, il était rare d’en recevoir par les temps qui couraient. Rien n’avait obligé l’inspecteur à se donner autant de mal pour elle, et pourtant, il l’avait fait. C’était quelque chose que la jeune femme n’oublierait pas.

« Je vous remercie, je n’ai pas faim. Mais un peu d’eau ne serait pas de refus. »

Elle avait un peu soif, après tout ça. Son sourire reposant toujours sur ses lèvres, le regard de la jeune femme était un peu plus pensif que d’ordinaire, allant parfois se perdre sur la toile douloureuse de son poignet, avec une curiosité et un intérêt presque étrange. Elle était attirée par les couleurs pâles qui le teintaient, comparant peut-être cela à une toile qu’elle pourrait peindre. De temps à autres, elle observait l’appartement autour d’elle, appréciant silencieusement la simplicité des lieux.


HEY, OLD MAN
    « WATCH ME BURN. »

Let me burn brightly and light the sky, let me set the world on fire and pour ashes down my path -let me be this woman I dreamed to be, 'cause you're the one who told me all this world needs is a little anarchy.
   


Jeg taler ind #9999cc
Aesthetic
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christopher R. Atkinson
avatar

❝ Tu n'as pas de rang ❞



Messages : 51
Date d'inscription : 26/12/2016
Age : 23
Localisation : Londres pour le moment

Message Sujet: Re: Night stroll [Christopher] Jeu 26 Jan 2017 - 3:45

Night stroll






Ayant fini de nettoyer sa croix Rafiel attendait le retour de la jeune femme. Elle semblait un petit peu plus pimpante, s'était un petit peu changée, avait noué un pinceau dans ses cheveux et semblait être un peu plus sûre d'elle. Il en fut un peu rassuré et la laissait déposer sa veste sur ses autres affaires. Lorsqu'elle le croisa, il remarqua que son regard se posait sur sa croix, elle eut un sourire. Oui elle était toujours là. Il l'effleura un instant avant de se re-concentrer sur son invité.

Celle-ci le remerciait, platement, formellement. C'était un peu étrange, surtout qu'il l'avait pris dans ses bras pour la rassurer quelques dizaines de minute auparavant mais sans doute avait-il été un petit peu trop distant ou pressant ? Peut-être cela n'était pas une bonne idée de tenter ce genre de geste ? Malgré la formalité de cette phrase, elle lui semblait totalement sincère alors il fit un sourire en réponse.

«  Je ne pourrai pas dire que ce n'était rien mais, c'était normal je pense. Je ne vous aurais jamais laissé dans une telle situation.  »

Quelle personne, quel ange aurait-il fait s'il n'avait pas secouru cette personne ? Même avant de devenir ce qu'il était aujourd'hui il l'aurait aidée, même s'il n'avait pas été capable de la défendre correctement. C'était ainsi qu'il fonctionnait depuis sa naissance.

Pensant que la jeune femme devait au moins avoir faim ou bien soif il lui proposa de lui faire quelque chose. Elle acceptait uniquement de l'eau. Avait-elle senti qu'il était nul en cuisine, ou bien n'avait-elle juste pas faim ? La deuxième possibilité ne lui semblait qu'à moitié plausible. Tout d'abord cela lui semblai plausible car ce genre d'événement n'était pas le genre de ceux qui donnent faim mais de l'autre côté, peut-être qu'elle était encore sous tension malgré ce qu'elle montrait. Dans tous les cas, elle acceptait de l'eau alors il hochait la tête.

«  Je vous apporte ça.  »

Il se déplaçait donc dans la cuisine pour aller chercher un verre d'eau avant de lui amener. Il l'avait légèrement observée regarder son appartement. Tentant de rende la conversation un petit peu plus légère il décida de lui dire quelque chose qui pourrait éventuellement l'intéresser, montrant le mur vide.

