lienlien
PredefKarnevalForum RP FR
Click



 

Partagez|


Human feast [ft. Elizabeth]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Fyodor Malkovich
avatar

Maelström



Messages : 11
Date d'inscription : 22/07/2017
Localisation : Invidia.

Message Sujet: Human feast [ft. Elizabeth] Mer 30 Aoû 2017 - 12:20

détails
Human feast
Don't you see that's all vain ?
ft. Elizabeth de Midford
Ʃkaemp はは ™

Ah… quel ennui.

Ton regard froid parcoure la foule, alors que dans tes bras repose une jeune Lady aux joues empourprées. Ta main gantée reposant sur sa taille, alors que l’autre, ayant saisit délicatement la sienne, s’efforce de la guider dans cette danse. Un instant, tu t’interroges sur l’apparente fragilité de sa silhouette ; il suffirait d’une simple pression pour briser ses phalanges, rendre inerte le tendon qui anime le pouce… mais non. Cette danse n’est pas les prémices d’une longue agonie pour la demoiselle. Pourtant, quelque chose au fond de toi te souffle qu’une telle activité serait infiniment plus distrayante que cet instant.

Mais le démon que tu es est une bête qui sait ne pas succomber à ses instincts. Après tout, la raison de ta venue dans un tel endroit est… l’observation. Curieux de te mettre au courant des avancées de l’humanité, après cette invocation désastreuse, le Monarque que tu es a aisément troqué sa couronne contre l’un de ces hauts de forme qu’affectionne la mode victorienne, et rassasié de l’âme d’un inconscient, tu t’es élancé de ton pas de conquérant dans la capitale. Quel nom prendre ? Une nouvelle époque signifie une nouvelle identité. C’est animé de ton éternel cynisme que tu t’es approprié le nom de Fyodor. La signification de ce nom est Don de dieu. Lorsque l’on s’adresse à toi par ce biais, un sourire amusé étire tes lèvres. Ah, ces humains… s’ils savaient.


Bien vite, la danse s’achève. Cela ne te procure ni soulagement, ni contrariété. Tu vois cela sous son aspect pratique ; enfin, il t’est possible d’abandonner cette jeune femme et de te mettre en quête d’un autre partenaire. Celle-ci te semble ridicule, du haut de ta grande taille. Emmitouflée dans cette soie et ce corset qui coupe sa respiration, il te semble que l’humaine est sur le point de s’évanouir d’un instant à un autre. Lorsque ta main lâche la sienne, ses yeux fardés osent enfin rencontrer les siens. Son regard de biche égarée se fait suppliant. Déçu.

« Oh… vous partez déjà, Monsieur Malkovich ? »
« Je ne voudrais pas vous soustraire plus longtemps à ces messieurs. »

L’excuse est polie. Ta voix douce prend un ton enjôleur, alors que ta compagne d’une danse s’empourpre, et baisse la tête face à ton refus. La jeune femme suit du regard ta forme élégante, alors que tu t’éloignes. Saisissant au passage la taille d’une jeune femme vêtue de bleu, et l’entrainant avec toi dans une autre danse. Ton sourire charmant l’hypnotise. A la fin de la valse, tu t’en détaches tout aussi aisément. T’éloignant un instant de cette agitation qui se fait appeler "fête", et saisissant un verre sur le buffet. Le liquide n’a pour toi aucune saveur ; la poussière de ton Palais te semble être du même intérêt. Cependant, cela fait partie de ton acte. Tu trempes tes lèvres dans l’alcool, observant pensivement tes alentours. Lorsque tes yeux azur croisent le regard de ces messieurs ou de ces dames, un mince sourire, amusé ou enjôleur, étire tes lèvres. Personne ne devrait mourir ce soir. Tu es là par pure observation. L’intérêt que tu portes aux âmes qui t’entourent est purement scientifique. Cette humanité qui t’a déchu te fascine toujours, neuf cent ans après.

A la vue d’une jeune fille aux cheveux si blonds qu’ils semblent faits de fils d’or, ton sourire s’élargit. Personne ici ne mérite, selon tes critères, de former un pacte quelconque avec toi. Cependant, certains pourraient peut-être te distraire. Ton regard avenant scrute le sien, alors que tu rajustes ton couvre-chef d’une main homicide.

