lienlien
PredefKarnevalForum RP FR
Click



 

Partagez|


Marc 1:45 - « Il se tenait dehors, dans des lieux déserts, et l'on venait à lui de partout. » [ PV : Joah Anderson & Daniel ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Espérance Ordeus
avatar

❝ I want be free ❞



Messages : 15
Date d'inscription : 17/08/2017
Age : 24

Message Sujet: Marc 1:45 - « Il se tenait dehors, dans des lieux déserts, et l'on venait à lui de partout. » [ PV : Joah Anderson & Daniel ] Jeu 19 Oct 2017 - 16:32

PV : @Joah Andersen & @Daniel
Marc 1:45

Marc 1:45
Mais cet homme, s'en étant allé, se mit à publier hautement la chose et à la divulguer, de sorte que Jésus ne pouvait plus entrer publiquement dans une ville. Il se tenait dehors, dans des lieux déserts, et l'on venait à lui de toutes parts.

A cause de ses miracles , Jésus attiré les hommes à lui.

Et c'est ce que ce lieux inspiré aussi improbable que ce soit. L'improbabilité venait de ce chaos en grosse parties. Qu'est-ce qu'y pouvait pousser les gens à s'agglutinés devant une église ? Certains hurler à son voisin qu'ils étaient là en premier et qu'ils seraient les premiers à manger le pain bénit.
Cela à cause d'un pain ? Pas seulement.
L'improbabilité venait aussi de la situation géographique de la chapelle. Au coeur de WhiteChapel.. Au cœur de l'east-end , où le monde était plus triste et gris que nulle part ailleurs dans Londres.
Il y avait aussi le fait que c'était une petite battisse , assez pour cacher en son sein 20 prieurs .

Mais depuis l'extérieurs les gens faisaient la queue en une masse dense; la vingtaine était largement dépassé. Dans cette chapelle , à peine la moitié arrivé a s'asseoir sur les bancs prévues à la prière. Ils ce bousculaient . Heureusement, il bruinait qu'à peine en cette fin de matinée. Ce qui pouvait alléger la chaleur qui s'accumulait dans l'enceinte de cette maison des prières.

A croire que la battisse allait explosé au surplus de visiteur. Derrière ; dans les "décors" de la chapelle. Les prêtres , sœurs et enfants de cœur ce dépêcher pour que tout soit bien présenter. Du pain en grande quantité pour ceux qui en voulaient et surtout , les pères priés autours d'un seul et même homme : Espérance.

Il était d'ailleurs extrêmement gêner d'être ainsi adulé. Tout le monde l’esquiver comme par peur de le blesser. Sa présence même était une bénédiction pour certain qui n'était pas des habitués de la chapelle Sainte Marie.

Un soupire lui échappe , docilement, il demande l'heure. L'office de onze heures n'allait pas tarder.

Ce genre de routine était fatiguant pour le jeune prêtre. Dans le sens où il ne sais jamais où donner de la tête et d'ailleurs pour ce genre d'office spéciale , on lui interdisait de s'occuper du pain . Alors que cuisiner était son seul loisir en cette église. On l'affuble d'une longue robe blanche et d'une écharpe rouge où à son extrémité une croix dorée est brodée.

Il passe à peine la tête à travers la porte qui sépare les cuisines du cœur de chapelle. Entouré de prêtre comme pour le protéger d'un certain danger. L'albinos n'est pas tout de suite aperçus alors le chaos continus. Ils ce bousculent... hurlent.
Un tel carnage pour une main. Les prêtres viennent à s'écarter en laissant un beau chemin en direction du pupitre de chêne récemment ciré.

Espérance à le traque. Il ne parlera que peu mais il s'attend toujours à ce que la foule le mange comme un monstre mangerait un enfant. Il inspire avant de commencer par quelques mots .


« Je vous remercie ! »


Sa voix semblait hésitante mais assez forte pour ce répercuter dans l'enceinte de la chapelle. Dans un écho , elle parvient donc aux oreilles des plus excités pour les calmer soudainement.
La foule s'amassait docilement en ranger. Les enfants passèrent naturellement tout devant et les estropiés étaient maintenant aidés par ceux qui tenait sur leurs jambes.

Les iris rouges du prêtre parcours l'endroit , à la recherche de l'attention de tous. Les tensions s'apaisent et les regards ce portent sur lui. Un espace d'à peine un mètre le sépare de la foule.. il sent la chaleur de cet endroit. Pour ensuite reprendre avec un fin sourire bienveillant .


