lienlien
PredefKarnevalForum RP FR
Click



 

Partagez|


Night stroll [Christopher]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Joah Andersen

❝ Tu n'as pas de rang ❞



Messages : 35
Date d'inscription : 15/06/2016
Age : 17
Localisation : Dans les rues de Londres

Message Sujet: Night stroll [Christopher] Dim 8 Jan 2017 - 22:36

La journée avait bien commencé, pourtant.
Joah s’était levée de bon matin, commençant par finir l’un des livres trainant dans un coin du canapé. Sa lecture encore fraiche en tête, la jeune femme s’était alors attelée à travailler sur les récentes commandes qu’elle avait reçue, pleine d’une énergie qui la rendait propice à créer. Lorsqu’elle peignait, le temps ne semblait plus avoir d’impact sur elle, et elle aurait été bien incapable de se rendre compte des heures qui filaient sans la montre dans sa poche. Réalisant alors que l’après-midi était bien entamé, la danoise avait rassemblé ses affaires, un épais carnet de croquis, quelques tubes de peinture, et ses éternels crayons et fusains, rangeant soigneusement le tout dans une sacoche de cuir usée. Chaussant ses bottes hautes, un manteau bleu venant couvrir ses épaules, elle s’était élancée à la conquête de tout ce que la belle Londres avait à lui offrir, s’amusant du regard tantôt outré ou simplement curieux des passants sur sa tenue habituelle. Son pantalon moulait ses formes de manière avantageuse, et elle portait une lourde ceinture à sa taille, dont l’emplacement destiné à recueillir un fourreau était encombré de pinceaux. La plupart des gens dans son quartier commençaient à s’accoutumer à la jeune femme, qui, souriante, semblait vouer une admiration sans borne pour le petit peuple au milieu duquel elle vivait.

Décidant de pousser son exploration plus loin, elle s’était volontairement perdue dans les rues animées de la capitale, s’arrêtant de temps à autre pour reproduire un détail particulier d’un bâtiment ou individu qui l’interpellait. Mordant avidement dans une pomme qu’elle avait achetée sur l’un des petits marchés, Joah s’était enfoncée dans des rues de plus en plus calmes, guidée seulement par son insatiable curiosité, et sans vraiment se soucier, à vrai dire, ni de l’heure, ni de la distance qu’elle parcourait, ou du quartier qu’elle atteignait. Après tout, la jeune femme s’était toujours parfaitement débrouillée seule, parfois sans même connaître la langue du pays dans lequel elle se trouvait ; hors, son anglais était parfait, alors elle ne se faisait aucun soucis.

C’est ainsi que la jeune artiste franchit les frontières de l’East End, un quartier dont la réputation n’était pas le fruit de légendes sans fondements, et décrit, à juste titre, comme le plus dangereux de la ville anglaise. Si Joah connaissait bien toutes ces histoires, elle ne réalisait pas que ses pas l’y conduisait, le sens de l’orientation de la jeune danoise n’étant pas parfait, et étant trop distraite pour y prêter attention. L’artiste ne se posa la question fatidique que lorsqu’elle remarqua la lumière changer, alors que le ciel s’assombrissait lentement ; un coup d’œil à sa montre lui indiqua qu’elle était dehors depuis plus de trois heures. Il était peut-être temps de rentrer, mais comment retrouver son chemin dans un quartier inconnu et lorsque notre esprit était tout ailleurs ?

« Bonsoir. »

La voix derrière elle la fit sursauter légèrement ; elle était tellement plongée dans ses pensées que le monde autour elle semblait avoir cessé d’exister, pendant un instant. Joah hésita à demander son chemin à l’inconnu, se retournant brièvement vers lui, avant de soudainement continuer son chemin, accélérant le pas.

Merde. Elle connaissait trop bien ce genre d’attitude. Le londonien qui l’avait interpellée n’était pas seul, deux de ses comparses la fixant également. Leur regard n’aurait pas inspiré confiance au plus naïf des enfants. Levant brièvement les yeux vers un nom de rue, Joah réfléchit à toute vitesse, cherchant une allée plus animée où elle pourrait retrouver un vague sentiment de sécurité. Où était-elle ? Les bâtiments étaient crasseux, la plupart des portes délabrées. East End. Juste ma chance. Les pas derrière elle se faisaient plus pressants, et elle retînt son envie de courir encore un moment, avant d’être sûre qu’elle était véritablement suivie et de s’élancer. Une main large agrippa son bras, et en un instant, la jeune artiste se retrouva plaquée contre le mur humide.