Désolé pour le délai. J'espère que ce début te conviendra.



#CC9966
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth de Midford
avatar

❝ Wife of the Queen's Watchdog ❞



Messages : 16
Date d'inscription : 07/08/2017
Age : 22

Message Sujet: Re: Human feast [ft. Elizabeth] Lun 4 Sep 2017 - 23:18

Human Feast
avec Fyodor Malkovich


La soirée était parfaite, comme toutes les autres d'avant et comme le seraient toutes celles d'après. D'habitude, les mondanités plaisaient à Elizabeth. Elle était faite pour ce genre de théâtre particulier et tout n'était qu'apparat, murmures soyeux et parfums envoûtants. Un nouveau levé de rideau chaque soir et les acteurs étaient relativement les mêmes.


Ce soir-là, Lizzie portait une robe rouge d'une terrible simplicité, si on la comparait à ses autres tenues. Des gants blancs cachaient sa peau pâle, ses ecchymoses de l'entraînement d'hier heureusement invisibles à la vue de tous. Et comme d'habitude, des chaussures plates.
Paula avait été compréhensive, son corset était moins serré que d'habitude : la jeune lady risquait de beaucoup grignoter.  


Et pour cause ! La Marquise avait initialement prévu d'emmener Ciel à cette soirée. Elle avait vraiment envie de venir avec Ciel. Pas forcément pour se montrer et se pavaner comme le ferait d'autres dames, mais plutôt pour partager un moment avec son fiancé, dans un lieu qui ne serait ni son Manoir froid, ni une rue commerçante où il se dépêcherait de finir ses affaires pour ensuite gentiment la renvoyer. Mais encore une fois, il avait refusé. Edward était venu à la place. Mais Lizzie se retrouvait quand même seule, son grand frère emporté par des femmes aussi belles les unes que les autres. Elles devaient avoir eu vent que l'héritier Midford n'était pas encore fiancé.


La blonde accepta la flûte que lui tendait un serveur. Elle quitta cependant très vite son masque souriant pour retrouver sa mine maussade. Mais décidée à ne pas se laisser abattre, elle reprit vite son activité de soirée préférée : classer les plus belles robes des dames présentes dans la salle de bal. Il y avait, après tout, énormément de choses à prendre en compte pour juger la véritable valeur d'une tenue.


Elizabeth, par exemple, était très critique sur la couleur. Elle savait qu'elle avait de la chance, en tant que blonde aux yeux verts, de pouvoir porter bien des tons différents. En revanche, ce n'était pas le cas de tout le monde. L'âge comptait énormément pour choisir sa palette ! Il était évidemment qu'une femme comme sa mère, bien qu'il s'agisse (selon la plus jeune) de l'une des plus femmes dans sa classe d'âge, ne pourrait jamais porter de rose ! Ou tout simplement de couleurs pastels ! Lizzie, avait également la chance de se situer à un âge où elle pouvait commencer à porter des couleurs bien plus « lourdes » comme l'émeraude, le violet profond ou le bleu de la nuit.  


Elle fit claquer sa langue contre son palais en apercevant une dame vêtue de orange. En voilà une qui n'avait peur de rien ! Certainement pas la classe espérée pour quelqu'un de son âge. Bien vite, elle se rendit compte que le jeu n'était plus aussi intéressant qu'autrefois. Du mois pas ce soir.  


Lizzie voulait danser. Elle vida sa flûte afin de la rendre à l'employé de maison le plus proche et se mit en quête de son grand frère. Normalement, il n'y avait qu'à suivre les roucoulements. En tant que petite sœur, elle devait l'avouer : son grand-frère était loin d'être désagréable à regarder. Et fiancé ou non, ça n'arrêterait probablement pas les dames de s'enticher de sa personne. Certaines avec des mœurs … particulières. Lizzie ne pourrait jamais regarder un autre homme que Ciel !


Elle s'arrêta finalement près de la piste. La danse actuelle n'était celle dans laquelle elle était le plus à l'aise. La blondinette soupira et se recula, ses yeux verts scrutant chaque recoin à la recherche de la frimousse familière de l'autre Midford.  