« Je vous remercie d'être venus. En vue du monde .. et de la petite maison de dieu dans laquelle vous vous trouvez... Je demanderais tout d'abord aux blessés d'approchez. Doucement. »



A ses paroles , il accompagna un geste de la main. Il la tendait pour invités a les faire venir. La foule ce regarde un instant dans un calme certains. Le prêtre ce mit sur le côté de son pupitre et demanda à un valide de ce lever pour que les futurs soignés puissent s'y asseoir.
Comme la mer rouge ; la foule ce scinde en deux pour laisser paraître un couloir étrangement bien ranger. Les valides s'asseyaient. Et les blessées approchèrent.

Sa mission principale commençât donc.

Ce qui est amusant , c'est que certains du coup ce mettait à chantonner. S'occupant calmement et sereinement. Tous ce mélanger . Très pauvre comme les intermédiaires. Mais en aucun cas vous ne trouveriez un aristocrate dans cette endroit. Au cœur de ses hommes , femmes et enfants assis , les blessés s'approchèrent en rang d’oignons et au milieu , Espérance, à la peau blanche et au sourire juvénile , ses yeux enfantin qui observait la foule  .

Espérance avait amener le calme et l'ordre avec sa simple voix; une voix masculine mais peu assuré mais qui avait sût demander un certains calme, pour le bien être de tous. Il n'obligeait personne à rester pour les bénédicités qu'il y aura peu après , d'ailleurs , il donnerait le pain bien avant.
Un petit bout de femme approche, des cheveux beaux et rouges . Des rouquins, il en voyait bien de temps en temps mais ce rouge ci pu attiré son attention plus que le roux de cette dame âgée assise non loin sur le parvis et elle été accompagnée. Par un homme , plus grand que lui . Lorsqu'ils furent face à face , ses deux là dépassaient très facilement le prêtre. Retournant sur la description de l'homme.. Espérance était attirés par cette lueur dans les yeux. Une lueur que certains dirait de pleine détresse alors qu'Espérance y voyait un intérêt certains. Mais il fait abstraction à ce ressentis . Ressentis un peu honteux puisque l'office n'était fait que pour ce concentrer sur ce que la miséricorde avait laissé sur son sillage.

Il sourit, simplement avec une pointe de bienveillance et les observes tours à tours. Lançant donc avec une simplicité inégalé donc ; toujours la main tendue. Afin de ce présenter ,c'était des têtes nouvelles.


« Enchanté Mademoiselle et Monsieur. Je me nomme Père Espérance.. Mais Espérance suffira si vous souhaitez faire plus court.»

S'ensuivit d'un sourire légèrement plus joyeux ; manière de faire une légère diversion sur les maux qu'ils pouvaient transportés.

« Je peux vous aidez ?»






HRP : Je n'ai pas corrigée :C


Talk in : #99cc00
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joah Andersen
avatar

❝ Watch me burn ❞



Messages : 132
Date d'inscription : 15/06/2016
Age : 18
Localisation : Rues commerçantes.

Message Sujet: Re: Marc 1:45 - « Il se tenait dehors, dans des lieux déserts, et l'on venait à lui de partout. » [ PV : Joah Anderson & Daniel ] Dim 5 Nov 2017 - 1:04

Marc 1:45 - « Il se tenait dehors, dans des lieux déserts, et l'on venait à lui de partout. »Il était cinq heures lorsque Joah se réveilla. Au départ, la peintre eut du mal à se replacer dans son appartement ; que faisait-elle sur le fauteuil ? La position inconfortable qu’elle avait prise durant la nuit allait lui assurer un bon mal de dos toute la journée… que diable lui avait-il prit ? Puis son regard avait glissé jusqu’au canapé, où, couverte de couvertures, une forme était allongée. Enfin ; tout avait fait sens.

La ruelle. La lettre. Cette homme blessé ; Daniel. La marche jusqu’à son appartement. Ses blessures qu’elle avait tenté de traiter.

Les évènements de la soirée avaient brusquement déferlés dans sa mémoire, la laissant hagard un instant. Que faire, maintenant ?... pouvait-il rester ici indéfiniment ? Non… déjà, elle savait bien qu’une fois capable de marcher, Daniel tenterait de partir le plus tôt possible. Et de toute manière, elle n’avait pas les moyens d’entretenir une seconde personne ad vitam æternam. Et encore moins de payer pour des soins trop onéreux… vu la gravité de ses blessures, la danoise se doutait qu’aucun médecin n’accepte de les traiter sans poser trop de questions. Comment expliquer ? Il avait refusé de le faire ; il le refuserait également à ces professionnels, qui, s’ils ne souhaitent pas perdre leur travail, appelleraient certainement la police. Et c’était sûrement la dernière chose dont ils avaient besoin, en ce moment.