«  C'est par ici que j'ai l'intention de mettre les deux tableaux représentants Londres ancienne et de nos jours. Concernant le paysage, il sera certainement dans ma chambre.  »

Histoire de pouvoir voir Pareis au réveil.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ismadd.forumactif.com/
Joah Andersen
avatar

❝ Watch me burn ❞



Messages : 108
Date d'inscription : 15/06/2016
Age : 18
Localisation : En vadrouille

Message Sujet: Re: Night stroll [Christopher] Sam 28 Jan 2017 - 18:00

Souriant doucement, Joah se rendit compte un peu tard de la formalité de ses propres paroles. Après ce qui c’était passé, sa manière de le remercier avait été certainement bien trop impersonnelle. La jeune femme ne savait pas vraiment comment se comporter, dans cette situation ; elle ne connaissait pas assez Christopher pour le considérer comme un proche, mais ce qui leur était arrivé, et ce contexte le plaçait dans une case autre que celle d’un simple client. Tout cela obligeait donc l’artiste à s’adapter un peu. Il semblait gentil et sincère, et même si lors de leur rencontre elle avait ressenti une méfiance instinctive à la mention de son statut d’inspecteur –la demoiselle ayant quelques problèmes avec l’autorité, l’étrangère ne souhaitait pas le blesser en se montrant froide ou paraître ingrate. Tendant un peu la main, elle effleura son bras, le touchant à peine, dans un geste amical. Son sourire étirait ses pommettes pâles aux quelques taches de rousseur :

« Vous êtes un ange, Christopher. »

Le remerciant lorsqu’il lui tendit le verre d’eau, elle porta le porta un instant à ses lèvres, apaisant sa gorge sèche. Joah écouta attentivement les paroles de son hôte, qui l’avait vue observer un peu les lieux. Elle porta un instant son attention sur le coin indiqué, déduisant quel résultat cela pourrait donner, de plein jour. Sans aucun doute, c’était un bon choix. Un mince sourire étira ses lèvres lorsqu’il mentionna vouloir mettre la scène onirique dans sa chambre ; c’était un choix assez logique, il pourrait le contempler au réveil. Elle acquiesça doucement.

« Je vois. C’est un bon choix. »

C’était un appartement tout à fait décent, pour sa localisation dans Londres. De toute évidence, Christopher vivait seul. Ce n’était pas étonnant, il était moins rare de voir des hommes célibataires de son âge que des femmes. Ce détail n’avait aucune importance mais la danoise aimait à formuler des hypothèses sur la vie de ses connaissances. Peut-être avait-il une fiancée à Birmingham, et que sa mutation à Londres était dans le but d’obtenir une vie stable avant de l’épouser. Oh ! Peut-être était-ce là la raison qui l’avait poussé à abandonner les Ordres. Ou bien, sa belle était partie trop tôt, sous le coup du destin ou d’une lame, et c’était là ce qui l’avait motivé. Peut-être aussi n’avait-il aucune raison de ce genre pour être ici, mais à ce moment-là, pourquoi ? Un vague et complexe engrenage ? Déjà, l’esprit de Joah s’égarait dans les recoins les plus fantasques alors qu’il aurait très bien pu être un simple fonctionnaire muté dans la capitale. Mais cela était bien moins exaltant à imaginer.
La jeune femme se tourna un peu vers lui. L’instant de silence durant lequel son esprit s’était enflammé avait vu naître une étrange lueur dans ses yeux moqueurs. Quelque chose d’exalté, de curieux. Son sourire était malicieux, désormais.

« Mais dites-moi tout. Une jeune fiancée vous attend-elle à Birmingham ? »

Rien n’indiquait dans l’espace autour d’eux qu’une telle personne existait pour lui, mais après tout peut-être que Christopher n’était pas du genre à étaler ses souvenirs dans son appartement. Elle demandait mais cela lui aurait semblé étrange si ç’avait été le cas, pas une photo n’étant posée sur la commode. Pourtant, il semblait plutôt sentimental, à regarder les commandes qu’il lui avait passé, et la façon dont il prenait soin de sa croix. Elle se pencha légèrement vers lui, attendant sa réponse, un sourire taquin étirant ses lèvres.


HEY, OLD MAN
    « WATCH ME BURN. »

Let me burn brightly and light the sky, let me set the world on fire and pour ashes down my path -let me be this woman I dreamed to be, 'cause you're the one who told me all this world needs is a little anarchy.
   


Jeg taler ind #9999cc
Aesthetic
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christopher R. Atkinson
avatar

❝ Tu n'as pas de rang ❞



Messages : 51
Date d'inscription : 26/12/2016
Age : 23
Localisation : Londres pour le moment

Message Sujet: Re: Night stroll [Christopher] Jeu 2 Fév 2017 - 4:17

 
Night stroll  






Contre toute attente, Joah se rapprochait soudainement un peu de lui, touchant son bras d'une façon un peu plus affective et amicale. C'était un peu étrange en y pensant mais peut-être qu'elle voulait juste lui montrer qu'elle avait été un peu trop froide de sa phrase précédente et se faire un petit peu pardonnée ? Il ne lui en voulait pas, ell edevait encore avoir un petit peu de mal vu ce qu'il s'était passé. Elle souriait encore un peu plus avant de lui dire quelque chose qui lui fit avoir un léger rire, vu l'expression, vous êtes un ange.

