lienlien
PredefKarnevalForum RP FR
Click



 

Partagez|


Bcz Water is Evil. -Alan o/*-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
avatar

❝ Invité ❞




Message Sujet: Bcz Water is Evil. -Alan o/*- Mar 9 Oct 2012 - 22:18

Bien. Si ça continue comme ça, ils vont finir par m’dégouter même du travail sur le terrain. J’vais développer une allergie rien qu’au mot « travail » et bizarrement, dès qu’quelqu’un le prononcera j’serai introuvable. Sauf si c’est un certain brun. J’ferai un effort pour lui. Ouais parce que je suis trop fort, moi je sais dire à mon allergie de se pointer ou non. Pourtant, tout avait commencé…Plus ou moins normalement. Sans doute trop exaspéré par le fait que je ne touchais à aucun papier, la direction avait décidé d’m’envoyer sur le terrain. Depuis le temps que je n’avais pas pu sortir -…Okay 8 heures- , j’y avais été sans trop rechigner. La seule chose que j’craignais, c’tait que ce soit long, qu’ils me foutent des heures supplémentaires, et que je ne sache pas voir Alan ce soir. Parce que même si c’était pas prévu, j’avais bien l’intention de passer dans son bureau ou quelque part où il se trouvait. …Comment voudrait-on que je dorme correctement si je ne m’étais pas assuré avant qu’il allait bien hein ? C’est tout simplement impossible. Bwah, en dernier recours je trouverai un moyen de le voir de par la fenêtre de sa chambre. Et me ferai passer pour un stalker pour la énième fois de ma vie par un quelconque crétin. Pourquoi est-ce que les gens ne comprennent pas que c’est normal, hein ?

Bon, j’étais allé sur le terrain, en remarquant que c’était à côté de la Tamise. J’aime pas la Tamise. J’aime pas tout ce qui est avec de la flotte. Même en bouteille, parc’qu’à boire c’est déjà dégeulasse. J’me demande comment les gens peuvent préférer ça à l’alcool. Et puis quand y en a en trop grande quantité…J’aime pas non plus parce on peut se noyer. Mais heureusement, la victime ne mourrait pas d’cette manière. Elle avait trouvé mieux : s’éclater la tronche contre les pavé ce qui entrainera une commotion. …Y a des gens vraiment con parfois. Ou plutôt…C’est bête de mourir de cette manière. ‘Fin maintenant, c’pas comme s’il y avait une manière intelligente de crever. Soit, j’attendis qu’il ait fini de se vider de son sang –charmant- avant d’aller m’occuper de sa cinématique, traînant légèrement les pieds. Parce que c’était pas si amusant qu’ça au final. Mais alors que je finissais tranquillement –j’allais pas me dépêcher non plus- y eut un drôle de bruit. Et j’eus à peine le temps de me retourner qu’un conn…Qu’un sale type était sur moi en disant de m’arrêter immédiatement.

Je pense qu’il m’a légèrement pris pour un assassin. Ce qui était le cas dans un sens, mais c’est pas une raison pour m’empêcher de faire mon boulot, si ? Soit, j’allais pas le laisser faire son cirque longtemps. J’essayai de me débarrasser de lui – en évitant d’employer ma faux, ce serait franchement pas discret- et finit par le jarter à force de le secouer dans tous les sens. Ou du moins j’ai espéré le dégager un instant. Mais il avait légèrement prévu le coup, ou alors se rattrapa in extremis, mais la conséquence revint au même : et lui et moi tombèrent à la flotte. …Encore heureux que le bord était à ma portée et que j’eus l’idée d’enlever mon veston vu qu’il s’y accrochait depuis tout à l’heure. J’en trouverais bien un autre demain. Sortant donc de là, je me dépêchai de quitter les lieux –pas envie d’avoir quelqu’un à tuer alors qu’il est dans l’eau- et allai vers la Dispatch sans demander mon reste. Non j’allais certainement pas l’aider, il a cas se démerder.

Je pense que quiconque voulait suivre ma trace l’aurait fait facilement. En suivant les traces d’eau que je laissais partout dans les couloirs. Bwah, c’est pas moi qui vais nettoyer de toute façon hein. Ca montre mon mécontentement envers ses missions foireuses. D’ailleurs faudrait que je pense à me changer assez vite parce que c’est pas spécialement agréable. Mais arrivé devant ma porte, je me rendis compte que…Bah que mes clefs, elles étaient…dans mon veston. Y a des jours comme ça où on a envie de se frapper. Ou alors de retourner en arrière. Sauf que c’était impossible et que ces clefs allaient terminer leur jours sous l’eau. Ou dans les mains d’ce type qui trouvera jamais la bonne porte pour les utiliser. Tch. …Qu’est-ce que je peux faire maintenant, dormir par terre en attendant que les bureaux ouvrent ? …Naan. Faudrait que je me sèche avant. …Ou alors enlever une partie de ce qui était trempé.

Bon la chemise et la cravate, basta on va les garder en mains et on les essore dans les prochaines toilettes. Idem pour les chaussures et les chaussettes. Mais ça ne m’aida strictement en rien pour me sécher moi. Y a toujours du PQ, mais bonne chance. Non, il faut trouver autre chose. …J’ai bien une idée en tête mais bon. Le bureau d’Alan n’est pas si loin que ça. …Mais si jamais il dormait ? Je n’ai pas spécialement envie de le réveiller. …Je peux éventuellement toquer assez doucement pour qu’il entende si jamais il est debout et qu’il continue de dormir si c’est le cas. Lui il aura certainement de quoi me sécher et après ça…Je trouverais un endroit pour pieuter. Même si ça me dérangeait absolument pas de dormir chez lui, j’avais pas envie de le déranger trop longtemps non plus. Enfin, première étape : aller jusque chez lui. Chose qui ne prit pas beaucoup de temps vu que je connaissais le chemin par cœur. Même dans le noir ça ne posait pas problème.

Après quelques minutes, je me retrouvai devant le rectangle de bois et hésitai un instant avant de toquer. …Non mais s’il dormait, ou qu’il était encore au bureau –si c’était le cas, Spears bénéficierait d’une de mes visites- j’avais pas envie de plus le déranger que nécessaire. Mais bon, maintenant que c’était fait…Il ne me restait plus qu’à imaginer qu’il était debout et qu’il viendrait ouvrir. …Et si il était en train de prendre sa douche hein ? Il viendrait peut-être ouvrir en petite tenue et puis…Non, ce ne serait pas le genre d’Alan. Et que je chasse tout de suite cette image de ma tête. Tiens il ouvrit en pyjama avec un…air endormir sur la figure. Eriiiiic. Va tout de suite te frapper et ne reviens plus jamais ici à cette heure-ci.

« Excusez-moi de vous déranger à cette heure tardive, mais auriez par le plus grand des hasards de quoi sécher un SDF ? Je vous promets d’être rapide et de ne plus vous déranger pour cette nuit ! »

Automatiquement, je passai une main dans mes cheveux, avant de remarquer qu’eux aussi étaient toujours mouillés. …Bordel, ils allaient encore boucler n’importe comment. …Je hais réellement la flotte. Pourquoi existe-t-elle ? …Question existentielle alors que je viens de réveiller le brun, vraiment j’ai rien d’autre à faire. Mais…Il est tard et j’ai tendance à imaginer n’importe quoi à cette heure-ci, donc autant penser à la flotte plutôt que d’imaginer n’importe quoi en incluant mon pauvre ex élève dans l’affaire. Ca vaudra mieux pour tout le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

❝ Invité ❞




Message Sujet: Re: Bcz Water is Evil. -Alan o/*- Mer 10 Oct 2012 - 16:37

Alan est actuellement indisponible. Veuillez laisser un message après le bip sonore, merci.

En fait il n'était pas vraiment indisponible, disons plutôt désespéré par la quantité de travail qui l'attendait. Comme toujours en fait mais la masse de papier devant lui n'avait de cesse de le surprendre. Un long gémissement sortit de sa gorge tout du long que sa tête mit avant de toucher son bureau, les bras ballants de part et d'autre de son corps. Il n'allait pas avoir le temps de manger, c'était certain. Non pas que ça dérange spécialement Alan – il ne mangeait pas beaucoup – mais Eric allait criser s'il venait à l'apprendre. Oh et puis tant pis, il n'y avait aucune raison que le blond sache quoi que ce soit, et puis ces papiers étaient plus importants que son petit confort. Prenant un stylo – noir – entre ces doigts, il entreprit de compléter ce qu'il fallait.

Nom du défunt, Monsieur Truc, circonstances de la mort, accident en calèche, et bla et bla et bla … Bon enfin fini. Un coup d'œil à l'horloge lui indiqua que l'heure du repas était largement passée et que la question de 'Est-ce que je mange ?' ne se posait même plus. Bref. Qu'avait-il à faire ensuite ? Ah oui, des statistiques. La pire chose qui puisse exister au monde. Combien d'âmes a-t-il fauché en un mois, combien sont des femmes, des hommes, qui donc est mort en avalant un concombr- … Non. Ca c'est juste Eric qui s'amuse à marquer n'importe quoi sur les fiches. Alan soupira mais ne put s'empêcher de sourire en voyant ça. Le blond, même en étant absent, arrivait à le motiver et le mettre de bonne humeur. D'ailleurs, ils ne s'étaient presque pas retrouvés récemment, tous les deux avaient beaucoup de travail et parvenir à ce qu'ils soient ensemble en mission était assez complexe – Spears n'était absolument pas du genre à leur accorder gentiment une faveur. Évidemment. -.

Moitié somnolant, moitié travaillant, Alan continua à remplir quelques papiers, tout en pensant à son Blond à lui, un sourire idiot collé aux lèvres. Il réfléchissait à quand est-ce qu'il pourrait aller lui rendre visite – avec une bonne raison, pour éviter de déranger, il ne voulait pas non plus devenir trop collant – et la meilleure idée qui lui parvînt fut lorsqu'il lui rapporterait sa paperasse complétée. C'est donc avec plus d'entrain que jamais qu'il usa son stylo jusqu'à ce que mort s'en suive.

