lienlien
PredefKarnevalForum RP FR
Click



 

Partagez|


A lost little lamb ~ [Doll]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Andrea Leone
avatar

❝ London's lion ❞



Messages : 21
Date d'inscription : 13/01/2017
Localisation : East End

Message Sujet: A lost little lamb ~ [Doll] Lun 13 Fév - 23:07


De jour comme de nuit, les rues de l’East End étaient empruntes d’une atmosphère sombre qui ne laissait que peu de place à la lueur provenant des minces rayons de soleil, qui perçaient l’épais manteau nuageux londonien. Leur quiétude n’était troublée que par d’occasionnelles interpellations entre groupes belliqueux, et, parfois, un coup de feu qui partait, suivit d’un râle ou d’une réplique.

C’était un quartier dans lequel Andrea se sentait plutôt à l’aise, en fin de compte. Enveloppée dans un long manteau élégant, un chapeau sombre venant recouvrir ses mèches pâles et masquer une partie de ses traits féminins, elle évoluait sans peine dans ce quartier qui appartenait au monde de l’ombre. Après tout, la cheffe de la branche Leone ne craignait pas pour sa propre sécurité, étant parfaitement en état de se défendre. Une série de lames étaient éparpillées dans tous les pans de sa tenue, un revolver à la pointe de la technologie collé contre son flanc. Il y avait même, dans les habits d’Andrea, une fiole de poison qu’elle n’utilisait cependant jamais directement. C’était un déshonneur d’empoisonner la nourriture d’un ennemi. Cependant, versé sur une lame… au fil des années, et ce depuis sa plus tendre enfance, la créativité de la Leone s’était exercée à trouver diverses méthodes d’assassinat plus ou moins fantasques. C’était de cet entrainement rude que venait la confiance qui l’habitait. Elle se mouvait dans ce quartier comme si les rues lui appartenaient. Selon les plans qu’elle mettait progressivement en œuvre, ce devrait un jour être le cas.

Car l’italienne ne comptait pas restreindre son influence à quelques pauvres rues et quartiers de la capitale anglaise. Non, hors de question. Son père avait conquis Florence ; elle ferait tomber Londres. S’imposer totalement dans la capitale apporterait un prestige immense à sa famille et assiérait son autorité par-delà les frontières italiennes et britanniques. Si cette mafia n’était pas nouvelle, et sa famille déjà assez connue, Andrea et son père ne comptaient pas s’arrêter à deux pays. Non, ils iraient s’implanter partout. Le moment venu, Vincenzo parlait déjà de franchir l’océan qui les séparait de l’Amérique.

Mais une telle extension demandait du temps, de la patience et de la stratégie. Si à Londres le commerce d’armes et de drogues était florissant, il s’en trouvait un autre, plus obscur et inaccessible, qui pouvait cependant bien rapporter une véritable fortune à qui savait le gérer sans que Scotland Yard n’en soit alerté. Le trafic d’humains. De loin le plus immoral et scandaleux aux yeux de beaucoup, Andrea elle-même ne l’appréciant pas plus que cela. Mais les affaires étaient les affaires, et si cela pouvait aider sa famille à prospérer, alors elle donnerait volontiers son accord pour une telle ignominie. Avec une restriction, cependant. Pas d’enfants. C’était peut-être paradoxal, lorsqu’on savait que la vente d’armes et de drogues touchait également la vie des gamins des rues, mais la mafieuse refusait purement et simplement de s’en prendre à eux directement. Certains disaient que c’était un relent d’instinct maternel, Andrea ayant renoncé à toute vie de famille lorsqu’elle avait décidé, dès son jeune âge, de suivre les pas de son père dans ce monde de l’ombre. Pas qu’elle ait réellement eu le choix, de toute manière. D’autres optaient pour le fait qu’un combat inégal était dégradant aux yeux de la jeune femme ; et qui de plus démuni qu’un enfant ?

L’East End était l’un de ces quartiers dans lesquels les autorités auraient pu recenser le plus d’enlèvements et de disparitions, si elles avaient osées s’y pencher sérieusement. Cependant, il fallait croire que ces rues n’étaient pas dignes des fiers fonctionnaires de Scotland Yard. Enfin, cela arrangeait parfaitement les affaires des Leone, après tout. Certaines "prises" se revendaient à prix d’or auprès des nobles, lors de soirées privées et dont les participants se voilaient toujours d’un masque, refusant de laisser leur identité être découverte. Ventre d’organes, esclavage, prostitution, tout ce beau monde était associé à un nombre incommensurable de vices qui ne devaient en aucun cas apparaître à la surface. C’était pour cela que les italiens étaient appréciés dans ce milieu ; zélés, les hommes d’Andrea étaient forcés à une discrétion totale, bridés par leur omertà. Car tous savaient que la seule sentence, s’ils venaient à la violer, serait la mort.