« Puis-je vous aider ? »

Elle avait peur, évidement. Mais sa voix était calme, et son expression masquait la panique qui menaçait de s’emparer d’elle.

« Tu te fous de nous ? Qu’est-ce que tu fais ici, Miss ? »

Elle ne répondit pas, soutenant seulement le regard de l’homme devant elle. Un ouvrier ou vagabond, la quarantaine, et de toute évidence, il ne posait pas cette question par bienveillance. Le regard des trois hommes s’attarda sur la tenue singulière de la peintre, la mettant mal à l’aise. Quelle idiote. Elle était pourtant la première à savoir qu’il fallait à tout prix éviter ce genre de situations.

« Lâchez-moi s’il vous plait. »

L’assaillant resserra sa prise sur son poignet, si fortement qu’il lui sembla qu’il était sur le point de le briser, tandis que son autre main se posait presque naturellement sur sa taille. Frissonnant au contact de l’homme, Joah secoua la tête, son sourire fanant aux coins de ses lèvres, et maudissant ses mains pour le tremblement dont elles étaient prises.

« Voilà, je préfère ça. Heureusement que tu es tombée sur nous ce soir, hein ? »

Ne leur montre pas que tu as peur. La peintre voulut rétorquer, les mots restant coincés au fond de sa gorge. Elle eut un regard défiant, loin de son amabilité habituelle. Une douleur aigue lui traversa la joue, alors que son visage était violement tourné vers le coin de la rue, la gifle lui ayant coupé la respiration.

« Ne me regarde pas comme ça ! »

Et voilà, tu l’as énervé.
Il avait hurlé, lui perçant les tympans. Joah tenta de se dégager, pour être stoppée par un coup dans l’abdomen, la faisant suffoquer.
Elle savait pourtant parfaitement qu’il fallait éviter ce genre de situations. Le regard appuyé des hommes entre eux lui indiquait parfaitement ce qu’ils comptaient faire ; elle tenta de se débattre, seulement pour être stoppée par l’un des hommes, alors qu’ils riaient entre eux. La danoise poussa un cri, dans le vague espoir d’alerter quiconque à proximité. Mais dans l’East End, cet appel à l’aide semblait vain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christopher R. Atkinson

❝ Tu n'as pas de rang ❞



Messages : 24
Date d'inscription : 26/12/2016
Age : 22
Localisation : Londres pour le moment

Message Sujet: Re: Night stroll [Christopher] Lun 9 Jan 2017 - 0:53

 
Night stroll  





 Les jours passant, Rafiel commençait à trouver certaines habitudes : chercher le pain en rentrant pour la vieille propriétaire, faire ses courses régulièrement sans négliger son entraînement. Sortant de son travail, enfin en repos pour deux jours, après avoir donné le pain et quelques emplettes à la vieille dame il se rendait dans son petit appartement pour y déposer ses affaires et se changer, revêtant une chemise d'une blancheur éclatante possédant deux rayures noires aux épaules, faisant légèrement penser à un habit de prêtre. Son regard se tournait vers les murs vides.

Cela faisait à présent environ une semaine qu'il avait passé commande auprès de cette jeune et sympathique peintre.  Il avait hâte de pouvoir admirer ces beaux tableaux et d'avoir Pareis en visuel au matin. Il pourrait peut-être un petit peu rentrer, l'espace d'une journée ? Cela serait une idée. Mais bon, cela ne faisait qu'une semaine. Rafiel n'était pas si impatient normalement, mais il fallait dire que sa mission n'avait aucun impératif de temps et donc cela pouvait se compter en mois ou en années, les autres, en général il suffisait de quelques mois grand maximum. Les personnes qu'il avait aidées étaient déjà toutes décédées alors les attaches qu'il avait, c'était celles du Paradis et surtout Haniel.

Il serra la croix dans sa main, là ou était gravé le nom de son mentor. Éternellement reconnaissant et respectueux envers cette personne qui lui avait permis de devenir quelqu'un au sein du Paradis. Cela le fit repenser aux autres tableaux et notamment celui de l'ancien Est End de Londres. Il n'y avait pas encore fait un tour observateur depuis qu'il était arrivé sur Terre… Il sourit : c'était décidé, il allait s'y rendre aujourd'hui.