Et finalement, tout fut fini – enfin la paperasse d'Eric parce que les siens il les avait placé au second plan -. Les papiers furent regroupées en petites piles prêtes à être déménagées, et Alan se dirigea vers sa chambre avec autant d'élégance qu'un chameau claudiquant. De toute façon il se faisait tard et personne – du moins en temps normal – ne se baladait à cette heure-ci dans les couloirs. Arrivé à sa chambre, il ouvrit sa porte, se déshabilla– parce qu'il n'aimait pas dormir habillé, ce n'était pas confortable –, enfila son pyjama bleu rien qu'à lui et s'écroula sur son lit, sans même prendre la peine de se doucher, d'enlever ses lunettes ou même de manger alors qu'il n'avait rien avalé de la journée – excepté peut être le matin où il s'était un peu forcé -. Le sommeil arriva plus vite qu'il ne l'eut cru et les songes emplirent son esprit.

Mais lorsqu'il commença à rêver d'un nounours toquant à sa porte voulant lui apporter du chocolat chaud, il commença à émerger à cause du bruit. Resserrant les couvertures autours de lui, il refusa d'ouvrir les yeux. Jusqu'à ce qu'il réalise que si l'on toquait à sa porte à une heure aussi tardive, c'est qu'il devait y avoir une bonne raison. Soupirant, il jeta ses couvertures au loin – Noooon ! Ne m'abandonnez pas s'il vous plaît ! … Hum. - et alla ouvrir la porte sans prendre la peine de réajuster son vêtement, complètement débraillé, passant seulement une main sur son visage dans l'espoir de se réveiller un tant soit peu. Ce qui ne marcha absolument pas évidemment. Non, ce qui réussi à le réveiller complètement fut la vue d'un Eric à moitié nu, trempé et se disant sans endroit où dormir. Le petit brun se contenta de le fixer les yeux grands ouvert durant quelques secondes, rougissant brusquement avant de se ressaisir – enfin pas tout à fait, disons simplement qu'il retrouva l'usage de ses jambes -. Ses sourcils se froncèrent, il rentra à l'intérieur et fit signe au blond de le suivre dans un premier temps, puis de s'assoir sur le lit – et tant pis s'il devait changer les draps - avant de se rendre dans la salle de bain pour attraper une serviette qu'il lui tendit d'autorité, mais dans sa voix perçait surtout de l'inquiétude quant à l'état du blond.

« Sèche toi ou tu attraperas froid. »

Mais son semblant d'autorité disparu la seconde même où un bâillement le prit. Secouant la tête pour se réveiller, il se dirigea vers une armoire où il tenta de chercher quelque chose – n'importe quoi – pour couvrir Eric parce qu'il allait vraiment finir par aller mal – pas Eric mais Alan, parce que voir son nounours à moitié nu était extrêmement dérangeant -. Malheureusement il ne trouva aucun habit qui ne pourrait convenir, les deux Shinigamis étant d'une taille singulièrement différentes. Gêné, il se tourna à nouveau vers lui, le regard rivé sur le sol. Ne pas regarder Eric. Surtout ne pas regarder Eric.

« Je … Hum. J'ai rien pour te couvrir, tu … tu peux prendre les couvertures si tu veux. »

Alan se risqua à lever légèrement les yeux, observant Eric à travers sa frange, mais baissa rapidement la tête, plus rouge que jamais, triturant le bout de son pyjama.

« C-comment tu t'es retrouvé comme … ça ? Et sans … sans abris ? »

Après tout il n'avait peut être pas bien compris, ou alors c'était juste une excuse pour venir le voir ? Non non. C'était tout simplement impossible. Et pourtant ça n'empêcha pas Alan de rougir encore plus si possible en pensant à cette éventualité. Bon il n'allait pas non plus rester planté là et jouer au lampadaire, mais en même temps, disons que s'assoir à côté d'Eric n'était pas une très bonne idée. Et évidemment comme le hasard fait bien les choses, ce fut à ce moment là qu'Alan se rappela que son estomac était trop vide et sa journée trop épuisante. Sa tête tourna un instant, et bientôt il perdit pied, cherchant à se rattraper à la première chose qui lui passait sous les mains, chose qui fut – quel suspense – Eric. Il rouvrit rapidement les yeux et resta agrippé à son déambulateur de fortune encore quelques instants. Jusqu'à ce qu'il réalise que le dit-déambulateur était en fait le torse nu - nu - d'Eric. Le brun cru bien qu'il allait à nouveau défaillir, mais que nenni, son regard resta juste bloqué sur cette magnifique peinture, bien que son visage vire entièrement au rouge.

« D-d-déso-désolé. »

Alan tourna la tête mais ne se dégagea pas. Il ne le ferait pas si Eric n'en montrait pas l'envie, parce qu'il aimait bien être là, sentir ces bras autours de lui, ce regard sur lui. Il aimait sa présence. Il aimait Eric.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

❝ Invité ❞




Message Sujet: Re: Bcz Water is Evil. -Alan o/*- Mer 10 Oct 2012 - 17:48

Pourqeuwaaaaaa ? Oui en accentuant le « a » ça fait nettement mieux. Bref, pourquoi y a des gros chieurs qui viennent vous mettre des missions le soir ? Et pourquoi, c’est juste à celle-là qu’un crétin vous voie et ne se mette en tête de devenir un héros en sauvant quelqu’un de déjà mort ? Il aurait pas pu se contenter de rester loin et de me hurler qu’il allait prévenir la police ? Pour que j’aie le temps de me barrer tranquillement et que toute personne le croisant pense qu’il débloque ? Ahah. Ca aurait été vachement drôle s’il avait été enfermé dans un hôpital psychiatrique par ma faute. Oui je trouve ça parfaitement marrant. Hilarant même. J’aurais eu ma vengeance comme ça. Maintenant je ne sais même pas s’il est crevé, s’il a toujours mon veston, s’il a chouré mes clefs s’il…Oh le connard. La photo. Elle était dans la poche intérieure. La photo d’Alan que j’avais réussi à lui subtiliser sans pour autant le lui dire. Parce que si ça se trouvait, en le sachant il l’aurait reprise. …Ca m’apprendra à tout mettre dans les poches de ma veste. La prochaine fois je mettrai tout dans celles de mon pantalon non mais. Ou je me ferai tatouer le visage d’Alan sur le bras, au moins je suis certain que je ne le perdrai pas sauf si un fou furieux se ramène et décide de m’amputer ledit bras pour une raison inconnue. Mais bon, ça m’étonnerait un peu que ça arrive. Ou au moins j’aurais le temps de le buter avant qu’il ne le fasse. C’est pas comme si j’allais le laisser tranquillement me découper en morceaux hein. Mais bon, pour l’instant il vaut mieux mettre toutes les choses importantes dans la poche de mon pantalon, au moins lui je ne risque pas de l’enlever si qui que ce soit essaye de réitérer l’expérience de l’autre là. …Quoique. …Oui initialement je pensais au papiophile et ses heures supplémentaires et j’en arrive à la conclusion que je ne vais pas enlever mon pantalon en mission. Tout à fait logique.

Mais le plus embêtant quand même était que j’avais réussi à réveiller le brun. …Faudra un jour que je me rende compte que tout le monde ne va pas dormir à trois heures du matin, et que c’est peut-être pour ça qu’ils réussissent à ne pas être en retard le lendemain au travail. …Non mais déjà que j’ai des heures supplémentaires, je vais pas m’amuser à arriver plus tôt pour travailler. Faut pas charrier. …Et n’empêche qu’il est trop mignon en pyjama. La ferme Eric. Il n’y a absolument rien de mignon, ce n’était pas comme si il s’était mis en short ou…ou au naturel. …Ferme ta grande gueule, même mentalement, t’empires les choses sale blond. En plus je viens de réussir à dire qu’il n’était pas mignon. Ahaha. Et moi je suis le meilleur pote de Sutcliff aussi. …Dès qu’il m’aura donné de quoi me sécher et que je ne serai plus mouillé, promis j’irai dormir en espérant ne plus sortir de telles absurdités. Mais c’est plus fort que moi. J’y peux rien si j’ai de l’imagination hein. …Okay que pour les choses obscènes de préférence. Mais au moins je ne le crie pas sur tous les toits. …Ou je pourrais le faire plus souvent que je n’y pense plutôt. Maintenant, j’hésite à partir histoire de le laisser dormir en paix mais bon, vu qu’il est de toute façon réveillé…Et puis je n’ai pas eu l’occasion de le voir énormément aujourd’hui. …Et qu’il est encore plus mignon quand il rougit. …Et pour qu’il remarque que je ne suis pas à moitié en train de gagatiser devant ses manières, je sors une vanne pourrie, comme d’habitude, en essayant de le faire rougir encore plus au passage.

« Tu veux que je pose aussi ? Et on va dire que ça égalera le fait que je vienne te déranger en plein sommeil réparateur ! »

Lui lançais-je en souriant –juste un peu- d’un air ahuri tout en m’exécutant. Non ça ne me gênait absolument pas de me montrer sous cette tenue. Après tout, y a pas de quoi fouetter un chat et c’pas non plus comme si je me trimballais complètement à poil chez lui. …Même si, si jamais une secrétaire ou n’importe qui venait à passer par ici, il ne ferait aucun doute que les rumeurs ne tarderaient pas à courir. …Mais ce n’est pas non plus comme si ce n’était pas déjà le cas. Sauf que là ce serait en dix fois pire. En soit, c’est drôle de les entendre parler, mais bon, ça a l’air de plus gêner Alan qu’autre chose – Ouais c’est aussi ce que je suis en train de faire, mais y a que moi qui ait le droit de le faire rougir.- alors autant les éviter tant que possible et persuader d’une manière très distinguée les personnes de ne plus rien dire à ce sujet. Bref. Il me fit signe d’entrer, chose que je fis assez rapidement en fermant la porte derrière moi, le couloir n’est pas spécialement agréable, mais ne m’assis cependant pas sur son lit, même s’il me l’avait proposé, parce que je dégeulassais assez la pièce comme ça, inutile de devoir le faire changer de draps si jamais je m’assieds là. Alors oui je restai planté là quelques instants, jusqu’à ce qu’il arrive avec une serviette en main.