Au loin, on pouvait discerner un chœur de voix d’hommes, apparemment excités devant leur nouvelle découverte. Haussant un sourcil, curieuse, l’italienne se dirigea vers leur source, l’accent italien ne la trompant pas. C’étaient certainement certains des siens. Le bruit de ses talons résonnait contre les pavés, sa démarche étant assez cavalière et peu discrète. La prestance qu’avait la mafieuse asseyait immédiatement son autorité, et c’était quelque chose qu’elle tenait de son père.

« Regarde-moi ça, comme elle est jolie ! »

« Eheh, t’as raison. Dis-moi, Signorina, tu ne voudrais pas venir t’amuser un peu avec nous ? »

« Nous connaissons beaucoup de personnes qui seraient ravies de te rencontrer. »

Ah, c’était ça. Un enlèvement ? Arrivant sur les lieux alors que les hommes conversaient entre eux, l’un des italiens tenant fermement le bras d’une jeune fille, plaquée contre un mur, Andrea resta un instant dans l’ombre, à une vingtaine de mètres de la scène. Son pas s’était fait plus discret alors qu’elle s’approchait, voulant voir elle-même comment se débrouillaient ses hommes. En un sens, elle ne fut pas déçue. Son sang sembla bouillir dans ses veines tandis qu’elle observait froidement ses sbires, silencieuse, sa silhouette pouvant à peine être distinguée par la frêle adolescente devant elle.

C’était une gamine.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Doll Soulbridge
avatar

❝ Do not leave me alone



Messages : 137
Date d'inscription : 12/03/2014
Age : 18
Localisation : Perdue dans les ténèbres de mon esprit brisé... ?

Message Sujet: Re: A lost little lamb ~ [Doll] Dim 12 Mar - 19:08

div>



A lost little lamb ~



Comment s'était-elle retrouvée là ?


Un certain temps était passé depuis son arrivée chez son oncle. Elle s'était faite, avec un peu de difficulté à la vie dan ce manoir lugubre mais toujours plus accueuillant que celui de sa tante paternelle. Elle avait sa propre chambre, des affaires bien à elle, des fenêtres toujours découvertes et qui laissaient entrer la lumière... Et surtout, elle ne recevait, jamais, au grand jamais, de coup de la part de qui que ce soit. Bien qu'il était un homme froid et imposant, elle avait sût déceler une certaine tendresse dans le regard sombre de Phineas. Il prenait soin d'elle et faisait toujours en sorte qu'elle ne manque de rien. Il était là quand elle faisait des crises nocturnes, il lui avait parfois offert ses bras en gage de réconfort. Quand sa santé fragile la faisait souffrir, il était là, il faisait tout ce qu'il pouvait pour lui offrir des soins... Elle pouvait le dire, elle aimait cet homme. Elle l'aimait comme on aime, sûrement, un père. Il était en quelque sortes, le père qui avait fuit à sa naissance. Il y avait Emily aussi, une femme adorable, sûrement la plus gentille que Doll n'ai jamais connu. Et comment oublier Ulrich ? Un petit page toujours de bonne humeur qui parfois arrivait à arracher un sourire à la jeune fille.


Grâce à tout cela, l'albinos avait pris un peu de confiance en elle. Suffisament pour sortir toute seule dans Londres. Le matin même elle avait pris une calèche en direction de la ville et depuis elle flanaît innocement et curieuse dans ses rues. Elle regardait à droite, à gauche, un peu partout avec toujours ses grands yeux d'enfants dont la couleur particulère en effrayait plus d'un...


Puis, Doll fini par ne plus trop faire attention où elle allait, elle se laissait emporter par les mouvements de foule, bien qu'elle essaya en vain de les éviter du mieux qu'elle pût. La rivière humaine fini par la laisser d'échouer sur le rivage de l'East End. Mais la jeune fille ignorait la dangerosité de ce quartier mal famé, du moins, elle ignorait qu'elle y était. Elle avait déambulé un moment dans les ruelles sombres, sales et... franchement mal odorante. Résultats : elle était complétement perdue.


Voilà, comment elle était arrivée là.


Malheureusement, Doll ne resta pas seule longtemps. Elle se fit intercepter par trois hommes aux accents révélateur d'origines italiennes. Elle n'eut pas le temps de dire quoi que ce soit qu'elle se fit plaquer contre un mur. Elle échappa un cri, à moitié fait de surprise, de douleur et de peur. Son corps était encore fragile et douloureux.