Finalement, elle tomba sur un autre regard : celui d'un homme incroyablement grand, vêtu comme tant d'autres ici. Elle regarda sa main gantée se porter à son couvre-chef, le rajustant d'un geste maîtrisé, presque trop parfait. Elle pencha la tête avant que l'illumination se fasse.


La Marquise regarda à droite puis à gauche, s'imaginant que l'homme regardait plutôt une femme plutôt qu'elle, simple adolescente qu'elle était. Et pourtant … Les gens s'étaient rassemblés près de la piste de danse. Il la regardait forcément.  


Elizabeth soutenait ce regard sans fléchir. C'était le premier précepte de sa mère : ne pas baisser les yeux devant qui que ce soit. Pourtant, elle ne se sentait pas vraiment à l'aise face aux pupilles résolument fixées sur elle. Mais rester là, à ne rien faire n'allait aider en rien.  


Elle attrapa sa robe entre son pouce et son index et effectua une légère révérence sans pour autant le lâcher des yeux. Relâchant le tissu soyeux, elle fit un pas en avant, décidée à savoir ce qu'il voulait d'elle. Elle siffla d'entre ses dents serrées :


« Si Ciel était venu, je n'aurais pas à vivre de genre de choses ... »


Tsubaki


Lizzie vous aborde en #009900
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fyodor Malkovich
avatar

Maelström



Messages : 11
Date d'inscription : 22/07/2017
Localisation : Invidia.

Message Sujet: Re: Human feast [ft. Elizabeth] Sam 9 Sep 2017 - 16:22

détails
Human feast
Don't you see that's all vain ?
ft. Elizabeth de Midford
Ʃkaemp はは ™

Le sourire étirant tes lèvres n’a pas flétrit, alors que la jeune âme que tu observes prend finalement conscience de ton attention. C’est encore une enfant ; elle a encore en elle cette candeur particulière qui t’échappes totalement. Que faisais-tu, à son âge ? Tu étais prince de Tourov ; fiancé à une femme que tu n’avais jamais vue et n’aimais pas. Ce genre de pratiques est toujours fréquent, dans cette ère, de ce que tu as pu comprendre. Les familles nobles renforcent leur influence par le mariage ; leurs enfants ne sont que des pions destinés à assurer la postérité. Cependant, les plains-tu ? Non, bien sûr que non, quelle question ridicule. Quand bien même aurais-tu été enclin à la pitié, ces filles et fils de quelqu’un vivent dans l’opulence. Face à la misère du monde, ils n’ont en rien le droit de se lamenter.

Ton regard insistant semble déranger l’adolescente ; peut-être est-elle étonnée que ce soit elle que tu regardes. Il y a tant de femmes ici, et tout autant de distractions possibles. Pourquoi un homme tel que toi irait-il s’intéresser à une jeune fille ? Pourtant, tu le sais, elle n’est pas totalement conforme à ce moule de dentelle dans lequel sont formées les filles de bonne famille. Son regard suffit à le prouver. Alors que tes sens accrus détectent son malaise, la petite humaine ne fléchit pas. Ses yeux d’un vert éclatant restent plongés dans les tiens, avec dignité. Beaucoup auraient baissé le regard ; beaucoup de Lords d’un âge avancé baissent le leur, devant toi. Mais pas elle. Qu’est-ce qui rend cette enfant si différente des autres ? La question te laisse pensif un instant, alors que l’objet de ta curiosité esquisse une révérence. Puis effectue un pas vers toi, certainement pour savoir ce que tu désires venant d’elle. Ton absence de paroles semble l’avoir dérangée. Tu notes ce fait dans un coin de ton esprit ; les humains n’aiment pas le silence. Ils se retrouvent déroutés face à l’absence de paroles, car alors leur interlocuteur leur semble tout à fait insondable. Enfin ; tu ne peux les en blâmer. Si ton acte cette nuit est parfait, d’ordinaire, aucune chaleur n’anime ton regard. Mais pour eux –pour elle, tu feras un effort. Une lueur amusée brille dans tes pupilles céruléennes. Ton sourire se fait doux, presque chaleureux. Tu contrôles les muscles de ton visage avec une précision chirurgicale.