« Voui Mamaaaan. »

Je souri légèrement avant de commencer à me sécher les cheveux. Parce que c’est le plus important. Mais ce n’est pas non plus comme si mon corps allait commencer à onduler hein. Encore heureux. Bon, c’est pas que ça me fait chier de rester debout mais c’est tout comme. Alors autant mettre la serviette sur le lit et s’asseoir dessus. Là je risque pas de tout tremper. Non mais je vais pas non plus me mettre encore plus à poil pour me changer hein, faut pas rêver. Je sais que j’aime le mettre mal à l’aise, mais y a des limites tout de même. Et là, il me proposa de prendre une de ses couvertures pour que je ne prenne pas froid. …C’est vachement tentant, non pas parce que j’ai spécialement froid, mais qu’après je pourrais jouer la comédie en disant qu’elles sentent bon et que je ne veux plus les quitter maintenant. …Et il finira par désespérer en voyant un tel spectacle.

« Hey, c’est pas pour rien que j’m’appelle Eric Slingby hein, j’ai jamais froid ! »

Aha. Ou pas. Mais j’ai pas envie de trop squatter non plus chez lui, après il va jamais savoir se rendormir sinon. Soit, il me demandait des explications, et j’allais lui répondre avant qu’il ne…Qu’il ne fasse je sais pas quoi. J’ai cru un moment qu’il allait tomber, et c’est d’ailleurs pour ça que j’essayai de le rattraper. Chose un peu inutile vu que lui c’était automatiquement déjà rattrapé à moi donc bon. Un instant, je cru qu’il faisait une crise, mais je me rendis bien vite compte qu’il s’agissait sans doute d’autre chose. Là il ne semblait pas chercher plus d’air t n’avait pas non plus mis la main à son cœur. …C’était apparemment le fait d’être debout. Donc, autant le coucher, le plus vite possible en le bougeant le moins possible. Le prenant derrière les genoux, je m’arrangeai pour le coucher doucement sur le lit, mes propres jambes lui servant de coussin temporaire, autant faire avec ce que l’on a hein ? Et mit automatiquement une main à son front, comme pour vérifier s’il n’avait pas de fièvre.

« C’rien…Tout va bien ? »

Lançais-je d’un air légèrement inquiet, prenant une couverture derrière moi afin de la mettre sur lui, sait-on jamais, il avait peut-être froid, au pire on l’enlèverait. Bon avec tout ça, je ne lui avais pas dit, pourquoi j’étais là. …j’hésitai un moment à passer le point, mais après tout il n’y avait aucune raison, il savait très bien que je ne savais pas nager et ce n’était pas non plus comme si je m’amusais à ne rien lui raconter de ma vie. Et je savais pertinemment qu’il n’aimait pas non plus qu’on le prenne comme malade alors autant faire semblant de ne pas y attacher trop d’importance en relançant un nouveau sujet. Même si je ne daignais toujours pas enlever ma main.

« Sinon…j’ai comme qui dirait fait une mauvaise rencontre près de la Tamise. Au final on s’est retrouvé à l’eau et lui avec mon veston et mes clefs en prime…J’irai demain matin en rechercher d’autre, avec un peu, beaucoup, de chance ça me permettra de retarder l’horrible moment où la personne la plus chiante de la Dispatch vient te donner de la paperasse. Tch, comme si un beau jour il espérait que je tombe sur la tête et me décide à la faire. »

…Maliiin, maintenant je viens de lui donner l’occasion de me faire la morale. …C’est drôle quand il essaye de me persuader à travailler. Extrêmement drôle. Ca me donnerait presque envie de faire du chantage avec lui. Oh tiens, s’il me le demande, je le ferai, ça peut être plus que divertissant. …mais ne pas aller trop loin non plus parce que ce n’était pas non plus comme s’il était au meilleur de sa forme.

« Tu veux que je te fasse quelque chose à boire ou autre ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

❝ Invité ❞




Message Sujet: Re: Bcz Water is Evil. -Alan o/*- Mer 10 Oct 2012 - 19:50

Qu'il pose ? Non pas qu'il n'était pas d'accord – vilan Alan – mais il avait plus l'impression que c'était un plaisanterie qu'autre chose – évidemment, qu'est-ce que ça pouvait être à part une plaisanterie ? Alors il ne dit rien de spécial et se contenta de se bouger un peu la miche pour lui donner sa serviette. Des fois, le brun se demande si l'autre se rendait compte de l'effet qu'il produisait sur lui, parce qu'il faisait tout pour le rendre encore plus mal à l'aise, il en était sûr ! Mais s'il s'en rendait compte, est-ce qu'il ne trouvait pas ça étrange ? Malsain ? Est-ce pour cela qu'il jouait à ça sans jamais lui faire part de sa découverte ? Est-ce qu'il attendait qu'Alan se dévoile pour se moquer de lui ?

Un boule prit place dans sa gorge. Non. Ca ne pouvait pas être ça, à présent il connaissait mieux Eric que quiconque et savait que jamais le blond n'oserait faire quelque chose comme ça. Mais il ne pouvait empêcher un malaise de persister et ses yeux s'humidifièrent automatiquement. Heureusement ce changement d'état sembla passer inaperçu et Eric continua à faire des blagues habituelles. Jamais froid hein ? Bien sûr, tout le monde te croit …

Après être littéralement tombé dans les bras du beau et blond prince charmant, Alan sembla rougir de secondes en secondes, entre le fait qu'il se passe porter comme une princesse, que les jambes de son nounours attitré lui servent de coussin et cette main qui se pose délicatement sur son front, le brun se demanda un instant s'il ne devait pas simuler des malaises de temps en temps, juste pour simuler cette proximité. Préférant ne pas bouger ni même ouvrir la bouche de peur que sa voix ne le trahisse, il se contenta d'un simple et faible hochement de tête pour rassurer le plus vieux. Oui, à présent il allait parfaitement bien et n'aurait pu rêver mieux. Finalement ça ne le dérangeait pas tellement d'être réveillé au milieu de la nuit si c'était pour avoir ce genre de compagnie.

Alors Alan décidant de ne pas plus se prendre la tête que ça, ferma simplement les yeux et se concentra sur la voix d'Eric tandis qu'il racontait sa journée. Lentement, presque inconsciemment, il se replia en position fœtale, sa main se serrant sur le pantalon encore mouillé d'Eric comme s'il était son bien le plus précieux. Mais alors qu'il pensait s'endormir tranquillement avec Eric - avec Eric – il se releva brusquement et lança un regard réprobateur à Eric. Il ne fallait pas qu'il soit si catégorique vis à vis du travail, parce que ... parce qu'un jour, il ne sera plus là pour l'aider et qu'il finira vraiment par avoir des ennuis. Pour l'instant, ils ne sont simplement pas au courant de ce qu'il se trame – quoique ce n'était peut être pas tout à fait vrai ça, mais tant que le travail est fait ça doit peu leur importer – mais un jour, tout finira par changer.

« Non merci, mais Eric … Il ne faut pas réagir comme ça, le travail doit être fait tu sais ? Si personne ne le fait, on ne s'en sortira pas et je ne peux pas m'occuper de celui de trois personnes différentes. Et puis après, tu comptes faire quoi quand je … quand je serais plus là pour t'aider ? Spears profitera de la moindre occasion pour te faire renvoyer et je ne veux pas savoir ce qui t'attendra après … Alors s'il te plaît fait un effort, pour moi … »

Oui il avait abordé le sujet qui fâche au final, mais si ça permettait à Eric de se reprendre un peu en main, alors ça ne posait pas de problème, n'est-ce pas ? Peut importe qu'Alan se sente soudainement seul et inutile. Oh non pardon, on avait besoin de lui pour remplir des dossiers, mais même ça il ne le faisait pas correctement puisqu'il conseillait au blond de faire ça lui-même. Génial. Magnifique. Il était complètement inutile, il était une nouvelle espèce de moustique, quelque chose de fragile, solitaire et qui était plus un poids qu'autre chose. Oui, Alan était une horrible bestiole, un insecte, une chose immonde, mais, heureusement pour tous, à durée de vie limité. Fantastique.

Alaln se releva, et malgré que son regard laisse apercevoir le mélange de peur, de solitude, de tristesse en son fort intérieur, il sourit, un sourire forcé et horrible pour celui qui le voit parce qu'il comprend bien que le brun ne va pas bien. Vraiment pas. Attrapant les couvertures qui le recouvrait, il les posa doucement sur le blond et se leva pour aller en chercher d'autres.

« Tout règle a ses exceptions et je ne veux pas me retrouver face au seul Eric Slingby malade. » Il marqua une pause et reprit. « Tu … Tu restes dormir ici alors ? »

Se retournant brusquement vers le blond, il se passa un main dans les cheveux, son regard vacillant entre une tâche noire sur un mur et le plis de la couverture.

« Enfin tu peux rester, si tu le veux, mais si tu as prévu d'aller voir quelqu'un d'autre tu peux y aller bien sûr. Je suis certain que Ronald voudra bien t'aider, vous allez souvent boire ensemble le soir non ? Il doit bien ça à son sempaï ! »

Un rire qui sonnait encore plus faux que la couleur de cheveux du plus vieux retentit. Il prit fin au moment où Alan attrapa la couverture et s'enroula à l'intérieur avant de retourner s'assoir sur le lieu, avec peut être un peu moins de proximité qu'auparavant. Alan était nerveux. Il avait peur d'avoir mit Eric de mauvaise humeur à cause des épines, mais il ne pouvait pas s'en empêcher. C'était vrai non ? Un jour il ne serait plus là pour lui. Et lorsqu'il pensait à cela, c'était toujours les mêmes questions qui revenaient. Comment réagira Eric ? Sera-t-il triste ? Il ne fallait pas ! Mais s'il se fichait bien du brun … Ce serait lui qui ne s'en remettrait pas. Mais il serait mort n'est-ce pas ? Et il n'y aurai rien après. Rien. Aucun moyen de revoir le blond. Vide, tout serait vide. Alan sourit.