Pourtant, quelqu’un devait le soigner… Joah s’était perchée sur le bord de sa fenêtre, observant la rue en bas de ses pieds qui se balançaient doucement. La pluie avait cessé, mais les rues étaient bien trempées sous la faible lueur du soleil qui commençait à peine à émerger. La journée s’annonçait plutôt maussade… la jeune femme était restée ainsi, durant une bonne heure, à réfléchir aux solutions qui s’offraient à eux, avant d’être tirée de sa réflexion par le battement puissant de la cloche d’une église.

La lumière se fit. Une église !

Joah aimait le peuple de Londres. Elle le côtoyait chaque jour, écoutant avec attention leur lot de rumeurs et ragots, aussi futiles soient-ils. C’était ces choses qui permettaient aux ouvriers de rendre leur vie un peu moins morne, après tout. Et la rouquine se souvenait… de ce prêtre dont chacun parlait avec tant d’entrain, de cet homme qui, apparemment, serait capable de guérir tous les maux… par miracle. Joah avait du mal à croire tout cela. Mais cette histoire devait contenir une part de vérité, n’est-ce-pas ? Sinon, elle serait bien vite tombée dans l’oubli… mais même sa vieille tenancière ne tarissait pas d’éloges sur cet homme qui avait guérit ses rhumatismes.

Qu’avaient-ils à perdre ?

Passant ses jambes par-dessus la rambarde, et retournant ainsi totalement dans son appartement, Joah s’était tournée vers Daniel. Depuis combien de temps était-il réveillé ? Elle ne le savait pas, mais la jeune femme profita de son éveil pour inspecter ses blessures. Par chance, rien ne semblait s’être infecté pendant la nuit. Mais cela ne changeait en rien leur gravité.

« Bonjour, Daniel ! » Sa voix était pleine d’entrain. Un peu forcé, peut-être. Mais la bienveillance dans son regard n’était pas une feinte. Cet étrange individu lui inspirait une grande sympathie, sans qu’elle sache réellement pourquoi. « J’ai peut-être trouvé la solution, pour soigner vos blessures. Je vous emmène voir un prêtre. »

Cela dit, la jeune femme s’était activée ; l’aider à se préparer, se préparer elle-même, lui faire manger quelque chose pour qu’il reprenne des forces… le tout sans solliciter les muscles de son dos. Au final, après une longue heure, la peintre était sortie de son appartement, aidant le brun à descendre les escaliers, et s’était engouffrée avec lui dans les rues de Londres. Direction l’East End.


.....


« Enchanté Mademoiselle et Monsieur. Je me nomme Père Espérance.. Mais Espérance suffira si vous souhaitez faire plus court.»

Le regard gris de Joah se porte sur le prêtre ; le dévorant du regard, d’une façon qui scandaliserait certainement ses pairs, si quiconque remarquait son expression. Ces yeux rouges, si captivants, et cette expression si pure… la jeune femme reste fascinée. Sous le charme de l’esthétique particulière incarnée par le jeune corps. Le prêtre semble écrasé sous le poids de l’église qui se dresse au-dessus de lui. Par le poids qu’on fait apparemment peser sur ses épaules… elle peut la sentir. Cette pression qui doit lui peser. Si cet homme dit vrai, qu’il est réellement capable de guérir tous les maux… alors sa vie doit être un enfer. C’est une vie qu’elle n’envie pas le moins du monde.

Joah devine le regard mauvais de certains individus, derrière eux. Elle leur est passée devant, lorsque personne n’osait encore s’avancer. Attendre bêtement que quelqu’un ne se décide n’est pas dans sa nature. La main de la rouquine sert celle de Daniel ; s’assurant de ne pas le perdre, dans cette foule beaucoup trop dense. Puis la danoise se fend d’un sourire. Un peu fatigué ; éternellement insolent.

« Bonjour Monsieur. »

Est-ce blasphémer que de refuser de l’appeler par son titre ? L’artiste ne sait pas. Elle ne s’en soucie pas tellement, en vérité. Daniel est plus important. Elle n’a d’ailleurs toujours pas lâché sa main.