« Vous me semblez bien importunée. »

Ta voix profonde est marquée d’un accent slave. Un rappel à tes origines ; cela complète également le costume que tu revêts. Un riche magnat de l’industrie russe, venu faire affaires à Londres. Une autre chose intemporelle ; être un personnage important t’ouvres toutes les portes. Il ne t’a fallu que quelques paroles pour que l’on te convie à ce bal.

La remarque sifflée entre ses dents ne t’a pas échappée, cependant, tu n’y fais pas référence. Un autre que toi n’aurais pas pu l’entendre. Mais si tu te concentres, tu peux tout percevoir ; son souffle, les battements de son cœur. Tu devines l’organe luttant pour apporter un peu de vie dans son corps emmitouflé de soie. Les humains sont si fragiles. Il suffit d’endommager l’un de ces centres vitaux pour leur arracher la vie.

Enfin, tu effectues un pas vers elle à ton tour, effectuant avec précision l’une de ces courbettes que les hommes victoriens semblent avoir inscrite dans leur protocole. Tu courbes ton échine lentement, t’arrêtant à l’exacte position que tu juges opportune, à en voir sa taille. Ta main prend délicatement la sienne, au niveau des métacarpiens, la tenant pendant une durée assez courte pour ne te permettre qu’un simple baisemain. Enfin, tes doigts gantés la relâchent. Rien n’a perturbé tes gestes. Toutes tes actions ont étés parfaitement maitrisées.

« Fyodor Malkovich. » Tu souris. « Si je puis me permettre, comment ce fait-il qu’une jeune Lady telle que vous ne soit pas accompagnée ? »

Tu supposes que ce Ciel est l’homme censé remplir ce rôle. Mais celui-ci n’est pas venu, pour une raison quelconque. La réponse ne t’intéresse pas tellement, à vrai dire. Mais la manière dont elle te répondra. Ses réactions. Son ton. Tu es un être infiniment curieux, et cette humaine t’intrigue.



#CC9966
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth de Midford
avatar

❝ Wife of the Queen's Watchdog ❞



Messages : 16
Date d'inscription : 07/08/2017
Age : 22

Message Sujet: Re: Human feast [ft. Elizabeth] Mer 20 Sep 2017 - 16:48

Human Feast
avec Fyodor Malkovich


Lizzie s'arrêta près de l'inconnu. Suffisamment près pour que personne d'autre ne vienne se mêler à leur conversation, suffisamment loin pour ne pas avoir à plier la nuque pour la regarder. Elle avait beau être plutôt grande, cet homme là était juste gigantesque. Si Ciel avait été présent avec sa fiancée, nul doute qu'il en aurait été extrêmement perturbé. Le comte ne le disait pas forcément mais son comportement et surtout son regard étaient d'excellents révélateurs, surtout pour elle qui le connaissait depuis toujours.

La Marquise chassa une mèche blonde d'un petit mouvement de tête gracieux. Le sourire qu'elle reçoit en retour est tellement chaleureux que l'adolescente se sentit un peu gênée : elle était de si mauvaise humeur qu'elle avait envie d’agresser quiconque la regardait. Les gens n'avaient pas à souffrir de son énervement grandissant envers son fiancé en une si belle soirée, lors d'un bal si festif.
Sa remarque, murmurée avec un accent qu'Elizabeth ne parvint pas à identifier fit monter le rouge à ses joues. « Importunée » était à vrai dire, loin de son véritable sentiment. Mais passons …

A son tour l'homme s'incline, tout en délicatesse avec un geste si précis qu'Elizabeth le contemple, bouche bée. Sa main vint la prendre la sienne, gantée de blanc et le regard vert se baisse : quelle grande main ! Elle a vraiment l'air d'une enfant en face de lui. Elle aurait presque envie de bouder. Mais la curiosité de savoir ce qu'il lui veut est toujours bien là

Il se présente et Lizzie a beau réfléchir de toutes ses forces, ce nom de famille ne lui dit rien. Il est obligatoirement un noble, personne d'autre ne pourrait avoir une telle grâce, une telle facilité à se mouvoir dans ces habits au milieu de cette foule. Et sa courbette a été parfaite en tous points.