Prenant clefs et autres affaires, enfilant sa veste brune, la principauté se décida de rejoindre l'Est End tout en prenant quelques petites rues qu'il connaissait bien. Levant la tête vers le haut, il put voir que le ciel s'était déjà un peu assombris. Il n'était cependant pas inquiet. Il savait parfaitement se défendre. Regardant les alentours il pouvait voir que l'endroit avait changé, toujours plus sale, plus de gens, plus de pauvre. C'était presque indécent à ses yeux alors que dans les autres quartiers les gens jetaient l'argent par les fenêtres. Jamais il n'avait regretté le fait d'être sans le sous, cependant ce n'était pas le cas de tout le monde, certains mouraient de faim ou de soif et il comprenait aisément qu'ils puissent en vouloir quitte à mettre des personnes « responsables » dans un panier et à les haïr.

Ses lèvres s'ornèrent d'un sourire, jusqu'à qu'il entende un cri. Plusieurs, de la part d'une même personne, d'une ruelle. Instinctivement, il s'y dirigeait. Personne n'aidait jamais quelqu'un en danger dans l'Est End. Ses yeux dorés, une fois arrivé sur place, eurent vite fait de remarquer qu'il s'agissait de la peintre à qui il avait pensé toute à l'heure. Celle-ci semblait être en difficulté face à trois hommes qui n'avaient pas l'air d'avoir de douces intentions envers elle… Ni une ni deux, il choppa le bras de celui qui l'avait agrippée pour lui décrocher un direct du droit -n'utilisant pas trop sa force non plus- le faisant reculer violemment si ce n'est, tituber, alors qu'il mettait la jeune femme derrière lui.

Il lui chuchota : «  Restez derrière moi.  » Puis parla d'une voix plus forte «  Je vous conseille de partir d'ici et vite, sinon, vous serez tous les trois au tapis !  »

Ses yeux fixèrent ceux des trois autres. Il était assuré, ne tremblait pas, n'avait pas peur. Il savait qu'il gérerait.  
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joah Andersen

❝ Tu n'as pas de rang ❞



Messages : 35
Date d'inscription : 15/06/2016
Age : 17
Localisation : Dans les rues de Londres

Message Sujet: Re: Night stroll [Christopher] Dim 15 Jan 2017 - 15:42

Le rythme cardiaque de la jeune peintre s’accélérait, alors qu’elle sentait la douleur qui se diffusait dans son abdomen criblé de coups, et la peur lorsque les mains de son agresseur l’empoignaient de plus belle. La danoise ne s’était jamais considéré comme une personne sans défense ; de constitution plutôt robuste, elle n’avait pas eu à se soucier à faire face à une telle situation récemment, cependant. Autrefois, cela ne serait pas arrivé. Elle aurait eu le réflexe de se travestir, ou d’emmener un revolver, et rien de tel ne lui serait arrivé. Elle aurait été sur ses gardes. Bon sang, elle avait été si négligente…

Secouant la tête, elle continua de crier, avant d’apercevoir quelque chose de luisant, du coin de l’œil. Un frisson la parcourut, alors qu’elle fixait l’objet qui reposait dans la main d’un de ses agresseurs, priant seulement pour que son appel soit entendu par quelqu’un, n’importe qui. Même si cette personne s’avérait être malintentionnée, au moins donnerait-elle à la jeune femme quelques précieuses secondes pour pouvoir s’enfuir. Mais là, elle se berçait certainement d’illusions. Personne ne viendrait car personne ne se souciait de ce qui pouvait advenir dans ces rues abandonnées. Secouant la tête, elle ferma les yeux, non pas par résignation mais pour ne plus voir la lame qui la menaçait. Ce faisant, l’artiste continuait de se débattre.