« Mon ami est blessé. Gravement. On m’a dit que vous faisiez des miracles, alors… » La jeune femme inspire. Elle déteste demander. Pourtant, un instant, l’arrogante danoise fait preuve d’humilité. Et incline légèrement la tête. « S’il vous plait. Aidez-le. »

© 2981 12289 0


HEY, OLD MAN
    « WATCH ME BURN. »

Let me burn brightly and light the sky, let me set the world on fire and pour ashes down my path -let me be this woman I dreamed to be, 'cause you're the one who told me all this world needs is a little anarchy.
   


Jeg taler ind #9999cc
Aesthetic
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daniel
avatar

❝ The Fall is coming ❞



Messages : 26
Date d'inscription : 24/03/2017

Message Sujet: Re: Marc 1:45 - « Il se tenait dehors, dans des lieux déserts, et l'on venait à lui de partout. » [ PV : Joah Anderson & Daniel ] Lun 6 Nov 2017 - 18:28



Marc 1:45
Joah & Esmé & Daniel

« But he went out, and began to publish it much, and to spread abroad the matter, insomuch that Jesus could no more openly enter into a city, but was without in desert places: and they came to him from every quarter. »
La première nuit de Daniel sur terre fut sans doute aussi une des pires épreuves qui lui avait été donné de passer. Même si c'était sans conteste peu dire, étant donné le passé paisible et de totale quiétude du trône. Il ne pouvait en tout cas se plaindre de l'accueil que lui avait réservé Joah Andersen. Cette dernière avait en effet tout fait pour adoucir les maux et soigner les plaies de l'ange, bien qu'il était totalement resté silencieux sur les raisons de ceux-ci, et sur sa réelle nature. Elle était restée très douce avec lui, malgré la violence dont elle avait fait preuve la première fois qu'il avait posé les yeux sur elle. Il était juste arrivé au mauvaise endroit, au mauvais moment. Et jamais il ne la blâmerait pour ça. Pourtant, il était loin d'imaginer qu'il pourrait un jour succomber à la faiblesse humaine ...
Son sommeil avait été très agité. Trop agité. Et ce n'était pas la douleur dans son dos qui en était pourtant la cause. Morphée ne l'avait pas quitté un seul instant, autant que ses angoisses et ses cauchemar, rythmant jusqu'au bout les battements de son coeur et ses suées nocturnes. La punition de ses frères, bien que amplement méritée, sonnée terrible, au dire de la jeune femme qui l'avait recueillie. Barbare. Inhumaine. Oui mais voilà. Ils ne le sont pas. Et ne doivent l'être. Et il doit à présent porter sa faute, d'avoir voulu être le porte parole de Père. Dieu, dont l'absence et la non-intervention l'angoisse heures après heures. Pourtant Daniel veut encore y croire. C'est lui qui l'a arraché du paradis pour le porter sur terre. Il en était certain. Et pourtant. Il voulait l'entendre. Le sentir auprès de lui. Retrouver sa Lumière puissante et chaleureuse.
Pourquoi ne partage-t-il plus avec lui sa Vision ? Pourquoi les a-t-il abandonnés ? Pourquoi ... il le laisse seul ?
Ses visions de ses frères en colères se changeant en démons furent réduites à néant au moment où il s'éveilla. Il passa une main fébrile sur son visage, se rendant une nouvelle fois compte de la réalité : il était sur terre. Il se redressa, la couverture glissant peu à peu de ses épaules. Il jeta un regard à la jeune femme qui se trouvait sur un fauteuil pour passer la nuit. Elle semblait encore profondément endormie. Daniel se rallongea en se recouvrant, pour quelques minutes, venant méditer en silence. Les yeux fermés, il pensait à ce qui allait advenir de lui à présent.
Joah sembla s'éveiller quelques minutes plus tard. Il l'entendit se mouvoir, mais n'osa rouvrir les yeux. Il était certain qu'elle ne le mettrait pas tout de suite à la porte, bien qu'elle ne pouvait le garder. Il n'avait pas envie de lui faire perdre son temps. Mais il n'avait nul part où aller. Et cette couverture était encore chaude. La nuit ne lui avait été d'aucun réconfort. Peut-être qu'il pourrait encore essayer de se reposer...
Il n'avait encore aucune notion du temps, mais lorsqu'il rouvrit les yeux et se redressa une nouvelle fois, Joah revint dans la pièce. Elle s'approcha de lui avant de venir inspecter ses plaies. Elle n'avait pas l'air plus inquiète que cela de l'évolution.
Bonjour Daniel!