«  Vous m'en voyez ravi si vous me considérez comme tel, haha, mais je suis juste quelqu'un qui aime aider son prochain et qui vous apprécie.  »

Elle ne savait pas qu'elle avait en vérité parfaitement raison. Il était en effet un ange mais ce n'était pas pour ça qu'il l'aidait cela avait toujours été dans sa nature et on le voyait via les métiers qu'il avait pu exercer. Le léger ricanement pouvait être étrange, mais au final, il était juste content. Il la laissait boire, chose dont elle semblait avoir besoin  avant de lui expliquer où il comptait mettre les divers tableaux. Cela avait l'air de satisfaire la peintre car elle qualifia son avis de bon choix. Il hocha la tête,

Il la laissait ensuite s'évader un petit peu dans la pièce, elle semblait observer l'endroit qui n'en serait que plus chaleureux après les peintures. Il se demandait s'il pourrait les emmener au paradis ? Cela lui plairait tout de même… il se devait de les conserver, rien que par… amitié ? Ou quelque chose comme ça, par sympathie, au pire.  Elle semblait apprécier son petit appartement, elle semblait y devenir plus à l'aise.

Au bout de plusieurs minutes, elle ouvrit enfin la bouche pour poser une question… Assez étrange… ? Est-ce qu'il avait une fiancée à Birmingham ? Un sourire malicieux était affiché par la jeune femme tandis qu'il affichait une mine étonnée, finissant aussi par lui sourire. Pourquoi est-ce qu'elle pensait cela ? Outre sa croix il n'avait rien du tout dans son appartement qui pouvait y faire penser… … … Etait-elle… intéressée ? Après tout il venait de lui sauver la vie… Ou bien était-ce juste de la pure curiosité ? A la vue de cette envie de savoir plein de choses sur lui sans vraiment en dire sur elle, les deux pouvaient être justes en même temps… Bien évidemment il n'eut pas besoin de réfléchir avant de répondre à la question.

«  Aucunement, ni là-bas ni ici. Pourquoi me posez vous cette question ?  »

Bien évidemment qu'il voulait le savoir. Si les relations entre ange et humains étaient loin d'être interdites – il en était la preuve vivante (ou pas)- il n'avait pas prévu ce genre de choses. L'amour ne pouvait cependant pas se contrôler. Il n'avait encore jamais connu l'amour si ce n'était celui d'une mère ou bien cette vénération extrême qu'il avait envers Haniel. Il l'aimait de la même façon que l'on aime un ami, un grand frère, un mentor, un modèle… tout cela en même temps. Les sentiments qu'il éprouvait pour ces deux êtres grandement différents étaient très forts mais ne pourraient être comparé à l'amour dont ils parlaient actuellement.  
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ismadd.forumactif.com/
Joah Andersen
avatar

❝ Watch me burn ❞



Messages : 108
Date d'inscription : 15/06/2016
Age : 18
Localisation : En vadrouille

Message Sujet: Re: Night stroll [Christopher] Dim 5 Fév 2017 - 15:14


Christopher était quelqu’un de gentil.
L’altruisme était quelque chose qui se perdait, désormais, ou bien n’avait jamais réellement été très fort. Joah en avait conscience, rencontrer quelqu’un de purement bienveillant était chose rare. Beaucoup n’agissaient que selon leurs intérêts, et la jeune femme elle-même ne se considérait pas non plus comme une personne particulièrement gentille. On ne pouvait pas l’être entièrement si l’on voulait survivre au monde.

Cette qualité, la danoise l’appréciait cependant à sa juste valeur. Et cela lui faisait un peu de peine au fond de voir qu’il semblait l’apprécier, car la peintre ne pouvait pas garantir qu’elle ne l’abandonnerait pas subitement, lorsqu’elle déciderait sur un coup de tête de s’installer dans un autre pays. Elle se plaisait à Londres pour le moment, mais connaissait bien son inconstance. Enfin. Joah n’aimait pas vraiment penser à l’avenir de toute manière. Alors, laissons la vie se faire.