« Décidément il faudrait que tu apprennes à faire attention à tes affaires, un jour tu finiras par perdre tes lunettes. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

❝ Invité ❞




Message Sujet: Re: Bcz Water is Evil. -Alan o/*- Mer 10 Oct 2012 - 21:47

Malgré mon inquiétude, j’essayai de ne rien laisser paraître. Essayait. Je ne savais absolument pas si ça se voyait ou non mais bon. A la limite je m’en fichais complètement. Alan était la seule personne qui pouvait –dans les deux sens- voir les émotions. Et certainement le seul à les comprendre. C’était le seul que je voulais à mes côtés tout simplement. Les autres, je m’en fichais tout à fait. Personne ne pouvait l’égaler, point final. Il s’était légèrement replié contre moi et je ne pû m’empêcher de passer distraitement une main dans ses cheveux. …C’était un geste normal envers un petit frère non ? Même si…D’accord, je le considérais comme nettement plus important qu’un petit frère. Le problème c’était que je ne savais pas vraiment comment je le considérais. De temps en temps, je me disais que c’était un ami mais…Mais j’avais l’impression que c’était plus que ça. Sans pour autant savoir dire exactement quoi. C’était même frustrant en fait de ne pas arriver à mettre de nom là-dessus. Mais soudainement, il se releva, me lançant un regard noir. Ou plutôt réprobateur.

Et voilààààà. J’aurais jamais dû dire ça à propos du travail, mais je n’allais pas non plus lui mentir. Le brun est le mieux placé pour savoir que jamais je ne faisais mes papiers. Je lâchai un soupir en l’écoutant. Et grimaçai quand il parla de…d’elles. Ou plutôt du fait qu’un jour, il ne serait plus là. Je tournai la tête vers le mur, l’air renfrogné. Je haïssais quand on abordait le sujet, je préférais comme si de rien n’était. Non pas par lâcheté. Mais à cause de mon niveau de douïté à dire les choses qui ne fallait pas. Il ne faudrait que quelques secondes avant que je ne lui dise sans même me rendre compte que je récoltais des âmes pures. Et c’était la dernière chose à dire pour le moment. Pourquoi prenait-il ce travail tant à cœur ? Je n’en avais absolument pas la moindre idée. Il y a des jours où j’aimerais bien le savoir en fait, parce que personnellement, ça me faisait nettement plus chier qu’autre chose. Maintenant ce n’est pas dit que ça l’amuse.

« Autant les âmes doivent être récoltées, autant j’vois pas en quoi ces papiers servent. Et j’te l’ai déjà dit, laisse tomber mes papiers ou je fermerai à clef mon bureau la prochaine fois. Ca empêcherait même peut-être l’autre là de m’en donner. D’toute façon, qu’il me renvoie si ça lui chante, à partir de ce moment-là, strictement plus rien ne me retiendra ici. »

Il se releva et je croisai résolument les bras, regardant toujours le mur. Je ne voulais même pas penser comment je finirais si le brun n’était plus là. C’était…C’était impossible, point final. Il allait vivre. Il…Il le devait. 457. 457, j’étais presque à la moitié. Bon, on était loin des 1000, mais ça avançait. Avançait trop lentement. Il venait de faire une sorte de malaise, je ne sais pas exactement dû à quoi mais il en avait fait un et…Et il était encore debout . …Et me mettait des couvertures dessus. Non mais j’y crois pas. C’était lui qui prenait soin de moi ? Alors qu’il était de plusieurs années mon cadet ? Et depuis quand est-ce qu’il faisait la maman poul…Ah bah depuis toujours en fait. Mais quand même, c’était lui qui venait de perdre l’équilibre hein, pas moi. Mais je pris les couvertures sans broncher.

« Eric Slingby, Malade ? T’aurais pas mangé un truc bizarre pour sortir une chose pareille ? »

Je remontai mes lunettes avant de passer une main dans mes cheveux, essayant une nouvelle fois de les remettre en place. Sans doute que c’était un peu raté. Un peu beaucoup, mais tant pis, à moins d’avoir un peigne à portée de main c’était foutu.

« Et bien…Si ça te dérange pas, j’préfère ici que dans le couloir. Le fauteuil ou par terre m’ira parfaitement bien. Mais franchement, si ça pose problème, j’irai autre part. »

Je remis légèrement la couverture, la mettant un peu plus sur moi en regardant le sol, me demandant bien où je pourrais aller si jamais il refusait. …Bah dans le couloir. Devant son appartement peut-être parce qu’au final j’aurai pas le courage d’aller jusque chez moi. Mais il me laissa le choix à vrai dire. Et le rire qu’il fit à la fin me fit tourner la tête vers lui. Il y avait un problème, mais lequel ? Mais il alla se rasseoir, chose que je préférais à vrai dire. Et je soupirai une nouvelle fois, mais plus doucement. On aurait dit qu’il n’aimait pas vraiment mes sorties le soir avec Ronald. A vrai dire…Je…J’essayais de réduire les soirées en compagnie du brun. Tout simplement parce que je ne voulais pas lui paraître trop encombrant. Après tout, même si moi j’aimais sa compagnie, ce n’était peut-être pas son cas.

« Hmph…Ronald doit pour le moment être en bonne compagnie et franchement. Je préfère dix fois plus être avec toi. »

Je me tournai vers lui, me forçant à sourire doucement, essayant de lui montrer que je ne râlais pas, bien que mon air ne devait pas sembler des plus sympathiques. Bon. Essayons de décontracter la situation. Penchant légèrement la tête, je le regardai quelques instants avant de mettre une main sur une de ses épaules, exerçant une légère pression pour qu’il se couche, en faisant de même, sauf que je me retrouvai à plat ventre sur le lit

« Et toi il faudrait que tu apprennes à te ménager quand il le faut…Alors maintenant soit tu daignes rester couché soit…Bah soit je reste comme ça et tant pis si tu comptais me dégager d’ici. »

Je relevai légèrement la tête, afin de le regarder. Non je ne savais pas lui en vouloir plus de deux minutes, c’était tout bonnement impossible. Comment est-ce que ça pourrait être possible ? Il suffisait de regarder son visage pour avoir envie de le prendre dans ses bras. …Sauf que c’était un homme. …Mais qu’importe au final ? Est-ce que ça changeait énormément de choses ? …D’un côté oui, de l’autre non. Nouveau soupir. Pourquoi je ne savais dont pas me décider là-dessus ? Je me mordis la lèvre un instant avant de me rapprocher de lui, fermant légèrement les yeux. Je me sentais mieux à côté de lui, c’était…comme plus rassurant. J’étais même bien, jusqu’à ce que mon ventre ne se manifeste grâcieusement. Je grognai légèrement, avant de décider de l’ignorer. Un jour il s’arrêtera bien. Il avait intérêt du moins, et que la prochaine fois, il gargouille à un autre moment aussi, ce serait pas plus mal.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

❝ Invité ❞




Message Sujet: Re: Bcz Water is Evil. -Alan o/*- Jeu 11 Oct 2012 - 9:27

Un jour Alan finirait par lui faire entendre raison. S’il n’y avait pas de papiers, on ne saurait pas si une âme a réellement été fauchée, ou si un Démon s’en est servie en guise de repas. Et comment pouvait-il penser qu’il laisserait tomber ? Eric pouvait être têtu, mais Alan aussi – voir plus – sur certains points. Il était hors de question qu’il laisse le blond à son sort. Le plus petit ne savait pas comment son ex-mentor avait fait pour tenir jusqu’à ce qu’il arrive, il y avait tellement à faire ... Un vrai gamin.

Alan se sentit pâlir subitement « Strictement plus rien ne me retiendra ici » avait-il dit. Plus rien. Et lui alors ? Il ne comptait pas, lui ? Il se fichait bien de lui au final ? Non. Non il devait dire cela en supposant qu’il … qu’il ne serait plus là. C’est tout. Il fallait que ce soit ce qu’il voulait dire, parce qu’Alan ne supporterait pas l’autre hypothèse, mais en réfléchissant il constata qu’il se faisait des frayeurs pour rien, Eric ne dirait jamais quelque chose comme ça. Ca allait. Tout était bon. Parfait.

Foutue fierté mal placé. C’pas parce que tu es grand beau et fort Erikou que tu ne peux pas tomber malade ok ? Alors prends ces couvertures et arrête de rechigner, sinon le p’tit Alanou va finir par se fâcher. Non mais c’est vrai quoi, il croyait convaincre qui en arrivant tremper, à moitié nu, en pleine nuit par une nuit qui n’est pas des plus chaudes en criant « Tout baigne ! » sans aucun mauvais jeux de mots … Certainement pas Alan en tout cas. Alors qu’il prenne juste ces couvertures sans rien dire. Non mais oh.

Le petit brun était quand même impressionnant parce qu’il pouvait passer d’un sentiment à un autre en moins d’une demi seconde – nouveau record ! -. Pour l’instant, c’était la culpabilité, parce qu’il avait du faire croire à Eric qu’il ne voulait pas qu’il reste, alors que c’était tout le contraire, il n’attendait que ça ! Juste .. Il ne voulait pas paraître trop exigeant, trop égoïste. Il secoua vivement la tête de droite à gauche pour lui faire comprendre que ce n’était pas ça et se rapprocha de lui, voulant s’expliquer.

« Non non ! » fit-il rapidement, « Ce n’est pas ce que je voulais dire, je pensais juste que … que tu ne voulais peut être pas rester ici … Hum. Tu peux dormir ici si tu veux a… a-avec … avec m-moi. »

Lorsqu’il se rassit, emmitouflé dans ses couvertures, Eric prit la parole et sa phrase rendit Alan plus heureux que n’importe quel Shinigami, quel humain ou quoi que ce soit. « Dix fois plus ». Il aimait être avec lui, il n’était pas là par défaut, mais parce qu’il le voulait, parce qu’il aimait être avec Alan. Il baissa la tête et répondit d’une tout petite voix. Il se demandait même si le blond pouvait l’entendre.