La jeune femme en colère qu'il avait rencontré la première fois était parfaitement partie. Elle semblait bien plus enthousiaste, et sociale. Il sourit en lui répondant simplement. Sa bonne humeur semblait bien agir sur lui.
J’ai peut-être trouvé la solution, pour soigner vos blessures. Je vous emmène voir un prêtre.
A cette annonce, le coeur de Daniel fit un bon dans sa poitrine. C'était la meilleure solution qui lui avait été donnée d'entrevoir pour son futur proche... et sans doute avait-elle peut-être compris au vu de ses paroles ce qui était le mieux pour lui. Il la remercia. Maintes fois. Pour le repas compris. Et de son aide. Jusqu'à ce qu'ils arrivent devant la chapelle de Sainte-Marie.
Daniel n'avait jamais vu autant de pauvres gens réunis au même endroit. Et lui avec. Il avait l'habitude des procès, avec beaucoup de magistrats. Mais ici c'était différent. Il n'était pas entouré de ses frères. Mais d'humains. Et ces humains, précisément, étaient des miséreux. En quête d'un sauveur. En quête de trouver des réponses auprès de leur créateur. Des réponses... qu'ils n'auraient jamais. Daniel était ignorant de la situation sur Terre. Seule les dernières hiérarchie s'occupaient de cela... il était atterré de voir ce qu'il avait sous les yeux. Ses frères avaient donc raison .... si les humains apprenaient que leur Père les avaient abandonnés, l'Apocalypse serait en marche. Non seulement sur le paradis. Mais ici aussi. Ces gens aux aboies... s’entre-tueraient. Se mutileraient. Se suicideraient. La situation serait mille fois pire que ce qu'elle est à présent. Et Daniel, gardien du secret, se rendait compte à quel point il avait fauté. Fauté d'avoir cru pouvoir avoir droit de décision sur la Vérité.
Je demanderais tout d'abord aux blessés d'approchez. Doucement.
Joah sembla avoir pris ses précautions pour passer avant tout le monde. Daniel savait qu'elle n'était pas très pieuse, et elle avait sans doute dû supporter cette messe assez longtemps. Ils s'approchèrent du prêtre en question. Il était très jeune, personne n'aurait pu prédire que celui-ci pouvait déjà être dans l'Eglise juste par son apparence. Son habit pourtant, ne trompait pas. Il avait l'air particulièrement sage et déjà mature.
Enchanté Mademoiselle et Monsieur. Je me nomme Père Espérance.. Mais Espérance suffira si vous souhaitez faire plus court.
—   Bonjour Monsieur.
L'effort considérable de Joah pour lui dire bonjour et restait poli se voyait. Et Daniel espéra que les choses se fassent rapidement ... il n'avait pas envie de l'obliger à quoi que ce soit. Elle l'avait pourtant amenée jusqu'ici par la main. Elle voulait sans doute être certaine qu'il pouvait être soignée... sans quoi, elle ferait aussitôt demi-tour et vite fait. Daniel ne pouvait lui en vouloir... elle avait déjà fait un gros effort pour penser que ce prêtre pouvait l'aider. Et même l'ange n'était pas certain que ce soit possible. Bien qu'il regardait Espérance avec des yeux curieux, voire avec une certaine fascination.
Cela pouvait paraître un comble, mais il n'avait jamais rencontré d'homme religieux ou même être déjà rentré dans une Eglise. Et pourtant... il s'y sentait comme à la maison.
Mon ami est blessé. Gravement. On m’a dit que vous faisiez des miracles, alors… s’il vous plait. Aidez-le. 
Daniel fut surpris de l'entendre dire qu'ils étaient amis, mais au moins il fut rassuré de savoir qu'elle avait de l'affection pour lui. Si c'était bien ce qu'il pensait. Il avait beaucoup de mal avec ce genre de chose.... le lot des humains n'étaient pas le sien. Il lâcha sa main, avant de venir retirer de lui-même sa chemise pour lui montrer son dos, essayant de ne pas se blesser d'avantage. Plus personne ne faisait de réel miracle depuis que Père était parti ... et il ne pensait pas en voir un sur l'instant. Il espéra simplement que personne ne lui pose à nouveau de questions sur ses plaies et leur origine. Derrière eux, n'importe qui pouvait à présent voir les blessures de l'ange. Ce n'était pas sa semi nudité qui le dérangeait, loin de là. C'était plus les regards curieux. Il pouvait attirer l'attention de n'importe qui. Un frère pouvait être mis au courant, bien qu'il n'avait pas l'impression qu'un ange était ici. La douleur physique n'était plus la même depuis hier. Seule les nouvelles angoisses de Daniel le préoccupait. Etait-ce là le quotidien de tous ces hommes et femmes? De subir et s'infliger pareille torture?
(c) DΛNDELION