« Regarde-moi ça, comme elle est jolie ! »

« Eheh, t’as raison. Dis-moi, Signorina, tu ne voudrais pas venir t’amuser un peu avec nous ? »

« Nous connaissons beaucoup de personnes qui seraient ravies de te rencontrer. »


Elle se débattait en gémissant


« L-Laissez moi tranquille ! Bande de... de... elle chercha ses mots, les trouvant difficilement, de méchants ! Vous me faites mal ! Je ne veux pas rencontrer ces gens et encore moins m'amuser avec vous ! »


La jeune lady n'avait pas porté attention ni aux bruits de pas ni à la silhouette qui s'était approchée... Mais peut être représentait-elle une aide précieuse pour elle qui s'était encore retrouvée dans une situation délicate ?











Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrea Leone
avatar

❝ London's lion ❞



Messages : 21
Date d'inscription : 13/01/2017
Localisation : East End

Message Sujet: Re: A lost little lamb ~ [Doll] Lun 1 Mai - 21:02


Être une femme dans cette partie des rues Londoniennes n’était pas une condition enviable. Être une femme, et une enfant, de surcroît, l’était encore moins. A croire qu’éduquer leurs jeunes filles à se défendre et se battre ne venait pas à l’esprit des riches bourgeois. Pourtant, c’était bien quelque chose de crucial, du moins de son point de vue. Elle ne pouvait s’empêcher d’être catastrophée par l’impuissance de la jeune albinos. A son âge, songeait-elle, elle tenait déjà ses propres hommes et aurait brisé la nuque à quiconque la traitant ainsi. Enfin. L’italienne était aussi consciente d’être née dans un milieu particulier, sinon unique. Elle ne pouvait pas tenir rigueur à cette adolescente de ne pas être née au sein de la mafia. C’était certainement mieux ainsi, d’ailleurs. Pas sûr que cette engeance soit réellement enviable après tout.

« L-Laissez-moi tranquille ! Bande de... de... de méchants ! Vous me faites mal ! Je ne veux pas rencontrer ces gens et encore moins m'amuser avec vous ! »

Pauvre gamine. Elle semblait chercher ses mots, effrayée. Ses hommes ne semblaient pas réellement s’inquiéter de sa voix fluette, la plaquant un peu plus contre le mur insalubre, alors que ses faibles protestations ne provoquaient que leurs rires. Répugnant, songeait-elle. Ce n’était certainement pas ce genre d’individus qu’elle aurait souhaité avoir dans son organisation. Mais ces hommes étaient chargés des basses besognes, et exiger une certaine classe de tous était tâche impossible. Il fallait bien savoir faire quelques compromis.

Le trio commençait à se demander, à voix haute, combien ils pourraient tirer de leur nouvelle prise. Entendant cela, la mafieuse eu un mince sourire, cynique. Oh, elle savait. Une adolescente comme elle se vendrait à prix d’or, cependant, c’était hors de question. Pas alors qu’elle pouvait l’en empêcher, Andrea avait des principes, et aussi étranges soient-ils, elle comptait s’y tenir. Un léger rire échappa ses lèvres, résonnant dans la ruelle.

« Lâchez cette enfant, per favore. »

La voix d’Andrea était autoritaire. Elle s’approcha, faisant quelques pas et sortant de l’ombre, alors que sa main gantée baissait un peu plus son chapeau sur son visage, masquant ses traits. Enfin, cela semblait bien inutile, car si son timbre était rauque, la voix de l’italienne était indéniablement féminine. Relevant finalement un peu les bords de son chapeau, elle découvrit ses yeux verts dans la pénombre, qui fusillaient littéralement le petit groupe du regard, la lueur violente qui flottait dedans ne laissant aucun doute. Elle ne plaisantait pas.

« J’irais presque jusqu’à dire que j’ai honte. Une gamine. Leone ne vous a jamais donné de directives, quand à cela ? »

Le ton faussement cordial était menaçant. La jeune femme tournait tranquillement autour du groupe, observant un instant la jeune fille en son centre. Elle paraissait si fragile.