Le léger rire de l’inspecteur pouvait sembler un peu étrange, peut-être était-ce car il était croyant ? Se faire comparer à un ange lui semblait peut-être amusant, elle n’en savait rien en fait, la religion ne l’avait pas touchée plus que cela. Il pouvait y avoir une myriade de raisons derrière ce rire, après tout, alors elle n’en fit pas cas.

Sa mine se fit de plus en plus amusée lorsqu’elle vit la surprise se peindre sur le visage de l’homme, après son indiscrète question. Est-ce qu’il était  gêné ? Le sourire qu’il afficha juste après lui indiqua que non. A quoi pensait-il maintenant ? Avait-elle donné l’air de s’intéresser à lui d’une autre façon qu’amicale ? Certainement, la ligne qui séparait la séduction du reste était fine dans les actions et paroles de Joah. Garder cette ambigüité lui était venu par habitude, lorsqu’elle avait commencé à prendre des commandes et à devoir côtoyer ses clients. Et cela lui avait déjà joué des tours, induisant bien souvent en erreur ses interlocuteurs.
En vérité, Joah ne connaissait pas grand-chose à l’amour, car son affection se portait plus souvent sur l’idée qu’elle pouvait avoir d’une personne que sur le réel individu. C’était quelqu’un d’exalté avant tout ; et elle avait pris l’habitude de l’éphémère. Ses errances l’avaient empêché de s’attacher ; et lorsqu’elle l’avait finalement fait, c’était la fatalité qui lui avait arraché l’objet de son affection. Alors, le fait qu’il puisse considérer que cette question était une avance ne lui avait pas traversé l’esprit, lorsqu’elle l’avait posée. La peintre haussa les épaules :

« Simple curiosité ? »

Elle semblait aussi se poser la question à elle-même, ne comprenant pas vraiment ce qui la poussait à vouloir en connaitre autant sur Christopher. Bien sûr, il l’intriguait beaucoup, et cela depuis leur première rencontre. Enfin, cela devait lui paraître un peu étrange, c’était quelque chose de très personnel, ce qu’elle venait de lui demander. La danoise eut un sourire :

« Disons que les histoires de cœur m’amusent. »

C’était ironique, presque cynique venant d’elle. Son petit jeu envers les aristocrates rendait Joah la première responsable de certaines de ces peines ; mais ça, à moins d’avoir écouté les rumeurs, Christopher ne pouvait pas le savoir. Ce n’était pas quelque chose dont elle se vantait, le niant même parfois, avec un sourire entendu.

La jeune femme se déplaça un peu dans la pièce, observant la rue, dehors. Elle souriait.

« Enfin, vous devez me trouver bien agaçante avec toutes ces questions, non ? »

Encore une question. Le réalisant, elle eut un rire bref. Celle-ci avait été posée avec légèreté, montrant que quelle que soit sa réponse, elle n’était pas vraiment désolée. C’était sa façon d’être, et la danoise ne cherchait pas à la prévenir. Son regard se perdit un moment dans le ciel illuminé par quelques étoiles ; elle s’y perdit un peu, appréciant ce simple spectacle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christopher R. Atkinson
avatar

❝ Tu n'as pas de rang ❞



Messages : 51
Date d'inscription : 26/12/2016
Age : 23
Localisation : Londres pour le moment

Message Sujet: Re: Night stroll [Christopher] Jeu 9 Fév 2017 - 2:20

Night stroll






La question que la jeune femme venait de lui poser lui semblait tellement étrange qu'il n'avait pas pu s'empêcher, après y avoir répondu, de demander pourquoi. Pourquoi voulait-elle savoir s'il avait une fiancée ? Ne pouvait-il pas avoir un fiancé  ? Mais cette question-là n'était pas vraiment…. D'actualité. Il n'avait ni l'une ni l'autre sans s'en sentir mal. Lui se demandait par contre s'il n'avait pas un peu trop toucher la demoiselle ? Elle avait néanmoins montré beaucoup de curiosité à son égard, d'où son hésitation qu'elle ne tarda pas à combler : sa fameuse curiosité. Quoi qu'avec une légère pointe interrogative. Etait-ce pour l'embêter ? Il la trouvait plutôt taquine.

Elle fini par justifier avec un sourire en disant que les histoires de coeur l'amusaient. Il haussa un petit peu un sourcil, ne comprenant pas vraiment la réalité de l'affirmation… Amusée par les histoires de coeur des gens ? Un peu comme des ragots ? Étrange. Dans tous les cas si la principauté avait eut une ou un fiancée ange sans doute qu'il ne lui en aurait jamais parlé.