"Do not take revenge, my dear friends,
but leave room for God’s wrath, for it is written:
“It is mine to avenge; I will repay,” says the Lord."
                                                                                 — Romans 12:19
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Espérance Ordeus
avatar

❝ I want be free ❞



Messages : 15
Date d'inscription : 17/08/2017
Age : 24

Message Sujet: Re: Marc 1:45 - « Il se tenait dehors, dans des lieux déserts, et l'on venait à lui de partout. » [ PV : Joah Anderson & Daniel ] Mer 8 Nov 2017 - 16:27

PV : @Joah Andersen & @Daniel
Marc 1:45

Marc 1:45

- Bonjour Monsieur.

Espérance eu un regard pour celle qui semblait parler pour deux. Il l'observe ... Pas de ce regard avide qu'à un homme pour une femme mais d'un regard tendre et plein de bonne intention.

Le prêtre n'était pas ce genre d'homme à observer un corps pour un corps .. Même si là , la beauté de ses cheveux de feu semblait laissé un souvenir et un nœud marquant à son histoire.

Il ne se fait pas prier pour sourire et acquiescer à son "bonjour" sans que le dit mot lui échappe de nouveau.

- Mon ami est blessé.

Immédiatement , son regard ce pose sur l'homme bien plus grand que lui. Son regard tendre ce changeait en inquiétude. Même habitué à la miséricorde du monde , il avait ce dont de considérer le problème d'une personne unique à elle même.

- Gravement.

Là , le prêtre laisse ses yeux s'écarquiller alors que son inquiétude grandit. Plus jeune , il aurait pu paniquer . Ce qui est définie de grave n'est surtout pas pris à la légère !  

-On m’a dit que vous faisiez des miracles, alors…


Son regard ce repose de nouveau sur la jeune femme . Alors que ses derniers mots achèverait toutes la volontés de refuser , aussi peu présente soit elle.

- s’il vous plait. Aidez-le.

Il commence à retrousser ses manches en commençant une phrase type , du genre : "Pouvez vous me montrer ?" Mais l'homme le fait bien avant qu'il ne dise quoi que ce soit . La chaire à découvert , a ce moment si peu propice... il parcours les muscles tirés sous une douleur qui devrait être profonde. L'albinos presse le pas pour ce mettre au niveau du dos afin d'observer.. son souffle ce coupe sous l'horreur...

Tant de question l'assaillent. Il lève le regard vers la femme ; comme si au contact de leurs regards ils pouvaient conversé en silence mais , il ne fit rien de plus que soupirer pour tenter de calmer son inquiétude. Frôlant du bout de la main la peau.

Décidant donc de parler pour calmer ses mains tremblantes.

- Mademoiselle, vous avez très bien fait de l’amené.. Je vais vous soignez mon fils...

Ses mains ce frottent ensuite entres elles , tentant d'y ôter la froideur qu'il pourrait occasionner au toucher.

- Je ne vous demanderais qu'une chose...


Son sourire un peu plus bienveillant réapparait mais également pour laisser place à un regard plein de supplication. Adressant un regard à tours de rôle au deux protagonistes.

- N'ayez pas peur...


Lui même était affreusement effrayé... il l'a toujours été lorsque le premier blesser s’avance. Il inspira l'air dans un léger tremblement d'épaule , comme le ferait un enfant prenant son courage. Avant de glisser ses mains à même la blessure. Murmurant avec une certaine conviction en lui même.

- Tu sera soigné... La douleur va s'arrêter... je te le promet.


Ses paupières vinrent à ce fermer , comme en pleine concentration. Le silence autours ce fait un peu plus lourd. Tout le monde s'est arrêté de bouger pour observer le miracle.

Quelques secondes , la lumière venait progressivement au creux de ses mains. Cette lumière ne bruler pas , c'était une lumière pleine de bienveillance , réchauffant et mettant un certain baume au coeur pour les plus blesser.

La progression atteint son apogée , les mains reluisaient de cette belle lueur blanche étrange et fantomatique. La blessure ; aux yeux de ceux qui pouvaient observé la scène , sembler s'estomper comme dans une cicatrisation naturel. Les tissus ce rejoignaient comme sur un puzzle qui ce recompose doucement .