« Bon sang ! Tu vas pas te laisser faire ?! »

La voix de l’homme s’étrangla subitement, et il sembla à Joah qu’un poids s’était ôté d’elle, avant de ne se sentir, brusquement, tirée sur le côté. Elle heurta la silhouette en reprenant son équilibre, ouvrant grand ses yeux gris dont la pupille était dilatée par la peur. La jeune femme allait le repousser, s’éloigner de lui, avant qu’elle ne reconnaisse une voix familière. S’arrêtant, elle fixa l’homme, reconnaissant vite les traits du client qui l’avait tant intriguée. Que faisait l’inspecteur dans ce secteur, à une heure aussi tardive ? La question n’avait pas vraiment d’importance, après tout. Pour le moment, il semblait à Joah qu’une figure angélique était venue la sortir de sa détresse ; ironique, au vue de sa situation.
Reprenant son souffle, elle acquiesça simplement, suivant son conseil et restant derrière lui. Il était évident que, seule, elle ne pourrait tenir tête à trois hommes de toute manière. Sa voix s’étrangla un peu dans sa gorge alors qu’elle toussait doucement, articulant ensuite ;

« Tak… »

Un remerciement, dans sa langue natale. Elle jeta un regard noir au groupe qui, loin de fuir, s’était légèrement rapproché d’eux. L’homme au centre essuyait un filet de sang coulant de sa lèvre, le coup l’ayant, au-delà de l’assommer, rendu fou de rage.

« Ne fais pas la fière parce que quelqu’un est venu ! Si tu ne voulais pas avoir d’ennuis, tu ne serais pas venue ici ! »

Cette remarque fit se serrer les poings de la jeune femme, en colère. Alors, c’était de sa faute maintenant ? Quelle bande d’imbéciles. Elle s’apprêta à lancer une remarque, avant d’être coupée par le second homme, qui fixait Christopher d’un air mauvais.

« Et toi ? Tu ne peux pas te mêler de tes affaires ? Il y en a plein d’autres des filles ici, alors dégage ! »

Il fit tourner la lame entre ses doigts, décidé, apparemment, à ne pas suivre le conseil de l’inspecteur. Joah remarqua que l’autre venait de sortir un petit objet de sa poche, et le pointait vers eux, défaisant le cran de sécurité. Un revolver. Bordel, les choses ne pouvaient aller qu’en empirant ? L’assurance de Christopher la rassurait et l’inquiétait à la fois. Avait-il conscience de leur situation ? S’approcha légèrement de lui, avec précautions, elle murmura :

« Ils sont armés. Faites attention… »

Un coup de feu retentit dans la rue. Les yeux écarquillés, elle observa le groupe s'avancer, armé de ce revolver qui les menaçait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christopher R. Atkinson

❝ Tu n'as pas de rang ❞



Messages : 24
Date d'inscription : 26/12/2016
Age : 22
Localisation : Londres pour le moment

Message Sujet: Re: Night stroll [Christopher] Dim 15 Jan 2017 - 18:47

 
Night stroll  






Inquiet pour la jeune femme, sans se poser plus de questions, Rafiel avait accouru pour donner un coup de poing dans le visage de celui qui la tenait le plus, faisant ainsi lâcher les autres avant de mettre un bras pour la protéger et l'attirer derrière lui pour qu'elle soit plus en sécurité et que ces hommes aient à s'en prendre à l'ange pour blesser Joah. De toute évidence les trois hommes n'étaient pas contents et accusèrent même la jeune femme d'être la cause de son malheur en venant se promener ici.

Lui aussi s'apprêtait à répliquer mais un deuxième homme ne lui en laissait pas le temps en lui demandant de se mêler de ses affaires. Dans l'Est End c'était chacun pour soit, parfaitement normal qu'il ne comprenne pas pourquoi il voulait protéger quelqu'un qui aurait pu être une inconnue. Il haussa un sourcil lorsqu'il disait qu'il y avait d'autres filles… Sous entendant qu'il n'avait qu'à… trouver la sienne, c'est à dire une autre fille de joie ? Ô Seigneur quel blasphème ! Par chance l'humain ne savait pas qu'il s'adressait à un ange.

«  Si vous vous octroyez le droit de brutaliser une femme alors je prends aussi celui de pouvoir la défendre.  »

Il était inutile de dire qu'il était inspecteur à Scotland Yard : ils n'en avaient certainement rien à faire et dans le pire des cas cela agrandirait leur rage : ils pourraient avoir quelqu'un des forces de l'ordre, quelle aubaine. Il lui chuchota en voyant l'homme jouer avec son couteau puis l'arme.