« E-eh ! Qu’est que tu fous ici, toi ? Tu veux pas avoir des ennuis avec nous, crois-moi. »

Cette menace eut pour seul effet de la faire sourire. Oh, s’il savait. Il ne se rendait pas compte, hein ? Pourtant, elle l’avait déstabilisé. Evoquer ainsi Leone –elle-même, de but en blanc, cela avait dû interpeller l’homme. Peut-être était-il inquiet. Qu’importe, elle ne voulait pas s’engager dans une longue discussion stérile. Elle n’en avait pas la patience. S’avançant vers eux, les toisant, elle prit brusquement le bras de la jeune fille, la tirant vers elle sans ménagements. Un cri de protestation fut vite réprimé, alors que le canon de son revolver se retrouvait, par la même occasion sur la tempe de l’italien le plus proche.

« Parles moi une fois de plus ainsi, et je te jure que tu prieras que j’ai tiré cette balle. »

Elle tenait fermement le bras de l’albinos, fixant sévèrement les trois hommes. Ceux-ci semblaient hésiter, quelque chose en elle leur était familier. A moins que ?...

« …Leone ? »

Un sourire étrange étira ses lèvres, dévoilant les dents blanches de l’italienne. Enfin, ils avaient compris.
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Doll Soulbridge
avatar

❝ Do not leave me alone



Messages : 137
Date d'inscription : 12/03/2014
Age : 18
Localisation : Perdue dans les ténèbres de mon esprit brisé... ?

Message Sujet: Re: A lost little lamb ~ [Doll] Lun 24 Juil - 11:55




A lost little lamb ~ 


La peur lui écrasait la poitrine. Elle avait beau se débattre, tenter d'échapper aux trois vautours voraces qui l'avait en otage... Rien n'y faisait...
Fragile, elle ne pouvait lutter contre le grand méchant monde qui ne cessait de la balader d'horreur en horreur... Le désespoir tel que celui-ci, était devenu un de ses plus fidèle compagnon.
Par un heureux hasard, quelque fois, une lueur d'espoir venait s'immiscer dans son existence bien sombre. Elle prenait souvent forme humaine : l'homme qui l'avait receuilli, ou encore, la jeune femme qui à présent s'avançait vers eux. Alors que les brigands se riaient d'elle, estimant sa valeur comme un objet rare et précieux, elle approcha. Cette inconnue inspira à l'albinos, bien des choses qui se manifestait avec confusion dans son esprit : de la crainte, comme pour tout être humain, plus le fait qu'elle pourrait être pire que les trois autres, de l'espoir, d'être sauvé, du respect et de l'admiration... Même si son visage était caché d'un chapeau, Doll ne put s'empêcher d'admirer l'élégance et la grâce sauvage que dégageait cette femme.


« Lâchez cette enfant, per favore. »


Autoritaire, un sourire cynique sur les lèvres...
La jeune noble la fixait avec un visage figé d'effroi, un air implorant. La jeune femme ajouta alors pour continuer.

« J’irais presque jusqu’à dire que j’ai honte. Une gamine. Leone ne vous a jamais donné de directives, quand à cela ? »


Léone... ? C'était une sorte de.. Chef ? Leur chef ?
Lorsque le regard de la jeune femme se posa sur Doll, croisant le chemin de ses iris rouges, l'albinos baissa la tête, toujours tremblante, ses jambes flageolantes, la respiration entraînée dans une course paniquée.

« E-eh ! Qu’est que tu fous ici, toi ? Tu veux pas avoir des ennuis avec nous, crois-moi. »


Rétorqua un des hommes, dans la menace. Il était déstabilisé... Cette Léone était si importante que ça ? Doll n' eut guère le temps d'y réfléchir plus. La jeune femme s'était avancée rapidement et saisi l'adolescente par le bras, lui arrachant un cri et un sanglot ravalé. Elle ne voulait pas être ici... Elle voulait rentrer... Oh mais que lui avait-il pris de sortir de la maison pour courir a de telles mésaventures ? La poigne de l'italienne lui faisait l'effet d'une pince brûlante qui écrasait son bras de porcelaine... Elle sentait sa peau se fissurer, craquer...


La plupart de ces choses ne se passait que dans son esprit à vrai dire...


Dans son élan, la jeune femme tira Doll vers elle et dégaina de l'autre main, un révolver dont elle posa le canon sur la tempe de l'homme le plus proche d'elle. Ce qui eut pour effet de tout de suite calmer le groupe qui protestait déjà qu'on leur arrache leur précieux butin.


Ce qui suivit offrit un sourire bien étrange aux traits de l'italienne... Ils venaient de réaliser leur erreur...


« …Leone ? »


C'était donc elle Léone...
Quelle étrange sensation également que d'être sujet et spectateur d'une scène... Elle n'osait pas parler, mais finalement, une faible plainte formulée franchit la bouche de la noble qui tremblait toujours plus.