Son regard se porte un peu plus loin : toujours pas d'Edward. Elle l'aurait sans doute déjà entendu hurler s'il l'avait vu avec un homme qui semblait avoir au moins le double de son âge. Bien qu'en regardant de plus près, Lizzie n'était pas certaine de l'âge approximatif qu'elle lui aurait donné. Quel incroyable regard !

« Je suis Elizabeth de Midford, c'est un plaisir, Lord Malkovitch »

Maintenant qu'il est bien plus prêt, la différence de taille est bien plus flagrante. Pourtant, elle ne recule pas. Dans ce sens, elle est bien contente de ne pas avoir de jolies chaussures à talons. Son équilibre serait parfait mais devoir lever la tête en plus de maintenir son dos droit … la soirée aurait finit douloureusement.

« Mon fiancé n'a pas jugé nécessaire de m'accompagner ce soir. Il n'aime pas vraiment les bals »

Et c'était bien dommage ! Ciel avait pourtant l'occasion de briller parmi les autres. Et vivre comme un reclus dans son manoir n'aidait pas pour stopper les désagréables commentaires ainsi que les nombreuses critiques, jeu préféré de ces dames quand elles se retrouvaient entre elles.

« Peut-être le connaissez-vous ? Le Comte Ciel Phantomhive »

Elle se tourne vers la piste de danse où un Two Steps venait de débuter. Lizzie préférait la valse : c'était gracieux, magnifique à regarder et pourtant, pas difficile à exécuter. Elle avait tellement l'habitude de danser avec Edward alors qu'elle aurait préféré tournoyer dans les bras de Ciel.

Son regard se reporta vers le dénommé Fyodor. Assurément, il n'était pas Anglais. Un invité spécial alors ? Le couple organisateur de ce soir n'était pas au sommet de la popularité britannique, alors pourquoi des invités étrangers ? Cela dit, son anglais était parfait. Elle était vraiment de plus en plus curieuse mais pas pour les mêmes raisons qu'au départ.

« Vous êtes venu accompagné, Lord Malkovitch ? »

Si c'était le cas, c'était là un excellent indice sur sa présence ce soir. Lizzie avait un tas d'autres questions mais les poser sans connaître davantage Fyodor serait un peu perturbant. L'étiquette ne lui permettait pas. De plus, et c'était très étrange à ressentir, mais cet homme lui rappelait énormément Sebastian : si jeune dans le physique mais avec des yeux remplis de temps anciens. Le majordome, aussi, savait s'entourer de mystère.


Tsubaki


Lizzie vous aborde en #009900
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fyodor Malkovich
avatar

Maelström



Messages : 11
Date d'inscription : 22/07/2017
Localisation : Invidia.

Message Sujet: Re: Human feast [ft. Elizabeth] Sam 30 Sep 2017 - 14:33

détails
Human feast
Don't you see that's all vain ?
ft. Elizabeth de Midford
Ʃkaemp はは ™️

Ta remarque fait naître un voile rouge sur les joues de la jeune Lady, qui désormais semble regretter ses sentiments premiers ; ton regard doux et ton attitude chaleureuse l’ont certainement faite regretter sa mauvaise humeur, alors que tu t’efforces de parfaire ton acte. A en voir la réaction de la jeune fille, et son changement de comportement, celui-ci est réussi. Bien. L’âge et les siècles passés loin des humains n’ont pas flétri ton talent d’acteur. Les humains sont décidément bien désavantagés face au surnaturel ; imparfaits, incapables de contrôler ou même comprendre leurs propres sentiments, alors que vous, êtres d’ombres, êtes capables de vous mouvoir avec une précision si accrue qu’elle en devient chirurgicale. Tu sais exactement quel muscle de ton enveloppe corporelle bouger pour que ton visage devienne menaçant ou chaleureux. En cette soirée, et parmi les hommes, tu es autant un acteur qu’un technicien.

Enfin, la Lady se présente. Celle-ci semble étonnée par ta taille immense ; es-tu trop imposant ? Il est vrai que tu dépasses nombre d’individus ici. Cependant, tu apprécies cette silhouette que tu t’es façonnée ; celle-ci ressemble, en vérité, grandement à ton enveloppe corporelle lorsque tu étais humain. Mais tes traits sont plus fins, ton visage plus émacié, et, surtout, ta taille plus haute. Tu es un monarque, après tout. Il est normal que tu domines ton entourage.