Une bonne sœur était à leurs côtés et ne cesser de commenter avec un air scientifique ce qu'elle appelait des phases. Ne pouvant s'empêcher aussi de tenir au courant la nouvelle tête rouquine.

- Père Espérance est dans sa première phase... regardez... Dieu lui prête sa lumière.. Pour que les peaux ce ressoudent... puis la deuxième...

La peau blanchis, ses mains chauffent et le milieu de son front ce ride d'un plis plein de difficulté.

- Sœur Marie-rose... s'il-vous-plaît.


Un silence demandé avec politesse mais une voix légèrement irritée. Il était étrangement compliqué de finir ce soin.. Une chose accéléré le processus de la première phase et surtout , une réminiscence certaines d'une chaleur lointaine s'accompagnait a sa lumière compliqué la deuxième. Comme si elle répondait. Mais le prêtre préfère mettre ça sur le dos d'une certaine fatigue liée a sa tardive soirée à cuisiner le pain pour le lendemain.













Talk in : #99cc00


Dernière édition par Espérance Ordeus le Mer 8 Nov 2017 - 16:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joah Andersen
avatar

❝ Watch me burn ❞



Messages : 132
Date d'inscription : 15/06/2016
Age : 18
Localisation : Rues commerçantes.

Message Sujet: Re: Marc 1:45 - « Il se tenait dehors, dans des lieux déserts, et l'on venait à lui de partout. » [ PV : Joah Anderson & Daniel ] Ven 5 Jan 2018 - 12:30

Marc 1:45 - « Il se tenait dehors, dans des lieux déserts, et l'on venait à lui de partout. »Ah… la religion.
Une activité bien vaine, ne trouvez-vous pas ?

Dieu est mort ; l’artiste vous le soutiendra jusqu’à l’aube et le crépuscule suivant, s’il le faut. La foi n’est qu’un artifice, une particularité de l’âme humaine, belle, sans aucun doute, et apportant une force certaine à ceux qui savent en faire l’usage. Mais cette foi peut tout aussi bien se retourner avec facilité contre cette humanité qu’elle est censée protéger, et cela en fait un joyau des plus complexes à manipuler. Une dague trop maladroite pour être laissée entre les mains d’enfants. Et c’est bien ce que les humains sont, selon la rouquine, à l’échelle de ce monde immense. Des enfants.

Dieu est mort ; les hommes l’ont tant théorisé et utilisé à leurs fins que son image s’est brisée en une constellation de fragments. Son image n’est plus qu’un phare branlant pour les plus démunis, une excuse pathétique pour les puissants, mais toute la magie, toute la bienveillance et l’amour de cette Idée est morte avec lui.

Joah ne croit pas en dieu.
Pas de majuscule pour cette mascarade.
Aucun être divin ne l’a aidée à survivre jusque-là.
Elle s’en est sortie seule, seule, seule.
(Ce n’est pas totalement vrai mais laissez-la se mentir.)


Dieu n’aidera pas Daniel, mais elle n’avait pas le cœur à lui retirer cette possibilité sans le laisser espérer. Il avait l’air si heureux, si soulagé lorsqu’elle lui avait suggéré la possibilité d’aller voir un prêtre.

Joah ne prononce aucun mot lorsque l’homme aux cheveux blancs s’avance vers Daniel, et que celui-ci retire sa chemise. Se trouver dans un lieu si empli d’hypocrisie est déjà un effort certain pour elle ; alors la jeune femme préfère se taire. Elle serait désobligeante envers cet homme qui semble pourtant être bon, envers ces sœurs qui l’observent avec impatience, envers tous ces croyants et cette paroisse si elle faisait le moindre commentaire. Ils pensent réellement pouvoir être guéris ? Ah… elle ne demande qu’à le voir. Car pour l’instant, la jeune femme est plus sceptique que jamais.

Avoir peur ? Sa réflexion lui arrache un léger sourire presque ironique. Qui disparait bien vite lorsqu’une lumière étrange se forme et empli les plaies de l’homme, venant, au fil des instants, ressouder les peaux, activer le processus de cicatrisation.

Non… ce n’est pas possible.

Et la mascarade continue, tandis que la rouquine s’est figée, écoutant à peine les propos de la sœur. Son regard figé sur la scène devant elle.

Quelle est cette lumière ?