«  Restez derrière moi quoi qu'il arrive d'accord ? N'ayez pas peur. Il ne vous arrivera rien.  »

Rafiel lui accorda un de ses sourires rassurants. Oui ils étaient armés mais Rafiel était un être du ciel, il n'avait pas à avoir peur de ces armes, elles ne le tueraient pas. Tout ce qu'il fallait c'était qu'elle ne tente pas de le protéger et qu'elle lui obéisse. L'inquiétude était visible dans les yeux de Joah et n'importe qui aurait certainement été terrifié.

Le coup ne tarda pas à partir, il ne pouvait être humainement assez rapide pour les pousser tous les deux – alors qu'en réalité cela aurait été possible mais cela ne faisait quelques semaines qu'il était sur terre- il choisit donc de se prendre délibérément le coup pour la protéger, la plaquant contre le mur et la surplombant de son corps pour qu'elle ne soit pas blessée.

La balle transperça la partie liant le bas de sa gorge et la clavicule, plus grand que l'humaine elle allait se loger dans le mur sans la toucher. La balle toucha le collier argenté qui retenait sa croix laissant celle-ci retomber sur le sol dans un bruit métallique tandis que Rafiel touchait instinctivement sa blessure. Ce n'était rien.

Sans crier gare il se contenta de foncer contre le tireur, prenant son poignet, le lui tordant avant de balancer un coup de pied directement dans son visage, l'envoyant directement au tapis. Dans son mouvement expert il avait prit l'arme et l'avait gardée. Il recula de quelques pas pour se repositionner plus devant Joah.

«  Maintenant, partez.  »

Ce n'était pas l'inspecteur en chef mais bien la principauté qui parlait. Le ton était autoritaire, le regard droit , certain, assuré malgré la blessure, comme lorsqu'il menait des hommes à la bataille. Il ne proposait pas une négociation, c'était un ordre.
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joah Andersen

❝ Tu n'as pas de rang ❞



Messages : 35
Date d'inscription : 15/06/2016
Age : 17
Localisation : Dans les rues de Londres

Message Sujet: Re: Night stroll [Christopher] Dim 15 Jan 2017 - 21:24

Le coup partit ; il sembla à Joah que son cœur s’était arrêté, alors. Pétrifiée, la jeune femme sentit seulement l’homme devant elle la plaquer contre le mur, la couvrant de son corps dans une attitude défensive. Un double bruit métallique, celui de la balle tombant à terre après avoir fini son chemin dans le mur, et celui plus prononcé, de la croix argentée de Christopher, résonna dans la rue. Ecarquillant ses yeux qu’elle avait clos, une odeur caractéristique atteint ses narines, alors qu’elle sentait quelques éclaboussures de quelque chose de chaud sur sa joue. C’est en voyant l’inspecteur porter une main à son cou qu’elle comprit. Il avait été touché, pour la protéger. Une ligne rouge barrait la jonction entre son cou et sa clavicule, mais il ne semblait pas concerné par cela, ni même prêter attention à la douleur.

Joah le regarda foncer sans hésiter vers le tireur, se demandant un instant s’il avait seulement conscience du danger. Sachant qu’elle le gênerait, l’artiste était restée adossée au mur, le voyant, comme il l’avait promis, envoyer au tapis en un instant l’agresseur. Quelque chose l’intriguait dans son attitude. Jamais elle n’avait vu de personnes, même faisant partie de la police, réagir aussi promptement et avec une telle habilité. Il ressemblait plus à un militaire qu’à un simple policier. Se baissant légèrement, Joah ramassa la croix tombée à terre, le contact de l’objet froid la faisant se demander comment un homme dont la vocation était de devenir prêtre en était venu à être capable de se battre ainsi.

Le ton de sa voix la fit frissonner. Il s’en dégageait une grande autorité, différente de celle qu’il semblait imposer habituellement, et qui était directement liée à son calme et à sa bienveillance. Non, ici, c’était celle, froide, d’un général habitué à être obéit, et n’admettant aucune discussion ou compromis. Joah avait du mal avec les gens comme ça, mais elle avait déjà vu Christopher sous un autre jour, alors, elle lui faisait confiance malgré tout. Et c’était certainement la seule attitude susceptible de faire fuir les trois hommes, de toute manière.