« Je suis Elizabeth de Midford, c'est un plaisir, Lord Malkovitch. » La blonde pause un moment. Son regard est plongé dans le tiens ; ces yeux verts… tu as vu de nombreux joyaux de leur couleur. Tu supposes que les humains doivent trouver ce jeune regard plaisant. « Mon fiancé n'a pas jugé nécessaire de m'accompagner ce soir. Il n'aime pas vraiment les bals. »

Tu notes ce nom dans un coin de ta mémoire. Elizabeth de Midford. Comme tu t’en doutais, celle-ci est noble, et fiancée. Son prétendant n’a-t-il pas peur qu’un autre ne vienne la ravir ? L’idée te semble amusante ; tu as vu nombre d’humains enrager après que leur compagne ne les ai délaissés, les punissant ainsi de leur propre négligence. Cependant… bien que cette jeune âme semble remontée contre cet homme, rien en elle ne te laisse penser qu’elle puisse venir à le punir de la sorte. Quelle dévotion. A quoi bon tant se donner pour un unique être ?

« Peut-être le connaissez-vous ? Le Comte Ciel Phantomhive. »
« Je n’ai pas ce plaisir. » Cependant, le nom te dit quelque chose. « Phantom… n’est-ce pas cette entreprise très prisée par les enfants, en Angleterre ? »

Tu lui souris aimablement, en apparence réellement intrigué et intéressé par la réponse qu’elle pourrait t’apporter. La jeune Elizabeth te pose à son tour une question, curieuse, désormais. Tu peux presque voir les idées fusées dans son jeune esprit, alors que ton accent a forcément éveillé sa curiosité.

« Vous êtes venu accompagné, Lord Malkovitch ? »

La question est légitime ; beaucoup d’autres se sont interrogés sur ton compte, comme elle. L’histoire que tu sers aux humains permet souvent d’attiser leur compassion ; et les rend plus manipulables. Te voilà, noble étranger, seul dans un pays lointain. Ta chère femme a succombé aux affres de la maladie voilà quelques années. L’histoire n’est pas si éloignée que cela de la réalité, et pourrait être émouvante, si l’on omet quelques détails. Tout d’abord, ta femme est morte il y a neuf cent ans. De plus, celle-ci a été emportée par ta lame.

« Non. Cela dit, j’aurais aimé que ma femme puisse voir cette réception magnifique. Mais… la vie en a décidé autrement. »

Tu offres à la Lady un sourire doux, et désolé. Assez expressif pour qu’elle comprenne le sens de tes paroles, mais ne semblant pas non plus t’apitoyer sur ton propre sort. Tu es un veuf plein de courage et d’ambition. Voilà ce que les anglais doivent retenir.

« Vous semblez chercher quelqu’un, depuis tout à l’heure. J’en déduis que vous n’êtes cependant pas venue seule ? »

Tu as bien remarqué les regards que porte Elizabeth sur la foule, comme si elle cherchait un individu parmi les visages grimés. Si son fiancé n’est pas présent, de qui s’agit-il ? Tu espères seulement que l’être en question ne vous importunera pas.




#CC9966
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth de Midford
avatar

❝ Wife of the Queen's Watchdog ❞



Messages : 16
Date d'inscription : 07/08/2017
Age : 22

Message Sujet: Re: Human feast [ft. Elizabeth] Mar 17 Oct 2017 - 20:41

Human Feast
avec Fyodor Malkovich


Elizabeth adopta sa posture de « grande dame » comme elle aimait l'appeler : menton levé, mains sagement croisées juste sous son corset, les pieds légèrement écartés pour mieux se stabiliser. Elle voulait que tout en elle montre sa force de caractère. Elle n'était pas juste une jolie poupée, la jolie adolescente voulait également qu'on ait envie de la respecter ainsi.

Sa mère était un parfait modèle pour cela mais Lizzie trouvait que la Duchesse inspirait également un peu de peur aux gens : excellente épéiste, nombreux étaient ceux qui ne voulaient pas risquer sa colère. Et Lizzie se voyait devenir une femme plus douce, fiable et capable de protéger les siens.