« Moi … Moi aussi. C’est avec t-toi que je préfère être.”

Le brun se sentit allongé de force et il voulu protester, les sourcils froncés mais ne put ouvrir la bouche qu’on le réprimandait déjà. Se ménager ? Il ne pouvait pas, il avait du travail. Oh chantage en vu : Si Eric faisait son travail, il pourrait se ménager. Mais il n’oserait jamais le dire. Quoique … Enfin pour le moment ce n’était pas exactement à ça qu’il pensait, parce qu’Eric était couché à côté de lui, eux deux sur le même lit. C’était … extrêmement gênant. Et plaisant en même temps. Oh comment pourrait-il dormir en étant si proche d’Eric ? Ce n’était pas possible !

Heureusement – ou malheureusement selon les points de vue, parce que malgré tout, Alan aurait bien aimé que ce moment se prolonge encore une ou deux éternités – le ventre d’Eric gargouilla, provocant un gloussement de la part d’Alan. Et voilà, qu’est-ce qu’il disait, le blond ne savait pas s’occuper de lui-même – dixit la personne qui n’avait rien mangé de la journée.

« Je me ménage ! Je … Je voulais juste finir les dossiers, come ça j’aurai pu venir te voir demain pour te les donner … Et puis je suis sûr que ton ventre n’est pas d’accord avec toi, lui préfère que je me lève pour aller chercher de quoi le contenter, n’est-ce pas ? »

Sans attendre de réponse, il sauta sur ses pieds, offrit un grand sourire au blond et alla chercher de quoi grignoter, il avait toujours quelques biscuits. Bon ça n’allait peut être pas contenter l’autre Shinigami, mais ce serait déjà ça. Alan lui tendit le paquet alors que lui-même prenait un biscuit qu’il grignota légèrement, en commençant par les bords. Il commençait toujours par les bords.

« Et puis j’ai plus l’impression que c’est toi qui ne fait pas attention. Tu as eu le temps de manger au moins ? Tu travailles trop pour ce que tu avales … Ah je sais, je pourrais te donner quelque chose à manger pour compléter non ? »

Maman poule Alan est de nouveau de sortie … Pauvre Eric. Et puis il donnait des conseils sans les appliquer. Son biscuit finit rapidement en une quantité incroyable de miettes, mais rien dans l’estomac du brun. Oui il avait un peu faim, mais manger juste après s’être réveillé … Très peu pour lui.

« Ou bien tu as moins sur le terrain, et tu verras que ça fatigue moins. Je te laisse le choix, où on va sur le terrain ensemble la prochaine, ou alors tu m’aides avec les dossiers, tu verras je t’apprendrais, c’est pas si compliqué ça. »

Un grand sourire étira à nouveau ses lèvres. Oui bon il se moquait légèrement d’Eric mais bon il avait bien le droit de profiter un peu non ? Et puis ce n’était pas méchant et pourrait presque paraître réellement. Le blond devrait rapidement apprendre à remplir ses dossiers au lieu de marquer des commentaires étranges et des histoires de concombre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

❝ Invité ❞




Message Sujet: Re: Bcz Water is Evil. -Alan o/*- Jeu 11 Oct 2012 - 17:26

Son geste vif de la tête suffit à illuminer ma soirée – A moins que ce ne soit déjà le lendemain ?. Comme quoi il fallait pas grand-chose. Et comme quoi j’ai vachement l’impression d’être un vieux gâteux pour le moment. Non mais oh, il est où l’ours mal léché qui grogne et passe son temps à faire chier le plus de monde possible ? …Il reviendra sûrement dès que quelqu’un d’autre pointera le bout de son nez. Et qu’Alan sera assez loin. Même si je suis certain qu’il a déjà eu des échos de mon « merveilleux » caractère, j’essaye de ne pas trop lui montrer ce côté. Parce que franchement, il aurait de quoi avoir peur je pense, et c’est bien la dernière chose que j’aimerais faire. Non il ne m’est jamais venu à l’idée de le remballer d’une quelconque manière. Après tout, il passait avant tout, même si…Même si je ne le montrais pas correctement. En même temps, ce n’était pas comme si j’étais la personne la plus douée de la planète pour ce genre de choses hein. Et qu’il fallait absolument que je me retienne de le prendre pour une peluche en le serrant dans mes bras tout en lui ébouriffant les cheveux. Parce que de un ça lui ferait peur, de deux c’est un homme et non une poupée quelconque à coiffer, et de trois c’est mon meilleur ami et pas une blondasse du secrétariat. …Même si je n’ai jamais fait ce genre de choses à l’une d’elle, loin de moi cette idée. Non mais, comparée à Alan, aucune ne l’égale au niveau mignonitude. Il n’y a que lui qui puisse me donner envie de le prendre dans ses bras.

…Et moi, ne pas vouloir être chez lui ? Est-ce que j’avais dit ne serait-ce qu’une fois quelque chose qui pouvait lui faire croire que c’était le cas ? Si j’avais le choix, je viendrais dormir tous les soirs ici moi, c’est nettement plus rangé que chez moi ! …Et puis bien sûr parce qu’il y a Alan aussi, si le brun était absent, là j’aurais sans doute choisis de rester dans ma tanière que je devrais rendre un peu plus présentable un jour. …Peut-être. J’ai tout le temps devant moi alors bon, pourquoi se presser ? Ca fait à peine trois siècles que je me le dis, ça peut en attendre encore une bonne dizaine, voir plus. Et dormir avec lui ? Il voulait dire dans le même lit ? En soi, ça ne me dérangeait pas, ce serait nettement plus confortable que par terre ou quoique ce soit d’autre, mais vu son balbutiement soudain, il n’était pas très à l’aise. Pourquoi ? Je n’en avais pas la moindre idée. En même temps, ça pouvait porter à confusion. …Et me connaissant, je serais encore capable demain matin en étant à moitié réveillé de le prendre pour on-ne-sait-qui et faire je-ne-sais-quoi avec lui. …Le pauvre. Si au moment crucial il ne me mets pas une baffe, il risque d’être martyrisé à jamais.

« Y a pas mieux qu’ici ! Mais j’vais pas non plus m’imposer hein, si ça te dérange, je te l’ai dit par terre me va très bien ! »

Parce que faut pas non plus qu’il se force à essayer d’être plus gentil qu’il ne l’est par peur de m’avoir vexé auparavant. Après tout, c’était de ma faute si on avait abordé le sujet, sans moi il serait tranquillement en train de dormir dans son lit. Et il ne serait pas là, assis au bord du dit lit emmitouflé dans des couvertures à…A dire qu’il préférait lui aussi être avec moi. …Sérieusement ? En tout cas, c’était ce que j’avais entendu. Maintenant vu qu’il n’avait pas non plus parlé très audiblement ,c’était peut-être pas ça. …Qu’est-ce que ça pouvait être d’autre franchement ? Mais le temps que je me fasse cette réflexion, je l’avais déjà forcé à se coucher, en faisant de même, réfléchissant. Ou plutôt essayant de réfléchir. Je le lui dit où je lui dit pas ? …Bah de toute façon au point où on en est.

« J’me suis toujours dit qu’ça t’ferais chier de passer les soirées avec moi… »

En même temps, on ne pouvait pas dire que ça volait haut. Au fond, même si j’essayais d’attirer plus qu’autre chose l’attention des autres sur moi, je n’étais qu’une grosse éponge feignasse qui flirte tout ce qui bouge et plus quand la chose a des formes. …Un pauv’ type quoi pour résumer. Et je voyais très mal Alan en faire de même. Okay je pourrais faire des efforts si jamais il daigne venir à une soirée avec moi. Niveau boisson, je ne promets rien – mais c’était pas non plus comme si je devenais rapidement saoul- mais il était certain que si il avait prévu de passer la soirée avec moi, je n’allais pas aller causer aux pouffiasses, et les remballerais si elles venaient d’elle-même. J’ai dit que Alan passait avant tout non mais oh. Quoique je fasse avec qui que ce soit, si jamais il se pointai l’air mal en point, l’autre passait au second pla…Non il peut même se barrer, j’en aurais strictement rien à foutre. Soit, le brun sembla trouver assez marrant que mon ventre se manifeste à ce moment-là. Pfu, il aurait fait comme si de rien n’était que ça aurait été mieux au final. Mais tant pis, j’ai passé tellement de temps à le charrier qu’il peut très bien en faire de même quand il en a l’occasion.

« Heeey ! On s’en fiche de mes dossiers, autant de ce que peut dire mon ventre, il s’ra jamais content toute façon ! »

Mais trop tard, il s’était déjà levé et était allé à la cuisine. Pour faire quoi ? Sans doute aller chercher à manger. Chose qui ne me déplaisait pas dans un sens. Après tout, j’avais quasiment toujours faim. Il revint avec un paquet de biscuit, me le tendant et j’en profitai pour me servir, l’enfournant automatiquement dans ma bouche, mâchant tout en l’écoutant, et ne l’interrompant pas même si l’envie m’en prenait. Non mais j’allais pas lui recracher la moitié dessus non plus hein. Mais il était encore en train de réagir comme une mère le ferait, allant même jusqu’à me proposer de me faire à manger. Non mais même si je ne suis pas un as en cuisine, j’ai quand même quelque bases, et je ne vais pas aller lui squatter son frigo en plus.