Sans qu'il n'ait besoin de dire quoi que ce soit Joah tournait un peu dans la pièce avant de reprendre la parole, lui demandant d'affirmer qu'il la trouvait agaçante avec ses questions, posant de la même façon une question. Il eut un rire en même temps qu'elle, réalisant l'ironie de la situation.

«  Absolument pas.  »

Etait-elle encore sous le coup de l'agression ou non ? Il ne pouvait le dire, mais il avait l'impression qu'elle reprenait vite contenance ou bien qu'elle craquerait plus tard. Il se laissait croire qu'il l'avait aidé à aller mieux.

«  Et je ne dis pas ça juste pour paraître gentleman, vraiment. J'apprécie les personnes qui sont curieuses et j'accepte avec la probabilité d'avoir des questions indiscrètes. Parfois elles sont plutôt amusantes non ? Et une question ne m'oblige pas à vous répondre héhé.  »

L'ange voulait éclaircir ce point même s'il se doutait qu'elle le savait, il n'était pas comme ça.

«  En revanche je voudrais savoir si vous n'êtes pas trop fatiguée ? Souhaitez-vous que je vous ramène chez vous ? Dormir chez moi ? Je vous prêterai ma chambre volontiers.  »

Peut-être que proposer qu'elle dorme ici était trop, mais cela dépendant certainement des gens, c'était par gentillesse. Dans tous les cas, il souhaitait juste s'assurer de sa sécurité. Et avec qui être plus en sécurité qu'un ange ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ismadd.forumactif.com/
Joah Andersen
avatar

❝ Watch me burn ❞



Messages : 108
Date d'inscription : 15/06/2016
Age : 18
Localisation : En vadrouille

Message Sujet: Re: Night stroll [Christopher] Dim 12 Fév 2017 - 11:53


Entretenir une conversation l’aidait à se calmer, cependant, Joah savait que cette plénitude apparente était illusoire. Elle était calme et composée à l’extérieur, mais comme tout être, aurait besoin de relâcher la pression à un moment où un autre. Mais certainement pas devant son hôte, ou quiconque d’ailleurs. Il lui devrait bientôt songer à partir. Enfin, pour le moment, autant continuer de se noyer un peu dans ses fantaisies, et sourire à Christopher pour dissiper toute idée négative. Enfin, se composer une façade, c’était l’un des exercices dans lesquels excellait Joah. Si sa curiosité et son amusement étaient authentiques, il lui fallait toutefois faire attention à sa manière de se tenir pour ne rien laisser voir d’autre. Mais ça irait. Tout allait bien maintenant, après tout.

Un autre sourire narquois prit place sur ses lèvres, à sa réponse. La danoise haussa les épaules, regardant l’inspecteur du coin de l’œil :

« Je suis d’accord. Cependant, un silence peut parfois apporter un semblant de réponse. »

Après tout, lire les gens tout en imposant le plus grand silence était devenu son passe-temps au fil des années. Les mots étaient parfois dérisoires. Un sourire, un léger tic, ou bien un frissonnement discret pouvaient parfois donner plus d’information sur une personne qu’une longue conversation sans issue. Après tout, il ne fallait pas s’arrêter à ce que chacun disait de soi, le discours étant trop souvent édulcoré. Dans le cas de la peintre, il était carrément incomplet et parfois même inexistant. Elle laissait ses actes parler pour elle ; bien que cela ne donne qu’une partie parfois même erronée de sa véritable personne.

Elle soupira intérieurement de soulagement lorsque l’homme lui demanda si elle n’était pas trop éprouvée. Enfin, elle allait pouvoir rentrer. Ce n’était pas que la jeune artiste n’appréciait pas sa compagnie, loin de là, mais dans cette circonstance précise, il lui fallait un peu de calme. La nuit serait longue pour elle, mais après cela, Joah n’aurait plus besoin de contrôler le tremblement de ses mains. Il fallait aussi savoir relâcher la pression.

« Vous avez raison. Ce fut une soirée éprouvante. » Un sourire. « Mais je ne peux pas accepter de rester dormir, je dois me lever aux aurores demain, pour rejoindre un client. »

C’était vrai, la peintre avait beaucoup de travail le lendemain. Et puis, si la perspective de rester dormir ne l’aurait pas plus gênée que cela d’ordinaire, elle avait besoin de retrouver le calme de son propre chez-soi. Bien sûr, l’appartement de Christopher était agréable, mais il ne contenait pas ces contes danois et il n’y flottait pas cette douce odeur de peinture.