Eux, d’ailleurs, étaient tout aussi secoués qu’elle par l’aura froide qui se dégageait de l’homme dont ils pensaient pouvoir vite se débarrasser. Le premier membre de leur groupe avait une bouche en sang, le second, lui, peinait à se relever de sa mauvaise chute. Ils n’avaient pas eu le temps de réagir lorsqu’il s’était élancé vers eux, et maintenant qu’il tenait dans son poing leur arme la plus persuasive, reprendre l’avantage semblait peine perdue. Reculant légèrement, soutenant leur camarade, ils fusillèrent l’homme du regard, hors d’eux, et fixant un instant la jeune femme dissimulée derrière lui. S’ils la retrouvaient après ça… l’un d’entre eux crachat par terre, a voix tremblant légèrement de rage.

« E-eh, si tu y tiens vraiment, alors garde-la, la fille ! Mais si on te retrouve ici, on te plante ! »

Les voyant s’éloigner, Joah prit une grande inspiration. Elle n’avait pas remarqué qu’elle avait retenu sa respiration durant tout ce temps. Un instant silencieuse, suffoquant encore légèrement, la jeune danoise finit par lever son regard gris vers l’homme, attrapant la manche de son habit dans sa main tremblante, et tirant, un peu brusquement peut-être, dessus.

« Christopher. »

Se plaçant devant lui, l’expression de la peintre était masquée par ses mèches en bataille, car elle avait le menton légèrement baissé. Relevant alors la tête, elle le fusilla du regard, agrippant avec précautions son col pour observer la trace rouge qui demeurait sur son cou.

« Vous auriez pu être touché à un bien pire endroit ! Aviez-vous seulement conscience du danger ? Leur foncer dessus, comme ça ! Ils étaient armés bon sang ! Vous êtes un inconscient ! »

Elle secoua la tête, se calmant légèrement. Sa voix était cassée, mais elle avait un peu crié, et sa gorge endolorie l’avait rappelée à la raison. Il n’était pas compliqué de percevoir le tremblement des mains de la jeune femme, dû à cette peur qui lui avait fait perdre, à l’instant, son habituelle attitude contrôlée. Elle avait eu peur, pour elle, et ensuite pour l’inspecteur qui avait été blessé. Et la vue de son sang ne l’aidait pas réellement à se calmer. Empoignant toujours le bord de sa chemise, elle cherchait certainement le mot « merci », mais celui-ci se refusait à franchir ses lèvres. La peintre se contentait de le fixer, se remettant du choc, certainement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christopher R. Atkinson

❝ Tu n'as pas de rang ❞



Messages : 24
Date d'inscription : 26/12/2016
Age : 22
Localisation : Londres pour le moment

Message Sujet: Re: Night stroll [Christopher] Hier à 1:13

Night stroll






S'il avait fait attention à sa vitesse pour ne pas passer sous l'oeil du visible purement humain, Rafiel n'avait pas vraiment été attentif concernant la précision de ses coups, après tout il n'avait pas vraiment l'habitude de se tenir en ce sens. Il savait se battre et ne pouvait le nier. En revanche il contrôlait tout de même sa force se contentant de mettre deux individus presque au K.O. avant de leur ordonner de s'en aller. L'ambiance avait changé, c'était certain. Il montrait qu'il était sûr de lui et ne laissait pas le choix, à personne, l'arme à la main. Rafiel soutint leur regard sans aucune peur et leurs menaces ne l’atteignirent pas le moins du monde.

Il soupira une fois qu'ils étaient parti. Décidément . Une fois qu'ils n'étaient plus là, il se tournait vers la jeune femme qui l'appela de son prénom, il eut un sourire en coin mais qu'il perdit vite à la tête qu'elle faisait. Elle tremblait un peu, ses cheveux cachaient un peu son visage, elle s'était arraché un bout de tissus de ses habits pour couvrir sa blessure. Clairement Joah ne semblait pas contente. Il pouvait le comprendre elle avait du avoir peur autant pour lui que pour elle.

Le sang avait coulé sur le bord de sa chemise blanche et il appuya un petit peu. Cette chemise était fichue. Joah avait encore l'air d'avoir un peu peur, sa voix n'était pas tout à fait normale. Doucement il posa sa main non ensanglanté – après avoir mis le revolver dans sa poche- sur la sienne.