« Meuh non. J’ai mangé avant d’aller sur le terrain, t’inquiètes pas c’juste lui qu’est une grosse bouffie, et il va apprendre à ingérer autant de choses qu’une personne normale. Et…tu manges ton biscuit où tu l’émiette en fait ? »

Non mais en voyant tout ce qu’il avait laissé, c’était à se demander s’il avait mis quoique ce soit dans sa bouche. Et nan moi je rentre pas dans la catégorie papa poule. …Juste un peu avec le brun. Un tout petit peu et très rarement. Extrêmement rarement. …Mais, mais c’est qu’il me faisait du chantage là ! …Mrf. Pas bien. Pas bien du tout ! En plus il voulait que je remplisse mes papiers. Bon, autant utiliser la manière forte hein. Etant toujours couché sur le lit, avec la grâce d’un cachalot échoué sur la plage –Bah oui après avoir fini le biscuit, y avait pas de raison pour que je reste assis-, je tendis un bras, attrapant un coussin à ma portée. Qui fit son baptême de l’air en allant droit sur le brun.

« Hey on fait pas de chantage à ses aînés ! »

Et avec un peu de volonté, je me mis debout et allai ramasser le coussin, le relançant sur le lit, un peu n’importe comment je l’admets, avant de me rapprocher de mon ancien élève, un sourire –plus que débile sans doute- accroché sur les lèvres. Les mains dans les poches, je les sorti au dernier moment, commençant à chatouiller mon cadet. Oui très lâche et immature, rien à battre, y a de toute façon personne pour me faire de reproches hein à part lui.

« Et puis je fais preuves d’imagination ! On peut très bien mourir en se coupant avec une guirlande ! Et il est hors de question que je marche dans ton chantage tant que tu ne t’es pas recouché ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

❝ Invité ❞




Message Sujet: Re: Bcz Water is Evil. -Alan o/*- Jeu 11 Oct 2012 - 22:34

Eric pouvait-il réellement penser qu'Alan le laisserait dormir par terre ? Hum, mettons cela sur la compte de la fatigue. Évidemment qu'ils allaient dormir ensemble, dans le même lit, n'est-ce pas p'tit brun ? Allez, dis le lui, dis lui que tu meurs d'envie de te blottir dans ses bras, te serrer contre son torse tout ce qu'il y a de plus parfait, sentir son souffle sur ton visage et tant d'autres choses si dégoulinantes qu'elles te font rougir rien que d'y pensant.

« N-non, tu … je vais pas te faire dormir par terre, et puis ça … ça ne me dérange pas. »

Alan lui fit un petit sourire pour lui prouver qu'il ne disait pas cela parce qu'il s'y sentait obligé, mais bien parce qu'il le pensait. Néanmoins il fut révolté lorsqu'Eric dit qu'il pensait que rester avec lui l'énerverait. Qwaah ? Mais il se trompait sur toute la ligne, c'était lui qui devait penser ça, parce que lui pouvait réellement être un poids, incapable d'adresser la parole à qui que ce soit d'autre que le blond, et s'il le faisait ce n'était généralement pas long, ou alors ils se contentait de sourire d'un air idiot et de partir, tout en hochant la tête lorsqu'on lui demandait son avis. Lui était comme ça, lui avait besoin d'Eric parce qu'il ne pouvait faire autrement. Mais Eric, lui, pouvait facilement parler aux autres, les filles s'intéressaient à lui, il avait des compagnons de beuverie – Alan ne buvait que rarement, notamment parce qu'il ne tenait pas du tout l'alcool – et pouvait facilement discuter avec des personnes inconnues. Il suscitait l'admiration, il était charismatique, il était tout le contraire d'Alan.

« Bien sûr que non ! Ca ne m'ennuie pas d'être avec toi … Au contraire en fait. Mais je … Je ne veux pas te forcer à rester ici alors que tu peux aller t'amuser. »

Encore une fois, il semblait que le sol était bien plus intéressant qu'Eric – ah ah pauvre Eric, s'il savait, il pourrait en être vexé – et Alan ne regardait que lui. Après être allé cherché la boîte de biscuits, il continua à jouer avec le petit gâteau et avec ses miettes, il fit plusieurs petits tas équitables , puis aplatit les petits tas en leur milieu pour faire comme un cratère. Yeaaah ! Un volcan ! Hum. Apparemment Eric ne partageait pas sa passion pour l'art parce qu'il lui demanda ce qu'il faisait avec. Enfin ce fut plus ou moins cette question. Indigné, il leva le nez – un merveilleux air snobe qui lui allait aussi bien qu'un tutu rose à Eric – remonta ses lunettes et, pointant le doigt ers le ciel, il prit soin d'expliquer comme le ferait un maître d'école.

« Je ne l'émiette pas, je m'en sers comme objet d'étude afin d'étudier le mouvement des plaques tectoni- »

Mais il ne put finir sa phrase qu'il se prit un coussin dans la figure. A que gnéh ? Qu'est-ce qu'il se passe ? Un tremblement de terre ? Une attaque de Démon en fureur ? Des Sarngoules qui en veulent à ses biscuits ? Ah bah nan, juste un Eric qui n'aime pas qu'on le charrie un peu. Maaais c'est injuste ! Il n'aurait même pas le droit de se défendre contre son Sempaï ? Niet. Je refuse.

« Ce n'est pas du chantage, je cherche juste à te faire entendre raiso- … » Hey qu'est-ce qu'il veut ? Pourquoi il se rapproche là ? Non non, a pas confiance du tout. Recuuule vile personnage ! … HEY ! Naaaan pas des chatouilles pitié tout mais pas ça, l'est trop chatouilleux … il va mourir asphyxié ! « Nooon ! Eriiiic ahahaha arrêteuuuuh ! AH AH AH AH AH ! »

En plus l'autre est très fier de ses modifications de dossier … N'importe quoi. Et puis lâche donc Alan, méchaaant ! Le petit brun se tortilla dans tous les sens afin d'essayer d'échapper au blond et ce ne fut que lorsqu'il put à son tours lui jeter un coussin dessus qu'il trouva la mili-seconde nécessaire à ce qu'il parte et se roule en boule dans la couverture, aucun de ses membres ne dépassant de sa carapace de fortune.

« Voilà ! » parvînt une voix étouffée de sous la carapace. « Je suis recouché. Ca veut dire que tu viendras remplir les dossiers avec moi n'est-ce pas ? »

Mouais, recouché entre guillemets mais bon, il était vraiment couché, roulé en boule, donc il ne mentait pas. Mwahahah ! Hum. Lentement, il souleva un pan de la couverture afin de vérifier qu'il n'y avait aucune agression extérieur imminente, et après s'être rassuré, enleva complètement la couverture pour sourire à Eric. Un petit sourire tout innocent destiné à le faire capituler face à ses exigences. Mais le petit brun remarqua à ce moment là un détail pas tout à fait innocent.

« E-Eric ? Tu comptes dormir comment ? Je veux dire … je n'ai rien qui soit à ta taille et … tu ne peux pas dormir mouillé. »

Véritable problème que voilà, parce qu'Alan ne pouvait pas non plus avouer que dormir à côté d'un Eric en sous-vêtement le gênerait énormément, vraiment. Parce que … Parce que voilà. Pourquoi est-ce que vous souhaitez tant avoir des explications ? Allez plutôt voir Sutcliff si c'est ce que vous voulez ! Voilà qu'Alan pensait à ce genre de choses maintenant … Il rougit brusquement et monta la couverture à son visage pour s'en cacher, bien que son geste ne soit absolument pas discret. Il en profita d'ailleurs pour remarquer que lui même était débraillé suite à leur petit jeu de tout à l'heure et, aussi discrètement que possible, il remit son haut correctement. Oh non … imaginez que quelqu'un entre à ce moment, qu'est-ce qu'ils croiraient ? Un tas de rumeur verraient le jour et Eric aurait des problèmes par sa faute, parce que s'il est impressionnant, les rumeurs ne s'arrêtent pas juste parce qu'on lance un regard noir. Oh non, il allait lui causer des problèmes.

« Désolé ! » Il marqua une pause envoyant qu'il avait presque crié cette phrase et déglutit. « Je veux dire, je ne peux même pas t'aider et … » Devait-il, oui ou non, dire ce qu'il avait pensé ? Oui, il valait mieux, Eric le connaissait et saurait si quelque chose d'autre le gênait. Alan n'est pas un bon menteur de base, alors si en plus c'est au blond qu'il doit cacher quelque chose … C'est peine perdue. « et si jamais on nous voyait les gens pourraient penser certaines choses … Je … Je ne veux pas te causer plus d'ennuis … Si tu veux ou que ça te gêne, j'irais dormir dans un siège, comme je suis peti- … Enfin pas très grand, je pourrais y dormir facilement. Et puis comme tu viens toujours me voir à l'infirmerie, je te dois bien ça n'est-ce pas ? »

Il arrêta de se cacher derrière la couette et sourit timidement … avant de rougir à nouveau comme une adolescente devant le plus beau garçon de l'école. Génial, Alan se ridiculisait devant Eric maintenant. C'était tout simplement parfait. Merci bien. Cache toi à nouveau derrière ta couverture tiens, ça vaut mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

❝ Invité ❞




Message Sujet: Re: Bcz Water is Evil. -Alan o/*- Sam 13 Oct 2012 - 14:09

Ca ne le dérangeait pas ? Merveilleuuuux ! …Maintenant faudra juste veiller à pas faire n’importe quoi, j’dis ça, j’dis rien. Non mais j’imagine qu’il apprécierait pas vraiment qu’au réveil je l’appelle par je-ne-sais-quel prénom de je-ne-sais-quelle fille du secrétariat. …Bah ça risque pas vraiment maintenant, quand je retiens leur prénom, je l’oublie dans les deux minutes qui suivent. C’pas non plus comme si c’était trèèèès important. …Par contre…J’ai bien dû appeler quelques fois des filles Alan, je l’admets. En même temps, je passe nettement plus de temps avec lui qu’avec elles, et elle, j’en change aussi souvent que de chemises alors bon, c’est excusé on va dire. …Mais imaginons que même si je l’appelle Alan et que, à moitié endormie je fais je ne sais pas quoi de douteux, c’est encore pire non… ? Booon, tout se passera bien, tu peux le faire. C’est mieux de dormir dans un lit avec lui que dans le fauteuil.