« S... S'il vous plait... Lâchez moi... V... Vous me faites mal... »









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrea Leone
avatar

❝ London's lion ❞



Messages : 21
Date d'inscription : 13/01/2017
Localisation : East End

Message Sujet: Re: A lost little lamb ~ [Doll] Lun 7 Aoû - 12:42

Le cri ravalé de la jeune fille n’eut pour effet que de resserrer la poigne d’Andrea sur son bras. Y mettait-elle trop de force ? Peut-être. Certainement. Ses mains striées de cicatrices n’avaient jamais tenu que des armes, avait frappé plutôt que caressé. Jamais Andrea n’avait reçu de caresse affectueuse, enfant. Il n’était donc pas étrange qu’elle-même se sache en dispenser. Et après tout, quelle importance ? L’italienne sauvait déjà cette enfant des griffes de ses hommes. Elle n’en était pas obligée. Alors, se soucier de son bien-être ?... Andrea n’était pas tellement soucieuse de ce genre de choses. De ce fait, sa poigne ne se desserra pas. Elle ne voulait pas que cette jeune albinos en profite pour s’échapper.

« Ne bouge pas. »

Son ton est sévère. Glacial. Il n’admet aucune contestation. Qu’elle essaye seulement. Rien ne pourrait plus l’agacer. Déjà, elle tient toujours le canon contre la tempe de l’homme. Le revolver chargé, prêt à tirer à tout instant. Celui-ci s’est figé. Sa vie ne tient qu’à un fil, maintenant. Il le sait. Si l’italienne avait été n’importe qui d’autre, il aurait ri, car ses compagnons auraient eux aussi dégainé leur arme. Mais ici, Andrea était leur cheffe. Personne ne pointait d’arme sur leur chef. Ou cela signait leur arrêt de mort.

« Dégagez. »

Un ordre simple. Mais ses hommes ne bougent pas. Trop stupéfaits, certainement.

« J’ai dit : dégagez ! »

Sa voix est un rugissement. La colère enflamme ses yeux. Sa poigne se resserre sur le revolver, comme sur le bras pâle de l’adolescente. Finalement, les trois italiens sursautent. Ils ont compris. L’aura dangereuse qu’elle dégage semble s’être décuplée. Désormais, la Leone contemple sérieusement l’option d’un triple homicide. Ils ne lui en laissent pas le temps : s’étalant en excuses dans leur langue natale, ses hommes s’éloignent vite. La queue entre les jambes.

Une fois hors de sa vue, Andrea baisse le canon, venant coincer l’arme dans sa ceinture, une fois de plus. Lentement, ses doigts relâchent un peu de pression sur le bras de la jeune fille, sans la laisser libre pour autant. L’italienne tourne son regard glacial vers elle.

« Ne t’avise pas de t’enfuir. »

L’ordre est clair. Le sous-entendu aussi. Andrea porte une arme, sa vue est excellente, comme sa visée. Si l’inconnue décide de s’enfuir, elle ne tiendra aucune chance.

Prenant le temps d’observer un peu plus en détail la jeune fille, ce fut tout d’abord la couleur de ses cheveux qui l’interpella. Blancs. Un blanc pur, comme les siens. Puis ses yeux. Rouges. La nuit ne l’avait pas trompée, il s’agissait bien d’une albinos. Cependant, à en croire ses vêtements, elle n’était pas à la rue. Peut-être même assez riche. Enfin, elle n’allait pas cracher sur les plus fortunés ; sa famille était elle-même bien hors du besoin. Les activités de la mafia lui offraient un style de vie luxueux. D’ailleurs…

« Que fais-tu ici ? »

Elle relâche son bras. Quelques mèches blanches viennent s’échapper du chapeau de l’italienne. Son regard est fixé sur elle. Froid, calculateur. La chaleur qu’on aurait pu être tenté d’y déceler est absente.




crédit : CODE PAR QUANTUM MECHANICS || Ciri (the Witcher) as Andrea Vincenzo LEONE || #ccffcc
You can smother me all you want, but in the end I will stand and you will BOW.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

❝ ❞




Message Sujet: Re: A lost little lamb ~ [Doll]

Revenir en haut Aller en bas

A lost little lamb ~ [Doll]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» LOST LE RPG
» Alice always lost... [Validée]
» Why the U.N. Lost credibility in Haiti
» Lost in blue
» « I've lost myself in all these fights, I've lost my sense of wrong and right » Ҩ CAT&KATH
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Black Butler : Black Deal RPG :: La ville et ses alentours... :: East London :: East End :: Rues et Ruelles-