«  Ne vous en faites pas, je vais bien. Je savais que j'étais en mesure de me défendre. Ce n'est qu'une égratignure. Et vous ? Vous n'avez rien de cassé ? C'était tout ce qui m'importait.  »

Doucement il lui prit les mains pour découvrir un petit peu ses poignets. Il voulait voir si elle n'avait pas de bleu. Il remarqua qu'elle tenait sa croix entre ses mains, posant les mains dans les siennes, il effleurait ses doigts et sa croix. Il y avait un peu de sang sur la chaîne de la croix, elle aurait besoin d'un petit nettoyage.

«  Puis-je récupérer ma croix ?  »

On voyait que cette petite chose métallique lui importait. Il ne la quittait jamais, à vrai dire cela l'avait même étonné qu'elle soit tombée d'un coup à cause de cette balle. Cette croix était le symbole de sa foi et son arme, il dormait avec. Elle était celle qui représentait Haniel, sans doute l'objet le plus important de toute sa vie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joah Andersen

❝ Tu n'as pas de rang ❞



Messages : 35
Date d'inscription : 15/06/2016
Age : 17
Localisation : Dans les rues de Londres

Message Sujet: Re: Night stroll [Christopher] Hier à 20:10

Le morceau de tissu que Joah avait apposé sur la blessure de l’homme s’était rapidement teinté de rouge, et elle le jeta à terre, soupirant lorsqu’il fut totalement imbibé. Sursautant légèrement au contact d’une main sur la sienne, elle le laissa cependant faire, ce contact n’étant pas pour la blesser ou la faire taire comme les précédents qu’elle avait reçu, jusqu’alors. A vrai dire, le choc lui avait fait perdre conscience de la douleur, et l’artiste n’était pas réellement consciente de sa joue rouge ou des marques d’ongles sur son poignet. Trop obnubilée par la blessure de Christopher qu’elle fixait avec inquiétude, elle entendit ses paroles sans vraiment procéder leur sens, un peu étrangère à ce qui l’entourait, pour le moment. Elle secoua un peu la tête en l’entendant dire que tout irait bien pour lui, et que ce n’était pas grave ; pourquoi cela saignait-il tellement, alors ?

Il saisit doucement ses poignets, et elle réalisa à ce moment qu’elle tenait toujours la croix de l’inspecteur entre ses doigts tremblants, qui semblaient ne pas vouloir la lâcher, ses phalanges blanches. Lorsqu’il découvrit ses poignets, cherchant un quelconque hématome, elle prit doucement conscience des marques rouges qui ornaient son avant-bras droit, et de la sensation brûlante sur sa pommette. Comme rappelée à l’ordre, la douleur dans son abdomen se manifesta à nouveau. Elle allait avoir mal longtemps à cet endroit, qui avait été le plus malmené.

« Une égratignure ?... je n’en ai pas souvent vu qui saignaient autant. Il faut vous soigner. » grimaçant légèrement en le sentant effleurer le bord d’une des marques, elle secoua la tête, forçant un sourire : « Je vais bien… même s’ils n’y sont pas allés de main morte, je vais avoir un peu mal au ventre les prochains jours, ahah. »

Sans trop de conviction, la peintre essayait de le rassurer. Elle pouvait bien endurer quelques hématomes après tout. Et ils n’avaient pas endolori sa main de travail ; c’était le plus important. Sa voix était un peu distante, comme si elle ne réalisait pas complètement la situation, après son bref accès de colère. Le regardant poser ses mains dans les siennes, le contact des doigts de Christopher la rassura un peu, lui signifiant que tout était fini. Entendant vaguement sa requête, elle resta immobile quelques instants avant de réaliser, desserrant sa prise autour de l’objet pour le laisser glisser entre les mains de l’homme. Les coins de sa paume où les bords de la croix avaient été appuyés étaient rouges, et elle resserra presque aussitôt le poing, comme si cela l’aidait à contenir le tremblement de ses mains, la raccrochant à quelque chose.