Évidemment, face à une personne aussi grande que Fyodor, elle se sentait ridiculement petite. Pas que ça la dérageait réellement mais ce n'était pas très agréable pour le fixer sans se tordre les cervicales. Peut-être que si elle reculait doucement, il n'allait rien remarquer !

Immédiatement, les yeux verts de Lizzie se mirent à briller, par pur plaisir. Ce n'était pas juste à la mention de Ciel, c'était aussi parce que l'entreprise Phantom était connue et la jeune fille se sentit infiniment fière par et pour son fiancé.

Ciel apportait le sourire sur tellement de visages d'enfants, c'était un véritable tableau de tous les voir quand ils goûtaient les sucreries. Elizabeth, la première, avait toujours un petit sac rempli de douceurs que Paula allait lui chercher régulièrement.

« En effet ! Avez-vous déjà goûté les sucreries qui sont produites ? Elles fondent sur votre langue et c'est comme si vous flottiez sur un nuage, je ne connais rien de meilleur ! »

Un peu gênée de s'être laissée aller, la future Comtesse fixa ses pieds, les joues brûlantes. Quand Ciel était le sujet d'une conversation, c'était plus fort qu'elle. Elle redressa cependant les yeux pour écouter la réponse de l'étranger à sa question.

Elizabeth se mordit immédiatement la lèvre après avoir entendu la réponse. Quelle sotte bon sang ! Mais elle était impressionnée : que cet homme arrive malgré tout à poursuivre sa vie … elle-même serait dévastée si quelque chose devait à nouveau arriver à Ciel. Mais elle comptait sur Sebastian pour le protéger.

« Je suis sincèrement désolée pour votre épouse … veuillez m'excuser de ma curiosité, j'ai dû raviver la douleur de votre séparation ... »

Elle espérait vraiment que Fyodor accepte ses excuses, elle ne voulait pas le blesser. Il semblait si calme en racontant cela … et pourtant si plein de courage ! Elle était impressionnée, cet homme était décidément un modèle pour bon nombre de personnes : malgré les difficultés, il fallait toujours continuer d'avancer. C'était très inspirant.

Elizabeth ramena de suite son regard vers le grand homme juste en face d'elle, ses boucles dorées venant rebondir contre sa joue rose. Elle manquait vraiment à toutes ses manières, ce soir, c'était terrible ! Si sa mère la voyait ainsi, elle serait sévèrement réprimandée !

« Je cherche mon frère aîné. J'ai peur qu'une lady, avec de mauvaises intentions, profite de lui et de son statut d'héritier de notre famille. Il n'est pas encore fiancé après tout »

Bon, il serait juste d'avouer aussi qu'elle ne voulait pas encore se séparer d'Edward. Elle avait beau aimer Ciel, son grand frère, elle l'adorait. Il était son compagnon de jeu, son partenaire d'entraînement, son autre moitié. Leur relation était inestimable aux yeux d'Elizabeth.

« Vous avez des frères et sœurs ? Oh, c'est peut-être un peu trop curieux de ma part … ? »

Oui, mais elle l'était vraiment ! Elle voulait en savoir plus, découvrir cet étranger aux manières anglaises parfaites ! Quelle était son histoire, ses secrets, … ? D'où venait-il et où irait-il après ? Tous ces petits détails qui rendaient une vie plus croustillante.

« Votre anglais est impeccable pour tout vous avouer, je suis surprise. Ce n'est pas le cas de tous les invités étrangers de notre hôte, ce soir »


Tsubaki


Lizzie vous aborde en #009900
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fyodor Malkovich
avatar

Maelström



Messages : 11
Date d'inscription : 22/07/2017
Localisation : Invidia.

Message Sujet: Re: Human feast [ft. Elizabeth] Mar 24 Oct 2017 - 20:25

détails
Human feast
Don't you see that's all vain ?
ft. Elizabeth de Midford
Ʃkaemp はは ™️

Ton sourire s’élargit subtilement, alors que la jeune Lady semble prise d’enthousiasme à l’évocation de la maison de son fiancé. De toute évidence… le mariage arrangé ne semble pas lui poser tant de soucis que cela. Tu t’en étonnes. Il existe donc des êtres ici-bas contents de leur sort. Eh bien. Est-ce par simplicité d’esprit, ou par amour pur ? Au vue des émotions qu’elle dégage, tu pencherais plus vers cette dernière option. Puis, à ta réponse à sa question, la blonde semble tout à coup mortifiée. Craignant sûrement d’avoir remonté à la surface de douloureux souvenirs. Si seulement elle savait… à quel point le souvenir de feu ton épouse t’importe peu. A quel point le souvenir de sa chair froide te laisse indifférent. Mais il n’est pas bon chez les humain de montrer de l’indifférence ; alors tu ne te départis pas de ton sourire désolé.