…Il venait de dire que ça le dérangerait pas de passer ses soirées avec moi ? …J’ai bien entendu ? …Et moi m’amuser là-bas ? Aha. Très drôle. Il devrait penser à être comédien, il aurait du succès. Non mais c’est pas comme si je ‘m’amusais’ moi là-bas. A moins que boire, gueuler, se faire remarquer, faire n’importe quoi, était amusant. Okay, je l’admets ça peut l’être dès qu’on a dépassé le stade des dix bières. Et encore. Après faut se remettre de la gueule de bois, génial. Bon, autant lui répondre au lieu de rester à moitié sur le cul devant cette révélation ce serait un peu plus sympathique pour lui.

« Le jour où tu m’accompagnera là-bas, je m’amuserai. »

..Qu’est-ce qu’on pouvait être con franchement. Surtout moi en fait, j’aurais bien dû remarquer que ma présence ne le dérangeait pas plus que ça. Mais en même temps, il n’allait pas non plus le dire ou l’afficher si c’était le cas hein. Donc non, ‘faut pas me blâmer. Et j’admets aussi que ces soirées c’est plutôt pratique pour boire autant que j’veux sans pour autant qu’il le sache. …Okay, il sait que j’ai tendance à boire de trop sans doute, mais vaut mieux qu’il ne voie pas combien de litre je suis capable d’ingurgiter. Ce serait mieux pour tout le monde. Bon, il est temps de casser cette ambiance trop sérieuse, et il commence à sortir des machins scientifiques dont j’en ai strictement rien à faire, mais heureusement le gentil coussin il était de mon avis pour le faire changer de sujet.

Et l’attaque que je lui servis juste après réussi même à le faire taire sur les rapports ! Non mais il sont parfaits les seuls que je daigne remplir ! …Le pauvre quand même. Mais j’m’en fous, il m’échappera pas ! Han c’est trop drôle de le voir essayer de partir sans y arriver et de….Hey mais il vient d’où ce connard de coussin ? Et…Et il était passé où Alan ? Sous la couverture ? En même temps je vois pas ce qui s’y trouverait d’autre, ça m’étonnerait qu’il garde une bête douteuse chez lui et qu’il s’amuse à la mettre dans ses couvertures. Mais alors…Ca veut dire que c’est lui qui m’a lancé le coussin ? Tss. Piqueur de technique va. …Et le pire c’est qu’il va réussir son chantage à la fin. A retenir : ne plus jamais essayer de lui tenir tête, il a été prouvé maintes fois qu’il était nettement plus intelligent que moi.

« Roh c’est bon, je veux bien faire un effort et en faire trois graaaand maximum. Mais que si t’es à côté ! »

Parce que tout seul, on peut toujours se mettre le doigt dans l’œil pour que j’en fasse un. …Je ne sais même pas si on arrive encore à accéder à mon bureau en plus. Je ferais bien de vérifier un de ses jours. Par la fenêtre tiens. Mais ouais c’est çaaa. J’suis au quatrième étage et je vais certainement bien voir ce qu’il y a dans la pièce. Soit, il ressorti de sa couverture et…Et fit un sourire plus que mignon qui te donne envie de te jeter sur lui en faisant « CUUUUUUUUUUUUTE !» Non mais je suis censé faire quoi moi pour essayer de rester là sans rien faire hein ? Tch, je suis sûr en plus qu’il le fait exprès. Soit, il finit par me demander comment j’allais dormir. …C’est vrai que bon, dormir avec un pantalon trempé c’est ni agréable pour moi, ni pour le lit. Bwa, c’était absolument pas un problème de l’enlever, c’est pas comme si j’étais en kilt non plus. Sans pour autant répondre, je me rapprochai du lit, reprenant la serviette qui y était toujours déposée – ce serait plus pratique de s’essuyer les jambes aussi- et commençai à enlever ma ceinture – Ouais celle avec plein de pailleeeeeeettes !- mais m’arrêtai cependant en entendant le brun s’exclamer. Mh ? ce n’était pas vraiment ses paroles qui m’avait interpellé, mais le ton qu’il avait pris. Attends…Il venait de dire que les gens pourraient s’imaginer des choses ? Et franchement, qui nous verrait ? Et pis, c’tait pas comme si ce n’était pas déjà le cas. Il…n’avait pas remarqué ? Dans un sens, heureusement parce que le premier qui aurait été le faire chier avec ça, je ne me serais pas privé pour aller lui dire deux mots pas très poliment. Mais il faudrait quand même le mettre au courant je pense. Autant que ce soit de moi que d’une autre personne. …Mais d’abord, finir d’enlever cette ceinture et le pantalon par la même occasion.

« Hey, t’as pas à t’excuser, c’moi qui arrive comme un gros bourrin en plein milieu de la nuit et trempé, et qui vient se taper l’incruste ! »

Bon maintenant que c’est fait, j’vais pas le laisser traîner par terre non plus, même si c’est c’que j’aurais fait chez moi. Mais priorité n°1 : se sécher. Parce que ça fait un peu trois heures que je suis resté comme ça, et maintenant qu’il a lui-même abordé le sujet du ‘ Si tu restes comme ça ça va pas être agréable’ et bien j’ai enfin pu enlever ce pantalon sans passer pour…Pour je sais pas quoi. Opération séchage de jambe maintenant. Chose nettement plus facile en boxer qu’en pantalon. Pantalon qui ne tarda pas à se retrouver sur le dos d’une chaise. Là c’est le meilleur endroit non ? Après ça, je me retournai une nouvelle fois vers le brun, penchant légèrement la tête.

« Qui veux tu qu’on croise ici ? T’as beaucoup de gens qui se ramène à cette heure-ci chez toi ? »

Soit, j’allai m’asseoir sur le bord du lit, le regardant alors qu’un peu auparavant, quand il avait abordé le sujet du ‘tu ne vas pas dormir mouillé quand même’, il avait remonté sa couverture, comme pour cacher quelque chose. Bah, il fait c’qu’il veut après tout, même si j’aimerais bien savoir ce qu’il fiche. Tant pis, je ne le saurai peut-être jamais, autant lui répondre complètement maintenant, et lui dire une bonne fois pour toute que non, il ne me cause aucun ennuis.

« Toi ? Me causer des ennuis ? Où est-ce que tu vas chercher des idioties pareilles ? En plus…Y a pas mal de gens dans la Dispatch qui…se font des idées sur nous. Et tu m’dois rien du tout, c’normal, puis ça me dérange absolument pas de dormir avec toi ! »

Après tout, le contraire serait nettement plus logique et je le comprendrais parfaitement s’il changeait d’avis. Il m’avait certainement déjà vu avec d’autres filles et…Tiens à ce propos, il fallait que je lui demande quelque chose. Parce que la dernière fois, lorsque j’étais en train de parler à Mary –A moins que ce soit Brandy, ou encore Sh…Okay quelqu’un.- il avait pas l’air en sperforme. Mais le temps que l’autre me lâche –Et qu’elle me foute une baffe au passage, faut croire qu’elle ait pas apprécié que je dise que je me préoccupais plus du brun que de son vernis- et bien ledit brun avait été introuvable.

« Alan ? …Tout à l’heure, quand je parlais à Na…la blonde là, t’avais pas l’air spécialement bien, ça va ? J’ai voulu te retrouver mais…j’ai eu un peu de mal à me débarasser d’elle, désolé… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

❝ Invité ❞




Message Sujet: Re: Bcz Water is Evil. -Alan o/*- Jeu 18 Oct 2012 - 9:42

Mais pourquoi est-ce qu’il y allait alors, si ça ne lui plaisait pas ? Alan était perdu. Complètement perdu. Mais il ne put y réfléchir plus longtemps à cause de l’attaque – très vile – d’Eric. Mais finalement il avait gagné ! Eric allait bien l’aider à faire des dossiers ! Bon d’accord il n’avait donné son accord que pour trois d’entre eux, mais c’était déjà ça, et puis ils n’avaient qu’à faire les trois plus longs – bah ouais, le blond n’avait jamais dit qu’il choisirait lui-même la paperasse à faire -. Alan est diaboliiique ! Hum.

… Uh ? Alan retraça le chemin d’Eric dans sa tête. Il s’approche, attrape la serviette, s’éloigne et commence à enlever sa ceinture. Hum, bien. Il enlève sa ceinture donc. Le brun déglutit et resta partagé entre l’irrésistible envie de le fixer des heures durant et le sentiment de gêne qui voulait lui faire détourner la tête. Les yeux verts et jaunes suivirent le moindre mouvement de ces mains jusqu’à ce que ce soit au tour du pantalon de glisser par terre. Alan se détourna rapidement lui tourna le dos et feignit de remettre la couverture en place. Quelle merveilleuse technique de merde, surtout qu’elle ne put durer que quelques secondes, ce n’était pas comme si faire un lit était extrêmement compliqué. Et en plus le blond vînt s’asseoir sur le lit. GNIAH ! Que faire ? Oh Sutcliff, pour une fois qu’Alan réclamait ta présence pour quelques conseils avisés, pourquoi n’étais-tu pas là ? Quoique non, lui demander des conseils ne serait pas la meilleure chose à faire quand on sait de quelle manière le roux agit.