Comment pouvait-il être si calme ? Elle n’arrivait pas à l’être, la jeune femme s’étant habituée à un certain confort et une relative sécurité. Sans cependant se bercer l’illusion, elle n’avait pas pris conscience que sa situation, stable désormais, ne la protégeait pas de ce genre de situations. Quelle idiote…

« Imbécile. Je le savais, pourtant, ce n’est pas comme si ça n’était jamais arrivé… »

Elle avait murmuré ça plus pour elle-même. Certes, elle s’était déjà retrouvé dans ce genre de situation mais avait toujours eu de la chance, et cela n’avait jamais risqué d’aller aussi loin. Sans Christopher les choses auraient dégénérées, et la situation aurait été tragique pour elle. Une main toujours posée dans la sienne, elle serra un peu ses doigts, inconsciemment, reprenant le contrôle de sa propre respiration.

« Merci. Si vous n’aviez pas été là… »

Elle toussa un peu, sa gorge la lançant après qu’elle ait autant crié. Un soupir, sa voix s’étranglant un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christopher R. Atkinson

❝ Tu n'as pas de rang ❞



Messages : 24
Date d'inscription : 26/12/2016
Age : 22
Localisation : Londres pour le moment

Message Sujet: Re: Night stroll [Christopher] Aujourd'hui à 3:06

 
Night stroll  






Rafiel ne pouvait que comprendre son inquiétude. S'il avait été humain. Mais il était un ange. Une telle blessure n'était rien. Malgré la gravité moyenne de celle-ci, il devait lui faire croire qu'il s'agissait juste d'une égratignure. Le pire était le sang qui coulait et non la blessure en elle-même, elle avait été assez superficielle pour décrocher son collier et donc pas assez profonde pour lui faire trop mal. Le bout de tissu qui lui avait été posé sur son cou était déjà imbibé de sang. Il était difficile de bien tenir une pression ici.

Venant de prendre ses mains pour l'examiner un peu, Rafiel remarquait aussi la trace rouge sur son bras et surtout celle sur sa joue. La pauvre jeune femme avait certainement été frappée parce qu'elle ne coopérait pas. Doucement, il y glissa ses doigts. S'il le pouvait, il l'aurait guérie, apaisée sa douleur. Ses pouvoirs de soin n'étaient pas très développé mais il pouvait faire ça. Cela serait cependant se trahir et se vouer à un certain rejet de sa personne.

«  Les zones proches de la tête saignent souvent beaucoup, il y a plus de veines, détendez vous.  »

Elle n'avait pas l'air d'apprécier un peu son toucher, grimaçant, normal, cela devait être douloureux. Elle lui indiqua qu'elle allait certainement avoir mal au ventre. Christopher se sentait désolé pour elle. Il avait totalement abandonné son ton autoritaire pour redevenir ce que l'on pourrait appeler « normal ». Être si autoritaire ne lui ressemblait pas cependant il savait très bien l'être, il l'avait appris à ses dépends.

Ayant réclamé sa croix, au final, il ne l'attendait pas de suite. Celle-ci semblait la rassurer, était-ce car elle était celle d'un ange ? Joah la tenait avec une certaine ferveur, il allait la lui laisser pour le moment. Cela ne pouvait cependant être éternel. Bientôt, elle tenta de se mettre la faute sur elle,  l'inspecteur ne pouvait laisser passer cela. Doucement, il souleva un peu son menton pour qu'elle regarde un peu plus ses yeux sincères.

«  Ce n'est pas votre faute, Joah. Ne pensez jamais cela. Ce n'est pas parce que vous êtes dans ce quartier que forcément, ils doivent vous faire du mal.  »

Rafiel ne la lâchait pas, il sentait qu'elle en avait besoin. Enfin, il fut remercié. Il ne les attendait même pas alors il en eut un sourire. La regardant tousser, doucement, il l'attirant à lui, gardant la main dans la sienne, mettant l'autre dans son dos pour la rassurer, caressant doucement son dos.

«  C'est fini ne vous en faites pas. Venez, je vous emmène chez moi si vous voulez, pour vous soigner un petit peu.  »

Il n'était pas totalement sûr que la proposition allait lui plaire mais il pouvait toujours essayer.  
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

❝ ❞




Message Sujet: Re: Night stroll [Christopher] Aujourd'hui à 18:19

Revenir en haut Aller en bas

Night stroll [Christopher]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Wednesday Night Raw # 60
» Spider Juice. {Christopher Dawkins}
» Perfect night ♪
» Snow Night [F, Clan de Glace]
» Monday Night Raw #46 - Carte
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Black Butler : Black Deal RPG :: La ville et ses alentours... :: East London :: East End :: Rues et Ruelles-