« Je ne voudrais pas vous déranger plus que je ne l’ai déjà fait, cependant je dois avouer que la perspective que vous me reconduisiez me rassurerait, après tout ça. Merci beaucoup, Christopher. »

Un sourire sincère. Elle appréciait sa proposition, sortir seule ce soir, même dans un quartier plus fréquentable, ne lui semblait pas être la meilleure des idées. C’aurait même été peut-être irresponsable. Enfin, la danoise avait décidé de lui faire confiance et il lui inspirait une certaine sécurité, alors décliner sa proposition de la raccompagner n’aurait pas eu de sens. D’autant plus qu’elle n’était pas sûre qu’il l’aurait laissée repartir sans pouvoir assurer sa sécurité, ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christopher R. Atkinson
avatar

❝ Tu n'as pas de rang ❞



Messages : 51
Date d'inscription : 26/12/2016
Age : 23
Localisation : Londres pour le moment

Message Sujet: Re: Night stroll [Christopher] Dim 12 Fév 2017 - 22:20

Night stroll






Il était vrai que lorsque l'on vous pose une question, et que votre réponse n'est que silence, cela donnait tout de même des informations, Des informations différentes, certes, mais intéressantes. Lorsqu'il interrogeait les suspects, c'était comme ça que ça marchait. Il n'était pas encore totalement expérimenté de cette pratique, mais avait pu le vivre dans sa vie de tous les jours et s'était renseigné au mieux sur les manières d'investiger, après tout, en tant qu'ancien ange gardien, il s'agissait aussi parfois de découvrir ce qui pourrait mettre à mal le future de l'un de ses… protégés ?

«  C'est peut-être pour cela que je parle beaucoup non, haha ?  »

Par cette phrase il voulait tiquer un peu sa curiosité, comme il l'avait fait. Rafiel parlait beaucoup parfois, et quoi de mieux que pour dissimuler ce qu'on ne voulait pas répondre par une autre réponse ? Son but n'était pas non plus de lui mettre la puce à l'oreille mais de lui faire comprendre qu'il n'était pas idiot. Non parce qu'elle devait le penser, mais pour se donner un peu… de profondeur à ses yeux peut-être ?

Par la suite, il lui proposait donc de la raccompagner. Il ne devait pas trop parler, elle ne devait pas forcément s'être remise si facilement. Il ne voulait cependant pas la laisser partir seule, c'était hors de question. Sa proposition de rester dormir fut refusée, il s'en était douté à vrai dire mais avait proposé tout de même. Elle avait cependant accepter d'être raccompagnée, heureusement, sinon, il aurait du forcer la chose. Au pire il l'aurait suivie. Oui cela faisait très stalker quand on y pensait… il ne s'en rendait pas forcément compte. Il avait l'impression de tenir à ce petit bout de femme.

«  Ne vous en faites pas, je vais vous ramener chez vous, si je vous le propose, c'est bien que cela ne me dérange en rien.  »

Cherchant sa veste, il attendait qu'elle remette la sienne, se crispant légèrement lorsque sa blessure se tira un petit peu. Ce n'était pas grand-chose en fait, il avait légèrement accentué la chose pour qu'elle ne se rende pas compte que sa blessure était déjà presque effacée.

«  Venez.  »

Ne rencontrant aucun obstacle sur son chemin, Rafiel avait pu la raccompagner sans encombre, la laissant aller se reposer.

«  Passez une bonne nuit Joah et si jamais vous avez besoin d'aide, venez me voir ou passer même au poste, vous y serez en sécurité.  »

Lui faisait un petit salut de la main, il attendait qu'elle ferme la porte pour rentrer. Une bonne nuit de sommeil l'attendait à présent.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ismadd.forumactif.com/
Contenu sponsorisé

❝ ❞




Message Sujet: Re: Night stroll [Christopher]

Revenir en haut Aller en bas

Night stroll [Christopher]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Wednesday Night Raw # 60
» Spider Juice. {Christopher Dawkins}
» Perfect night ♪
» Snow Night [F, Clan de Glace]
» Monday Night Raw #46 - Carte
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Black Butler : Black Deal RPG :: La ville et ses alentours... :: East London :: East End :: Rues et Ruelles-