Attends … On parle d’eux dans leur dos ? Mais Alan ne savait pas ! En fait, il causait déjà des ennuis à Eric, ceci il en était sûr malgré ce qu’il venait de lui dire, et s’il ne l’accusait pas c’était seulement pour ne pas le blesser. Après tout il était improbable de penser que le blond n’était pas énervé lorsqu’on colportait sur son dos. Oh non … Qu’est-ce qu’il devait faire pour ça ? Il devait trouver une solution pour tout arranger, mais ce n’était pas comme si l’on avait pour habitude d’écouter le brun, alors aller voir les pintades du secrétariat ne l’aiderait en rien. Oh non c’était vraiment mauvais ! Il ne pouvait rien faire pour arranger ça ... Et c’était de sa faute, il en était sûr. S’il ne voulait pas sans cesse rester avec Eric, on ne dirait rien sur eux. Oh non, c’était entièrement sa faute …

« D-Désolé ... Je … Je ne savais pas qu’ils se faisaient des id- »

Il se coupa dans sa phrase en réalisant les paroles d’Eric, et même le fait qu’ils dorment ensemble ne le dérangeait pas ne parvînt pas à lui remonter le moral. Parce que si ça ne le gênait pas, c’est parce qu’il le voyait simplement comme un ami. Il en était sûr, Eric l’avait dit lui-même « se font des idées sur nous » qu’il avait dit. Des idées. Juste des idées. Malgré qu’Alan ne le veuille pas, il sentit les larmes lui monter aux yeux. Et la phrase suivant d’Eric n’arrangea en rien les choses. Oui, il était vraiment heureux qu’Eric se soucie de lui, mais il n’aimait pas pour autant se remémorer toutes ces fois où il a vu Eric en compagnie de femmes, toujours différentes, toujours plus pulpeuses, toujours plus féminines.

Alan secoua la tête pour lui dire qu’il n’y avait rien de grave. Il ne faisait pas vraiment confiance à sa voix pour le moment. Pourtant il devait bien lui répondre, car jamais le blond ne se contenterait de cela.

« Je sais bien que tu … Que tu aimes bien aller voir des filles, mais ... Je n’aime pas … je n’aime pas te voir avec. »

Il avait réussi à le dire ! Mais jamais il n’arriverait à expliquer pourquoi il n’aimait pas ça.

« Mais fais comme tu veux. » Reprit-il rapidement. « Ce n’est pas comme si j‘avais le droit de décider pour toi. »

Il se tourna finalement vers le blond et sentit une larme couler malgré lui. Il craquait juste face à ce surplus de sentiments qui déferlaient en lui. Tous ce qu’il aurait voulu, c’est qu’Eric le prenne dans les bras et lui murmure des choses à l’oreille. Peu importe la tenue dans laquelle il était, il s’en fichait bien à présent. Alors, timidement, courageusement, Alan se rapprocha de lui et posa sa main sur celle du blond. Allez, s’il vous plaît, juste une fois, une unique fois, pas longtemps, juste une courte étreinte, mais une étreinte malgré tout.

« Mais … je … je n’aime vraiment pas ça, que tu les vois, ce que tu fais avec elles. »

[HRPG : Désolée, c'est plus court que d'habitude et j'ai pas eu le temps de me relire u.u J'espère que t'auras matière à Rp, au pire tu me dis et j'édite pour rajouter des choses parce qu'Alan il fait pas grand chose là xD]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

❝ Invité ❞




Message Sujet: Re: Bcz Water is Evil. -Alan o/*- Jeu 18 Oct 2012 - 21:03

Bon au moins maintenant, il était au courant que dans la Dispatch, tout le monde ne nous considéraient pas forcément comme des « amis ». Mais je continue de dire qu’il vaut qu’il l’apprenne de ma personne que de je-ne-sais-pas-qui qui s’amusera certainement à en rajouter plus d’une couche, parce que bien évidement leur but premier est certainement de s’en prendre au brun, ou à moi, d’une manière plus ou moins subtile, complètement lâche et gamine. Et strictement personne ne peut s’amuser d’Alan, aucune exception n’est acceptée. On lui fout la paix, point final. Ils n’ont cas aller trouver quelqu’un d’autre comme souffre-douleur. Certains l’ont bien compris, du moins j’espère sinon ils devront une nouvelle fois avoir affaire à moi. Mais le pire dans tout ça, c’était que le brun s’excusait. De quoi ? Je n’en avais pas la moindre idée, mais en tout cas, il n’y avait pas de raisons pour qu’il le fasse. Qu’est-ce qu’il y pouvait ? A ce que je sache, ce n’était certainement pas lui qui avait été mettre cette idée dans la tête des gens. Et il ne leur disait pas non plus de s’amuser à le dire à leurs collègues.

« Hey, calme-toi, t’y es strictement pour rien ! »

Non mais parce que s’il commençait en plus à s’en vouloir, il était sûr et certain maintenant que le premier qui osait nous regarder d’une certaine manière ou dirait quoique ce soit, il finirait sa formidable journée à l’infirmerie. …Et moi je la finirais à la porte très certainement, mais bon c’pas comme si ça me dérangeait plus que ça. Sauf que si, de cette manière je ne pourrais pas voir Alan. Et c’est quand même vachement problématique. Mais je ne peux pas non plus laisser les gens lui faire du mal d’une quelconque manière. …Bon au pire on peut essayer de faire peur aux gens sans pour autant les frapper, de cette manière on ne peut rien me reprocher, n’est-ce pas ?

Bon de toute façon, maintenant le plus important était de savoir si oui ou non il allait bien. Si seulement l’autre débile avait pu me lâcher dès la seconde où je l’avais remarqué. Mais non, il avait fallu qu’elle en fasse tout un fromage. Et qu’elle me mette sa main dans la figure aussi, chose dont je me serais bien passé à vrai dire. …La prochaine fois je la plante sans la prévenir, ou en prétextant aller aux toilettes. Et avec mon bol habituel, la direction où ira Alan serait la parfaite opposée de celle desdites toilettes. Soit. Le brun secoua légèrement la tête, comme pour dire que tout allait bien. …Sauf qu’il arrêtait pas de balbutier depuis tout à l’heure donc, il en faudrait un peu plus pour me convaincre.

Soit, il finit par prendre la parole, s’expliquant. …La raison pour laquelle il ne se sentait pas bien c’était parce que…Parce que j’étais avec l’autre blonde ? Il avait peut-être quelque chose contre elle ? Non, pas forcément, il avait dit, les filles, pas une en particulier. Mais…Pourquoi ? En soi, je ne faisais rien de mal je pense. Non, franchement je ne voyais pas pourquoi il n’aimait pas, pourtant il devait bien y avoir une raison. Mais alors que j’allais lui demander d’être plus précis, il reprit une nouvelle fois la parole se tournant vers moi et…pleurant ? …Attendez, qu’est-ce que j’avais encore raté moi ? J’avais fait quelque chose de travers peut-être ? …Aucune idée, mais là le principal était de le faire arrêter de pleurer, même si il n’était pas vraiment en train de le faire, il en crevait d’envie. Ou presque.

J’ouvris la bouche quelques instants pour…La refermer deux secondes plus tard, le brun venant de poser sa main sur la mienne, contact qui n’était absolument pas désagréable au final. …Comme si franchement ça aurait pu l’être. …Sale blond au lieu de te concentrer sur ta main et de trouver des échappatoires, occupe-toi plutôt du brun en face de toi. Qui semblait plus qu’en détresse soi dit en passant. …Que faire ? Ca aurait été quelqu’un d’autre, je l’aurais planté sans le moindre remords mais là…C’était totalement différent.

« Alan…. »

Oh, magnifique phrase. On ne peut plus créative et recherchée. Franchement Eric, au lieu de parler avant de réfléchir, fait le contraire. Parce que là j’allais certainement passer pour un triple crétin si jamais je ne disais/faisais rien dans les quelques secondes qui suivent. …Oh et puis au lieu de se la jouer à l’ours des cavernes qui vient squatter la première grotte qu’il voit en espérant en plus trouver du miel, autant s’occuper de mini ours par la même occasion qui semble avoir besoin de…De…De je sais pas. J’ai jamais été doué pour décrypter les sentiments hein. Bon, qu’est-ce que je pourrais bien faire ? …Lui tapoter le dos ? Ahah. Ou pas. Même quand ça n’allait pas, il n’avait jamais cherché à avoir un quelconque contact. Alors justement, s’il en avait fait un, c’était peut-être parce qu’il en avait besoin ? …Merde, arrête de réfléchir ça ne me va absolument pas. On va pas s’faire chier trois ans à chercher ce qui irait le mieux.

Transformatioooon peluuuuche ! …Bon okay, une peluche l’aurait pas pris dans ses bras mais on s’en branle. Maintenant il ne restait plus qu’à lui répondre. Mais qu’est-ce que je pouvais bien dire ? Jamais l’idée que ça puisse le déranger ne m’avait traversé l’esprit. Ceci dit, en admettant même que ça ne lui plaise pas, pourquoi se mettre dans cet état ? Ce qui était certain, c’était qu’il était jaloux apparemment. Peut-être qu’il avait peur que je finisse par passer plus de temps avec elles ? Hm, plausible. Autant lui demander non ?

« Eh…Je…Pourquoi tu…ne me l’as pas dit plus tôt ? »

…Encore plus magnifique, vas-y, fait lui la morale tant que tu y es, au point où j’en suis, je ne perdrais strictement rien. …Rah, franchement, il faut que j’arrive à faire quelque chose de mieux, bordayl il s’agit d’Alan, pas d’une blondasse à qui je ne reparlerai plus après ! Bon, faisons lui déjà un câlin plutôt qu’une étreinte, ça fera peut-être mieux passer le coup de la phrase à deux balles.

« Tu sais que tu peux me dire quand quelque chose ne va pas et même…et même tout hm ? Et si ça te dérange tant que ça je…vais essayer de ne plus….les voir, mais en échange, j’exige d’être avec toi…. »

Je tente un sourire, me reculant légèrement pour pouvoir le voir, sans pour autant le relâcher. Sauf que…Sourire alors que je sais pertinemment qu’il ne va pas bien c’est….c’est quasiment impossible en fait. Nan mais, s’il perds son sourire, comment pourrait on l’avoir hein ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

❝ ❞




Message Sujet: Re: Bcz Water is Evil. -Alan o/*-

Revenir en haut Aller en bas

Bcz Water is Evil. -Alan o/*-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Besoin d'avis sur schema pour mes futurs evil sunz
» liste armée evil sunz pour tournoi 2000pts
» Shark in the water
» [Galeries]gros MEK Evil Sunz news
» Ma petite WAAAGH Evil Sunz
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Black Butler : Black Deal RPG :: Le Pays des Merveilles... :: Kingdom Heart :: RP-