« Je suis sincèrement désolée pour votre épouse … veuillez m'excuser de ma curiosité, j'ai dû raviver la douleur de votre séparation ... »
« Ce n’est rien. Je ne vis pas dans le passé. »

Ton regard se plonge à nouveau dans les orbes verts de la jeune fille ; t’amusant à y déceler chacune des émotions qui l’habitent. L’embarras prime sur le dessus. Est-elle gênée de manquer à la bienséance qu’exige son rang ? Pas que cela ne te déplaise vraiment…

« Je cherche mon frère aîné. J'ai peur qu'une lady, avec de mauvaises intentions, profite de lui et de son statut d'héritier de notre famille. Il n'est pas encore fiancé après tout »

Sa remarque t’arrache un sourire, et même un rire léger. Bien que celui-ci semble amusé, tes pensées sont pleines de cynisme.

« Je comprends. Votre frère doit être chanceux, d’avoir une sœur veillant de la sorte sur lui. »

Tu peux sentir l’attachement qu’elle porte à cet être qui partage son sang. Mais pas besoin d’un œil démoniaque pour cela ; son expression, la lueur dans son regard en dit bien assez. Vite, la blonde continue ; une autre question. Quel être curieux. Presque autant que toi, finalement…

« Vous avez des frères et sœurs ? Oh, c'est peut-être un peu trop curieux de ma part … ? »

Sa question te fait réfléchir un instant. Des frères, oui, tu en as eu…. Et a tenté de les tuer. Tu ne t’en es même pas si mal sorti, le nombre de morts dans ta fratrie par ta main est plus qu’honorable. Tout pour accéder au trône. Ah… ces souvenirs de ta vie d’humains sont teintés à la fois d’allégresse et de honte. Honte de ne pas avoir réussi à atteindre tes nobles objectifs, de ton vivant.

« Oui ; j’ai en vérité une fratrie assez étendue. Mais aucun de mes frères n’a souhaité quitter notre Russie natale. »

Ou n’ont pu… mais cela n’est qu’un détail. Tu te demandes ce que diraient tes frères, s’ils savaient que leur souvenir sert tes nombreux mensonges. Peut-être que leurs os jaunes se retourneraient dans leur tombeau. Ou qu’ils seraient bien trop las pour s’en soucier.

« Votre anglais est impeccable pour tout vous avouer, je suis surprise. Ce n'est pas le cas de tous les invités étrangers de notre hôte, ce soir »
« J’ai appris cet langue très jeune. L’anglais est une langue incontournable, quel que soit notre secteur. Vous me voyez heureux que mon accent n’entache pas mes propos. Avez-vous connaissance d’autres langues étrangères ? »

Tu souris, avant de promener un instant ton regard dans la salle. Les gens dansent toujours, mais tu ne peux inviter cette jeune Lady à faire de même. Votre différence de taille rendrait l’entreprise bien trop fastidieuse et ridicule. Te saisissant tranquillement d’une coupe de champagne, tu observes la surface dorée avant d’en prendre une gorgée ; tes yeux se fermant un instant, comme si tu appréciait ce liquide au goût de poussière.





#CC9966
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

❝ ❞




Message Sujet: Re: Human feast [ft. Elizabeth]

Revenir en haut Aller en bas

Human feast [ft. Elizabeth]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Save The human right to food: International mission to Haiti
» Doucement Megan ! [priorité à Elizabeth]
» 07. The Butterfly Ball and the Grasshopper's Feast // stupid car !
» human BOMB
» Présentation d'Elizabeth Stonem [Validée]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Black Butler : Black Deal RPG :: La ville et ses alentours... :: South London :: Kensington-