Et alors, les théories fantasques et improbables qui alimentaient son esprit hier soir refont surface, et Joah se surprend à se demander si la nature de son hôte n’était pas plus complexe que cela, au final.

Pourtant, elle l’a toujours répété.
Dieu est mort… non ?


© 2981 12289 0


HEY, OLD MAN
    « WATCH ME BURN. »

Let me burn brightly and light the sky, let me set the world on fire and pour ashes down my path -let me be this woman I dreamed to be, 'cause you're the one who told me all this world needs is a little anarchy.
   


Jeg taler ind #9999cc
Aesthetic
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daniel
avatar

❝ The Fall is coming ❞



Messages : 26
Date d'inscription : 24/03/2017

Message Sujet: Re: Marc 1:45 - « Il se tenait dehors, dans des lieux déserts, et l'on venait à lui de partout. » [ PV : Joah Anderson & Daniel ] Jeu 11 Jan 2018 - 10:54



Marc 1:45
Joah & Esmé & Daniel

« But he went out, and began to publish it much, and to spread abroad the matter, insomuch that Jesus could no more openly enter into a city, but was without in desert places: and they came to him from every quarter. »
—   Mademoiselle, vous avez très bien fait de l’amené.. Je vais vous soignez mon fils...
Cette phrase du prêtre le tira de ses réflexions tournées vers la condition humaine actuelle et de la misère du monde. Il n’avait même pas senti les mains du jeune homme sur son dos, inspectant les plaies. Il tourna son regard vers Joah, se demandant ce qu’elle pouvait bien penser de tout ceci. Sans doutes ses pensées pourraient le choquer : il savait qu’elle ne croyait plus en Dieu. Et même s’il voulait lui prouver le contraire, ce n’était pas à lui de le faire.
Je ne vous demanderais qu'une chose… n’ayez pas peur.
Le prêtre sembla inspirer longuement, alors que Daniel afficha un léger sourire. Peur ? Dans la maison de Dieu ? Après ce qu’il avait vécu la veille, il se sentait enfin protégé. Il avait l’impression d’être à sa juste place. Et rien d’autre n’aurait pu mieux le réconforter. Ses mais sur lui étaient douces et bienveillantes.
Tu sera soigné... La douleur va s'arrêter... je te le promet.
Daniel fermit lui aussi les yeux, car il ignorait encore à ce moment quel procédé allait utiliser le prêtre. Et pourtant, rapidement, il sentit cette chaleur au creux des mains qui le touchait. Cette éclat grandir petit à petit, croître pour lui, pour le soigner. Cette lumière divine qu’il pu à nouveau ressentir, c’était le plus beau de cadeau, après avoir passé une nuit entière dans les ténèbres de son esprit. Daniel ne pu réprimer une larme de soulagement au coin de son oeil. Il se mit à espérer. Que cette lumière lui rende également ses ailes. En vain. Il ne su réprimer un murmure entre ses lèvres. Dans la langue des anges.
Merci Père.*
En rouvrant les yeux, il avança une main hasardeuse vers Joah. Elle devait être confuse. Il voulait la rassurer. Lui dire qu’elle n’avait pas à s’en faire à présent, que tout allait rentrer dans l’ordre. Qu’il ne serait plus un fardeau pour elle, et qu’il pourrait lui rendre la pareille. Mais rien de tout ça n'arriva jusqu’à ses lèvres.
Ce prêtre a été touché par la grâce de Dieu. C’est un élu.
(c) DΛNDELION




"Do not take revenge, my dear friends,
but leave room for God’s wrath, for it is written:
“It is mine to avenge; I will repay,” says the Lord."
                                                                                 — Romans 12:19
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

❝ ❞




Message Sujet: Re: Marc 1:45 - « Il se tenait dehors, dans des lieux déserts, et l'on venait à lui de partout. » [ PV : Joah Anderson & Daniel ]

Revenir en haut Aller en bas

Marc 1:45 - « Il se tenait dehors, dans des lieux déserts, et l'on venait à lui de partout. » [ PV : Joah Anderson & Daniel ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Blog de Marc Bazin: Combien d'argent pour «sauver» Haïti ?
» VOICI UNE TRES BONNE OPPORTUNITE POUR MARC , MALICE ET JOEL COMME INVESTISSEURS
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» Contre la vie chère, Marc Bazin a un plan pour l'action!
» marc, mon ami, tu as commis une erreur:::
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Black Butler : Black Deal RPG :: La ville et ses alentours... :: East London :: East End :: Chapelle Sainte Marie-